MECOP

Compte-rendu de l’assemblée plénière des conseils et des comités du programme « L’aventure de la vie », 6 juillet 2017

Troisième moment fort de notre festival annuel « Les Journées d’Enfance 2017 », les conseils et comités accompagnant notre association dans le développement de son programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » se sont réunis le 6 juillet 2017 afin de dresser bilan de la saison 2016-2017 et préparer la saison à venir.

Veuillez trouver ci-après le compte-rendu de cette réunion.

Présents :

Joseph Bako, chef de service de la Maison de la Musique, des studios et du service “Itinérance”, membre du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Paule Bally, archiviste bénévole, membre du comité de pilotage « patrimoine », Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Souleymane Bayoko, représentant des enfants et des jeunes au Conseil de la Vie Sociale, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Claire Beugnet, directrice de l’association, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Patrick Bourdet, parrain de l’association, président du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Sabine Chaillet, responsable du service des publics, Musée de Boulogne-sur-mer, membre du comité de pilotage « exposition », Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Elodie Condette, chargée des expositions et de la programmation in situ, Fonds Régional d’Art Contemporain Nord Pas-de-Calais, membre du comité de pilotage « exposition », Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Sarah Couvelard, représentante du personnel au Conseil de la Vie Sociale, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Mathéo Davril, représentant des enfants et des jeunes au Conseil de la Vie Sociale, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Jean-Paul Demoule, professeur des universités en archéologie, Université Paris 1, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Claude Jaouen, président du cabinet « Consulting4TOP », membre du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Elisabeth Justome, chargée du développement culturel et communication région Nord Pas-de-Calais Picardie, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives

Elykia Kandot, directrice du Musée de Boulogne-sur-mer

Eric Legros, membre du Conseil d’administration, président du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Sylvie Mestre, professeur en arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive, membre du comité de pilotage « exposition », Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Claire Oger, professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris-Est Créteil, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Eric Parot, ingénieur physicien, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Anick Traguardi-Menet, éducatrice de la Maison du Cirque, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Absents excusés :

Patrick Miquel, précédent directeur de l’Enfance et de la Famille, Conseil départemental du Pas-de-Calais, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Yannick Coppin, chef de service du Centre de Jour et de la Maison Vive, membre du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

François Cornette, directeur de l’innovation en charge des Fablab et Digilab, Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France, membre du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Arnaud Debève, chargé du développement des partenariats, Musée du Louvre-Lens

Jean-Paul Delevoye, précédent président du Conseil Economique Social et Environnemental, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Sandrine Dutriau, représentante des parents et tuteurs légaux au Conseil de la Vie Sociale, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Marie-José Gilbert, directrice de l’Ecole Municipale d’Arts de Boulogne-sur-mer, membre du comité de pilotage « exposition », Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Sophie Goujon-Durand, chercheuse à l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de Paris

Fleur Guy, docteure en géographie, chercheuse associée à l’UMR 5600 Environnement Ville et Société, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Emilie Huyghe, directrice des Ressources Humaines, Centre commercial Auchan Saint-Martin Boulogne, membre du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Vincent Lascour, archéologue, responsable d’opération, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, président de l’association « Les Chalcophore », membre du comité de pilotage « sciences », Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Pierre Lemarquis, neurologue, attaché d’enseignement d’éthologie à l’université de Toulon-La Garde, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Olivier Martin, professeur des universités en sociologie, Université Paris Descartes, membre du Conseil scientifique, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Natacha Morsa, présidente de l’entreprise « Coding and Bricks », membre du Conseil de la Culture d’entreprendre, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

*
*         *

Claire Beugnet présente l’ordre du jour de cette réunion, dont la composition est très liée à la présence de ces instances invitées. Il s’agit autrement dit, lors de cette réunion plénière, d’informer de la vitalité des liens que les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale entretiennent avec leur territoire culturel, avec le support du Conseil de la Culture d’entreprendre, du Conseil scientifique, des comités de pilotage, et sur le plan de la démocratie des usagers, grâce au travail du Conseil de la Vie Sociale.

