Miser sur le positif

MECOP jardinLa structure change de statut

 Depuis le 1er juillet, on ne parle plus du foyer des enfants de la marine. Avec ce qui était le foyer Sainte-Anne d’Outreau, ils forment les maisons des enfants de la Côte d’Opale.
Mais ces structures prennent une tout autre dimension, intégrant l’art à leur identité. « Il y a en tout cinq maisons, explique Eric Legros, directeur de la structure. L’une est maison de la danse, l’autre maison du théâtre, une autre maison des découvreurs… Nous ne voulons plus être identifiés aux problèmes que les enfants peuvent rencontrer mais à ce que nous leur apportons. » (voir ci-contre) Une initiative des structures encouragées par le Conseil Général.
Les maisons des enfants de la Côte d’Opale comportent aujourd’hui un internat, un centre d’accueil de jour, un centre d’accueil spécialisé, un centre d’accueil parents-enfants, et un séjour en itinérance. La structure emploie 75 salariés.
Le foyer des enfants de la marine a été créé en 1902. À l’origine, il s’agissait de recueillir les enfants de marins devenus orphelin. Le premier emplacement se trouvait là où aujourd’hui se situe Le Châtillon. Dans les bombardements de la guerre, tout a été détruit. Après la guerre, le foyer s’est installé là où se situe le lycée maritime aujourd’hui. Et depuis 1994, le foyer s’est établi à Ostrohove.
La maison accueille environ 130 enfants par an, âgés de 6 à 18 ans, voire plus, suite, le plus souvent, à une décision judiciaire avec le soutien du Conseil général.

Visualiser cette article sur : La semaine dans le boulonnais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *