Archives de catégorie : Saisons culturelles

Lettre de Shila : “Chère Shila, nous t’écrivons cette lettre (ah l’écriture !!)”

Bonjour chère Shila, la plus sympa des éléphantes,

Nous nous connaissons depuis déjà de nombreuses années et nous avons le bonheur de nous retrouver chaque année à Kurichithanam où tu vis à un kilomètre de Kudakkachira où je passe mon séjour en famille.

J’ai eu l’honneur d’être ton porte-parole pour d’abord expliquer l’importance très grande des éléphants au Kerala et en Inde.

Mes débuts dans l’écriture étaient laborieux : comment expliquer aux enfants la vie des éléphants en Inde, comment décrire la nature et l’environnement qui les entourent, comment faire sentir l’ambiance de la vie au Kerala et en Inde.

Pour cela, j’ai été aidé au départ, par Jis, chercheure en conservation de l’environnement et écologie. Elle m’a donné des pistes importantes à approfondir sur la vie des éléphants :

« Hier, Jis Sebastian, la nièce charmante de mon voisin Henri, lui a écrit à propos des lettres que je vous envoie.

Jis Sebastian est scientifique et connaît bien nous autres, les éléphants. Henri m’a fait lire la lettre de Jis Sebastian… Houlala, good luck cher Henri :

“Cher Oncle, n’hésite pas à parler des caractéristiques biologiques, des habitudes dans les forêts, de l’importance de l’éléphant dans la forêt, des habitudes alimentaires dans les habitations humaines, des routines quotidiennes, de l’interaction avec les gens et les enfants, etc. Je peux faire des commentaires si vous envoyez le premier projet

Ensuite, vous pouvez raconter l’histoire de la vie et la biologie des éléphants. Par exemple, les différences entre les éléphants d’Afrique et d’Asie, des faits intéressants tels que les éléphants ne peuvent pas sauter, les bébés éléphants perdent leur première série de dents et de défenses tout comme les humains, l’espérance de vie de 70 ans, une longue grossesse de 22 mois, la sieste en position debout, la musth chez les mâles etc. »

Ainsi pour mieux te connaître, chère Shila, j’ai dû faire des recherches sur la grande famille des éléphants.

Puis sont venus les moments d’échange de courriers entre toi et les enfants qui te posaient des questions précises sur ta vie, ton alimentation et aussi sur ton langage et aussi sur ton environnement, écoles…

Cela m’a permis, en ma qualité de porte-parole d’ouvrir et de sortir de ton pré pour aller visiter l’école KR Narayanan à Kurichithanam puis de parler de ton voisin qui a donné son nom à l’école et qui fut le premier président de l’Inde issu des dalits

Emmanuel, porte-parole et en même temps cornac boulonnais, réussit à maintenir le cap, ce qui n’est pas toujours évident. Il soutient l’effort de l’écriture et apporte une grande contribution, ce qui me permet de continuer.

Le plus difficile reste à intéresser les enfants, tout en souhaitant apporter cette attention à la vie de ton pays, que tu nous permets de mieux connaître et de partager ta fierté et ton intérêt passionné pour l’Inde.

Voilà ce que je peux dire de l’écriture et du rôle de porte-parole de la plus gentille des éléphantes.

Bisous

Henri

*******

Bonjour chère Shila, la plus sympa des éléphantes,

Tout a commencé quand, un jour après une réunion de travail avec Henri pour le meilleur des enfants, Henri m’a montré des photos de toi. Je t’avoue que j’ai fait des sorties papiers, que j’ai mis au mur de mon bureau, pour que je puisse te regarder chaque jour.

Un jour, pendant le début du premier confinement au printemps dernier, un enfant qui était dans mon espace de travail a montré tes photos en demandant : « Qui c’est ? », et je lui ai raconté ta belle histoire, que m’avait narrée Henri.

Le soir même, j’ai écrit à notre cher Henri pour lui proposer que tu écrives aux enfants chaque jour. Ta première lettre a été publiée sur notre site le 21 mars 2021, soit quatre jours après le début de notre premier confinement, et tu nous as depuis chaque matin gratifié de ta plume, hors interruption des vacances scolaires. A ce jour, cela fait plus de deux cents vingt lettres.

