Archives de catégorie : Comité de pilotage, pôle international

Compte-rendu de réunion du 9 décembre 2015

Compte-rendu réunion de comité de pilotage, pôle international

9 décembre 2015

Emmanuel Paris

Présents :

Joseph Bako, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, chef de service de la Maison de la Musique et du service Itinérance

Baptiste Legros, programme Kuru Kofe

Emmanuel Paris, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, directeur adjoint aux affaires culturelles

Cette réunion est organisée par téléphone : Joseph Bako et Baptiste Legros étant au Togo pour encadrer les enfants du dispositif « Itinérance Togo 2015 ».

Actions communicationnelles pour la valorisation du dispositif « Itinérance Togo 2015-2016 » :

Emmanuel Paris informe les participants que le site Internet de l’institution accueille une rubrique dédiée à cet Itinérance, avec d’ores et déjà 5 articles en ligne et plusieurs messages des parents depuis le départ de Boulogne-sur-mer, le 1er novembre 2015. Cet « Itinérance au Togo » s’achèvera comme chaque Itinérance après 110 jours sur place, soit à la mi-février 2016.

Plus d’informations ici.

Baptiste Legros demande la possibilité qu’un livret papier, compilant l’ensemble des articles de cet Itinérance au Togo, soit réalisé au terme de celui-ci, afin que chaque enfant puisse se le voir remettre en mains propres.

Emmanuel Paris approuve cette proposition.

Réflexions sur le champ des possibles à propos du thème « solidarité internationale et échanges interculturels » :

Emmanuel Paris informe les participants que la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France, qui soutient le programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » de notre institution, va examiner en janvier 2016 un renouvellement de ce soutien pour les trois années à venir, dans le cadre des « projets pilotes »

Emmanuel Paris informe les participants que, dans l’éventualité de l’acceptation par la Fondation du principe de ce soutien pluriannuel, il sera demandé à l’institution un programme d’actions sur les trois prochaines années.

Emmanuel Paris remercie Joseph Bako de sa présence lors de la venue le 1er décembre de Madame Anastassia Makridou-Bretonneau, responsable du Programme « Art citoyen » de la Fondation Daniel et Nina Carasso, et informe des axes structurant ce programme.

Emmanuel Paris propose qu’à la lumière de ces axes, une première réflexion établisse le champ des possibles dans le cadre d’actions communes avec les partenaires du programme Itinérance ces prochaines années.

Baptiste Legros et Joseph Bako disent qu’ils vont évaluer les ressources offertes au Togo dans les prochaines semaines ; cette prospection permettra d’étayer une proposition faite auprès de la Fondation Daniel et Nina Carasso en matière d’échanges interculturels.

Emmanuel Paris dit qu’il se référera aussi au projet formalisé lors de la réunion du comité de pilotage « international » du 24 mars 2015, à propos du développement des capacités d’accueil et d’animation au Burkina Faso, c’est-à-dire le pays cheville ouvrière des Itinérances depuis plusieurs années.

Emmanuel Paris remercie les participants pour cette première réflexion, et propose des échanges par mail d’ici le prochain comité de pilotage, en avril 2016, pour coordonner au mieux la suite de ce travail en relation avec la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Point sur « Itinérance Togo » en cours :

Baptiste Legros dit que c’est un très bel Itinérance ; les trois enfants sont depuis quinze jours dans leur famille d’accueil, et le travail effectué par l’association partenaire locale « S.O.S Village d’enfants » pour faciliter ces intégrations a été déterminant dans cette réussite.

Baptiste Legros constate une nouvelle fois le bienfait de ce système organisé en accueil individualisé pour des vies en immersion longue chez l’habitant, plutôt qu’un Itinérance vécu du début à la fin en vie de groupe (enfants + éducateur).

Joseph Bako va à présent, et pendant trois jours, mener des entretiens individuels avec chaque enfant. Ces entretiens se dérouleront au calme, en des lieux en retrait du village où vit l’enfant.

Après ces entretiens, les enfants effectueront chacun un stage de quinze jours dans des entreprises et associations locales que Baptiste Legros a sollicitées.

Baptiste Legros cite l’exemple d’Océane, qui dans le village actuel (Kara), va faire un stage au jardin d’enfants, puis, dans le prochain village (Kpalimé), travaillera avec les paysans membres du Centre de Formation Agricole et de Production Ecologique à la récolte et la valorisation du cacao.

