Archives de catégorie : conseil culture entreprendre

Évaluation du parcours des enfants et des jeunes depuis novembre 2018

Ce mois de mai 2019, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la quatrième fois un outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  des Maisons :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune.

Les résultats, pour cette vague de mai 2019, sont les suivants (71 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, les jeunes des studios et les jeunes du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 16.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 33,5.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 18,6.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 12,4.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 19,4.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (28).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (33,3).

“Le jeune et les soins” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant) (31,8).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est dégradée depuis 6 mois (26,3).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (34,8).

Nous mobiliserons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Des nouvelles de l’installation du FabLab

Quentin nous transmet ces images témoignant de l’avancement de l’installation des machines composant notre nouvel espace culturel, le FabLab.

La première vague d’équipement réparti sur deux années permettra d’ores et déjà la lancement d’ateliers électroniques et numériques à l’attention des enfants et des jeunes lors du lancement de notre saison culturelle 2019-2020, à partir de ce mois de septembre :

Conseil de la Culture d’entreprendre, compte-rendu de la réunion du 10 mai 2019

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Culture d’entreprendre
10 mai 2019

Présents :

Joseph Bako, chef de service des studios
Patrick Bourdet, président du Conseil et parrain de l’association
Lumina Henon, éducatrice, Centre de Jour
Quentin Laplace, informaticien de l’association
Christophe Lefèvre, chef de service de la Maison du Cirque et de la Maison du Sport
Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association
Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration de l’association

Excusés :

Claire Beugnet, directrice de l’association
Claude Jaouen, président du cabinet « Consulting4TOP »
Emilie Huyghe, direction des Ressources Humaines, Centre commercial Auchan Saint-Martin Boulogne
Natacha Morsa, présidente de l’entreprise « Coding and Bricks »
Frédéric Renaux, manager Sopra Steria, Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France
Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration de l’association

Ouverture de la sixième réunion du Conseil trimestrielle par son président, Patrick Bourdet.

I. Présentation de la contribution du CCE à la rédaction du « projet d’établissement 2019-2024 » :

Les conseils (Conseil d’administration, Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique) et le personnel (Assemblée Générale des personnels) ont été informés du processus d’écriture collective du document tout au long de l’année civile 2019, avec l’objectif de communiquer la version finale au Conseil départemental au mois de décembre 2019. On trouvera ici le détail de l’organisation du document.

Francis Rembotte dit l’importance déterminante de l’articulation entre les valeurs de l’association, et leur mise en œuvre dans le cadre du projet d’établissement. Francis Rembotte souligne combien cette articulation doit dynamiser la politique associative avec pour témoignage régulier de cette efficience l’évaluation qualitative et quantitative des actions entreprises.

Patrick Bourdet recommande d’inclure dans la réflexion stratégique menée à l’occasion de l’écriture collective du document « Projet d’établissement » une prospection de l’évolution des systèmes de contraintes régissant les raisons d’être et d’agir des acteurs composant l’écosystème des Maisons.

Patrick Bourdet cite les trois mots-clés particulièrement importants pour signifier le positionnement d’une institution ; ses convictions, son identité, son ambition.

Emmanuel Paris précise le calendrier de travail convenu lors de la précédente réunion du Comité de pilotage « Projet d’établissement », organisée le 7 mai.

Le Conseil d’administration est en train d’écrire le document « Projet associatif » qui détaillera les valeurs de l’association (partie I. du document « Projet d’établissement » intitulée “Histoire et projet de l’institution”). Conseil de la Culture d’entreprendre et Conseil scientifique seront consultés lors de leur réunion de rentrée, en octobre. Le Conseil de la Vie Sociale y travaillera lors de sa réunion de rentrée, en septembre. De même pour les comités de pilotage thématiques du programme culturel. Les trois Conseils et comités de pilotage du programme culturel enrichiront notamment la partie “Les objectifs d’évolution, de progression, de développement”.

Les équipes de chaque Maison consacreront à partir de la fin septembre, selon la disponibilité de créneaux horaires au-dedans de leur réunion hebdomadaire respective, des moments pour examiner les thématiques demandant des informations propres à leur organisation de travail (exs : les principes d’intervention, les compétences mobilisées, les partenariats).

Emmanuel Paris réalisera au nom du Comité de pilotage « projet d’établissement » la collecte et la synthèse des documents existants, permettant l’écriture de chapitres généraux (exs : l’histoire de l’institution, les missions, le public et son entourage) et les outils spécialisés (fiches action). Cette rédaction s’appuiera sur la compilation des évaluations interne et externe réalisées ces dernières années, ainsi que sur les rapports d’activités édités durant cette période.

Emmanuel Paris collectera par ailleurs régulièrement les écrits issus des réunions d’équipe des Maisons, ainsi des Conseils et comités de pilotage thématiques du programme culturel, afin de les transmettre aux membres du Comité de pilotage « projet d’établissement » pour intégration dans le document « Projet d’établissement 2019-2024 ».

II. Point sur l’avancement de la politique de parrainage et sur le FabLab :

Emmanuel Paris distribue aux participants les articles mis en ligne sur notre site Internet chroniquant l’avancement des deux actions portées par le Conseil au nom de l’association.
On trouvera le contenu de ces articles ici et ici.

S’agissant de la politique de parrainage, les membres du Conseil complètent la liste des institutions à solliciter pour diffuser l’offre :
Rotary club, Lions club, Chambre de Commerce et d’Industrie de la ville de Boulogne-sur-mer, site boulonnais de l’entreprise Sopra Steria, site Auchan de Saint-Martin Boulogne, EDF Gravelines, anciennes et anciens de notre institution, restaurant « La Matelote » de Boulogne-sur-mer, le Casino de Boulogne-sur-mer, la Fédération française du cheval boulonnais, les carrières du boulonnais, la pépinière de la Cluse, la chambre d’agriculture de Boulogne-sur-mer.

Emmanuel Paris précise que des invitations à rencontrer ces différents acteurs de la société civile vont être envoyées dans le courant du mois de juin.

S’agissant du FabLab, Quentin Laplace dit que la plupart des matériels de cette année 1 de l’équipement de la salle est arrivée. Restent en attente la brodeuse numérique et les machines à coudre, les cases qui protégeront les imprimantes 3 D (ces cases seront construites par nos soins).

On trouvera le détail du matériel ici (cf. « III. Présentation des ressources pédagogiques des équipements pressentis pour composer le FabLab des Maisons »).

Patrick Bourdet dit qu’il va tenter de trouver un drone pour les enfants des Maisons.

Emmanuel Paris dit que l’embellissement du FabLab au moyen des stickers inventés par les enfants du Centre de Jour et de la Maison Vive avec leur professeur en arts plastiques Sylvie Mestre et le recours à la machine « plotter découpe » pourra avoir lieu au mois de juin, le lancement des ateliers hebdomadaires étant programmé pour la prochaine saison culturelle, à partir du mois de septembre.

