Archives de catégorie : Conseil de la Vie Sociale

“Histoire d’un songe” : le film

La saison culturelle avait pour thème “En vérités” : tout au long de l’année les enfants et les jeunes de notre institution ont préparé dans le cadre de leurs ateliers bi-hebdomadaires le spectacle exprimant cette quête.

Ci-présentes les créations des enfants, mises en récit par Romuald Pierru et  filmées sur la scène “Le Phenix” d’Outreau la première semaine de juillet 2021 par l’équipe d’A bouts de films :

Rendez-vous le 7 juillet pour le spectacle interprétant Arborescence.

Compte-rendu de la réunion du Conseil de Vie Sociale du 14 septembre 2021

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale

Présents :

Claire Beugnet, présidente du Conseil de la Vie Sociale

Clara Bonnard, représentante suppléante des enfants et des jeunes

Sarah Couvelard, représentante titulaire du personnel

Steven Fourcroy, représentant suppléant des enfants et des jeunes

Julien François, représentant titulaire des enfants et des jeunes

David François, représentant suppléant des enfants et des jeunes

Emmanuel Paris, secrétaire du Conseil de la Vie Sociale

Ordre du Jour :

Mise en place de nouveaux dispositifs de consultation des enfants des Maisons pour préparer les réunions trimestrielles du Conseil.

Madame la présidente ouvre la séance.

I. Présentation du thème « Arborescence » :

Monsieur le secrétaire présente le thème de la nouvelle saison culturelle, dont on trouvera ci-après le contenu :

II. Mise en place de nouveaux dispositifs de consultation des enfants des Maisons pour préparer les réunions trimestrielles du Conseil :

Madame la présidente informe les membres de la démission de Monsieur le représentant suppléant du personnel.

Deux représentants suppléants des enfants et des jeunes informent les membres de leur souhait de démissionner du Conseil.

Madame la représentante suppléante des enfants et des jeunes et Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes disent souhaiter aller au terme de leur mandat, le 8 février 2022.

Madame la présidente remercie et au nom de l’institution toutes les personnes qui, de la création du Conseil de la Vie Sociale le 30 septembre 2014 à cette réunion du 24 septembre 2021, ont tour à tour siégé au sein du Conseil.

Madame la présidente observe que ce conseil, depuis sa création, a pu travailler pendant sept ans selon les cadres impartis par la loi, et que cela fut possible par l’organisation régulière d’élections qui ont à chaque fois suscité la forte participation des enfants de l’association.

Constatant le départ de trois autres enfants, membres du Conseil, des effectifs de l’association depuis la précédente réunion du 12 janvier 2021, Madame la présidente observe la nécessité d’organiser une campagne électorale permettant le renouvellement du collège des usagers.

Monsieur le secrétaire propose que cette campagne électorale soit organisée avant le 14 décembre 2021, date de la prochaine réunion du conseil.

Les participants agréent ces propositions.

Madame la présidente demande aux participants le format le plus approprié pour permettre le bon fonctionnement du Conseil de la Vie Sociale dans sa nouvelle mouture. On trouvera ici les prérequis légaux pour le fonctionnement du Conseil.

Madame la représentante du personnel propose que la composition de ce collège des usagers garantisse la représentation de chaque unité de l’association lors des réunions du Conseil.

Les membres agréent cette proposition.

Tenant compte de ces recommandations, Monsieur le secrétaire propose que soit adopté le format suivant : six enfants titulaires, six enfants suppléants, un représentant du personnel, un représentant de l’organisme gestionnaire et un secrétaire.

Actant le souhait de Madame la représentante suppléante des enfants et des jeunes et Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes d’aller au terme de leur mandat, le 8 février 2022, Monsieur le secrétaire précise que les prochaines élections proposeront par conséquent aux enfants de nommer cinq représentants titulaires et cinq représentants suppléants.

