Archives de catégorie : Résidence Utopia

“Utopia”, le film

Rémy Boiron, metteur en scène et artiste, a réalisé à l’automne 2023 une résidence soutenue par la Fondation Daniel et Nina Carasso permettant aux enfants d’exprimer leurs visions d’un autre monde.

Découvrez le fruit de ces cogitations. Le film sera présenté en présence de Rémy aux enfants et aux équipes ce 26 mars au café-théâtre Michel Lafont, espace scénique de notre association :

Big hugs, de gros câlins de la part de Shila

Chers enfants,

Voilà quelques semaines que je suis sans nouvelles de vous et de vos maisons, aussi je reviens vers vous pour vous envoyer des “Big hugs”, des gros câlins, de gros bisous avec ma trompe et de gentilles caresses avec mes oreilles…

Vous allez dire “notre chère Shila fait preuve de beaucoup d’affection en ce début d’année 2024″… et vous avez raison, je suis une éléphante pleine d’empathie et je tiens à vous le manifester.

Le thème de votre année culturelle est “Utopia” :

Aussi Kuttan, mon cornac de rêve, m’a montré les vidéos que vous avez réalisées avec Rémy Boiron, je vous admire vraiment et je lève ma trompe en votre honneur.

Pour moi, la petite éléphante philosophe de Kurichithanam, Utopia c’est un univers où la relation entre les animaux, la nature et les humains est une relation vraie de respect et d’affection.

Quand j’ai reçu en novembre dernier une délégation venant de votre part, composée d’Isabelle du petit journal de l’Inde et d’Elisabeth et d’Henri de Boulogne sur Mer, j’en ai profité pour faire un gros bisou avec ma trompe sur le nez d’Elisabeth et une douce caresse avec mon oreille sur la tête d’Henri… sous l’oeil ravi de mes cornacs Sassi et Apu… Sassi leur avait demandé de marcher à mes côtés…

Notez bien que ces bisous et câlins s’adressaient aussi à vous, chers enfants de Boulogne.

C’était lors de la fête du temple de Kumaranalloor Devi :

Elisabeth et Henri étaient tellement surpris de mes marques d’affection qu’ils en ont parlé avec Hari Namboodiri, mon ami qui m’héberge à Kurichithanam…Hari leur a répondu que les éléphantes particulièrement peuvent être approchées comme cela et s’exprimer …par contre il est déconseillé de s’approcher des éléphants mâles qui sont imprévisibles. Rappelez -vous ma lettre sur Ramachandran :

Ils étaient bien sûr très heureux et surpris par ces gestes affectueux et ils étaient surpris de voir comment tout au long de la procession en l’honneur de la déesse Devi, les gens me donnaient des fruits que j’appréciais doublement, car j’adore les fruits et l’affection qui s’exprime par le cadeau.

Je sais que vous allez être en vacances ce vendredi, aussi je vous souhaite de bonnes vacances, vous les avez bien méritées, et quitte à me répéter je vous fais de gros câlins et de gros bisous et surtout prenez bien soin de vous.

Shila

“Utopia” en chantier

Rémy, intervenant de la résidence “Utopia” nous envoie deux films réalisés cette semaine sur le chemin du film final qui sera présenté ce mois de décembre.

Un grand merci d’ores et déjà aux enfants et aux équipes :

Je suis Rémy Boiron, en résidence artistique avec les maisons des enfants de la côte d’Opale, ce dernier trimestre 2023.

Je viens après tant d’autres… et avant tant d’autres encore.
Toujours pour les mêmes raisons, sans doute assez uniques en France, grâce -au-delà des moyens très conséquents développés par le Département du Pas-de-Calais- grâce à la générosité et la compréhension de sens de généreux et conscients donateurs.

Elle permet d’offrir à des enfants déplacés de leur famille pour de multiples causes, et placés en 6 maisons avec chacune quatre éducateurs, deux maîtresses de maisons, un veilleur de nuit et un chef de service, un thème artistique et une chambre unique (ce qui n’est pas toujours le cas), le tout chapeauté par une directrice et un adjoint directeur artistique,
… L’occasion de changer de paradigme.

Un thème par an, un artiste par trimestre.

On s’interroge, on cogite, on fabrique, et on tente d’en offrir du beau.
Qui peut être pourra se transformer en clef d’ouverture au monde, au-delà de sa propre histoire.
Car au fond, la question est-elle :
Quelle vengeance puis-je donner à mon histoire ?

… On a vu et on voit encore les dégâts à l’échelle de pays voire de continents que cela peut poser ici ou là dans ce doux monde
Ou

Quelle est la qualité de la réponse que je peux offrir à mon histoire ?
Et là, cela peut parfois être bien beau.