III. Présentation des premières réflexions en matière d’outils évaluatifs du parcours des jeunes résidant dans les studios de notre association :

Emmanuel Paris et Joseph Bako présentent les résultats d’une première lecture de documents relatant le parcours des jeunes âgés de 17 et plus, ainsi que l’évaluation de leur efficacité.

Les documents consultés sont ici, ici et ici.

Ces sources mentionnent la récurrence d’items pour dire la qualité du parcours d’un jeune et les conditions de son émancipation : obtention d’un contrat jeune majeur, obtention d’un logement, obtention d’un emploi.

Francis Rembotte dit que toute évaluation suppose de formuler au préalable des objectifs. Des bilans annualisés pourraient accompagner les évaluations.

Francis Rembotte précise que le terme « autonomisation » est polysémique, il faudra donc veiller à la cohérence des évaluations selon les différents registres lexicaux : parle-t-on d’autonomie financière ? D’autonomie affective ? D’autonomie administrative ?

Joseph Bako a rédigé une note afin de proposer un premier état de ces objectifs et que le Conseil puisse aviser lors de sa prochaine réunion, en novembre.

Le texte de Joseph Bako est ci-après :

“CREATION D’UN OUTIL D’EVALUATION DES STUDIOS
Pourquoi une évaluation des studios ?

– Dresser le bilan quantitatif et qualitatif de l’offre Studios aux MECOP et en déterminer les perspectives et les objectifs de développement.
– Préciser le cadre de leur utilisation au sein des MECOP
– Définir les critères d’évaluation des actions conduites.

Il s’agit de donner un sens global aux actions déployées vers nos jeunes engagés dans un processus d’insertion sociale et professionnelle. Il s’agit de dresser l’état des lieux de la situation actuelle afin de dégager les grands enjeux de demain en termes d’autonomie.

Nous allons commencer par une analyse quantitative et qualitative. Pour ce faire, nous allons utiliser des données multiples issues :
– du JDB,
– des DIPC
– de nos listings internes (listes des jeunes, démarches de recherche d’emploi et/ou de formation exécutées, situation au sortir du studio : retour en famille, démarches de recherche de logement chez des bailleurs sociaux et des bailleurs privés) …

Méthode et outils :
 Entretiens semi-dirigés.
 Ateliers ou séances de rencontres avec des anciens
 Une étude des enjeux de l’autonomie dans les projections des jeunes
 Un comparatif avec ce qui se fait ailleurs
 Une analyse documentaire et statistique internes et externe

À travers ce travail, nous pourrions tenter de nous pencher sur les questions de :
– La Pertinence du dispositif : adéquation ou pas avec les besoins des jeunes et des acteurs ?
– Cohérence : Quelles sont les complémentarités et spécificités de nos interventions pour les jeunes ?
– Effectivité et efficacité : Les actions que nous menons avec les jeunes ont-elles bien eu les résultats attendus ? Si non, pourquoi ?
– Efficience : Quels ont été les moyens mobilisés en terme d’accompagnement et de partenariat dans cet accompagnement ?

Items à creuser :
– Les retours en famille des jeunes
– La place que doit prendre le parrainage

Emmanuel Paris propose que les méthodes d’évaluation du parcours des jeunes accueillis dans les studios de l’association soient façonnées au moyen d’un tableau en deux colonnes (colonne 1 : « oui », colonne 2 « non »).
A titre d’exemples, cet outil pourrait ainsi donner :

« A sa sortie des effectifs, le jeune » Oui Non
–          Retour en famille
–          Suit une formation
–          A obtenu des diplômes
–          A un logement
–          A un emploi
–          Est affilié à une ou des associations

S’agissant de l’affiliation à une association, Patrick Bourdet dit qu’il serait intéressant de spécifier la nature de celle-ci. Patrick Bourdet explique qu’une association axant sa raison d’agir le don de soi pourrait par exemple indiquer combien le jeune s’ouvre à la relation altruiste, oh combien importante pour mener une vie bonne en société.

Patrick Bourdet cite l’association « Agence du don en nature » dont on trouvera la présentation ici.

Patrick Bourdet propose de réfléchir à la pertinence d’une rencontre avec cette association.

Les membres du Conseil agréent cette proposition.

IV. Présentation du thème de la saison culturelle prochaine ainsi que du programme du festival « Les journées d’enfance 2019 » :

La proposition du thème inspirant la prochaine saison du programme culturel de notre association est : « Rien n’est joué d’avance ».

Cette formule valorise l’ouverture du temps vécu par les enfants et les jeunes de l’association, ouverture rendue possible par les activités du programme d’établissement L’aventure de la vie. Par leur capacité à transporter les enfants dans le passé, le futur, à les accompagner dans ce qui revient et ce qui devient, les arts, lettres, sciences, sports, technologies mobilisées par le programme permettent une articulation harmonieuse avec un présent vécu souvent douloureux, inhibant.

Emmanuel Paris remercie Patrick Bourdet pour avoir accepté que le thème puisse reprendre le titre de son ouvrage, et dit que l’entretien de Patrick Bourdet avec les enfants de chaque Maison ce 10 mai 2019 pourra sans doute contribuer à la valorisation de cette formule par des paroles diffusées lors du colloque, le 5 juillet 2019.

Patrick Bourdet propose à l’association l’idée de découvrir pendant quelques jours sur place l’histoire relatée par le livre. Il s’agirait pour enfants et éducateurs durant la prochaine saison de mesurer avec Patrick Bourdet dans la forêt landaise, où s’est trouvée la cabane au cœur du récit biographique, combien rien dans la vie n’est joué d’avance. Ceci, ajoute Patrick Bourdet, permettrait aussi aux enfants de voir combien la résilience personnelle peut être aussi celle d’un territoire – en l’occurrence le lieu de la cabane, réinventé depuis les efforts par Patrick Bourdet et son frère pour refonder l’endroit.

Cette proposition est agréée par les membres du Conseil.

S’agissant du festival « Les Journées d’Enfance 2019 », le spectacle sera organisé le jeudi 5 juillet 2019, à partir de 20h dans la salle Le Phenix d’Outreau.

Le 4 juillet 2019, de 10h à 12h au café-théâtre de la Ferme de Bertinghen seront réunis le Conseil de la Culture d’entreprendre, le Conseil de la Vie Sociale, le Conseil scientifique et les comités de pilotages thématique du programme culturel.

Le 2 juillet 2019 de 12h à 17h, à l’occasion du rassemblement annuel avec les anciennes et les anciens sur le site de la Ferme de Bertinghen, sera inaugurée l’oeuvre immatérielle et matérielle célébrant le petit déjeuner sous l’herbe, en présence Maki Suzuki, d’Art Connexion et de nos soutiens pour l’accomplissement de cette résidence 2019 : la Fondation de France et de la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France.

