L’avenir ne demande qu’à germer

Une opération originale à la maison des enfants de la Côte d’Opale

 L’ex foyer des enfants de la marine aujourd’hui devenu maison des enfants de la Côte d’Opale aide les enfants qui lui sont confiés à se saisir de leur avenir. Pour les aider, un voyage, une collecte de graines, la possibilité de se projeter dans le futur

 Comment une graine recueillie dans le désert marocain, sans eau, sans une terre fertile, peut donner une magnifique plante, comment un jeune qui a connu une enfance difficile peut lui aussi avoir un avenir florissant : c’est l’un des messages de l’opération « Les jardiniers du monde ».
Ils ont entre 6 et 18 voire 21 ans. Avec la maison des enfants de la Côte d’Opale, ils sont une soixantaine à vivre cette aventure. Par groupe, ils sont allés en Espagne, en Croatie, au Maroc, au Portugal. Leur mission, outre le voyage et la découverte : ramener des graines d’espèces végétales spécifiques à la région.

 Voyage formateur

Rendez-vous était donné vendredi dernier, pour une grande rencontre, une grande fête. Les coups de klaxon, les drapeaux brandis les cris de joie donnaient le ton de cette belle journée. Après la photo de groupe, était venu le temps de la collecte. De façon très sérieuse, chaque sorte de graine était collectée, placée soigneusement dans un petit sac de papier, étiqueté avec le nom de l’espèce, son origine, puis placé avec une certaine solennité dans un meuble, et pas n’importe quel meuble. Il est l’oeuvre de Manon et Edouard Vincent qui forment Emdesign. Le couple de designers connaît très bien la structure pour avoir accompagné les jeunes dans des camps et pour d’autres activités. « L’idée était de créer un meuble spécifique pour recueillir ces graines. La forme de l’hélice de l’ADN met en avant l’idée selon laquelle tout cela fait partie de la chaîne de la vie. » Le couple a travaillé bénévolement pendant deux ans pour le mettre au point et le réaliser. « La difficulté, c’est l’hygrométrie : il faut que les graines vieillissent sans moisir. » Pour les jeunes, le retour est un moment de fête. Steeve, 11 ans, est allé au Maroc. « C’était très beau, confie-t-il timidement. On a récolté les graines dans des jardins. Pour certaines sortes, on ne connaît que le mot berbère. Il faut chercher le nom français. » Florian, 9 ans, Quentin 12 ans et Steven 7 ans ont adoré l’Espagne. Ils n’oublieront jamais leur rencontre avec le cousin de Maradona, ni la nuit à la belle étoile ou encore la piscine, les soirées pizza, le feu d’artifice. Boris, 14 ans et Brian 17 ans étaient eux au Portugal. « Je me souviendrai des paysages. C’était vraiment beau », explique Boris. Ensemble, ils énumèrent : le cirque de Gavarny ou les cascades…

Des repères

Les jeunes reviennent des souvenirs plein la tête, mais aussi heureux de retrouver leurs repères. « Avec le meuble et les graines qui y seront conservées, ils peuvent revenir quand ils veulent. Une manière de créer un repère, de garder trace de ce qu’ils ont vécu, conclut Eric Legros, directeur du lieu. Les enfants comprendront peut-être un jour prochain ou bien plus tard tout ce que ce voyage et cette démarche leur aura apporté. C’est un travail de longue haleine. On sème pour récolter plus tard. »

 Florence PÉCRIAUX

Visualiser cette article sur : La semaine dans le boulonnais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *