Archives de catégorie : Les médias parlent de nous

Concert de Marc Coppey et Aurélien Pontier au Café théâtre Michel Lafond

Un grand merci à Marc Coppey, violoncelliste, et Aurélien Pontier, pianiste, et à l’équipe de Radio Classique pour ce merveilleux moment enregistré par la radio et diffusé sur son antenne le 27 octobre de 20h à 22h dans le cadre de l’émission « Les concerts en direct ».

Ce concert, organisé avec le soutien de la Fondation Carla Bruni-Sarkozy dans notre espace culturel dédié aux spectacles, a enchanté enfants, jeunes, adultes.

Au programme :

Fauré : Elégie pour violoncelle et piano
Mendelssohn : Romance sans paroles,
Chostakovitch : Scherzo de la sonate pour violoncelle et piano
Chopin : Largo de la sonate pour violoncelle et piano
Bartok : Danses populaires roumaines
De Falla : Suite populaire espagnole
Popper : Rhapsodie hongroise

Pour en savoir plus sur Marc Coppey, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur Aurélien Pontier, cliquez ici.

Découvrez le filme réalisé par Eric, membre de l’équipe éducative de la Maison du Cirque, à l’occasion des répétitions de ce récital :

 

Reportage Transat FM du 5 juin 2014

Ecoutez l’entretien réalisé par Transat FM avec Emmanuel Paris. Un entretien diffusé sur les 26 radios du Nord Pas-de-Calais dont Transat FM est cheville ouvrière.

Cliquez ici pour télécharger l’entretien au format mp3.

 

Transat FM met en ligne sur son site les dates de notre collecte « Nos Patrimoines d’enfance ». Qu’ils en soient remerciés.

La Maison des enfants encourage les jeunes à se mettre en valeur

Cet article est une source de la Voix du Nord disponible sur ce lien

MECOP Cirque La Maison des enfants de la Côte d’Opale est une institution d’aide sociale à l’enfance,encourageant des jeunes en situation difficile à « aller au-delà de leurs capacités », comme dit Éric Legros, directeur. « Tous transmetteurs », une formation mise en place par et pour la Maison des enfants de la Côte d’Opale, est arrivée à son terme mercredi, après trois modules bien spécifiques. Destinée au personnel de la structure ainsi qu’aux jeunes (appelés « futurs adultes ») pris en charge par l’institution, cette formation se veut scientifique dans sa démarche, mais les enfants ont pu en apprécier la philosophie.

Valoriser les « futurs adultes »
La formation s’est décomposée en trois temps. D’abord une partie sciences, résumée ainsi : « trouver notre place dans le monde ». « L’idée, explique le maître de conférence Emmanuel Paris, c’est que le futur adulte s’approprie l’univers, l’infiniment grand et l’infiniment petit ». Un atelier, par exemple, consistait à retrouver, proportionnellement, la distance entre le soleil et la Terre avec une orange et un grain de riz. Une métaphore parmi d’autres pour leur faire prendre conscience qu’ils sont plus importants qu’ils ne l’imaginent. Le deuxième module comprenait des animations dans l’objectif : « prendre une décision simplifie la vie ». Enfin, le dernier module était la revendication.
Ainsi mercredi, chaque jeune a remis un CV (« le Cours de ma Vie »), représenté par un résumé de ce qu’il a accompli au cours de la formation.

Revendiquer son parcours.

Les jeunes accueillis dans la Maison des enfants, qui ont généralement une mauvaise estime d’eux-mêmes en arrivant, ont ainsi été encouragés à faire des choses de leurs mains, et surtout à le revendiquer. Certains ont aussi, implicitement, appris ce qu’est le respect mutuel. C’est le but de l’institution, qui met en place tout au long de l’année des ateliers (archéologie, championnat de sport, spectacles, cirque,…), en partenariat avec des professionnels et d’autres structures. Le directeur Éric Legros constate qu’« en général, on parle plus des traumas que des capacités des jeunes » dans les structures d’aide sociale. Revenant sur cette dernière journée, il commente : « En quittant les lieux, les jeunes peuvent dire « j’ai fait la Maison des enfants de la Côte d’Opale ». C’est quelque chose dont on peut se réclamer devant un futur recruteur. » •

Une roulotte en tournée pour collecter des objets de votre enfance

Article paru dans la voix du Nord 17/06/2010

Consultez cet article sur le site de la voix du nord.