Claire Beugnet rappelle que le programme éducatif et culturel de l’institution, intitulé « L’aventure de la Vie », a été suivi tout au long de la saison culturelle par ces conseils ainsi que des comités de pilotage composés de membres du Conseil d’administration, de représentants des enfants et des jeunes, de représentants du personnel, d’experts membres des différents conseils, des professeurs des pratiques artistiques concernés ainsi que de représentants des établissements culturels dédiés.

Claire Beugnet propose par conséquent de revenir sur les actions réalisées durant cette saison en se référant à l’ordre alphabétique des différents axes de développement culturel portés par chaque instance.

I. Conseil de la Culture d’entreprendre :

Ce Conseil a été créé par le Conseil d’administration de notre association à l’automne 2016, sa réunion inaugurale a eu lieu le 2 décembre.

Le Conseil est constitué de deux chefs de service ; Joseph Bako, chef de service des « studios » et Yannick Coppin, chef de service du « Centre de Jour ». Sont aussi membres Mesdames Emilie Huyghe, directrice des ressources humaines du Centre Commercial Auchan de Saint-Martin Boulogne, Natacha Morsa, fondatrice de l’entreprise de formation à la culture numérique « Coding and Bricks », Claire Beugnet, directrice de notre association, Messieurs Patrick Bourdet, parrain de notre association, François Cornette, directeur de l’innovation en charge des Fablab et Digilab de l’entreprise Sopra Steria, Claude Jaouen, président du cabinet « Consulting4TOP », Emmanuel Paris.

Le développement des projets portés par le Conseil de la Culture d’entreprendre est soutenu par la Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France et par la Fondation Sopra Steria – Institut de France.

Trois axes de développement structurent l’activité du Conseil.

Le développement d’un FabLab (le FabLab ne se substitue pas aux ateliers techniques du Centre de Jour déjà existants, ou aux espaces d’apprentissages que les jeunes des studios peuvent suivre dans le cadre de leur formation professionnalisante, mais les complète en proposant de prolonger les trajectoires d’apprentissage initiées jusqu’à l’étape de la maîtrise des objets numériques).

Le développement d’une politique de parrainage (les parrains ne seraient pas professionnels du champ de l’Aide Sociale à l’Enfance, ne seraient pas membres des équipes éducatives de l’association, mais représenteraient pour ces jeunes des personnalités référentes, des « tiers » bienveillants à qui il est possible de s’en remettre pour la réalisation de son projet de vie).

Le développement d’un réseau des anciennes et des anciens (fédérer un réseau permettant d’accompagner les générations actuelles dans le développement de leur projet de vie).

Depuis la création du Conseil, ont été organisés : une visite par le Centre de Jour des infrastructures du Centre Commercial Auchan, articulée avec la présentation de corps de métiers faisant vivre ce site ; la participation de Souleymane, jeune de la Maison des Découvreurs à l’animation du Salon Innovations numériques et Compétences de demain à Boulogne-sur-mer, et la visite du FabLab La station de Saint-Omer permettant un retour d’expériences avec son développeur.

Patrick Bourdet dit que l’efficacité de cette nouvelle instance reposera sur sa capacité à faire penser et agir les différentes personnalités membres de ce Conseil, et issus d’horizons différents. Patrick Bourdet valorise cette alchimie naissante, faisant l’éloge de la conjugaison des singularités. Patrick Bourdet dit aussi que la qualité du travail réalisé par le Conseil de la Culture d’entreprendre résidera dans l’harmonisation des différentes temporalités régissant les champs professionnels des différentes parties prenantes.

Eric Legros demande si le Fab Lab développé par l’association sera créé dans l’espace public du boulonnais.

Patrick Bourdet répond que le Fab Lab sera semi-public ; créé dans l’un des espaces physiques de l’association, il tendra vers la socialisation systématique des projets développés en son sein grâce aux échanges numérisés avec d’autres lieux de création. Patrick Bourdet précise cette configuration, parlant d’« empreinte digitale ».
Eric Legros signale qu’un ancien de l’institution, M. Eric Ducamp, a créé une PME dédiée aux produits de la mer, et pourrait être intéressé à terme pour intégrer le réseau de parrainage formalisé par le Conseil de la Culture d’entreprendre.