Avec Henri, nous nous sommes amusées à un petit calcul.

Si l’on accepte de considérer l’article ““Lettre de Shila : “Les élections municipales au Kerala en décembre 2020, pour une gouvernance participative””, paru le 14 janvier 2021 comme base de référence moyenne (1510 mots écrits pour cette lettre), cela signifie que tu as écrit 335 220 mots depuis le 21 mars 2020, date de ta première lettre.

En prenant pour repère l’article ci-après qui conseille les apprentis écrivains pour la publication de leur premier roman, cela signifie que tu as virtuellement d’ores et déjà publié 2,68 romans de 500 pages chacun, qui est le format d’édition le plus élevé pour un premier roman (on pourrait décliner ce calcul selon des nombres de mots par roman moins élevés, mais plus normaux pour des premières publications) :

Pas mal chère Shila 😊

Il faut remercier Henri, Jis, Maki, Francis qui ont accepté d’intégrer ton équipe de porte-parole.

Pour ma part, te proposer des lettres fut comme une bouffée d’oxygène, car penser à toi, penser aux enfants, penser à toi qui pense aux enfants, penser aux enfants qui pensent à toi, c’est trouver les raisons de maintenir une curiosité, une ouverture sur le monde, forcément rétrécies en ces temps de confinements, de stress dû au Covid.

Et puis, t’écrire, c’est tellement joyeux. Il faut te dire que dans mon métier, je suis amené à écrire depuis des années et des années. J’adore écrire, je trouve cela aussi chouette que dessiner, peindre ; c’est vraiment honorer ces drôles de choses qui pendouillent au bout des bras des humains, et que l’on appelle « les mains », « les doigts ». C’est sans doute pour toi une excentricité, puisque tu écris bien avec tes grosses pattes sans doigts. Mais sache que pour les humains ce n’est jamais évident d’écrire, de dessiner, de peindre. Cela peut parfois intimider même si l’on a très très envie de s’y essayer pourtant.

Alors chère Shila, je te dis un merci de tous les instants devant mon cahier d’écolier, à la rechercher d’une lettre qui pourrait te plaire. Je te remercie aussi mille fois pour la recherche d’images associées à tes lettres, grâce à Internet, ce sont comme des fenêtres ouvertes sur le passé, le présent, le futur, les quatre coins du monde. J’ai beaucoup appris de la richesse de la vie grâce à ces lettres : apprendre sans cesse, voilà un grand privilège.

Henri et moi, pour te remercier, avons repensé à la divine Madame Anoushka Shankar dont tu nous a fait l’éloge à juste titre dans une précédente lettre. Pour te remercier, nous te proposons à notre tour deux artisans du son natifs d’Outre-Atlantique qui s’appellent Messieurs Daniel Lanois et Rocco DeLuca. Disons que c’est un clin d’œil de tes deux porte-plumes :

Bisous,

Emmanuel

Ce n’est qu’un au revoir chère Eloïse

Mercredi 5 mai, les enfants ont fêté Eloïse, dont le stage s’achevait le lendemain.

Au plaisir de vous trouver chère Eloïse.

Dans la joie et la bonne humeur nous nous sommes dis au revoir et à bientôt. 
Partageant et trinquant tous ensemble

Par ce moment de convivialité, je tenais à remercier l’ensemble de l’équipe éducative de m’avoir accueillie et soutenue durant toute ma période de stage. 
En espérant qu’enfant et adulte garderons un bon souvenir de ma venue aux découvreurs, pour ma part ce fut une expérience que je n’oublierais pas. 

Un GRAND MERCI 😁 Eloise “.

Lettre de Shila : “Une question de chiffres”

Chers enfants,

Dans une précédente lettre, je vous parlais de mon intérêt pour les chiffres et les mathématiques et je faisais bondir mon voisin Henri et son ami, qui est aussi mon ami, Emmanuel.