Baptiste Legros dit que le format décidé pour les séquences de vie en famille d’accueil dans chaque village : 50 jours / enfant / famille, est approprié. L’enfant peut prendre ses marques et s’épanouir dans le dialogue et la vie partagée avec la famille et le village.

Joseph Bako dit que la relation partenariale avec les trois associations togolaises de cet Itinérance : l’association AREJ, S.O.S Village d’Enfants Togo et le Centre de Formation Agricole et de Production Ecologique, est de qualité.

Joseph Bako et Baptiste Legros disent que cette relation donnera pleinement ses fruits à la condition d’un partenariat dans la durée, car cela permettra une meilleure connaissance mutuelle et la formalisation de projets en commun de plus en plus satisfaisants pour l’ensemble des parties prenantes.

Emmanuel Paris approuve ce diagnostic et dit que les relations partenariales développées par l’institution donnent pleinement satisfaction pour les Maisons comme pour les partenaires à partir de la troisième année d’existence de la relation.

Joseph Bako dit que la bonne relation de travail entre Bakary, Baptiste Legros et Noel Tingayama Mawo doit constituer le socle de ce travail pluriannuel.

On trouvera plus d’informations sur Bakary et Tingayama en se référant à la précédente réunion du comité de pilotage « international ».

Joseph Bako signale que la recherche de nouveaux partenariats avec des collectifs et associations togolais prend beaucoup de temps, et est difficilement conciliable avec l’emploi du temps de Baptiste Legros, très largement consacré à l’accompagnement des enfants pendant les séjours « Itinérance ».

Joseph Bako recommande en conséquence que des missions spécifiques soient accordées à Baptiste Legros pour la prospection de nouveaux partenariats.

Questions annexes :

Emmanuel Paris demande à Baptiste Legros s’il sera possible que cet « Itinérance Togo » puisse participer au spectacle clôturant les « Journées d’Enfance 2016 », tout comme « Itinérance Burkina Faso 2015 » a pu contribuer à enrichir le spectacle « Notre Antigone », le 3 juillet 2015.

Baptiste Legros recommande de rencontrer sur Paris, où il réside désormais, l’écrivain togolais Tété-Michel Kpomassie, auteur de l’ouvrage « L’africain du Groenland ».

Ce récit correspond en effet au thème de la saison culturelle, thème intitulé « Chemin faisant », car il raconte l’expérience de M. Kpomassie au pays Inuit, c’est-à-dire une première dans l’histoire des échanges interculturels.

Baptiste Legros ajoute que cela pourrait être aussi en accord avec la venue à Boulogne-sur-mer des enfants Sugpiaqs, organisée en septembre 2016 par le Musée de Boulogne-sur-mer partenaire de notre institution.

Emmanuel Paris remercie les participants et fixe la prochaine réunion du comité de pilotage international au mercredi 27 avril 2016, à 16h, en salle du conseil d’administration du site de la Ferme de Bertinghen.

Compte-rendu de réunion du 21 septembre 2015

Comité de pilotage « international »

Compte-rendu de la réunion du 21 septembre 2015

 

Emmanuel Paris, 24 septembre 2015

 

Présents :

Joseph Bako, chef de service Maison de la Musique et du service « Itinérance »

Claire Beugnet, directrice adjointe

Baptiste Legros, programme « Kurukofe »

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles

Introduction :

« Kurukofe » est le partenaire des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale pour les échanges interculturels ; c’est un programme pluriannuel et pluridisciplinaire de développement local et de développement culturel au service de la sauvegarde et de la valorisation des falaises de Banfora, dans l’Ouest du Burkina Faso, non loin de la deuxième ville du pays en terme de nombre d’habitants : Bobo-Dioulasso.

Kurukofe accueillent chaque année des jeunes affiliés à notre institution, lesquels vivent 110 jours en immersion dans une famille, participent à la vie du village et aux actions écologiques et patrimoniales organisées par Kurukofe pour entretenir et valoriser les paysages des falaises de Banfora (forêts, cascades, vestiges archéologiques), se mettent au service d’une économie locale axée sur le développement d’un tourisme écoresponsable.

