MECOP

Note de rentrée saison culturelle 2017-2018

Le thème de la saison culturelle de cette année 2017-2018 est : « Trait d’union ».

Les enfants de notre association, pris dans la toile d’histoires personnelles souvent traumatiques, tellement aliénantes qu’elles sont si peu partageables au-delà du cercle familial, des cabinets des Juges des Enfants et des services de l’Aide Sociale à l’Enfance, parviennent pour beaucoup et cependant à cheminer à nos côtés pour examiner le cours de leur vie.

C’est le sens de notre constant effort ; penser sa vie pour la réinventer, la reformuler et ainsi réussir, s’épanouir, s’aimer et aimer les autres, malgré tout.

Le 5 avril 2017, Alexandra, Allan, Alice, Corentin, Julien, Killian, Léïa et Mathéo rencontraient Patrick Bourdet, parrain de notre association, pour réfléchir ensemble au thème de la saison en cours (« Où est ton courage ? »).

Lors de cet entretien filmé dans la perspective du colloque qu’organise chaque année notre association, ces enfants de nos Maisons, âgés de 9 à 17 ans, ont formulé avec Patrick Bourdet des raisonnements sur le courage au cours desquels ils ont souvent articulé deux thèmes, par exemple la peur et la confiance.

Cette façon d’exprimer sa pensée par association d’idées, y compris si elles paraissent de prime abord contradictoires, a retenu notre attention ; elle constitue une première manière de comprendre le thème de cette nouvelle saison.

L’énergie de vie des enfants s’exprimant en avril avec M. Bourdet déployait une pensée dialectique, laquelle peut être symbolisée par le trait d’union, forme syntaxique symbolisant la valorisation d’une pluralité de sens par leur jonction, leur mise en rapprochement par celui qui parle, écrit, dit.

240_F_57118244_lnWm38M1TDiUcFNkqC4YumERvjPyAXVm

La même énergie conciliatrice caractérise les équipes éducatives ; il s’agit pour les professionnels de faire oeuvre de facilitation du lien entre différentes parties prenantes (l’enfant, le ou les parents, les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, l’établissement scolaire, le Juge des Enfants, etc.).

A l’image de la pensée par association des enfants, notre communauté éducative fait chaque jour oeuvre de médiation, bien souvent d’ailleurs en composant avec des parties prenantes dont les intérêts ne se rejoignent pas.

Ceci formule une deuxième acception possible du thème « Trait d’union » : la finesse du lien de soi aux autres, de soi au monde, sa fragilité, parfois sa rupture ou sa trajectoire erratique peut illustrer ce qui est le sel quotidien des métiers de l’éducation spécialisée.

« Trait d’union » peut aussi signifier – c’est là un troisième moyen de comprendre notre nouveau thème, le travail du programme éducatif et culturel de l’association qui en arts, en lettres, en sciences et technologies, en sports, joint l’expressivité de l’enfant aux systèmes de mise en représentation développés par l’humanité pour représenter la généalogie, la vie, le monde, l’univers.

L’un des ressorts de la créativité, de l’ingéniosité, de la vitalité repose précisément sur la capacité à lier ou relier par la pensée, de manière non conformiste, peu évidente a priori, des représentations de soi et du monde.

Dessin réalisé par l'artiste Marc Ngui, d'après l'ouvrage "Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille plateaux" de Gilles Deleuze et Félix Guattari.Plus d'informations : http://www.bumblenut.com/drawing/art/plateaus/

De fait, s’il y a bien en effet un acte commun à l’humanité, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours et quels que soient les endroits du monde, c’est celui de tracer des lignes.

web-albbhl-dsc_0085

(Illustration : couverture du catalogue de l’exposition « Une brève histoire des lignes », Centre Pompidou Metz, 2013).

De Lascaux aux plans des transports en commun desservant un territoire, des peintures rupestres aborigènes aux tables de multiplication et aux cahiers de calligraphie que travaillent les élèves en primaire, des quipus incas aux fichiers excel installés sur nos ordinateurs, toutes les formes d’expression pour mettre en ordre (ou pour désordonner) le monde ont mobilisé, mobilisent et mobiliseront la ligne, le trait, l’acte de tracer, de classer ou de déclasser.

Des ornements des tombeaux des Pharaons à la tapisserie de Bayeux, tissée à la fin du premier Moyen-âge et jusqu’à nos mises en relation sur les réseaux sociaux, il s’agit de découvrir ou redécouvrir sa lignée, celle des autres, étudier les ramifications de son arbre généalogique, choisir de s’en référer tel quel ou préférer les recomposer, mais toujours pour se renforcer, être mieux à même de se positionner en tant que personne et en tant que membre d’une collectivité, épanouis en ce vaste monde et agissant pour son bien.

Ecomusée Val-de-Bièvre 2012

(Illustration : montage photographique exposé à l’écomusée du Val-de-Bièvre en 2011).

Réfléchissant au thème de notre nouvelle saison culturelle, notre Conseil scientifique a notamment insisté sur la puissance déterminante du « entre » les deux mots, les deux idées reliées l’une à l’autre par le trait d’union.

A l’image du peintre Michel-Ange, cherchant au début du XVIe siècle à donner figure sur ce qui institue l’humain dans ses meilleures dispositions, l’important n’est pas tant la présence dans son tableau La création d’Adam de deux corps cherchant à se joindre (celui de Dieu, celui d’Adam), mais l’espace entre leur doigt, cet écart symbolisant la permanence du libre-arbitre aussi fortes soient les contraintes et les obligations.

images

(Illustration : zoom sur les mains dans la peinture « La création d’Adam »).

L’éternelle tension entre les forces du déterminisme, de l’héritage qui entrave, et de l’émancipation, de la volonté qui libère, peut ainsi être exprimée en termes de traits continus, de traits pointillés, de lignes droites ou de lignes courbes ; c’est là une quatrième et dernière acception du thème à laquelle nous pensons pour inspirer cette année.