Eric Parot recommande que le Conseil puisse tenter l’obtention du label Fab Lab octroyé par le MIT ; ce label permet en effet de valoriser à travers le monde le fait que le Fab Lab produise des projets en open source, c’est-à-dire la valeur transactionnelle la plus en adéquation avec la notion de partage au cœur de la vie de l’association.

II. Conseil de la Vie Sociale :

Le Conseil de la Vie Sociale a siégé pour la troisième année consécutive. Il est représenté aujourd’hui par deux représentants élus des enfants de l’association : Mathéo et Souleymane. Sont aussi membres de ce Conseil Sarah Couvelard, représentante du personnel, Madame Beugnet et Monsieur Paris.

Cette saison, le collège des représentants des enfants de l’association au Conseil de la Vie Sociale a été renouvelé au terme d’une campagne électorale organisée durant le mois de décembre 2016. Les enfants et les jeunes ont participé à 63 % au vote, après avoir consulté les professions de foi des sept candidates et candidats.

Dans cette nouvelle configuration, le Conseil a examiné les modalités d’achat des cadeaux de Noel pour les enfants et les jeunes de l’association, la réforme des horaires d’accès à l’Internet en week-ends, la politique de financement des frais d’inscription des enfants et des jeunes dans les associations locales.

En septembre prochain, seront examinées la politique de l’association en matière d’autorisation de sortie accordée à l’enfant pendant son temps de présence obligatoire dans la Maison ainsi que les budgets alloués au soin et à l’hygiène.

Claire Beugnet remercie le Conseil de la Vie Sociale pour la qualité du travail effectué, et valorise la campagne électorale organisée cette saison en tant que signe remarquable de vitalité de l’institution.

Emmanuel Paris dit que le travail du Conseil s’inscrit dans un des axes majeurs de la Loi sur la Protection de l’enfance, réformée et promulguée en mars 2016. Cette loi insiste en effet sur l’essor de la « démocratie des usagers » dans la vie des établissements sociaux et médico-sociaux. Il s’agit d’améliorer plus encore la prise en compte du point de vue des personnes accueillies par les institutions dans l’organisation de leur vie quotidienne.

Francis Rembotte demande si le travail du Conseil de la Vie Sociale revêt véritablement une valeur démocratique, c’est-à-dire si les membres du Conseil sont régulièrement informés du fait que leurs recommandations ne soient pas systématiquement suivis d’effets par la direction de l’association. Francis Rembotte signale que le jeu démocratique est précisément que les avis minoritaires en nombre doivent se plier aux avis majoritaires, ou que les avis formulés par les conseils ne peuvent revêtir qu’une valeur consultative, c’est-à-dire d’un poids relatif dans le processus de prise de décision.

Sarah Couvelard dit que régulièrement, les avis formulés par le collège des représentants des enfants et des jeunes ont été pris en compte par la direction. Certains avis n’ont en effet pas pu être suivis d’effet, mais à chaque fois la direction en a expliqués les raisons.

Claire Beugnet confirme la mise en œuvre régulière de réformes de la politique d’établissement suite aux recommandations du Conseil.

Eric Legros dit qu’un enjeu de développement est et reste l’implication des parents et tuteurs légaux dans la vie de cette instance.

Emmanuel Paris dit que de manière plus générale, des retours d’expérience organisés par le Conseil départemental ou l’UNIOPSS indiquent la difficulté de faire vivre les Conseils de la Vie Sociale ou les groupes d’expression dans les établissements sociaux et médico-sociaux.

III. Conseil scientifique :

Le Conseil scientifique a siégé pour la troisième année consécutive. Il est représenté aujourd’hui par Jean-Paule Demoule, professeur émérite en archéologie à l’Université Paris I, Claire Oger, professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris-Est Créteil, Eric Parot, ancien coordinateur France de la Fondation SEED et ingénieur physicien retraité de l’entreprise Schlumberger Ltd. M. Eric Legros est le président de Conseil, Madame Beugnet et Monsieur Paris participent aussi à l’activité de ce Conseil, tout comme Madame Anick Traguardi-Menet, éducatrice de la Maison du Cirque et représentante du personnel.

Le Conseil scientifique a notamment travaillé cette saison sur la poursuite de deux études pluriannuelles ; l’une est consacrée aux sentiments et conditions pratiques de l’autonomie et de l’indépendance selon les anciennes et les anciens de l’institution. Elle est pilotée par Olivier Martin, professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes, et par Elsa Ramos, maître de conférences de sociologie à l’Université Paris Descartes. L’autre étude porte sur les sentiments d’appartenance au territoire éprouvés par les enfants de nos Maisons, elle est réalisée par Claire Oger et par Fleur Guy, chercheuse associée à l’UMR 5600 Environnement Ville et Société de l’Université Lyon 2.

Autre projet sur lequel le Conseil s’est particulièrement mobilisé cette année ; le colloque qui, demain, aura lieu à l’Antenne Saint-Louis de l’ULCO. Plusieurs innovations caractérisent ce colloque par rapport aux éditions précédentes, témoignant de la volonté du Conseil de travailler toujours plus et mieux avec les enfants et les équipes. Patrick Bourdet a accepté d’animer un groupe d’expression avec des enfants des Maisons à propos du thème « Où est ton courage ? », et le film en résultant sera diffusé demain dans l’amphithéâtre. Autre novation cette année, éducateurs, chefs de service, membres du Conseil scientifique co-animeront l’après-midi du colloque, dans le cadre de trois ateliers organisés entre 13h30 et 15h. L’un portera sur le courage éprouvé lors des Itinérances organisées par l’association (atelier Joseph Bako / Pierre Lemarquis, neurologue et éthologue, Université de Toulon la Garde), le deuxième sur le courage de l’enfant (atelier Eric Legros / Jean-Charles Sergeant, éducateur de la Maison de la Musique) et le troisième sur le courage de l’éducateur (atelier Claire Oger / Anick Traguardi-Menet).

Eric Legros dit que c’est un honneur de présider le Conseil scientifique, et propose de consacrer notamment son mandat sur deux axes de travail, l’un consacré à la question du droit en matière de protection de l’enfance, ainsi que sur la terminologie employée dans ce champ pour désigner les enfants et les jeunes accueillis.

Eric Legros dit en effet que la notion d’« usagers » pose problème d’un point de vue sémantique ; les enfants et les jeunes accueillis par l’association sont des sujets de droits, dont la personne juridique excède la seule notion d’usager.

Francis Rembotte signale qu’à la Fondation de France, les actions-projets développés sont destinés à des « publics bénéficiaires » ; le terme « usagers » n’est pas reconnu comme pertinent.

Anick Traguardi-Menet informe les participants que dans l’école dans laquelle elle intervient pour former les étudiantes et étudiants aux métiers de l’éducation spécialisée (IRTS), la dénomination est problématique. La plupart du temps, les termes « résidents » ou « résidants » sont mobilisés, mais leur usage reste controversé.

Jean-Paul Demoule signale un glissement sémantique depuis vingt à trente ans des acceptions du terme « usager » ; d’usagers-citoyens, il est de plus en plus question d’usagers-clients pour les services publics.

Claire Beugnet propose de considérer les enfants et les jeunes accueillis en tant qu’usagers par obligation ; il s’agit de prendre en compte le fait que ces personnes intègrent l’association sur décision de placement, prise de manière judiciaire ou administrative.

Patrick Bourdet dit qu’il serait aussi intéressant d’explorer les acceptions de la notion d’usager selon les sciences de l’esprit, car c’est un terme employé par exemple en psychanalyse.

Les membres du Conseil scientifique agréent la proposition de travailler tout au long de la prochaine saison sur les dimensions sémantiques des termes utilisés dans les documents officiels pour qualifier les enfants et les jeunes accueillis en Maison d’Enfants à Caractère Social.