J’ai su qu’ils ont toujours eu un peu de mal avec les mathématiques. Ne vous découragez surtout pas, chers enfants, car les chiffres ont une grande utilité. Je vous disais alors la chose suivante, excusez-moi de me répéter :

Ah, mes chers enfants, moi l’éléphante philosophe me dis que les mathématiques nous aident à saisir ce qui est vrai, ce qui est faux.

Une fois dit cela, je suppose qu’il est bel et bon de regarder tous ces calculs annonçant le cours de nos vies avec certes bienveillance, mais sans oublier curiosité, étonnement.

Les additions, les soustractions, les divisions, la volonté de maîtriser tout ce qu’il pourrait se passer, sont comme des continents mystérieux à découvrir ou redécouvrir chaque jour, y compris en reconnaissant qu’aussi importantes soient les mathématiques, elles peuvent nous tromper si l’on n’y prend pas garde.”

Dans ma lettre, je vous parlais de Monsieur Quetelet dont les recherches mathématiques ont été fructueuses pour des millions d’êtres vivants. En Inde, Monsieur Mahalanobis, grand mathématicien a poursuivi dans le même sens.

J’en profite pour vous rappeler que c’est Monsieur Brahmagupta, mathématicien et astronome indien qui a découvert le « zéro » :

Le zéro a été inventé en 628 en Inde. Le mathématicien et astronome Brahmagupta dessine le vide, le néant, le rien. Il invente un signe pour l’absence et ouvre le chemin de la représentation de ce qui n’était pas représentable jusque-là.”

Comme je vous le disais, les mathématiques ont une grande importance pour distinguer le vrai du faux.

Aujourd’hui, dans la situation dramatique de la pandémie, vécue dans le monde entier et particulièrement dans mon pays, les chiffres ont une grande importance. Ils permettent de suivre l’évolution de la pandémie.

Dans mon pays adoré, qui souffre gravement aujourd’hui, il existe une bataille autour des chiffres tant au niveau des contaminations que des morts. Mon cher voisin Henri m’a envoyé pour vous un article qui montre qu’on abordait ce problème déjà en juin 2020 :

Les scientifiques ont besoin des chiffres les plus exacts possibles pour travailler, ainsi trois cents scientifiques indiens ont demandé, dans un courrier, au premier ministre de l’Inde de leur fournir les données épidémiologiques clés :

L’administration de M. Modi a souvent été critiquée par des économistes, des scientifiques et d’autres chercheurs pour ses données opaques ou retardées.

Cela comprend les statistiques sur la criminalité attendues en 2017 mais publiées à la fin de 2019 ; un rapport divulgué montrant une flambée du chômage qui a été démentie par le gouvernement avant les élections de 2019 mais confirmée après le vote ; et plus récemment, les législateurs ont nié avoir des données sur le nombre de migrants pauvres tués alors qu’ils rentraient chez eux lorsque M. Modi a verrouillé le pays à court préavis l’année dernière.

La demande d’une diffusion plus large des données liées aux coronavirus gagne en urgence car l’Inde est saisie par une deuxième vague féroce qui risque de créer de nouvelles souches mutantes si elle est autorisée à se propager sans contrôle.

Les scientifiques ont également demandé à M. Modi de “financer et d’élargir de manière adéquate le réseau d’organisations” pour collecter des données de surveillance à grande échelle.

« Sans une telle collecte de données et une publication en temps opportun, nous ne serons pas en mesure de gérer efficacement Covid-19 », ont-ils déclaré.”

Pour moi, éléphante philosophe persuadée que les mathématiques nous aident à mieux saisir la réalité, je lève ma trompe, comme vous, vous croisez les doigts, pour que la santé et la survie des gens l’emportent sur les autres calculs.

Mon cher voisin Henri me dit qu’un mathématicien indien, interrogé par le journal britannique « The Guardian », s’explique sur les chiffres :

Murad Banaji, un mathématicien qui a modélisé la pandémie de Covid-19 en Inde, a déclaré que « de multiples flux de preuves montrent que le sous-dénombrement des décès de Covid est un gros problème en Inde ». Il a ajouté : « Avant de commencer à nous féliciter du faible taux de mortalité de l’Inde, la première chose à préciser est que nous n’avons pas une bonne idée du nombre de personnes qui meurent de Covid dans le pays. »

Selon les estimations de Banaji, le nombre de morts en Inde devrait être au moins trois fois plus élevé que les chiffres officiels….