Madame la présidente informe les participants qu’afin d’améliorer la participation des enfants de l’association à l’activité du Conseil, elle demandera aux chefs de service de chaque maison d’organiser des réunions d’expression avec les enfants de l’unité pour qu’ils puissent, entre autre,  dire quels thèmes ils souhaiteraient voir travailler par le Conseil lors de chaque réunion trimestrielle du Conseil. Les chefs de service enverront le compte-rendu de ces rencontres à Monsieur le secrétaire avant la date de la réunion du Conseil, afin que Monsieur le secrétaire puisse en faire la synthèse et proposer à Madame la présidente l’ordre du jour.

Les participants agréent cette proposition.

Monsieur le secrétaire propose en conséquence le calendrier suivant.

Pour le collège des enfants et des jeunes :

  1. information aux équipes du lancement de la campagne électorale et demande que les candidatures des enfants lui soient communiquées d’ici le 17 novembre 2021 ;
  2. réunion des candidates et des candidats le 17 novembre 2021 pour leur expliquer les modalités de la rédaction de leur profession de foi, document argumentant auprès de leurs électrices et électeurs les raisons de leur candidature ;
  3. Distribution des professions de foi auprès des électrices et électeurs le 24 novembre 2021 ;
  4. Organisation d’un vote à bulletins secrets pour l’ensemble des enfants et des jeunes de l’association dans chaque Maison de l’association, et communication des résultats de ce vote le 1er décembre 2021 ;
  5. Organisation par les chefs de service d’une rencontre avec les enfants de leur maison pour proposer les thèmes de la réunion du Conseil, le 14 décembre 2021.

Madame la présidente remercie les participants et clôt cette réunion.

Le programme de notre nouvelle saison est en ligne !

Comme chaque année à la même époque nous éditons le programme culturel mois après mois. Pour le télécharger cliquez ici.

Note de rentrée saison culturelle 2021-2022

Le thème de la saison culturelle de cette année 2021-2022 est : « Arborescence ».

1913 : « Le berger qui ne fumait pas, alla chercher un petit sachet et déversa sur la table un tas de glands. Il se mit à les examiner l’un après l’autre avec beaucoup d’attention, séparant les bons des mauvais. Je fumais ma pipe. Je me proposai pour l’aider. Il me dit que c’était son affaire. En effet : voyant le soin qu’il mettait à ce travail, je n’insistai pas. Ce fut toute notre conversation. Quand il eut du côté des bons un tas de glands assez gros, il les compta par paquets de dix. Ce faisant, il éliminait encore les petits fruits qui étaient légèrement fendillés, car il les examinait de fort près. Quand il eut ainsi devant lui cent glands parfaits, il s’arrêta et nous allâmes nous coucher. (…) Après le repas de midi, il recommença à trier sa semence. Je mis, je crois, assez d’insistance dans mes questions pour qu’il y répondit. Depuis trois ans il plantait des arbres dans cette solitude. Il en avait planté cent mille. Sur les cent mille, vingt mille étaient sortis. Sur ces vingt mille, il comptait encore en perdre la moitié, du fait des rongeurs ou de tout ce qu’il y a d’impossible à prévoir dans les desseins de la Providence. Restaient dix mille chênes qui allaient pousser à cet endroit où il n’y avait rien auparavant.

Quarante ans plus tard : « Sur l’emplacement des ruines que j’avais vues en 1913, s’élèvent maintenant des fermes propres, bien crépies, qui dénotent une vie heureuse et confortable. Les vieilles sources, alimentées par les pluies et les neiges que retiennent les forêts, se sont remises à couler. On a canalisé les eaux. A côté de chaque ferme, dans des bosquets d’érables, les bassins des fontaines débordent sur des tapis de menthes fraîches. Les villages se sont reconstruits peu à peu. Une population venue des plaines où la terre se vend cher s’est fixée dans le pays, y apportant de la jeunesse, du mouvement, de l’esprit d’aventure. »

(Jean Giono (2014), L’Homme qui plantait des arbres [1954], Paris, Gallimard jeunesse, p. 1, p. 7, p.19).