IV. Les comités de pilotage (par ordre alphabétique) :

Communication :

S’agissant de l’alimentation du site de l’association, à ce jour vint-cinq pages Internet sont archivées dans la rubrique saison 2016-2017, soit 6 pages de plus que le relevé effectué la saison précédente à la même époque. Deux cents cinquante articles constituent ces vingt-cinq pages ; la Maison des Découvreurs, le Centre de Jour, la Maison de la Musique, et la Maison du Cirque et la Maison de la Danse sont les Maisons qui transmettent le plus de contenus pour mise en ligne.

La Webradio compte onze nouveaux enregistrements audios dans sa rubrique saison 2016-2017 ; les audios des Conférences du jeudi durent en moyenne une heure, en intégrant dans le décompte les audios réalisés par le Centre de Jour (« Paroles d’enfant »), l’internaute peut écouter plus de 6 heures d’émissions produites par la communauté éducative et ses invités.

Sur le compte Youtube de l’association, les vidéos en ligne comptabilisent au total 5663 vues ; elles sont aussi intégrées dans des articles sur le site Internet de l’association. A ce jour, c’est la vidéo de l’entretien réalisé en mars 2016 par Madame Beugnet, directrice de notre association, avec M. Patrick Bourdet, parrain de notre festival « Les Journées d’Enfance », qui comptent le plus de vues de l’ensemble des vidéos mises en ligne sur le compte Youtube. Les films valorisant les séjours Itinérance, les spectacles du festival annuel « Les Journées d’Enfance », et les chroniques des saisons culturelles, sont ensuite parmi les plus regardés.

Le compte Facebook de l’association compte à ce jour 273 membres, les articles du site Internet sont automatiquement référencés par cette page Facebook.

Plus de 600 personnes et collectifs sont destinataires de la newsletter électronique trimestrielle, présentant l’agenda et les actions réalisées ;

Les partenaires du programme culturel ont régulièrement communiqué sur les actions développées conjointement ;

Une ancienne de la Maison de la Musique est au générique du film Jeannette du réalisateur de cinéma Bruno Dumont, un enfant de la Maison du Cirque et un enfant de la Maison Vive ont été sélectionnés lors du casting préparant la saison 2 du P’tit Quinquin.

Exposition :

D’octobre à décembre 2016, les enfants et les équipes ont visité l’exposition temporaire Alaska Passé / Présent proposée par le Musée de Boulogne-sur-mer. Cette exposition, composée d’œuvres du patrimoine sacré et de créations contemporaines d’artistes d’Alaska, a permis aux enfants du Centre de Jour et de la Maison Vivre de partager leurs ateliers en arts plastiques avec deux artistes d’Alaska : Sonya Kelliher-Combs et Drew Michael.

De février à avril 2017, des œuvres issues du FRAC Nord Pas-de-Calais ont été exposées de manière permanente au pigeonnier. Inspirées du thème « Où est ton courage ? », ces créations ont inspirées les enfants des ateliers arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive. Ces œuvres sont exposées au FRAC pendant cet Eté. L’année dernière, plus de 4000 visiteurs avaient pu apprécier les œuvres des enfants dans le cadre de la précédente exposition.

Durant les mois de janvier, février et mars 2017, la première édition de la résidence art / science soutenue par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France a été organisée. Vincent Croguennec, dessinateur plasticien et Vincent Lascour, archéologue, ont créé plus d’une cinquantaine d’œuvres avec les enfants et les équipes. Un livre / DVD patrimonialise ce moment ; deux résidences croisées art / sciences seront organisées au premier trimestre 2018 puis 2019.

Sabine Chaillet dit que les ateliers avec les artistes venus d’Alaska ont notamment permis d’explorer les arts de travailler différentes matières, et ainsi d’élargir la gamme des supports permettant aux enfants d’esthétiser leurs représentations du monde.