« Si nous ne disposons pas des données nécessaires pour comprendre pleinement ce qui se passe actuellement avec cette pandémie », a déclaré Banaji, « comment l’Inde peut-elle se préparer pour l’avenir ? »”

Voilà, chers enfants, où j’en suis de ma réflexion sur les chiffres qui ne cessent d’abonder en cette drôle de période que nous vivons.

Je dois dire aussi que le gouvernement de gauche, dirigé par les communistes, dans mon état du Kerala viennent de remporter à nouveau les élections. Tous les cinq ans, nous avions l’alternance, c’est donc une première chez nous, c’est à souligner. Les résultats sont tombés le 2 mai, près d’un mois après les élections qui ont eu lieu début avril.

J’ai cru comprendre que la priorité du gouvernement n’est pas de fêter, mais bien de consacrer toute l’énergie à la lutte contre le virus qui ne se limite pas aux grandes villes de l’Inde, mais qui atteint même mon village de Kurichithanam.

J’espère pouvoir bientôt vous donner des nouvelles moins tristes.

Chers enfants, intéressez-vous aux mathématiques et prenez bien soin de vous.

Je vous fais de gros bisous.

A demain,

Shila

“”Me Constallation” selon la Maison Vive (images de l’atelier arts plastiques”

Ce 6 mai, les enfants de la Maison Vive ont interprété avec Sylvie, leur professeure en arts plastiques et conseillés par Marion du FRAC, l’œuvre “Me Constellation“, partie prenante du corpus choisi pour l’exposition à venir intitulée “Rien n’est joué d’avance“.

Découvrez les images transmises par Sylvie :

Lettre de Shila : “En mémoire de Quinquin”

Bonjour chers enfants, comment allez-vous ?

Hier je vous racontais combien demain, 8 mai, est une date importante du souvenir tant elle revient sur une guerre atroce.

Mon cher voisin Henri m’a racontée ses souvenirs familiaux ; il en fallait du courage pour ses aïeux tant les conditions de vie étaient difficiles en raison des interdits posés par les soldats du dictateur, et par la police de votre pays soumis à aux délires sécuritaires de l’occupant.

Brrrr… Que cette ambiance de l’époque me révulse ; tout le monde devait suspecter tout le monde d’être un ennemi en puissance, tout le monde devait s’accommoder avec sa conscience : vivre libre, ou accepter de renoncer à sa liberté.

Henri m’a expliquée que ce fut une période sombre car il fallait choisir son camp quel que soit son âge, du plus jeune au plus vieux, au risque d’être emprisonné ou de mourir.

Quel que soit son âge ? Ah non, les enfants n’ont pas à être impliqués par les guerres d’adultes, ça ce n’est pas possible.

Henri me dit que, si : malheureusement, des enfants furent acteurs de cette guerre, enrôlés au nom de la valeur sacrée de la liberté.

Ainsi de Marcel Pinte, alias « Quinquin » son petit surnom de résistance, reconnu aujourd’hui comme le plus jeune résistant de votre pays à l’envahisseur.

Emmanuel, l’ami de mon cher voisin Henri, m’a envoyée pour vous un beau reportage qui raconte son histoire, dite par son descendant :

« Parmi les combattants, dès l’âge de 5 ans, Marcel se voit confier des missions délicates.

Marcel était un agent de liaison, c’est-à-dire qu’il effectuait des transmissions, il acheminait des messages dans les fermes, les granges, ou dans des points relais. C’est-à-dire qu’il portait le message jusqu’au point relais et là une autre personne emmenait le message encore plus loin.”

Marcel, surnommé Quinquin par les maquisards, n’a pas son pareil pour passer inaperçu sur les chemins de traverse. En marchant, Marcel a pourtant l’habitude d’entonner des chants de la résistance, mais jamais les allemands n’ont repéré le bout de chou.