Le tournoi inter-Maisons (joutes nautiques sur la Liane) organisé en partenariat avec le BCK aura lieu le mercredi 26 juin de 17h à 19h.
Un programme sera prochainement édité, officialisant l’organisation générale du festival (incluant aussi les activités nautiques sur la Liane, le rassemblement des grandes tables de la ferme le 2 juillet, le visionnage des chroniques de la saison 2018-2019).

Le colloque sera organisé dans le cadre de notre festival annuel « Journées d’Enfance 2019 ». Il aura lieu sur le site de l’Université Littoral Côte d’Opale, antenne Saint-Louis. L’amphi 1 et trois salles de ce site universitaire sont réservés.

Le programme finalisé est le suivant :

8h30-9h : accueil
9h-9h20 : discours de bienvenue
9h20-9h50 : diffusion dans l’amphithéâtre du film relatant la réflexion de Patrick Bourdet, parrain de notre association avec des enfants des Maisons, à propos du thème de la saison (film en cours de réalisation) ;
9h50-10h20 : intervention de Jean-Paul Demoule sur les plus célèbres faux semblants en archéologie ; vestiges volontairement détournés par leurs créateurs dès leur réalisation, qui ont donné lieu cependant à des interprétations a posteriori, une fois ces vestiges découverts lors fouilles, étayant des récits de développement de civilisation.
10h20-10h50 : intervention de Philippe Richard et Gérard Tonnelet sur l’art clown exercé dans le cadre de leur association “Les ajusteurs du Pas-de-Côté”. Rôles, postures, figures typiques sont tour à tour examinées.
11h-12h30 : trois ateliers co-animés chacun par un duo membre du conseil scientifique / membre du personnel de l’association, proposant aux auditeurs de discuter des acceptions du thème de la saison culturelle :
• atelier 1 : “Joie et société, joie et collectif” (Christophe Lefèvre, chef de service de la Maison du Cirque et de la Maison du Sport) : Frédéric Lenoir auteur de « la puissance de la joie » dit : les plus grandes joies viennent de la convivialité, du partage, de la communion.
Joie de vivre,
Joie partagée
L’explosion de joie lorsqu’un but est marqué par le camp que l’on supporte.
La joie ne se décrète pas mais on peut créer un climat favorable
Spinoza ou Montaigne considéraient que le sens de la vie était de faire grandir la joie autant qu’on le peut, malgré toutes les épreuves et les difficultés de l’existence.
• atelier 2 : “La Joie et le temps” (Joseph Bako, chef de service de la Maison de la Musique et du service Itinérance) :
Nous allons nous intéresser à différentes façons d’appréhender et de définir la joie à travers le temps, au fil du temps !
Nous allons l’examiner des points de vue de Leucippe, penseur de la Grèce antique qui définissait la joie comme le but de la vie ; Spinoza ou Nietzsche qui voyaient en elle un synonyme d’existence ; et Robert Mesrahi (ancien professeur de philo à la Sorbonne aujourd’hui âgé de 93 ans) qui nous exhorte à la faire jaillir en ce XXIe siècle qu’il qualifie de « temps de l’exaspération ».
Nous allons tenter ensuite de tendre vers l’assertion selon laquelle « l’homme n’est vraiment homme que dans la joie » !
• atelier 3 : “Joie et éducation” (Sandrine Loggia, chef de service de la Maison de la Danse et du service de maintien à domicile et du retour en famille / Fabienne Legagneur, maîtresse de maison de la Maison des Découvreurs) : Bel oxymore diront les « rabat-joie » ! Et pourtant, souvenons-nous des éclats de joie que nous arrachons parfois au plus profond du chaos. Ces joies qui nous rattachent au plaisir profond de notre métier, atténuent nos doutes et adoucissent les existences…
Finalement n’est-ce pas l’essentiel à transmettre et à partager ? Partons à la source de nos fous rires, remplissons nos réservoirs de souvenirs, il viendra vite le temps de distiller dans les têtes de nos chères petites têtes blondes un peu de ces graines réparatrices qui font grandir…
12h30-13h30 : repas au CROUS du site universitaire ;
13h30-14h : les duos ayant animé les trois ateliers du matin réfléchissent à une synthèse des propos qui s’y sont dits ;
14h-14h30 : Guillaume Moreau, co-animateur des ateliers théâtre de l’association Asperger Amitié ;
14h30-15h : intervention à confirmer ; programme Les nouveaux commanditaires de la Fondation de France – réalisation d’interventions artistiques dans une Maison d’Enfants à Caractère Social (cliquer ici pour un exemple) ;
15h-16h : restitution collective des ateliers du matin, appuyée par les dessins de Christian Antonelli réalisés durant la journée de colloque.

Patrick Bourdet relève l’intervention consacrée au travail éducatif avec les enfants autistes asperger, et recommande les retours d’expérience de l’association “Ikigai” dont on trouvera la présentation ici.

Patrick Bourdet pense que des échanges avec Madame Agnès Cossolini, co-fondatrice de l’association, serait particulièrement intéressants pour les équipes des Maisons dont certains enfants peuvent présenter des troubles du comportement non diagnostiqués en l’état mais sans doute relevant de la neuropsychiatrie.

IV. Question annexes :

Patrick Bourdet demande au Conseil de réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour assurer une plus grande assiduité des membres aux réunions. Faut-il fixer un quorum en deçà duquel toute réunion est annulée et reportée ?

Francis Rembotte dit que le thème du Conseil de la Culture d’entreprendre n’est sans doute pas assez attractif. Francis Rembotte observe le même phénomène pour le Conseil scientifique.

Patrick Bourdet et Francis Rembotte disent que les temporalités du monde de l’entreprise ou du monde scientifique ne concordent pas avec celle du travail associatif ; pas assez rapide, ou trop lent, les raisons d’agir aux chronologies distinctes peuvent générer des incompatibilités d’emploi du temps.

Patrick Bourdet et Francis Rembotte observent un second phénomène pouvant expliquer ces absences aux réunions ; des membres de droit peuvent cependant se considérer illégitimes considérant le sujet mis à l’ordre du jour.

Emmanuel Paris dit que ces réflexions nourriront à bon escient l’écriture collective du « projet d’établissement ».

La prochaine réunion des Conseils et comités de pilotage du programme « L’aventure de la vie » sera organisée le jeudi 4 juillet, de 10h à 12h.

Patrick Bourdet clôt la septième réunion du Conseil.

Point sur : installation du FabLab des Maisons

Quentin, notre Fabmanager, est en train d’installer les machines qui arrivent une à une pour constituer le nouvel espace éducatif de notre association dédié à l’apprentissage de la culture numérique.

Imprimantes 3 D, stylos 3 D, plotter de découpe, poste de fer à souder sont les premiers outils en place. Quentin est aussi en train de calibrer le Thérémine afin que la Maison de la Musique puisse compléter son matériel musical et – qui sait ?, proposer ces sons électroniques lors du spectacle le 5 juillet.