Car taquiner l’art, c’est s’offrir l’occasion d’interroger et d’interpeler le monde, avec le sourire.
En laissant à l’autre la liberté de s’étonner, s’interroger, se questionner… ou pas.
La liberté.
Réciproque et partagée.

… Et je pense que ces enfants ont bien besoin de réciproque et partagé.

Qui suis-je ?

Je suis auteur, metteur en scène et comédien, depuis… 35 ans.
J’ai 58 ans.
Après 20 années intenses de scènes, 18 festivals d’Avignon Off, deux prix nationaux, plus de 2.000 représentations professionnelles en francophonie (du théâtre du Splendid parisien à la petite scène de Gruyère en Suisse, du théâtre de Papeete (24 représentations) à la médiathèque de Soustons (40), du jardin d’un ami au Trianon, …)
J’ai vécu comme une évidence de m’engager aussi dans la transmission, la pédagogie et le partage.
Car l’expérience de cet art si vivant que j’ai pu accumuler durant toutes ces années, aussi bien grâce à la formidable générosité et l’exigence de grands maîtres,
Que celle que j’ai pu me donner en travail pour en répondre.

Cet héritage immatériel,
Je ne peux, comme mes maîtres, ne le transmettre que de mon vivant.

En croquant les pissenlits par la racine, la bouche pleine,
Il serait bien trop tard 🙂

D’où ce choix, aujourd’hui de partage entre créations et représentations… et transmission et partage.

La résidence en MECOP en fait partie, de manière très dense et heureuse ces temps-ci.
Je suis très honoré de la confiance et des moyens qui sont alloués à celle-ci.
Je tente de faire du mieux que je peux.

UTOPIA est le thème de cette année.
C’est un mot subtil.
Il est composé de « Utopie », c’est-à-dire, en vieux grec de :
« Topos » = un lieu
Et du préfixe « U » = non
C’est donc un non-lieu 🙂

Teinté de « A »
Première lettre de l’alphabet.
C’est donc un non-lieu qui finit par la première lettre de l’alphabet.
Nous v’la beaux 🙂

Venons-en maintenant au travail concret, avec les enfants et les équipes.
Il a bien fallu que je parte de quelque chose…

Où que j’aille aujourd’hui, en gare, restaurant, métro, transports, pauses diverses (récrés, attentes devant un bus, …) les personnes ne se parlent plus : elles sont rivées sur un écran de tablette, téléphone ou ordinateur.
Le présent – pourtant présent- n’existe plus : il est ailleurs.
Mon voisin, pourtant physiquement présent à côté de moi, n’a aucune existence pour moi : je regarde les dernières sorties de tel ou tel site et échange à distance avec mes « amis ».

UTOPIA
Je me suis dit qu’il fallait que je travaille en images et vidéos.
Avec leur vocabulaire actuel.
Et qu’il fallait fédérer les enfants de chaque maison.
Stimuler chaque groupe, chaque maison, autour des lettres du mot « UTOPIA » et de ce qu’on pouvait en fabriquer, en dessin, en corps, en objets. Cela a fonctionné.
Et ensuite, stimuler autour du concret, de la matière :
Si Utopia était une marque d’un objet : quel objet ?
Si Utopia était un véhicule, quel véhicule ?

De belle idées en sont sorties.
Puis

Et si Utopia était un lieu ?
Un non-lieu, dont la première lettre serait la première lettre de l’alphabet ?

Et là,
Dans chaque maison,
J’ai vu les esprits s’animer. De mondes inattendus.
À cette heure, je tente avec eux de les rendre visibles avec la vidéo.
Nous sommes en plein laboratoire.

J’ai 58 ans.
On m’aurait dit, alors que je n’avais que 20 ans : voilà ce que tu vas vivre en MECOP, dans 38 ans…
Comment y aurais-je cru ?

La guerre s’anime en de nombreux endroits du monde,
Les inégalités se creusent,
Les tempêtes sont taquines,
Les virus rodent,
Après avoir épuisé la Terre de gaz et pétrole, on s’apprête à la gratter de lithium, Terre rare et autres.
Je ne raconte que du classique et ressassé.

Pourtant…
Ici ou là,
Quelques êtres vivants tentent encore de fabriquer du beau.

Et je suis bien heureux de glisser au-delà d’un orteil de partage avec vous dans cet insolite et souriant monde vivant.

Rémy Boiron

(Texte et film de Rémy Boiron, artiste, intervenant de la résidence Utopia).