Le 19 août 1944, le destin le rattrape. Un parachutage d’armes, une balle est tirée accidentellement par un maquisard, Marcel s’effondre.

“J’imagine que ça a été beaucoup d’émotions, et puis il faut se remettre dans le contexte, ils ont vécu toute la guerre, le petit Marcel a fait toute la guerre. On est à quelques jours de la libération de Limoges, des moments décisifs. Ils vont vers la victoire et cet accident arrive à ce moment-là.”

Marcel Pinte meurt quelques heures plus tard dans les bras de sa mère. »

Mes chers enfants, quelle triste histoire.

Moi, l’éléphante philosophe, me demande comment ce petit enfant a pu trouver en lui un si grand courage ? Et je rumine aussi la question de savoir si les adultes sont en droit de vous placer dans de telles circonstances, pour lesquelles vous devenez des héros au risque de votre vie.

Chers enfants, j’ai réfléchi, j’ai ruminé.

Voici ce que je pense.

Il ne s’agit pas d’attendre de vous que vous fassiez preuve d’héroïsme, ressource en soi que l’on puise à l’extrême pour faire acte de courage, mais, comme je l’essaye par mes lettres qui racontent à ma façon le monde tel qu’il a été, tel est, tel qu’il va, permettre de nommer durant ces moments de profond découragement, voire de désespoir, la possibilité permanente de trouver en soi les ressorts pour les surmonter.

Pour nous en souvenir et exprimer le refus que cela puisse de nouveau avoir lieu, j’ai pensé à ce chant sur la plage des enfants et des parents avant une bataille terrible à mi-distance entre chez moi et chez eux, chez vous durant cette guerre atroce :

Je t’embrasse très fort Quinquin, je vous embrasse très fort,

A lundi,

Shila

Lettre de Shila : “Persuader pour le meilleur ou pour le pire”

Bonjour chers enfants, comment allez-vous ?

Emmanuel, l’ami de mon cher voisin Henri, me dit que souvent dans vos maisons, vous sollicitez vos chères éducatrices et éducateurs pour arbitrer des différents entre vous. Si j’ai bien compris, quand il y a un problème, vous leur dîtes : « Untel a dit cela de moi, et je ne l’ai pas supporté ». A la recherche de qui dit vrai, qui dit faux, l’éducatrice ou l’éducateur demande alors à l’autre enfant dénoncé son point de vue, et il répond avec autant d’aplomb : « C’est même pas vrai, c’est que des mensonges ».

Hummm, quel embrouillamini.

Je n’aimerais pas être à la place de votre éducatrice ou éducateur pour discerner le vrai du faux. Souvent, me dit Emmanuel, les adultes préfèrent temporiser et éloigner l’un de l’autre les deux protagonistes. Il semblerait qu’à la longue, ces incidents se résorbent d’eux-mêmes ; vous constatez par vous-mêmes que le conflit entre vous ne résout rien.

Cela me rappelle la lettre que je vous ai envoyée lundi, remarquant la difficulté parfois de Grand-mère éléphante quand le troupeau barrit plus fort que d’habitude, qu’elle a un peu de mal à faire entendre sa voix pour faire respecter la plus sage des décisions, mais qu’elle y arrive finalement en prenant son temps, en attendant que les cris retombent :

Mon cher voisin Henri m’a racontée que samedi qui vient, vous allez vous souvenir d’une guerre atroce, qui a fait encore plus de mal à tout le monde que celle dont je vous ai parlée voici quelques mois comme chaque année à la même date :

Encore une guerre mondiale, si peu de temps après ? Ce n’est pas possible. Les humains n’apprendraient-ils jamais de leurs erreurs ? Henri m’a expliquée qu’hélas, en effet, peu de temps après cette guerre-là, a eue lieu malheureusement une seconde guerre, encore plus meurtrière que la première. Henri me dit que cette guerre a été provoquée par des personnes qui disaient de très grands mensonges, mais qui étaient considérés par plein de personnes comme disant des vérités au nom desquelles il fallait se battre, tuer. Par chez vous, si j’ai bien compris Henri, ces grands menteurs étaient réputés pour avoir une emprise incroyable sur les foules rassemblées ; ils étaient influents.