Depuis quelques jours, une roulotte traverse les villages du Boulonnais.

Elle appartient à la Maison des enfants de la Côte d’Opale, qui collecte des objets d’enfance. Cette opération qualifiée de « troc mémoriel » s’inscrit en amont des « Journées d’enfance », organisées du 28 juin au 2 juillet.

La roulotte va poursuivre son chemin jusqu’à la fin du mois. Il est demandé au public de remettre un objet de son enfance aux Enfants de la Côte d’Opale et d’expliquer son histoire. L’association s’engage à conserver la mémoire de cet objet pendant les vingt prochaines années.

La tournée de la roulotte

> À Boulogne, Le 24 juin de 10h à 12h, espace Louis-Blanc ; le 26 juin, de 16h30 à 18h, espace Louis-Blanc ; le 27 juin, de 15h à 17h, place Dalton ; le 30 juin, de 10h à 12h, rue Thiers.

> À Wimereux, Le 19 juin de 10h à 12h, au marché ; le 22 juin, de 16h30 à 19 h, quartier Léo-Lagrange.

> À Saint-Martin, Le 18 juin, de 16h30 à 19h, square Isabelle-Nacry ; le 20 juin, de 14h à 17h, résidence Moka ; Le 21 juin, de 16h30 à 19h30, résidence Leclerc, espace Georges-Brassens.

> À Outreau, Le 23 juin de 14 h à 17 , au parc du Mont Soleil. •

Des gardiens d’enfance

Article de Florence PÉCRIAUX

Visualiser cette article sur : La semaine dans le Boulonnais

La danse, le cirque, le sport, la musique, les voyages, la culture pour panser l’enfance blessée : c’est la philosophie des maisons des enfants de la Côte d’Opale.

 

Au-delà de la prise en charge des enfants qui leur sont confiés par la justice, les maisons des enfants se veulent partie prenante de la société. Une série d’actions est organisée, dans le cadre des projets impliquant les enfants, comme la collecte des objets d’enfance.

Pas facile de laisser son premier nounours ou sa première poupée, de confier sa voiture miniature préférée. Mais c’est promis : l’objet d’enfance sera très soigneusement conservé. L’enfance comme un précieux patrimoine : c’est l’idée de cette étonnante proposition des maisons des enfants de la marine.

Une façon aussi d’ouvrir ces maisons, de rappeler que ceux qui y vivent font partie de la société, de la ville, de la communauté, de créer un pont entre eux et les Boulonnais. Il sera proposé aux propriétaires des objets d’enfance de venir voir comment leur ‘ don ‘ est gardé. « Rendez-vous dans 20 ans », lance Eric Legros, directeur des maisons des enfants.. « Ils seront soigneusement conservés dans des meubles prévus à cet effet », indique Sandra Jerusalmi, chargée de la coordination du projet des Journées d’Enfance.

Au-delà de la collecte en elle-même, il s’agit de mettre en avant « l’aventure de la vie », comme s’intitule le projet à long terme porté par les maisons. Laisser trace de son passage, c’est une notion forte pour les enfants de ces maisons comme pour le déjeuner sous l’herbe qui avait eu lieu en 2010.

L’idée : organiser un grand déjeuner dans un périmètre creusé y laisser tout ce qui aura participé au déjeuner et revenir 20 ans plus tard voir ce qui reste. De la même façon, « Les personnes qui donneront leur objet d’enfance seront invitées à donner un témoignage, à expliquer ce qu’il représente pour eux, une anecdote, un peu de leur histoire. » Rendez-vous est donc donné à tous ceux qui ont envie de s’impliquer à la roulotte reconstituée par l’équipe pédagogique des maisons.

 

Des artistes de renom

En parallèle, toujours dans le projet ‘l’aventure de la vie’, les enfants travaillent avec des artistes comme Arnold T pour la musique, Ulrike Müller pour la danse, Véronique Merlier et Béatrice Conet pour le cirque, Christophe Luyche pour le sport, sous la houlette du metteur en scène François Roy. La marraine artistique des maisons est Corine Marienneau, bassiste du groupe Téléphone. Elle vient régulièrement travailler avec les enfants. Des moments forts de rencontre et de partage. En ligne de mire, un spectacle sera présenté. « Le thème est celui des mythes : le spectacle portera sur celui d’Herakles, comme force de la nature. » Ce sera le 30 juin, au Carré Sam.