Sylvie Mestre précise ces nouveaux matériaux travaillés en ateliers durant l’automne ; bois, os de sèche, taille de pierre. A propos du travail mené par les enfants pour sculpter ces matières minérales, Sylvie Mestre qu’il est devenu un fil conducteur de la saison à l’image du thème annuel, permettant régulièrement aux enfants par ces gestes ardus de questionner leurs peurs, les raisons de continuer à avancer malgré tout.

Sylvie Mestre signale par ailleurs l’ouverture d’esprit de Drew Michael, qui a accepté de s’ouvrir auprès des enfants de son histoire biographique elle aussi parsemée d’embuches qu’il a finalement réussies à surmonter.

Elykia Kandot dit que le Musée s’interroge lui aussi sur la terminologie permettant de nommer la qualité des personnes visitant ses installations. S’agissant de la discussion développée lors de cette réunion, Elykia Kandot insiste sur le fait que les enfants sont des usagers / acteurs de la programmation muséale, et qu’il faut dès lors inventer les moyens pour qu’ils puissent s’exprimer sur le musée, ses raisons d’être, de penser et d’agir.

Elodie Condette informe les participants qu’à ce jour, 3800 visiteurs du FRAC ont parcouru l’exposition « Courage à l’ouvrage ». Elodie Condette dit que le FRAC propose à l’association de prolonger la période d’exposition de la prochaine création réalisée par les enfants dans le cadre du partenariat, avec un vernissage qui serait programmé le 27 janvier 2018, pour une durée de 6 mois de programmation sur le site de Dunkerque.

Claire Beugnet remercie l’équipe du FRAC pour cette proposition remarquable.

Sylvie Mestre valorise la scénographie des expositions réalisées depuis trois ans avec le Musée et le FRAC ; il s’agit de faire coexister des œuvres professionnelles avec les œuvres des enfants, et ce dialogue est particulièrement enrichissant et abouti. Sylvie Mestre remarque que, si les enfants se succèdent au fil des fins de mesure administrative, les groupes continuent cependant à œuvrer avec de plus en plus de gourmandise dans le cadre des partenariats avec le FRAC et le Musée.

Anick Traguardi-Menet dit le regret des Maisons ne programmant pas d’ateliers arts plastiques de ne pouvoir pleinement participer à la dynamique de ces partenariats.

Sylvie Mestre propose d’ouvrir son atelier dans la semaine aux enfants de ces Maisons, en sus des plages horaires dédiées au Centre de Jour et à la Maison Vive.

Claire Beugnet et Emmanuel Paris soulignent la difficulté de satisfaire toutes les demandes, car l’emploi du temps disponible de ces Maisons est nécessairement après le retour de l’école, ce qui limite drastiquement le champ des possibles.

Emmanuel Paris signale que le partenariat en gestation avec l’Ecole Municipale des Arts de Boulogne-sur-mer permettra notamment à des enfants candidats de consacrer leur première semaine de vacances scolaires, à la Toussaint et en février, à des stages organisés dans les locaux de cette école par un artiste en résidence.

Emmanuel Paris dit que la première année du programme trisannuel de résidence art / science aux Maisons a permis par ailleurs de proposer à l’ensemble des enfants d’un atelier itinérant durant les vacances de février.

Claire Beugnet et Emmanuel Paris disent réfléchir à ouvrir plus largement la visite des infrastructures et des équipes du Louvre-Lens aux enfants des Maisons, y compris celles qui n’ont pas d’ateliers arts plastiques.

Eric Legros dit que c’est la force d’une institution que de savoir construire au long cours des lieux permettant aux enfants, quel que soit le moment de leur venue et de leur départ, de prendre goût rapidement à une pratique artistique et culturelle. Eric Legros observe par ailleurs que l’extériorité des espaces de création (à Boulogne-sur-mer, au musée ; à Dunkerque, au FRAC) permet aux enfants de trouver les voies de leur dépassement, quand le seul espace domestique de la Maison sécurise certes, mais risque de restreindre les imaginaires.