Les enfants de notre association, souvent les plus jeunes, aiment ramener de retour de randonnée avec leurs éducatrices et éducateurs des trouvailles glanées chemin faisant. Branches, cailloux, coccinelles, fleurs, escargots, herbes folles ; ces collections sont pour les enfants comme le moyen de garder mémoire de ce qui a eu lieu lors de ces pérégrinations, de ce que fut le lieu de leurs explorations. De retour dans les Maisons, les enfants confient à l’adulte ces biens précieux, ou les posent à des endroits bien choisis pour mieux les retrouver, soit dans une volonté de les partager avec d’autres, soit pour tenter d’agrémenter leur chambre. Dans ces moments dignes du travail d’inventaire et de classement des muséums d’histoire naturelle, l’équipe éducative doit comme “Elzéard Bouffier”, berger de son état et personnage fictif inventé par Jean Giono, séparer le bon grain de l’ivraie ; ce qui peut entrer dans la Maison, ce qui ne le peut, ce qui peut prospérer, ce qui serait implanté en vain.

Cette activité d’agencement, de classification, de répartition de sa relation de soi au monde, est une première façon de comprendre le thème de notre saison.

L’enfant constitue année après année des arborescences émotionnelles : des trésors personnels, des façons singulières et réfléchies d’être en lien avec l’autre que soi, des manières d’affirmer ses goûts. Ces arborescences affectives, esthétiques, ces attachements le définissent à mesure de son grandissement, marchant ainsi dans les pas de l’humanité, marquée à toute époque et en toute région du monde par l’émotion ressentie devant le mystère de la nature et méditant les conditions pour aimer sa splendeur ou, a contrario, détester ses possibles dangers, quitte à la juguler, lutter contre elle (Alain Corbin (2020), La douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Flammarion, collection « Champs – Champs histoire »).

Ces associations privilégiées de choses et d’êtres, extraits par ses soins des espaces et des temps qu’il découvre et qu’il s’approprie, sont autant de points d’appui pour permettre à l’enfant de se dire qui il est et exprimer aux autres comment le comprendre. À nous de les repérer, et de l’instruire si la nature lui inspire la peur, l’indifférence. Nombreuses sont en effet les études nous rappelant que plus l’écosystème constitué par l’enfant, pour l’enfant, est riche de diversités, d’entités multiples associées à son initiative et avec la coopération de l’adulte bienveillant, plus sa conscience de l’altérité, plus son intelligence de ce qui fait collectivité, de ce qui construit et décuple les relations, croissent, se développent et lui annoncent une vie bonne en société.

Pour cette raison fondamentale, les métiers de l’éducation spécialisée sont des métiers jardiniers ; il s’agit de cultiver patiemment et continuellement avec l’enfant l’enfance de l’éveil. Comme le jardinier, nous travaillons chaque jour avec des êtres en devenir ; si nous réussissons, l’identité de l’enfant accueilli ne sera pas fixée par son histoire biographique, souvent traumatique, à tout le moins problématique, et raison de son placement le temps de pouvoir renaître à la vie. Le pari de notre intervention éducative est, autrement dit, de l’accompagner dans ses mouvements, son éclosion, sa dynamique d’existence.

De la sorte, et c’est là une deuxième façon de comprendre « Arborescence », nous nous inscrivons dans cette philosophie du mélange, devenue aujourd’hui dominante en science botanique (Emmanuel Coccia (2016), La Vie des plantes. Une métaphysique du mélange, Paris, Payot et Rivages).