En raison de l’actualité au Burkina Faso (au moment où se déroule cette réunion du comité de pilotage « international », une tentative de coup d’Etat a lieu dans ce pays), l’ordre du jour est consacré à l’évaluation de la faisabilité d’un séjour « Itinérance » 2015-2016 dans les semaines à venir.

Deux hypothèses sont travaillées par les participants, avec une prédilection pour la première formulée ci-après :

Dans l’hypothèse où la situation politique au Burkina Faso se stabiliserait, présentant les meilleures garanties pour l’accueil des jeunes durant le prochain séjour « Itinérance », décision est prise de programmer le séjour dans ce pays après les élections présidentielles programmées dans le courant du mois de novembre.

Dans l’hypothèse où la situation politique au Burkina Faso ne se stabiliserait pas, un séjour dans un autre pays de la région ouest africaine sera organisé. Le Togo, pays limitrophe du Burkina Faso, est envisagé.

Prospectives sur la faisabilité du prochain séjour « Itinérance » au Togo :

Un premier séjour « Itinérance » de 110 jours durant cette nouvelle saison culturelle 2015-2016 est organisable dès les prochaines semaines, par exemple du 15 octobre 2015 au début du mois de février 2016.

Joseph Bako signale qu’à ce jour, deux jeunes ont rempli les critères pour y participer, et il est possible qu’un troisième jeune soit sélectionné rapidement.

Claire Beugnet informe les participants que le départ du prochain séjour Itinérance peut avoir lieu au-delà du 15 octobre.

Joseph Bako et Baptiste Legros conviennent qu’il est nécessaire de consacrer ces prochains jours pour reprendre contact avec des collectifs éducatifs togolais, et voir avec eux le champ des possibles.

Parmi ces collectifs, une personnalité a d’ores et déjà travaillé par le passé avec l’une des associations fondatrices de notre institution : la « Maison des Enfants de la Marine ». Noel Tingayama Mawo, conteur et éducateur togolais, est cité ; M. Tingayama Mawo était venu voici plusieurs années à la rencontre des enfants et des jeunes de la Maison des Enfants de la Marine pour partager avec eux les arts du conte.

Joseph Bako informe les participants qu’il a d’ores et déjà envoyé des messages électroniques à l’attention de M. Tingayama Mawo afin de renouer contact. Joseph Bako est à ce jour en attente de réponses. Si cette personne ressource était d’accord pour organiser ce premier séjour Itinérance 2015-2016 avec Baptiste Legros, le lieu d’accueil des jeunes serait à 250 kilomètres maximum de la frontière burkinabé, non loin de la ville de Sokodé, permettant ainsi à tout moment de rallier ce pays si la situation politique se stabilise.

Joseph Bako décrit aux participants la région togolaise dans laquelle Tingayama et son collectif éducatif agissent : les paysages sont riches et permettent de reconduire l’activité écologique et patrimoniale, fil directeur du programme « Kurukofe ».

Baptiste Legros explique aux participants qu’il connaît par ailleurs des collectifs dans une autre région du Togo, elle aussi constituées de falaises et de forêts, non loin de la ville de Palimé. Baptiste Legros dit qu’il va reprendre contact avec les réseaux locaux en agroforesterie, menant une politique éco-responsable en matière de gestion des ressources naturelles.

Le scénario de ce séjour Itinérance au Togo pourrait être le suivant : arrivée par avion à Lomé, capitale du Togo, puis remontée vers Sokodé en passant par Palimé. Si la situation politique au Burkina Faso se stabilise et présente les meilleures garanties, Itinérance rallierait la région des falaises de Banfora, lieu habituel des séjours Itinérance.

Baptiste Legros informe les participants d’un visa nouvellement proposé par les pays de la région ouest africaine. Intitulé « Uemoa », ce visa permet de voyager sans entraves dans les pays suivants : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. La condition, explique Baptiste Legros, est d’obtenir ce visa dans l’un des pays précités.

Baptiste Legros demande comment organiser les modalités de transport au Togo. Au Burkina Faso, explique Baptiste Legros, le programme « Kurukofe » bénéficie d’un fourgon, propriété de l’association « La Maison des Enfants de la Marine ».

Claire Beugnet recommande d’acquérir dans la capitale Lomé un véhicule permettant de se déplacer durant ce séjour au Togo. Claire Beugnet demande à Joseph Bako et Baptiste Legros d’estimer le prix d’un véhicule apte à transporter les participants et les encadrants de ce séjour.