International :

Deux séjours de rupture « Itinérance » de 110 jours ont été organisés durant cette saison ; l’une à l’automne-hiver pour 4 jeunes, l’autre au printemps-été 2017 pour 3 autres jeunes. Les deux séjours ont pour destination l’Atlas marocain ;

Ces jeunes, encadrés par des éducateurs, ont vécu chaque deux semaines de leur séjour dans une famille locale différente. Ils ont pu aussi effectuer des stages, qui en menuiserie, qui en mécanique, qui dans la restauration, qui dans les travaux agraires, etc. ;

Les jeunes ont pu aussi découvrir sites patrimoniaux et patrimoine immatériel vernaculaires, un travail des éducateurs étant de nouer des partenariats avec des associations locales pour faciliter ces échanges interculturels.

Joseph Bako informe les participants qu’un nouveau protocole va être expérimenté à la rentrée, permettant de programmer un séjour Itinérance d’une durée de cinq mois. Ceci, dit Joseph Bako, permettrait d’améliorer le travail des encadrants pour questionner avec le jeune les ressorts de son rapport au monde, son image de soi et les relations à autrui.

Patrimoine :

Pour la troisième saison consécutive, Paule Bally a inventorié les archives photographiques communiquées par les équipes, valorisant les moments vécus par les deux associations « Œuvre du refuge Sainte / FEDCOP » et « La Maison des Enfants de la Marine », associations plus que centenaires, fondatrices de notre association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ».

Ce sont à ce jour plus de deux mille archives photographiques qui sont classées et proposées à la consultation dans la salle du Conseil d’administration de la ferme de Bertinghen, spécialement à l’attention des anciennes et des anciens, comme ce fut le cas par exemple ce 2 juillet lors de notre grand rassemblement annuel.

Cette année, Paule Bally a particulièrement travaillé sur la collecte des archives issues de l’activité culturelle de l’association depuis sa création, en juin 2011.

Ce travail sera valorisé sur le stand de l’association, pendant les « fêtes de la mer », rassemblement de vieux gréements qui chaque deux ans rassemblent plus de 130 000 visiteurs.

Emmanuel Paris explique que les archives photos des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale depuis la création de l’association en juin 2011 sont essentiellement numériques.

Paule Bally propose que Quentin Laplace, informaticien de l’association qui brasse ce corpus avec elle, extrait des images qui puissent être imprimées sur papier.

Paule Bally dit en effet que la consultation d’archives papier permet à la personne d’entretenir un rapport plus intime avec le souvenir.

Patrick Bourdet confirme cette dimension corporelle, précisant que le papier permet par rapport à l’écran d’offrir des preuves tangibles à la personne en quête mémorielle.

Claire Beugnet propose que le comité de pilotage consacre ses réunions la saison prochaine à la sélection d’images à imprimer.

Sciences :

Du mois de novembre 2016 au mois de juillet 2017, chaque mois, les enfants, les jeunes et les équipes ont construit avec Paul Dubois et Vincent Lascour, archéologues INRAP, Mathieu Delforges, Aurélie Legras et Kévin Lenoir, membres de l’association d’archéologie expérimentale « Les Chalcophore », et Christophe Lefèvre, éducateur de la Maison du Cirque un travois de l’âge de bronze et une charrette médiévale XVème siècle.

A l’invitation de Monsieur Eric Parot, membre de notre Conseil scientifique, Madame Sophie Goujon Durand, chercheuse à l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de Paris, a organisé des ateliers au Centre de Jour, avec en point d’orgue deux journées en juin de restitution des savoirs acquis, au centre d’études et de recherches Schlumberger de Clamart puis au Musée Pierre-Gilles de Gennes.

Elisabeth Justome dit que cette saison d’ateliers archéologiques mensuels a permis à Paul Dubois, technicien de s’ouvrir à la médiation en direction des publics, ce qui est très important pour l’INRAP car trop souvent cette activité est réservée aux cadres tels les responsables d’opération de fouille.