Par chez moi aussi à cette époque, des combats atroces dans toute l’Asie ont été justifiés au nom de l’intérêt supérieur d’un pays, d’un empereur considéré comme une divinité. Même pouvoir de persuasion, même crise inacceptable.

Humm, je vois qu’il n’y a pas que chez les animaux qu’existent les prédateurs d’autant plus puissants qu’ils embobinent leurs proies avec une incroyable facilité. Henri m’a dit qu’un dessin animé que vous aimez bien, adaptant au Cinéma le livre d’un écrivain dont je vous ai parlé, Mister Kipling… :

… Racontait combien le serpent Kaa et le tigre Shere Khan pouvaient, dans la jungle à côté de mon petit chez moi, tendre maints pièges par leurs paroles séduisantes à des victimes crédules, à commencer par Mowgli, le petit d’homme. Mais alors, il n’y a rien à faire pour se défendre quand quelqu’un malfaisant vous dit des choses qui vous plaisent, au risque de vous perdre vous-mêmes ?

Emmanuel, prévenu par Henri de ma confusion, m’a raconté que vous autres, les humains, avanciez dans la compréhension des mécanismes du mensonge, pour mieux vous en défier. Emmanuel me dit aussi que des chercheurs comme Monsieur Eric, membre de votre Conseil scientifique, étudient comment un petit dérèglement devient une grande catastrophe. Souvent chez les humains, observent les scientifiques, ce petit dérèglement menant à des tragédies vient quand vous préférez croire ce qui est faux car c’est plus désirable, que ce qui est vrai car ce n’est que raisonnable.

Mes chers enfants, je ne sais pas si toutes ces recherches permettront d’éviter d’autres guerres terribles. Je me dis seulement, moi l’éléphante philosophe, que si le mensonge semble plus puissant que la vérité, la vérité finit par gagner toujours à la fin tant elle a des vertus que le mensonge n’a pas.

Pour renforcer ma conviction, Henri me dit qu’un grand auteur, aussi talentueux que Mister Kipling : Mister Charles Chaplin, a inventé une belle histoire, intitulée “Le dictateur“, peu de temps avant le début de la seconde guerre mondiale. Dans ce film, Mister Chaplin a beaucoup réfléchi au mensonge, à l’influence, et a créé deux personnages semblables, l’une nommée “Adenoïd Hynkel“, caricature du méchant dont je vous ai parlé et qui existait pour de vrai du côté de l’Allemagne, votre pays voisin, et l’autre un barbier lui aussi de cet endroit du Monde, qui lui ressemble trait pour trait, a les mêmes talents oratoires, mais qui est mû par des valeurs humanistes contrairement à son double maléfique.

Alors, chers enfants, cela n’est qu’un film, mais je trouve cela intéressant, important, de comparer les deux personnages quand ils prennent la parole. Mon oreille d’éléphante entend d’eux le même pouvoir de persuasion. Ils convainquent toutes celles et tous ceux qui les écoutent de faire ceci ou cela, mais l’un fait le mal, l’autre le bien.

Emmanuel m’a dit que l’on a retrouvé dernièrement les cahiers de Mister Chaplin, où il écrivait quelques mots pour préparer la scène du discours du barbier, du discours du bien. Les mots de Mister Chaplin pour cette scène sont soigneusement consignés par ses soins dans un cahier daté du 5 juin 1940, c’est-à-dire au moment où votre pays était envahi pour de vrai par des soldats à la botte du dictateur inspiré par Mister Chaplin.

Ces mots de résistance à la méchanceté sont :

Raison. Bonheur. Gentillesse. Humanité. Beauté. Imagination. Bonté. Progrès. Tolérance. Liberté. Aventure. Amour. Science. Démocratie.

Chers enfants, ce sont des mots essentiels.