D’autres dispositifs programmables permettant de compéter cette année 1 du FabLab devraient nous parvenir sous peu, permettant de commencer les ateliers avec les enfants d’ici la fin de cette saison culturelle.

Découvrez les images prises ce jour :

Tout en mesure

L’aventure de la vie est la matrice de notre association ; elle rythme l’emploi du temps des enfants et des jeunes de notre institution quand ils reviennent de l’école, ou dans le cadre  de l’accueil de jour et de l’accueil spécialisé en journée.

“L’aventure de la vie” est financée par le Conseil départemental du Pas-de-Calais, notre partenaire institutionnel, et est aussi soutenue dans le développement de ses projets pilotes par cinq fondations (Ateliers physique / chimie du Centre de Jour : Fondation SEED ; FabLab des Maisons : en 2018, Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France, en 2018 et 2019 : Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France ; Résidence Art / science 2019 : programme Nouveaux commanditaires de la Fondation de France et Fondation Carasso sous l’égide de la Fondation de France).

Soucieuse du bien-être des enfants et des jeunes accueillis en nos Maisons, l’association développe ces nouveaux services, travaille continuellement à l’amélioration de l’existant. Pour ce faire, l’institution produit des études portées par nos Conseils et comités de pilotage, validées par ces instances ainsi que par nos partenaires et soutiens.

Ces études et recherches sont en ligne sur notre site chaque saison. S’agissant de la saison 2018-2019 :

  • La première publication d’une des deux études qualitatives est consultable ici ;
  • Les résultats des études quantitatives sont ici, ici et ici.

Ce jeudi 4 avril, notre association a présenté à plus de trente fondations ces outils et les instances permettant de les mobiliser d’année en année lors des journées d’étude organisées par l’ESSEC Business School, le Cercle Français des Fonds et Fondations et la Fondation Carasso sous l’égide de la Fondation de France.

Le contenu détaillé de ces journées permettant de réfléchir aux façons d’accompagner au plus près le développement d’initiatives au service de l’intérêt général et du bien commun est ici.

Invitation à devenir marraine ou parrain d’un(e) jeune de nos Maisons

L’association “Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale” recherche des personnes désireuses de faire partager leur expérience professionnelle à un(e) jeune de notre institution.

Vous trouverez plus d’informations sur cette annonce  ci-après :

Parrainer un (e) jeune jusqu’au premier emploi

L’association de protection de l’enfance « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », sise à Saint-Martin Boulogne, Outreau et Wimille (62) crée un réseau de parrainage au service des jeunes dont elle a la responsabilité dans le cadre de l’Aide à l’Enfance.

Vous trouverez toutes informations à propos des Maisons en cliquant ici.

Nous recherchons des personnes prêtes à accompagner un des jeunes de plus de 15 ans de notre association jusqu’à son premier emploi.

Cette relation de parrainage ne se substitue pas au travail éducatif de nos équipes. Elle le complète en permettant à la filleule ou au filleul volontaire de prendre régulièrement conseil auprès de sa marraine ou de son parrain pour réussir au mieux son insertion professionnelle.

Cette politique de parrainage est coordonnée par le Conseil de la Culture d’entreprendre de notre association.

Vous trouverez plus d’informations sur cette instance, dédiée à l’apprentissage des savoir-faire, savoir-être, savoir avoir – c’est-à-dire la capacité par les enfants et les jeunes de notre association d’être davantage encore conscients de ce qui est acquis et ainsi d’enrichir et développer des compétences pour bâtir leurs parcours professionnels, en cliquant ici.

Pour toutes demandes d’informations complémentaires, vous pouvez écrire à :

Monsieur Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association et secrétaire du Conseil de la Culture d’entreprendre

Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

264, rue du Four à Chaux

62280 Saint-Martin Boulogne

Et par mail : e.paris@mecop.fr

Vous pouvez télécharger cette annonce pour la diffuser autour de vous en cliquant sur l’image ci-dessous (une fois que l’image apparaît sur votre écran, clique droit de la souris puis “enregistrer sous”) :

Compte-rendu de la réunion du 1er février 2019

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Culture d’entreprendre

1er février 2019

Présents :

Patrick Bourdet, président du Conseil et parrain de l’association

Yannick Coppin, chef de service du Centre de Jour et de la Maison Vive

Claude Jaouen, président du cabinet « Consulting4TOP »

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association

Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration de l’association

Frédéric Renaux, manager Sopra Steria, Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France

Invités :

Quentin Laplace, informaticien de l’association

Sylvie Mestre, professeur en arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive

Excusés :

Joseph Bako, chef de service des studios

Claire Beugnet, directrice de l’association

Emmanuelle Dehée, membre du Conseil d’administration de l’association

Emilie Huyghe, direction des Ressources Humaines, Centre commercial Auchan Saint-Martin Boulogne

Natacha Morsa, présidente de l’entreprise « Coding and Bricks »

Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration de l’association

Ouverture de la sixième réunion du Conseil trimestrielle par son président, Patrick Bourdet.

I. Présentation de l’état d’avancement de la saison culturelle 2018-2019 :

Emmanuel Paris propose aux participants un rapide état des lieux des activités du programme culturel depuis la précédente réunion du Conseil.

En raison de départs récents de nos effectifs d’enfants siégeant au Conseil de Vie Sociale, l’association organise des élections pour renouveler son collège « représentants des enfants et des jeunes de l’association ». Les enfants et les jeunes voteront pour leurs représentants le 6 février 2019, ce qui permettra au CVS de siéger en bonne et due forme durant l’année pour accompagner l’écriture du projet d’établissement de notre institution. Emmanuel Paris explique que ce document stratégique doit légalement être reformulé chaque cinq ans. Emmanuel Paris précise qu’un comité de pilotage constitué d’un représentant du Conseil d’administration, du comité de direction, de représentants du personnel et de représentants des enfants et des jeunes sera prochainement créé pour organiser l’écriture collective du projet d’établissement 2019-2024. Conseil de Vie Sociale, Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil scientifique et comités de pilotage thématiques du programme culturel seront sollicités d’ici la fin 2019 pour contribuer à l’enrichissement du texte.

Francis Rembotte explique aux participants que le Conseil d’administration est en train de finaliser l’écriture du projet associatif, document le plus important de l’ensemble textuel permettant à une association de définir sa stratégie. Le Conseil d’administration y formule notamment les valeurs associatives, lesquelles seront ensuite intégrées dans le document appelé « projet d’établissement ».

Patrick Bourdet demande si la politique de parrainage nouvellement créée pourra apparaître parmi les axes de développement référencés par le projet d’établissement.

Francis Rembotte dit que cela est possible, et qu’il faudra préciser si cette action est considérée comme un objectif ou un outil au service d’un objectif plus ample encore. Francis Rembotte dit qu’il faudra veiller dans la rédaction de ce document à bien formuler objectifs, outils et indicateurs pour évaluer l’efficacité de la chose faite au nom de l’objectif.