Si la graine, la semence en bas de la plante, dans le sol, ont longtemps été considérées comme le ferment de l’intelligence, la feuille, le pétale de la fleur, sur la hauteur de ces êtres et hors du sol, sont désormais considérés par les scientifiques comme les endroits où se fabriquent la parenté, la généalogie, l’idée du familial : c’est là que s’hybrideraient les gênes. Certes les cellules de l’être végétal évoluent selon la direction du vent, la proximité avec d’autres espèces, l’arrosage des pluies, mais ces évolutions ne se font pas par la force, la prédation, comme on l’a longtemps pensé ; le végétal nous montre que la symbiose – cette façon harmonieuse et pacifique de recomposer le vivant, est première.

Les plantes ont ainsi cette particularité d’être inversées, et c’est un point commun avec les enfants de notre association. Comme les végétaux dont les feuilles, le pétale sont l’organe le plus important pour le devenir car ils grandissent en effet du haut par les rayons du Soleil, par le souffle du vent transportant matière à féconder, les enfants le font de même par l’appel d’air de l’ouverture au monde proposé par notre programme artistique et culturel intitulé « L’aventure de la vie ». Renforcés par l’assurance de constater qu’ils peuvent créer en arts, en lettres, sciences, en sports, en technique et en technologie, les enfants peuvent revisiter, reformuler leur parcours de vie, recombiner leurs rapports au monde, leurs racines familiales.

Ce n’est pas que le sol, les circonstances de la naissance, n’aient pas d’importance, bien au contraire : les études botaniques montrent combien les rencontres des racines avec des démultiplicateurs d’énergie tels les champignons sont déterminantes pour la vitalité des plantes, (Peter Wohlleben (2017), La vie secrète des arbres. Comment ils ressentent. Comment ils communiquent, Paris, Les arènes). Pas moins crucial non plus est le tronc, la tige, à mi-hauteur entre le sol et la cime : pour tenir droite malgré la rafale, pour harmoniser son expansion dessous et dessus, la plante a besoin de cet axe vertical, non pas rigide au risque de la casse, mais flexible, s’adaptant aux aléas de l’enracinement, de la feuillaison, de la floraison.

Comment ne pas voir dans ces démultiplicateurs d’énergie qu’ils soient en haut ou en bas, dans cet axe qui plie mais ne rompt pas, des figures de notre écosystème ? : juges des enfants, référentes et référents sociaux, professeures et professeurs de nos ateliers, intervenantes et intervenants de « L’aventure de la vie » sont autant de conditions fertiles de la résilience, terreau de l’arborescence.

Evaluation du parcours des enfants depuis novembre 2020

Ce mois de juin 2021, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la septième fois l’outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  du Centre de Jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison du Sport et de la Maison Vive :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune des Maisons précitées.

Les résultats, pour cette vague de juin 2021, sont les suivants (69 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, et les jeunes des studios et du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas systématiquement les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 18,4.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 37.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 27,5.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 19,9.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 23,1.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (24,5).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (42).

“Le jeune et les soins” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant) (27,5) et La situation s’est améliorée et donne satisfaction (27,5).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (24,6) et La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (24,6).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (37,8).

Nous mobilisons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Notre association sélectionnée pour participer à une étude soutenue par l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance

Le Conseil scientifique de l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance a annoncé ce jour dans le cadre de ses appels à projets 2021 la sélection du projet d’études et de recherches conçu par l’Institut de formation et de recherche en intervention sociale Ocellia, le Centre Max Weber (Université Lyon 2) et mobilisant trois institutions ; l’Association Acolea (territoire Métropole Est Lyon, 69), l’Association Les Ecureuils (territoire plateau haut-vivarais Lignon, 43) et notre institution.

Les enfants volontaires et les professionnels des trois associations seront conviés à participer à une étude longitudinale (sur 18 mois) permettant de documenter le parcours de vie des enfants sur le chemin de leur autonomisation (capacité à organiser par soi-même le cours de sa vie), avec une double approche géographique et socio-anthropologique.

Chloé Colpé filmera régulièrement en entretiens ces personnes, enfants, adultes, pour suivre les chemins de l’émancipation.