Claire Beugnet informe les participants que, pour présenter les meilleures garanties d’encadrement, l’hypothèse d’une proposition de travail rémunéré sous forme d’honoraires est aussi envisagée à l’attention de Macé, membre burkinabé du programme « Kurukofe » ayant une grande connaissance des séjours Itinérance.

Claire Beugnet explique que, si Macé est intéressé par cette proposition, le séjour Itinérance au Togo serait donc encadré par Baptiste Legros et lui.

Baptiste Legros dit que Macé pourrait effectivement être intéressé, et va s’en assurer auprès de lui.

Dans tous les cas de figure, explique Claire Beugnet, il faudra que le départ des jeunes à partir d’un aéroport parisien en direction du pays africain soit organisé avec un encadrant, qui les accompagnera durant ce transport aérien jusqu’à destination d’arrivée.

Baptiste Legros informe les participants qu’il rencontrera les jeunes sélectionnés pour ce prochain séjour le 8 octobre 2015.

Décision est prise d’une nouvelle réunion à la fin de la semaine pour faire un nouveau point sur l’organisation de ce séjour.

Emmanuel Paris remercie les participants et les invite à participer à la prochaine réunion du comité de pilotage « international », fixée au lundi 14 décembre 2015, à 10h, dans la salle du Conseil d’administration de la Ferme de Bertinghen.

Compte-rendu de réunion du 24 mars 2015

Compte-rendu réunion de comité de pilotage, pôle international

24 mars 2015

Emmanuel Paris

Présents :

Joseph Bako, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, chef de services Maison de la Musique et programme Itinérances

Baptiste Legros, Kuru Kofé

Emmanuel Paris, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, directeur adjoint aux affaires culturelles

A la demande de la direction de notre institution, qui souhaite présenter un projet de développement des capacités d’accueil, d’espaces d’échanges interculturels et d’apprentissages pour les jeunes en séjours Itinérances au Burkina Faso, Emmanuel Paris propose à Joseph Bako et Baptiste Legros de recenser les besoins en termes d’infrastructure.

I. Le parc de véhicules :

Baptiste Legros informe les participants qu’il faut 4 véhicules pour 4 jeunes accueillis en Itinérances. Ces 4 véhicules sont : une voiture, et 3 motocyclettes.

Baptiste Legros informe les participants qu’il y a 4 véhicules sur place (3 motos et un fourgon) dont les remplacements permanents et l’entretien reviendraient à 4000 euros par an l’achat et l’entretien de ce parc est de 4000 euros par an. Le véhicule automobile actuellement utilisé étant un fourgon 9 places.

A terme, l’acquisition d’un véhicule automobile 4 / 4 serait nécessaire pour améliorer la capacité de déplacement du groupe en itinérances vers les sites d’apprentissage difficiles d’accès, tels les Falaises de Banfora où les jeunes participent depuis plusieurs années déjà à la sauvegarde et la valorisation des vestiges archéologiques qui s’y trouvent.

II. La construction d’un site permanent dédié aux séjours de rupture « Itinérances » :

Baptiste Legros présente deux options possibles : la création d’un site à Borodougou, ou à Wempea.

Baptiste Legros informe les participants que la seconde option est le plus intéressante par la proximité entre le lieu de vie et les espaces d’apprentissages. Joseph Bako confirme la prédilection pour Wempea.

S’agissant du profil minimal d’un site pérenne dédié à la réception des séjours de rupture « Itinérances », Baptiste Legros informe les participants qu’il faut prévoir le forage d’un puit, une à deux cases permettant l’hébergement des jeunes et des éducateurs, l’installation de panneaux solaires permettant l’alimentation électrique, une cuisine, des douches et des sanitaires ainsi qu’un entrepôt pour le matériel des ateliers d’apprentissages.

Au total, Baptiste Legros évalue la surface au sol minimale d’un tel site à 6000 mètres carrés.

S’agissant de l’option 1 (site construit à Borodougou), Baptiste Legros informe les participants que l’hectare coûte en moyenne 1500 euros en ce moment. Baptiste Legros précise que la valeur de l’hectare acheté monte à 5000 / 6000 euros quand le site est déclaré « terrain associatif » au cadastre – cette catégorisation offrant par ailleurs une sécurité administrative non négligeable.