Emmanuel Paris dit aux participants que le calendrier d’écriture du projet d’établissement court tout au long de cette année civile 2019 ; les réunions des Conseils et comités de pilotage, programmées de septembre à novembre, devraient pourront contribuer à la finalisation du document, lequel sera remis au Conseil départemental pour validation en décembre.

Emmanuel Paris informe les participants que l’association accueille ce premier semestre des étudiantes de Master première année intéressées par sa dynamique culturelle et désireuses d’en rendre compte dans le cadre de leurs écrits de formation. Il s’agissait pour la semaine du 21 au 25 janvier de Juliette Guidon et d’Elphège Amossé, étudiantes du Master 1 « Sociologie d’enquête » de l’Université Paris Descartes. Juliette et Elphège, dont le travail d’enquête est encadré par leurs professeurs Cécile Lefèvre et Carolina Sanchez Boe. Les étudiantes ont rencontré en entretiens et/ou en séances d’observation in situ tout au long de la semaine Emmanuel Paris, Nicolas Courquin (professeur des écoles du Centre de Jour), Joseph Bako, Åbäke (lauréat de la résid

ence art / science 2019), Romuald Pierru (professeur des ateliers de la Maison du Cirque), Matthieu Scarpa (professeur des ateliers de la Maison de la Musique) et Félicie Leborgne (éducatrice de la Maison de la Musique). On trouvera plus d’informations sur ce Master ici.

Emmanuel Paris informe les participants que l’URIOPSS (Union Régionale Interfédérale des œuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux) met en place en lien avec le GESAD (Groupement d’Etablissements du Secteur Associatif du Pas de Calais mettant en œuvre des pratiques éducatives et sociales) et le Centre de Recherches « Individus, Épreuves, Sociétés » (CeRIES) de l’Université de Lille une recherche action/étude relative aux liens familiaux en protection de l’enfance. Cette action/recherche est supervisée par Vanessa Stettinger, maître de conférences en sociologie, spécialisée dans la sociologie de la pauvreté. Deux étudiantes du Département universitaire de Sociologie et développement social réaliseront une série d’entretiens avec les équipes éducatives des Maisons et des familles pour étudier les effets du placement ou du maintien à domicile dans la reconfiguration des liens entre parents et enfants. On trouvera plus d’informations sur Vanessa Stettinger ici.

Patrick Bourdet demande quelles sont les raisons d’être et d’agir du GESAD et de l’URIOPSS.

Francis Rembotte répond que le GESAD a été créé en 1984 pour permettre aux directeurs d’établissements de réfléchir, de se concerter afin d’argumenter au mieux auprès de leurs personnels et auprès des acteurs de l’Aide Sociale à l’Enfance – Conseil départemental, Juges des Enfants, opérateurs de la recherche, etc. – quant à l’état de l’existant et ses possibles (capacités d’accueil des institutions, évolution des publics, nature des nouveaux besoins, gestion des ressources financières, etc.). Francis Rembotte dit aussi que l’UNIOPSS est une fédération nationale dont l’URIOPSS est la déclinaison régionale, regroupant près de mille associations dans les Hauts-de-France.

A partir de la fin du mois de mai et jusqu’à la mi-juillet, Jeanne Briatte, étudiante de Bachelor première année à Sciences Po Paris, réalisera son stage d’études à portée civique et sociale au sein de notre association. Jeanne Briatte souhaite notamment consacrer son stage à l’examen des pratiques mises en place par la Maison de la Musique pour proposer aux enfants des apprentissages leur permettant de s’ouvrir à une pluralité d’instruments. On trouvera plus d’informations sur ce Bachelor ici.

Emmanuel Paris informe les participants que deux partenariats, l’un avec le FRAC Hauts-de-France, l’autre avec le Musée de Boulogne-sur-mer, vont nourrir le calendrier des actions culturelles ce premier semestre. Les enfants de l’association vont respectivement préparer une exposition autour du thème « Y’a d’la joie ! » qui sera inaugurée à Dunkerque en septembre (FRAC), et venir régulièrement avec Åbäke pour découvrir des œuvres créées par des civilisations à l’attention des générations futures (Musée de Boulogne-sur-mer).

S’agissant d’Åbäke, dit Emmanuel Paris, l’artiste lauréat de la résidence art / science 2019 a présenté lors de la réunion du Conseil scientifique, le 25 janvier, le projet final. Cette présentation a été approuvée à l’unanimité des participants à la réunion. Le projet sera réalisé par Åbäke et notre communauté éducative durant le premier semestre 2019, pour une inauguration des œuvres le 2 juillet.

On trouvera le détail du projet présenté ici.

II. Finalisation des documents de parrainage et réflexion sur la stratégie de communication pour développer le réseau :

Emmanuel Paris informe les participants que le Conseil d’administration de l’association a examiné en réunion le 24 janvier des documents de travail rédigés par le Conseil de la Culture d’entreprendre ; il s’agit de textes conçus pour formaliser une politique de parrainage des Maisons à l’attention des enfants et des jeunes de l’association. Francis Rembotte précise que ces documents ont été validés ; on trouvera leur contenu ici.

Emmanuel Paris informe les participants qu’Emilie Huyghe a renouvelée à l’association le soutien de la Fondation Auchan et se rend disponible pour toutes actions permettant de développer la politique de parrainage ainsi que le FabLab des Maisons.

Patrick Bourdet salue l’engagement de la Fondation Auchan.

Patrick Bourdet dit que le périmètre du réseau de parrainage doit être pensé non pas selon la proximité géographique de la marraine ou du parrain par rapport aux lieux de vie de l’association, mais en fonction de sa disponibilité ainsi que de la volonté d’assumer cette responsabilité sur plusieurs années.

Patrick Bourdet recommande à ces fins de lancer un appel aux membres de la communauté éducative des Maisons (Conseil d’administration, comité de direction, Conseils et comités de pilotage, équipes des Maisons, intervenants du programme culturel, etc.) pour que chacun recherche dans son entourage des personnes dont ils pensent qu’elles seront de bons volontaires pour cet engagement.

Patrick Bourdet conseille de solliciter le « Club des 100 cravates », mais aussi les anciennes et les anciens de l’association exerçant désormais dans des entreprises.

Patrick Bourdet demande s’il serait possible aussi de se rapprocher de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Boulogne-sur-mer afin d’avoir une vue globale des filières de métiers référencées, et les entreprises pouvant être sollicité.

Yannick Coppin et Emmanuel Paris confirment que la CCI est un lieu ressources réactif et pertinent. Emmanuel Paris signale par ailleurs que M. Bruno Leduc, président de notre association et par ailleurs entrepreneur à Capécure dans le mareyage, se proposait de valoriser la politique de parrainage auprès de ses pairs.

Claude Jaouen dit qu’il pourra aussi facilement organiser une rencontre avec la direction de la Centrale EDF de Gavelines (59), à 45 minutes de Boulogne-sur-mer.