Un grand merci à Fleur Guy, membre de notre Conseil scientifique pour nous avoir permis de participer à cet appel à candidatures.

Compte-rendu de la réunion du Conseil de Vie Sociale du 12 janvier 2021

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale

Présents :

Claire Beugnet, présidente du Conseil de la Vie Sociale

Steven Fourcroy, représentant suppléant des enfants et des jeunes

Julien François, représentant titulaire des enfants et des jeunes

David François, représentant suppléant des enfants et des jeunes

Emmanuel Paris, secrétaire du Conseil de la Vie Sociale

Absentes excusées :

Sarah Couvelard, représentante titulaire du personnel

Justine Lambert, représentante suppléante des enfants et des jeunes

Ordre du Jour :

Présentation au Conseil du document « projet d’établissement 2020-2025 » pour validation.

Madame la présidente ouvre la séance du 12 janvier 2021.

Madame la présidente explique aux membres du Conseil que le document « Projet d’établissement 2020-2025 », après plus d’une année de rédaction collective, est à présent achevé. Pour être validé, ce document stratégique doit être agréé par le Conseil. Madame la présidente explique que ce document sera ensuite présenté au Conseil d’administration de l’association pour transmission au Conseil départemental du Pas-de-Calais. Cette version finale donnera lieu à une assemblée générale des personnels au premier semestre 2021.

Madame la présidente remercie les membres du Conseil pour leur contribution à la rédaction du document ; il détaille la vie de l’établissement et annonce ses axes de développement pour les cinq années à venir.

Madame la présidente et Monsieur le secrétaire font une lecture commentée du document :

  • Restitution de l’histoire longue de l’institution (1835 : création du Refuge Sainte-Anne ; 1902 : création de la Maison des Enfants de la Marine ; 2011 : création des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale) ;
  • Explication du projet associatif de l’association, et sa synthèse dans le projet d’établissement (mise en exergue des valeurs de l’association telles la culture, l’humanisme, la démocratie) ;
  • Calendrier de l’écriture de ce document, du mois de janvier 2019 (assemblée générale des personnels) aux mois de janvier et février 2021 (présentation du document aux Conseil de Vie Sociale et Conseil d’administration) ;
  • Description des cadres juridiques et administratifs régissant l’activité d’une Maison d’enfants ;
  • Examen des publics accueillis, de leur évolution, et des relations avec leur entourage ;
  • Instances d’expression des enfants pour conseiller l’association dans ses politiques de développement (Conseil de Vie Sociale et questionnaires) ;
  • Analyse des secteurs d’activité de l’association (mise en œuvre des mesures judiciaires et administratives dans le cadre de l’Aide Sociale à l’Enfance, action artistique et culturelle, activités relevant du soin) ;
  • Historique des services (de la création d’une équipe mobile à la description des accueils en internat, des accueils de jour, des accueils d’urgence, des accueils spécialisés, des accueils en semi-autonomie) ;
  • Présentation des partenariats dynamisant le programme artistique et culturel de l’association ;
  • Inventaire et explication des outils et méthodes organisant l’activité des équipes éducatives (de la commission d’admission aux réunions d’équipes) ;
  • Paradoxes avec lesquels les équipes éducatives doivent agit et trouver des points d’équilibre (entre accompagnement des personnes dans leur singularité et accompagnement d’un groupe ; entre activité pour accueillir l’enfant et activité pour le préparer à son départ, etc.) ;
  • Description des ressources à la disposition des professionnels pour organiser la pluralité des engagements permettant l’épanouissement des enfants et des jeunes (des réunions d’équipe aux réunions de concertation en passant par les réunions d’équipe) ;
  • Présentation des différentes fiches actions permettant aux personnels de se référer à des modes d’emploi concernant l’ensemble des activités de suivi et d’accompagnement ;
  • Inventaire des ressources mises à la disposition des personnels pour accompagner leurs parcours professionnels et/ou professionnalisant (formations, animation des colloques de l’associations, participation à des colloques et séminaires, encadrement des stages) ;
  • Synthèse des axes d’évolution, de progression et de développement pour les années 2020-2025 (développement du processus qualité ; renforcement du partenariat avec l’Education nationale ; évolution des modalités d’accompagnement vers l’autonomie ; développement des activités collectives et transversales inter-Maisons ; accroissement de l’ouverture de l’espace associatif au territoire du boulonnais ; progression des espaces dédiés à l’apprentissage de la culture numérique).