S’agissant de l’option 2 (site construit à Owempea), Baptiste Legros informe les participants que le coût d’un hectare est moindre qu’à Borodougou. Baptiste Legros informe les participants que le forage d’un puit constitue l’investissement le plus important : entre 8000 et 10 000 euros. Baptiste Legros estime les coûts afférents à la construction d’une case à 1500 à 2000 euros (pour mémoire, il s’agirait de construire deux cases), à 1000 euros l’installation de panneaux solaires suffisants pour alimenter en électricité le site, à 1500 euros la construction de l’ensemble cuisine / douches / sanitaires, et à 1000 euros la construction de l’entrepôt permettant la conservation des matériels utilisés lors des apprentissages.

Au total, Baptiste Legros évalue à environ 20 000 euros les frais d’achat de terrain et de construction du site.

III. Les démarches administratives :

Baptiste Legros informe les participants des démarches administratives requises pour développer de manière pérenne un site d’accueil, d’échanges interculturels et d’apprentissages dédiés aux jeunes en séjour de rupture « Itinérances ».

Baptiste Legros énonce les conventions (les destinataires de ces conventions sont les villages environnant le site, l’Organisme National des Forêts – administration régissant le territoire des Falaises de Banfora) et la demande d’inscription au cadastre.

Baptiste Legros informe les participants que la demande d’inscription au cadastre est longue à aboutir (3, 4 ans en ce moment), en raison de négociations en cours entre l’administration centrale et les chefs de village. Baptiste Legros recommande par conséquent le scénario suivant : la production de conventions avec les villages concernés ainsi que l’ONF – documents qui seront suffisants pour attester de la spécificité du site, et parallèlement la démarche faite auprès du cadastre.

IV. Ressources humaines :

Baptiste Legros informe les participants que pour la surveillance et l’entretien du site à l’année par un gardien, il faut actuellement compter 100 euros par mois.

Baptiste Legros informe par ailleurs les participants de la possibilité d’un accueil assuré de manière permanente par des éducateurs « Itinérances » sur le site. Lionel Lagermette encadrant les deux jeunes récemment arrivés, propose de travailler 6 mois par an sur place. L’activité menée en alternance avec Baptiste Legros permettrait ainsi de développer les capacités du service « Itinérances » afin de satisfaire au cahier des charges, qui est d’accueillir 10 jeunes par an, avec des séjours de 110 jours pour chacun de ces jeunes.

V. Questions annexes : scolarité, autres pays intéressants pour le développement d’un réseau « Itinérances » :

A la demande d’Emmanuel Paris, Baptiste Legros précise que le site de Wempea (cf. II.) a notamment sa préférence ainsi que celle de Joseph Bako par la proximité du site (7 kilomètres) avec la commune de Toussiana, dans laquelle existent 7 collèges d’un très bon niveau scolaire, c’est-à-dire des lieux d’enseignement disponibles pour accompagner les apprentissages des jeunes en Itinérances. La commune de Toussiana est par ailleurs en plein développement économique, et les jeunes pourraient intégrer en stage des manufactures par exemple produisant du savon de karité.

A la demande d’Emmanuel Paris, Baptiste Legros informe que le Maroc – et en particulier les plateaux de l’Atlas, ainsi que Madagascar – où Lionel Lagermette a longuement travaillé avec les villages au service de la valorisation de la biodiversité, sont deux pays dans lesquels il serait possible et intéressant de développer les mêmes franchises « Itinérances » que celle discutée lors de cette réunion de comité de pilotage.

Emmanuel Paris remercie les participants et les invite à participer à la réunion plénière du Conseil scientifique, le 2 juillet 2015 de 10h à midi, pour restituer ensemble les actions menées durant cette saison culturelle. Emmanuel Paris invite les participants aux « Grandes tables de la ferme », repas qui suivra cette réunion. Ce rendez-vous annuel est important pour l’institution puisqu’il donne l’occasion chaque année et pendant des décennies de célébrer sur le site archéologique du « petit déjeuner sous l’herbe » la vigueur et la vitalité des liens qui unissent enfants, adultes, anciens de l’institution, partenaires.