J’espère que, comme moi face au tigre Shere Khan ou au serpent Kaa, vous vous en en souviendrez pour ne pas donner prise à un méchant très persuasif face auquel vous ne savez pas quoi penser.

Je vous embrasse très fort,

A demain,

Shila

Lettre de Shila : “La science des rêves”

Bonjour chers enfants, comment allez-vous ? Avez-vous bien dormi ?

Moi, j’ai roupillé cinq heures, je me suis assoupie vers vingt-deux heures, alors que je contemplais comme à mon habitude ma copine la Lune :

Mon cher voisin Henri avait mis un disque de Mister Leonard Cohen. Sa belle voix aide à rallier le pays des songes :

Je vous sais très intrigués de savoir comment dorment les éléphants, c’est une question importante en effet :

Henri m’a expliquée que vous autres, les humains, êtes très soucieux de comprendre la qualité du sommeil car beaucoup de questions de santé en découlent.

La durée du sommeil idéal est une question controversée pour vous autres ; faut-il faire la grasse matinée ? Il semblerait que dormir plus de huit heures ne serait pas une bonne idée.

Emmanuel, l’ami de mon cher voisin Henri, m’a racontée qu’il existe une légende, selon laquelle les plus grands chefs des humains avaient cette qualité de dormir très peu. Humm, moi l’éléphante philosophe et pacifiste, me demande si cette particularité est si désirable. C’est vrai quoi ? A quoi sert d’être éveillé plus que bien d’autres humains, si c’est pour leur faire la guerre ?

Henri m’a expliquée que d’autres humains aux conditions de sommeil fragiles sont des héros positifs ; des navigateurs sur la mer… :

… Des navigateurs dans l’espace :

D’accord : dormir n’est pas une performance pour écrabouiller les autres, mais un moyen de vivre mieux la vie que l’on se donne à vivre.

Chez nous autres, les animaux, tout le monde se demande combien d’heures le « paresseux » peut dormir. Ce n’est pas très clair. En tout cas, il n’a jamais fait la guerre, n’a jamais navigué autour du monde, et, à ma connaissance, n’est jamais encore aller dans l’espace.

Mister Kuttan, qui est le premier humain à me retrouver chaque jour à mon réveil, m’a racontée une découverte scientifique récente incroyable.

Vous vous rappelez des pieuvres ? :

Et bien, Kuttan me dit que des humains venaient de comprendre que ces curieuses créatures font des rêves durant leur sommeil.

Ca alors ! Et moi ? Est-ce que je rêve ?

Kuttan me dit que les humains ne le savent pas, du moins pas encore car ils continuent à se poser la question. D’après Kuttan, étant donné mon cerveau très développé, cela n’est pas improbable.

Mais, à quoi rêverait donc un éléphant quand il dort ? Je pense, pour ma part, que quand je rêve, je rêve à vous, et d’un avion qui atterrit à côté de votre maison…

Mon cher Henri m’a expliquée que le chat qui, assoupi, se dort la pilule sur son toit dès que le temps est au beau, fait sans doute des rêves de chasse, avec ses petites pattes qui s’agitent alors qu’il se retrouve face à l’amie souris.

Hummm, serait-ce pour le chat un moyen d’exprimer à la souris combien elle lui est importante ?

Emmanuel me dit que pour l’instant, les humains ne peuvent pas savoir exactement à quoi rêvent les animaux quand ils rêvent. Par contre, m’explique Emmanuel, vous êtes sur le point de pouvoir communiquer avec des humains en train de dormir pour pouvoir entrer dans leurs rêves, voire les modifier.

Hummm, je ne suis pas sûre que cette intrusion me plairait : j’aurais l’impression de n’être pas moi.

Chers enfants, que l’aventure du dodo est extraordinaire. Je vous souhaite plein de rêves, qu’ils soient merveilleux, maussades ou insignifiants alors que vous vous réveillez et que vous ne vous en rappelez pas.

L’important est que je puisse vous retrouver tous les jours en pleine forme, avec des idées issues de vos rêves à créer ensemble :

Je vous embrasse très fort,

A demain,

Shila