Autre projet autour du kayak, avec le BCK et Didier Hoyer. Le dépassement de soi, une valeur olympique que l’équipe des maisons veut transmettre aux jeunes de la maison des découvreurs. Les journées de l’enfance commenceront par une traversée en pirogue du grand site des deux caps. Les jeunes partiront de Sangatte pour arriver sur la plage de Boulogne. Ce sera le 28 juin.

Bien d’autres rendez-vous sont prévus, notamment un colloque sur la notion du temps, des projections de films.

 

Florence PÉCRIAUX

 

« L’enfance et les objets d’enfance représentent un précieux patrimoine »

Corinne, ex-Téléphone, répond toujours à l’appel des enfants

LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ

 En toute discrétion et en toute simplicité, Corinne, bassiste du groupe Téléphone, vient de passer deux jours à Outreau, au sein de la Maison des Enfants de la Côte d’Opale. Elle a répondu à l’invitation de Joseph Bako, chef de service éducatif, chargé de la maison de la musique.

Pour les enfants qu’elle accompagne depuis deux jours dans cette maison des enfants de la Côte d’Opale, Corinne est juste une professionnelle de la musique. Sans doute importante, pensent-ils, parce que les « grands » ont l’air sur un petit nuage depuis son arrivée… La bassiste qui travaille avec eux sur un projet de composition musicale est pourtant une star, elle a même fait rêver tout une génération à l’époque où le rock français se résumait au répertoire efficace de Téléphone. « Je ne crois pas que les enfants me connaissent, en tout cas, il n’y font pas référence du tout » explique Corinne qui, de toute façon, n’est pas venue passer le week-end à Outreau pour jouer les stars. « Je suis ici dans une structure d’aide sociale à l’enfance. Aide et enfance sont deux mots essentiels pour moi. Le projet de Joseph m’a plu : utiliser la musique pour guider ces enfants vers quelquechose de meilleur, j’adhère totalement à cela. Ce sont des enfants qui ont souffert. La démarche d’utiliser la culture, et en l’occurrence la musique, pour leur trouver un autre chemin, c’est une belle idée. » La musique, comment Corinne la vit-elle maintenant au quotidien ? « Professionnellement, évidemment, c’est moins visible pour moi. Il y a des choses qui me manquent : travailler en groupe, être sur scène, partager le résultat d’un travail… ».

Malgré ce manque, Corinne n’a pas pris le chemin que d’autres anciens du groupe ont pu suivre, comme Louis Bertignac avec la nouvelle émission star de TF1, « The Voice ». « Chacun fait comme il veut, mais pour parler de manière déontologique, ce sont des projets basés sur la compétition, le jugement et l’élimination, trois concepts qui m’ont gâché la vie quand j’étais enfant, et même après. Ce sont des concepts toxiques pour l’avenir et l’évolution de l’humanité. »A mille lieues de ces autres mondes dont elle ne rêve pas, Corinne ne se contente pas de respecter des principes forts, elle se les applique aussi. Ainsi, pour ce week-end de travail avec les enfants, elle n’a pas demandé un euro à ceux qui l’ont sollicitée…

Avant de rejoindre son groupe de petits musiciens, elle répond, sans doute pour la 673e fois ( !) à la fameuse question sur la reformation du groupe Telephone. « Je suis pour une reformation et farouchement contre une déformation du groupe ». Pour elle, remonter sur scène serait « une bonne manière de mettre un point final et de dire au revoir, parce qu’on n’a pas dit au revoir ! Toutes les rumeurs que l’on a pu entendre sur le sujet n’étaient pas fondées. Certains journalistes ont été complices des fausses informations qui ont circulé à une époque. Je n’ai pas du tout envie de faire un nouvel album mais j’aimerais bien faire une tournée d’adieu pour dire «voilà ce qu’était Téléphone».

PAR PATRICIA NOËL

 Visualiser cette article sur : La Voix du Nord

Plus de photos sur : Le Blog de la maison de la Musique