Frédéric Renaux dit qu’il peut présenter aux 35 employés du site boulonnais de Sopra Steria cette initiative.

Francis Rembotte recommande de solliciter aussi Lions Club et Rotary Club.

Patrick Bourdet et Claude Jaouen disent que des rencontres avec des staffs dirigeants pour présenter la politique de parrainage sont à envisager ; le recours à un texte d’une page sera bien utile pour faire ensuite circuler l’information dans les services de ces organisations de travail, ou mouvements associatifs.

Emmanuel Paris dit qu’il va proposer aux membres une version 1 de cette « carte de visite ».

Patrick Bourdet demande combien d’enfants sont potentiellement concernés pour candidater en tant que filleul(e)s.

Emmanuel Paris répond qu’en date de cette réunion, et tenant compte du fait que seuls les enfants de l’association âgés de 15 ans et plus sont concernés, 38 personnes constituent cette population susceptible de candidater.

Patrick Bourdet félicite l’association pour la concrétisation de ce projet, et propose que les premières conventions puissent être signées durant l’année civile 2019.

III. Présentation des ressources pédagogiques des équipements pressentis pour composer le FabLab des Maisons :

Emmanuel Paris remercie Sylvie Mestre, professeure en arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive, et Quentin Laplace, informaticien de l’association, de leur participation à cette réunion.

Emmanuel Paris explique que leur personnalité respective caractérise la capacité du FabLab à être à la fois un lieu d’apprentissage de la technicité numérique et un atelier travaillant à la production esthétique.

Emmanuel Paris et Quentin Laplace ont rédigé à l’attention des membres du Conseil un document listant des familles de machines et leurs potentiels pédagogiques pour les enfants. Emmanuel Paris explique que la Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France a demandé ce travail pour valider le financement de ces équipements.

Frédéric Renaux dit que Madame Lambert, déléguée générale de la Fondation, a pris connaissance de ce document ; la Fondation confirme le financement des machines choisies pour l’année 2019. Une somme sera aussi disponible pour une seconde tranche d’équipements, en 2020, moyennant présentation d’une liste finale et de ses usages pédagogiques.

Patrick Bourdet salue l’engagement de Jean-Bernard Rampini, Dominique Lambert, et de la Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France pour la réalisation de ce projet dont l’idée initiale a été formulée quatre ans plus tôt.

Les machines retenues pour équiper en 2019 le FabLab sont :

  • Imprimante 3 D (matériels et consommables connexes permettant de faire fonctionner la machine) :

Description du matériel :

Modèle CR10/S PRO, plus d’informations ici.

Cette machine permet d’imprimer en 3 dimensions différents types de plastique ; on utilisera du « PLA », plastique le plus facile à travailler pour notre FabLab.

Avec l’imprimante 3 D, on peut créer en un exemplaire des objets conçus par ordinateur. Le logiciel le plus indiqué pour nos enfants (à partir de 6 ans) est le logiciel Tinkercad.

Publics potentiels :

Toutes les Maisons de l’association sont concernées par cette machine. La machine ne pourra fonctionner qu’en présence d’un adulte (Quentin, Fabmanager, est la personne recommandée).

Horaires d’ateliers :

Les plages horaires possibles sont : le lundi soir pour les Studios, de 19h à 20h30 et le mercredi après-midi pour le reste des Maisons, à raison d’une heure trente par maison entre 14h30 et 16h.

Nombre d’enfants par séance d’atelier :

– Pour les studios, la présence des 6 jeunes est possible (deux jeunes par ordinateur fixe) ;

– Pour les Maisons, un groupe de trois enfants par séance est recommandé (un enfant par ordinateur fixe).

Le type de projet pédagogique que cette machine permet :

– Pour les studios : prototype d’un objet que le jeune présente au Conseil de la Culture d’entreprendre à l’appui de sa simulation de « matrice d’affaires » (idée de l’étude de cas proposé par le CCE lors de chaque réunion, le jeune des studios ayant trois mois pour réaliser le dossier qu’il présente au CCE lors de la réunion suivante). On trouvera plus d’informations sur le concept en cliquant ci-après : matrice d’affaires ;

– Pour les Maisons : initiation aux nouvelles technologies, conception et réalisation en 3 D d’objets qui peuvent agrémenter la décoration de la chambre personnelle, de la Maison d’enfants, de la chambre au domicile parental, participer au matériel mobilisé en atelier éducatif les lundi et jeudi soir, participer au matériel mobilisé lors du spectacle clôturant le festival annuel « Les Journées d’Enfance », etc.

  • Plotter de découpe (+ consommable connexe permettant de faire fonctionner la machine) :

Pour cette machine, Quentin doit faire des pré-réglages pendant un mois maximum à compter de la date de livraison.

Description du matériel :

Modèle ROLAND GS-24, plus d’informations ici.

Cette machine permet de découper en 2 dimensions différents types de papiers adhésifs ; on utilisera le vinyle le plus facile à travailler pour notre FabLab.

Avec le plotter de découpe, on peut créer en un exemplaire des objets conçus par ordinateur. Le logiciel le plus indiqué pour nos enfants (à partir de 12 ans) est le logiciel Inkscape.

Publics potentiels :

Toutes les Maisons de l’association sont concernées par cette machine. La machine ne pourra fonctionner qu’en présence d’un adulte (Quentin, Fabmanager, est la personne recommandée ; Sylvie, professeur d’arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive peut être aussi intéressée).

Horaires d’ateliers :

Les plages horaires possibles sont : le lundi soir pour les Studios, de 19h à 20h30 et le mercredi après-midi pour le reste des Maisons, à raison d’une heure trente par maison entre 14h30 et 16h.

Nombre d’enfants par séance d’atelier :

– Pour les studios, la présence des 6 jeunes est possible (deux jeunes par ordinateur fixe) ;

– Pour les Maisons, un groupe de trois enfants par séance est recommandé (un enfant par ordinateur fixe).

Le type de projet pédagogique que cette machine permet :

– Pour les studios : prototype d’un objet que le jeune présente au Conseil de la Culture d’entreprendre à l’appui de sa simulation de « matrice d’affaires » (idée de l’étude de cas proposé par le CCE lors de chaque réunion, le jeune des studios ayant trois mois pour réaliser le dossier qu’il présente au CCE lors de la réunion suivante) ;

– Pour les Maisons : initiation aux nouvelles technologies, conception et réalisation en 2 D d’objets qui peuvent agrémenter la décoration de la chambre personnelle, de la Maison d’enfants, de la chambre au domicile parental, participer au matériel mobilisé en atelier éducatif les lundi et jeudi soir, participer au matériel mobilisé lors du spectacle clôturant le festival annuel « Les Journées d’Enfance », etc.

  • Machine à coudre et à broder électronique (+ consommables permettant à la machine de fonctionner) :

Description du matériel :

Modèle Brother Innovis M280D, plus d’informations ici.

Cette machine permet de broder en 2 dimensions différents types de motifs préprogrammés sur ordinateur.