Elisabeth Justome que l’organisation de la résidence art / science 2017 fut pour l’INRAP une première, puisque le siège central a rapidement accepté le principe de la mise en disponibilité pendant deux mois de Vincent Lascour, tenant compte du calendrier des rapports de fouille à rédiger par Vincent. Elisabeth Justome valorise le principe de ces résidences, car elles permettent aux institutions partenaires d’explorer pour elles-mêmes de nouvelles manières de faire en matière de médiation culturelle.

Elisabeth Justome demande la possibilité que l’association puisse consulter les enfants et les jeunes sur la présence aussi grande de l’archéologie dans leur saison.

Claire Beugnet et Emmanuel Paris signalent que le questionnaire proposé à chaque fin de saison aux enfants accueillis en internat par l’association sera diffusé dès le 10 juillet, permettant d’inclure de nouvelles questions posées aux enfants et aux jeunes sur le thème de l’archéologie.

Patrick Bourdet valorise le remarquable investissement de l’INRAP dans le partenariat avec les Maisons.

Eric Parot informe les participants que la Fondation SEED poursuivra ses ateliers au Centre de Jour la saison prochaine, avec des ateliers physique / chimie co-organisés par Sophie Goujon-Durand, Eric Parot et Yohan Muguet.

Eric Parot dit que cette année, Sophie Goujon-Durand et lui ont dû notamment inventer de nouvelles manières de mener leurs ateliers avec Acef, jeune du Centre de Jour ne parlant ni français, ni anglais, et que cela fut une aventure passionnante.

Eric Parot signale que lors de la restitution finale des ateliers de la saison écoulée au Centre d’études et de recherches de l’entreprise Schlumberger Ltd à Clamart, les ingénieurs et scientifiques du site se sont déplacés nombreux, avec aussi pour la première fois la présence de la direction de la branche « testing ».

V. Thème de la saison 2017-2018, programmation des prochaines réunions des Conseils :

L’association propose la formule « Trait d’union » pour inspirer la saison culturelle à venir, commençant en septembre et se terminant en juillet 2018.

Cette proposition tient, comme à chaque fois, compte de plusieurs facteurs avec comme premier d’entre eux ce que vivent et expriment les enfants de l’association.

Ainsi du film réalisé le 5 avril à l’attention du colloque des « Journées d’Enfance 2017 » ; les enfants ont formulé avec Patrick Bourdet des raisonnements sur le courage au cours desquels ils ont souvent articulé deux idées, par exemple la peur et la confiance.

Il s’agit donc d’une pensée dialectique, laquelle peut être symbolisée par le trait d’union, forme syntaxique symbolisant la valorisation d’une pluralité de sens par leur jonction, leur mise en rapprochement par celui qui parle, écrit, dit.

La même énergie conciliatrice caractérise les équipes éducatives ; il s’agit pour les professionnels de faire œuvre de médiation, de facilitation du lien entre différentes parties prenantes (l’enfant, le ou les parents, les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, l’établissement scolaire, le Juge des Enfants, etc.).

« Trait d’union » peut aussi signifier le travail du programme culturel de l’association qui en arts, en lettres, en sciences et technologies, en sports, joint l’expressivité de l’enfant aux systèmes de mise en représentation développés par l’humanité pour représenter la généalogie, la vie, le monde, l’univers (voir par exemple l’ouvrage écrit par l’anthropologue Tim Ingold ; « Une brève histoire des lignes »).

Dates des prochaines réunions :

Conseil de la Vie Sociale : mardi 19 septembre 2017, de 18h à 20h.
Conseil scientifique : le 20 octobre 2017, de 10h à 13h.
Conseil de la Culture d’entreprendre : le 3 novembre 2017, de 10h à 13h.
Comité de pilotage « exposition » : le 27 septembre 2017, de 10h30 à midi, comité de pilotage « patrimoine », le 27 septembre 2017, de 14h30 à 16h ; comité de pilotage « sciences », le 27 septembre 2017 de 16h à 17h.
Comités de pilotage « communication » et « itinérance » le 4 octobre 2017.

Claire Beugnet remercie les participants de cette réunion et clôt l’assemblée plénière des Conseils.