Compte-rendu de réunion du 15 décembre 2014

Compte-rendu réunion de comité de pilotage, pôle international

15 décembre 2014

Emmanuel Paris

Présents :

Joseph Bako, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, chef de service Maison de la musique et Itinérances
Baptiste Legros, association Kuru Kofé
Emmanuel Paris, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, directeur adjoint aux affaires culturelles

I. Information sur l’organisation de la résidence d’artiste Sitala :

Emmanuel Paris informe les participants qu’une compagnie burkinabé : « Sitala » sera accueillie aux Maisons lors d’une résidence financée par l’institution, du 17 juin au 4 juillet 2015. Il s’agira pour les artistes de cette troupe de partager avec les enfants et les jeunes leur art dans la perspective du spectacle qui clôturera le 3 juillet 2015 le festival « Les Journées d’Enfance 2015 ».

Ce partenariat privilégié témoigne de la prégnance des échanges interculturels dans le programme culturel de notre institution, et de la vivacités des liens qu’elle entretient de longue date avec le Burkina Faso, en particulier dans le cadre du programme Itinérance.

Emmanuel Paris informe les participants qu’une autre résidence d’artiste aura lieu du 17 janvier 2015 au 30 mars 2015 et est co-produite avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord Pas-de-Calais. Le lauréat de cette résidence est Marcel Mazet.

II. Point d’étape sur Itinérance « Grèce 2014/2015 » :

Sur proposition d’Emmanuel Paris, Baptiste Legros revient sur le mois de novembre, durant lequel il a accompagné avec Christophe Rolland 4 jeunes en itinérance en Grèce. Ce séjour de rupture aura lieu jusque la fin février 2015, mais il est d’ores et déjà possible et utile d’étudier ce premier mois, notamment en raison du dispositif expérimental mis en place à cette occasion. C’est, en effet, et pour la première fois depuis bien longtemps une destination en Europe ; les séjours habituels en Afrique (Burkina Faso, Maroc) ayant été fortement déconseillés par le Ministère des Affaires étrangères. C’est, par ailleurs, l’expérimentation de deux camping-cars, nouvellement acquis par l’association, quand il était d’usage jusque-là d’itinérer jusqu’à la destination d’accueil par d’autres moyens.

Baptiste Legros observe que ces deux paramètres : destination dans un pays européen et recours aux camping-cars, modifient le travail éducatif. Le dépaysement recherché par Itinérance est en effet plus difficile à obtenir, et la configuration du véhicule (un éducateur, deux jeunes / camping-car), par ailleurs lieu de vie communautaire, complique l’apprentissage des places (sur la relation entre la fonction des espaces et l’apprentissage de la vie, voir par exemple l’article relatant la politique éducative et culturelle de l’institution ici).

Baptiste Legros décrit plus en détails le quotidien de travail de l’éducateur dans cette nouvelle configuration : la fréquence des lieux de restauration rapide sur le terrain attise la convoitise, si bien qu’il a fallu privilégier des lieux d’étape loin de la ville. Le fait de ne pas connaître la population locale comme cela peut être le cas au Burkina ou au Maroc rend aussi plus difficile l’insertion dans la vie quotidienne des lieux. A ce sujet, Baptiste Legros recommande à l’avenir de préparer les Itinérances avec des associations du pays d’accueil.

S’agissant du projet culturel articulé à cet Itinérance en Grèce (marcher sur les traces de l’empereur byzantin Justinien, dont le code a profondément réformé la vision juridique occidentale en matière de droit des familles et des enfants), le moment mis en œuvre dès les premiers jours de novembre en Ardèche, durant lequel une constitution a été rédigée et mise au vote conjointement par les jeunes et les éducateurs, a été apprécié de tous. Baptiste Legros signale cependant la difficulté, en camping-car de pouvoir faire étape proche des sites byzantins en Italie (ces vestiges et monuments sont souvent dans le tissu urbain).

Emmanuel Paris, pour conclure ce point d’avancement sur Itinérance Grèce 2014/2015, signale qu’à présent Gilles et Christine pour le premier camping-car, et Jimmy pour le second, sont en train de rayonner autour d’Athènes et Patras, et que les nouvelles sont bonnes. Des reportages réalisés par les jeunes sur place sont attendus. Celui réalisé par Mathieu et Vincent avec l’aide de Jimmy vient d’être mis en ligne sur le site Internet.

III. Lecture commentée du document « Itinérances, pour relier » :

Rédigé en 2003, ce document pose les fondements du dispositif Itinérance. Joseph Bako et Baptiste Legros conviennent de la pertinence de cet écrit, onze années après sa rédaction.  Joseph Bako précise qu’il a largement utilisé ses principes pour réactualiser le dispositif, lors de sa prise de fonction du service cet Eté.