Avec la machine à coudre et à broder électronique, on peut créer en un exemplaire des vêtements, des objets cousus et/ou brodés assistés par ordinateur. Le logiciel le plus indiqué pour nos enfants (à partir de 12 ans) est le logiciel « Inkscape ».

Publics potentiels :

Toutes les Maisons de l’association sont concernées par cette machine. La machine ne pourra fonctionner qu’en présence d’un adulte (Quentin, Fabmanager, est la personne recommandée ; Sylvie, professeur d’arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive peut être aussi intéressée, Lumina, éducatrice du Centre de Jour aussi).

Horaires d’ateliers :

Les plages horaires possibles sont : le lundi soir pour les Studios, de 19h à 20h30 et le mercredi après-midi pour le reste des Maisons, à raison d’une heure trente par maison entre 14h30 et 16h.

Nombre d’enfants par séance d’atelier :

– Pour les studios, la présence des 6 jeunes est possible (deux jeunes par ordinateur fixe) ;

– Pour les Maisons, un groupe de trois enfants par séance est recommandé (un enfant par ordinateur fixe).

Le type de projet pédagogique que cette machine permet :

– Pour les studios : prototype d’un objet que le jeune présente au Conseil de la Culture d’entreprendre à l’appui de sa simulation de « matrice d’affaires » (idée de l’étude de cas proposé par le CCE lors de chaque réunion, le jeune des studios ayant trois mois pour réaliser le dossier qu’il présente au CCE lors de la réunion suivante) ;

– Pour les Maisons : initiation aux nouvelles technologies, conception et réalisation en 2 D d’objets qui peuvent agrémenter la décoration de la chambre personnelle, de la Maison d’enfants, de la chambre au domicile parental, participer au matériel mobilisé en atelier éducatif les lundi et jeudi soir, participer au matériel mobilisé lors du spectacle clôturant le festival annuel « Les Journées d’Enfance », etc.

Emmanuel Paris précise que le volume horaire hebdomadaire que Quentin pourra consacrer à la fonction de « Fabmanager des Maisons » est de 4h30 (Quentin devant par ailleurs s’occuper de la maintenance du parc informatique et électronique des Maisons). Ce volume est à titre indicatif ; il est probable que l’emploi du temps de Quentin pourra, certaines semaines, permettre d’être plus encore disponible pour la gestion et l’animation du FabLab.

Frédéric Renaux demande que le planning d’ateliers du FabLab, une fois finalisé, soit communiquer à son collègue Thomas Bixel. Thomas, membre de Sopra Steria Boulogne-sur-mer, se propose en effet pour co-animer des séances.

Sylvie Mestre dit qu’elle pourrait venir avec la Maison Vive à raison d’une fois par mois dans le cadre de son cycle d’ateliers, le mercredi de 17h à 19h : les créations travaillées par les enfants seraient concrétisées aussi par le recours au FabLab.

Yannick Coppin dit que le Centre de Jour pourrait venir chaque mardi matin de 10h à 11h30 ; des sous-groupes de 5, 6 enfants plus deux éducateurs de l’équipe viendraient développer leurs projets. Yannick Coppin précise que l’effectif total du Centre de Jour est d’une quinzaine d’enfants ; il y aurait une semaine « groupe A », une semaine « groupe B », une semaine « groupe C » (la semaine mensuelle restante étant, si possible, consacrée aux ateliers physique / chimie mensuels organisés avec la Fondation SEED et l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de Paris).

Claude Jaouen recommande de prévoir aussi d’initier les équipes des Maisons afin qu’ils puissent s’approprier les potentialités de ce nouvel espace éducatif.

Yannick Coppin dit que cette formation serait en particulier intéressante pour Nicolas Courquin, professeur des écoles détaché de l’Education nationale et membre à plein temps de l’équipe du Centre de Jour. Yannick Coppin explique que les logiciels listés pour les activités du FabLab sont par ailleurs utilisés par l’Education nationale dans le cadre de ses cours dédiés au numérique ; Nicolas Courquin pourrait ainsi faciliter la mise en dialogue des différents lieux d’apprentissage.

Emmanuel Paris explique qu’à terme d’autres FabLab (Calais, Outreau, Saint-Omer) permettront une mise en réseau.

Francis Rembotte signale qu’il vient de visiter un FabLab nouvellement créé à Béthune.

Sylvie Mestre demande s’il serait possible à terme de proposer aux habitants du Boulonnais de louer des créneaux horaires pour développer des projets au FabLab des Maisons.

Emmanuel Paris répond que l’un des axes de développement permanent du programme culturel est de faire des Maisons un acteur culturel du territoire, reconnu comme tel par la population. Emmanuel Paris dit qu’il serait bien pour les enfants de rencontrer par exemple des étudiants des sites universitaires de Boulogne-sur-mer, désireux dans le cadre de leur cursus de développer en 2 D / 3 D des prototypes.

Emmanuel Paris demande au Conseil s’il est d’accord pour assurer chaque réunion trimestrielle le suivi d’étude de cas fictifs proposés aux jeunes des studios. L’idée serait que les membres formulent des commandes aux jeunes, leur permettant de réfléchir au pré-requis d’une action commerciale. Emmanuel Paris précise que cela permettrait aux jeunes d’apprendre les rudiments de la pensée économique – contenu culturel peu travaillé par le programme de l’association, oh combien nécessaire pour accéder à des postes de responsabilité dans le monde du travail.

Les membres du Conseil agréent cette proposition ; chaque membre peut commencer à réfléchir à des sujets d’étude de cas.

Les membres du Conseil réfléchissent à la possibilité d’une activité lucrative portée par les Maisons. Francis Rembotte dit que cela serait faisable, moyennant certaines conditions économiques et juridiques.

Claude Jaouen dit qu’il serait possible à cette fin de créer une filiale des Maisons, permettant aux jeunes de lancer leur micro-entreprises.

Patrick Bourdet demande si le FabLab pourrait produire chaque saison un objet emblématique, lequel serait par exemple remis en guise de carte de visite de l’association ou lors du départ à la retraite d’employés.

Les membres du Conseil agréent cette proposition.

IV. Inauguration d’une réflexion pour le développement d’outils évaluatifs à propos du parcours des jeunes des studios :

Emmanuel Paris présente aux membres la genèse de la réflexion amenant à la proposition de développer des outils évaluatifs spécifiquement dédiés aux parcours des jeunes résidant dans les studios de l’association.

Emmanuel Paris dit qu’avec Joseph Bako, un constat a été formulé au dernier trimestre 2018 ; des jeunes n’ont plus souscrit à leurs obligations pour la perpétuation de leur Contrat Jeune Majeur, activant en cela la fin de la mesure éducative leur permettant de continuer à résider aux studios.

Emmanuel Paris et Joseph Bako ont éprouvé le besoin d’objectiver ce phénomène ; est-ce une fragilité structurelle des studios que l’on peut préciser au moyens d’outils évaluatifs ?