Baptiste Legros et Joseph Bako recommandent d’améliorer la phase amont du départ en itinérance, qui autrefois donnait par exemple lieu pour les jeunes en partance à des stages spécifiques, appelés notamment les « mercredis des savoirs », durant lesquels ils étudiaient des problématiques spécifiques au pays d’accueil (géographie, ethnologie, etc.). Des stages préparatoires pourraient avoir lieu de nouveau, réunissant les jeunes concernés, un expert du pays d’accueil.

Baptiste Legros propose qu’un manuel pédagogique soit rédigé en prévision du prochain Itinérance 2015, établissant par exemple les règles de vie de groupe à respecter impérativement pour que le séjour puisse être vécu de manière harmonieuse.

Emmanuel Paris propose parallèlement de travailler à la mise en ligne du document « Itinérances, pour relier » sur le site Internet de l’institution d’ici le prochain comité de pilotage.

Emmanuel Paris remercie les participants et fixe la prochaine réunion du comité de pilotage international au lundi 16 mars 2015, de 10h à 11h30, en salle du conseil d’administration du site de la  Ferme de Bertinghen.

Compte-rendu de réunion du 22 septembre 2014

Compte-rendu réunion de comité de pilotage, pôle international

22 septembre 2014

Emmanuel Paris

Présents :
Joseph Bako, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, chef de service Maison de la musique et Itinérances
Baptiste Legros, association Kuru Kofé
Emmanuel Paris, Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, directeur adjoint aux affaires culturelles

I. Présentation des participants

Après un tour de table durant lequel chaque participant se présente aux autres, Emmanuel Paris présente ses remerciements au nom de M. Legros, directeur de l’association, et de Madame Beugnet, directrice adjointe.
Emmanuel Paris explique la raison d’être de ce comité de pilotage, ainsi que des autres comités de pilotage développés cet Eté par l’institution. Ils ont chacun pour objet, dans le registre culturel porté par les institutions partenaires, de faciliter l’appropriation des actions et de leurs échéanciers par la communauté éducative de l’association.
C’est bien là la volonté de l’institution que de placer les enfants et les jeunes au cœur des décisions et des réalisations issues de l’activité culturelle.

II. Développement de nouveaux outils

Profitant de l’expérience acquise pendant des années au cours de séjours organisés au Burkina Faso et au Maroc, l’ambition est d’améliorer l’articulation des trois séquences concourant au décentrement, au dépaysement voulus par ces voyages. Ces trois séquences sont : l’avant-départ, le séjour et le retour de séjour.
Bako est en train de finaliser des documents papier qui permettront de fluidifier l’activité éducative et culturelle au fil de ces trois séquences. Ces documents agissent sur deux registres : le registre informationnel (ils permettent de garder mémoire d’informations avant, pendant et après le séjour).
Il s’agira aussi de programmer des rendez-vous avec les parents des enfants et des jeunes participants à ces séjours, afin de leur expliquer avant le retour de ceux-ci ce qu’ils auront pu vivre là-bas, et ce en quoi cela peut modifier les relations, les manières d’être et de penser.

III. Développement de nouvelles destinations

L’ambition de l’institution est de diversifier les destinations des séjours à l’étranger programmés tout au long de la saison culturelle.
L’expérience du programme Itinérances a montré que les zones rurales sont les plus adaptées.
Afin d’articuler plus encore les activités culturelles menées lors de la saison culturelle, avec celles réalisées durant les séjours à l’étranger, il est possible de préciser que ces zones rurales à travers le monde seront d’autant plus intéressantes si elles comptent sur leur territoire des sites archéologiques ornementées de gravures ou de peintures rupestres.
Le réseau SEED, réseau mondial d’écoles partagent le même objectif d’apprendre les sciences et les techniques sur un mode plus collaboratif est ouvert, est une seconde option à la disposition de l’institution pour penser le développement géographique de l’internationalisation de son programme éducatif et culturel.

Emmanuel Paris remercie les participants et fixe la prochaine réunion du comité de pilotage international au lundi 15 décembre 2014, de 10h à 11h30, en salle du conseil d’administration du site de la Ferme de Bertinghen.