Cette réflexion, dit Emmanuel Paris, permettrait par ailleurs de mieux nommer les caractéristiques clé de la vie en studio, et par-là d’être plus à-même d’en faire part aux futurs impétrants, ou aux acteurs extérieurs  désireux de valoriser cet espace éducatif clé.

Yannick Coppin, se référant à son expérience personnelle passée, confirme qu’en effet le métier d’éducateur travaillant pour les studios n’est pas semblable à celui d’une Maison d’enfants. Yannick Coppin dit que l’éducateur des studios peut être dans une situation telle qu’il ne peut partager son expérience professionnelle avec ses pairs.

Francis Rembotte mentionne un séminaire organisé sur ce thème spécifique, et dit que des éducateurs d’autres institutions mettant en œuvre des studios témoignaient de cette même difficulté.

Les membres du Conseil acceptent d’intégrer ce travail de développement d’outils évaluatifs dans le cadre de l’activité de l’instance ; la réunion trimestrielle organisée à la rentrée de la saison culturelle 2019-2020 mettra cette question à l’ordre du jour.

V. Calendrier des prochaines réunions :

La prochaine réunion trimestrielle du Conseil sera organisée le vendredi 10 mai, de 10h à 13h. La réunion des Conseils et comités de pilotage du programme « L’aventure de la vie » sera organisée le jeudi 4 juillet, de 10h à 12h.

Patrick Bourdet clôt la sixième réunion du Conseil. Les membres du Conseil inaugurent la salle dédiée au FabLab des Maisons, puis visitent un des studios de l’association.

Rapport d’étape du 12 décembre 2018

Avec l’accord des membres du comité de pilotage « Communication », le présent rapport fait état des informations permettant d’organiser le premier semestre 2019.

La Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France a officiellement accordé ce mois de décembre le soutien financier permettant l’équipement d’un FabLab permanent au sein de nos Maisons.

Ce projet pluriannuel arrive donc à maturité ; après une première année permettant l’expérimentation d’ateliers mobilisant la culture numérique dans le cadre des activités pédagogiques du Centre de Jour et des studios, l’année deux voit donc la création d’un laboratoire dédié aux nouvelles technologies.

Ce nouvel espace éducatif de l’association est sis au 130, boulevard Raymond Splingard à Outreau, dans les sous-sols de la Maison de la Danse.

L’aménagement de ce laboratoire a été rendu possible grâce au soutien de la Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France :

(Images transmises par Fabrice, membre du service technique des Maisons)

Le chantier arrive à son terme, quelques dernières finitions permettront d’accueillir les premiers équipements numériques.

A ce jour, la liste des machines est la suivante : deux imprimantes 3D, deux Plotter de découpe, deux machines à coudre programmables, deux machines à graver Laser et un parc informatique ad hoc permettant de concevoir et réaliser les prototypes fabriqués par ces machines numériques.

Cette liste et ses usages pédagogiques seront précisés lors de la réunion du Conseil de la Culture d’entreprendre, le 1er février 2019.

La prochaine réunion du comité de pilotage sera organisée quant à elle le 15 mai 2019.

Évaluation du parcours des enfants et des jeunes depuis mai 2018

Ce mois de novembre 2018, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la troisième fois un outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  des Maisons :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune.

Les résultats, pour cette vague de novembre 2018, sont les suivants (71 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, les jeunes des studios et les jeunes du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 7.3.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 25.9.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 25,3.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 20.5.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 20,8.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (32,4).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (43.6).

“Le jeune et les soins” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (31).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (28.1).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (56,3).

Nous mobiliserons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Conseil de la Culture d’entreprendre : rapport d’étape du 9 novembre 2018

A titre exceptionnel, l’activité trimestrielle du Conseil de la Culture d’entreprendre donne lieu à la rédaction d’un rapport d’étape.

1. Présentation des documents formalisant la politique de parrainage des Maisons ;

2. Point sur la réalisation du FabLab des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ;

3. Date de la prochaine réunion du Conseil de la Culture d’entreprendre.

I. Présentation des documents formalisant la politique de parrainage des Maisons :

La précédente réunion du Conseil, organisée le 13 avril 2018, avait convenu de l’organisation d’une conférence téléphonique entre la direction des Maisons, et celle de la Fondation Un avenir ensemble dont Claude Jaouen est membre actif.

L’objet de cet échange consiste en une remontée d’expériences de la part de cette institution, laquelle officie depuis plus de dix ans pour développer avec l’Education nationale un réseau de parrainage, permettant à des jeunes d’être accompagnés sur la voie de leur insertion professionnelle.

Cette conférence téléphonique a eu lieu au mois d’octobre avec Madame Pascale Coget, directrice de la Fondation, et Madame Clémentine Sicard, responsable des opérations de parrainage.

Madame Claire Beugnet, directrice de notre institution, et Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles, ont exposé les problématiques spécifiant une politique de parrainage des Maisons. Deux particularités ont particulièrement été discutées :

  1. le fait que l’enfant soit accueilli dans le cadre de l’Aide Sociale à l’Enfance et par conséquent soit le temps de la mesure éducative totalement pris en charge financièrement ;
  2. le fait que la responsabilité parentale puisse être suspendue par la décision du Juge des Enfants, avec pour incidence de désigner un responsable légal tierce comme partie prenante de la convention de parrainage.

Ce riche partage d’expertises a permis la rédaction par le Conseil de la Culture d’entreprendre de trois documents de travail dont on trouvera ci-dessous les contenus respectifs. Ces trois documents sont inspirés des documents utilisés par la Fondation, moyennant adaptations pour tenir compte des spécificités dont il vient d’être fait état.

Convention de parrainage (version au 19/11/18)

Candidature filleul (version au 19/11/18)

Candidature parrain (version au 19/11/18)

Ces trois documents de travail constituent la fin de la phase rédactionnelle portée par le Conseil de la Culture d’entreprendre. Ces versions vont être soumises par Madame Beugnet au Conseil d’administration de l’association, au mois de janvier 2019.

La version finale de ces trois documents, approuvée par le Conseil d’administration, sera officialisée lors de la prochaine réunion du Conseil de la Culture d’entreprendre.

Celui-ci consacrera alors un temps de réflexion pour proposer une politique de communication définissant les publics particulièrement susceptibles de répondre favorablement au principe de parrainer une ou un filleul des Maisons.

II. Point sur la réalisation du FabLab des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale :

Le chantier permettant l’installation du FabLab des Maisons sur l’un des sites de l’association, sis au 130 boulevard Splingard à Outreau, a commencé au mois de septembre et s’achèvera pour être prêt accueillir les premières machines au mois de janvier 2019.

III. Date de la prochaine réunion du Conseil de la Culture d’entreprendre :

Avec l’accord des membres du Conseil, la prochaine réunion aura lieu le vendredi 1er février 2019, de 10h à 13h.