Les membres du Conseil valorisent le travail effectué à l’occasion de l’écriture de ce document et agréent les thématiques et contenus le composant, précisant que de nouveaux thèmes ne leur paraissent pas nécessaires.

Madame la présidente remercie le Conseil pour son engagement dans ce travail et clôt la séance.

Evaluation du parcours des enfants depuis juin 2020

Ce mois de novembre 2020, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la sixième fois l’outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  du Centre de Jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison du Sport et de la Maison Vive :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune des Maisons précitées.

Les résultats, pour cette vague de novembre 2020, sont les suivants (53 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, et les jeunes des studios et du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas systématiquement les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 9,5.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 44,1.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 19,75.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 9,9.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 16,75.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (23).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (25).

“Le jeune et les soins” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant) (26,9).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est dégradée depuis 6 mois (24).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (30,7).

Nous mobilisons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Les Maisons invitées par la Fondation Daniel et Nina Carasso à statuer sur les candidatures de l’appel à projets “Médiations et démocratie culturelle”

Ce 27 novembre, notre association était invitée par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France à participer au jury désignant les lauréats de l’appel à projet Médiations et démocratie culturelle, dont on trouvera ci-après le paragraphe introductif :

Nous sommes ravis de vous annoncer l’ouverture de notre nouvel appel à projets « Médiations et démocratie culturelle », territorialisé sur les Hauts-de-France, qui s’inscrit dans notre axe Art Citoyen. Cet appel s’adresse à des collectifs formels ou informels qui porteront un projet artistique commun. Nous souhaitons contribuer à l’émergence et au développement de projets artistiques qui correspondent à la vision de la démocratie culturelle en créant les conditions d’une réelle participation citoyenne dès leur genèse et tout au long de leur réalisation.”

Cent vingt-neuf candidatures, issues d’associations, de collectifs citoyens, de collectivités territoriales, d’établissements artistiques et culturels répartis sur les quatre départements de notre région ont répondu à cet appel.

Ce 27 novembre, vingt-deux candidatures étaient examinées lors de la phase finale de ce processus de sélection.

Quatorze dossiers ont été retenus :

Un grand merci à la Fondation, fidèle soutien de notre programme artistique et culturel, pour cette nouvelle marque de confiance, bravo aux lauréats pour leur proposition permettant aux habitants des territoires des Hauts-de-France de créer avec des artistes, des artisans, des équipes municipales ou des services départementaux, régionaux ou de l’Etat, des établissements scolaires, des musées des actions collectives renforçant la vitalité de notre démocratie.

Compte-rendu de la réunion du Conseil de Vie Sociale du 22 septembre 2020

Présents :

Claire Beugnet, présidente du Conseil de la Vie Sociale

Sarah Couvelard, représentante titulaire du personnel

Steven Fourcroy, représentant suppléant des enfants et des jeunes

Julien François, représentant titulaire des enfants et des jeunes

Justine Lambert, représentante suppléante des enfants et des jeunes

David François, représentant suppléant des enfants et des jeunes

Emmanuel Paris, secrétaire du Conseil de la Vie Sociale

Ordre du Jour :

  1. Réactualisation des thèmes de travail du Conseil ;
  2. Evaluation des mesures sanitaires mises en place en réponse à l’épidémie Covid – 19 ;
  3. Questions annexes.

Madame la présidente ouvre la séance du 22 septembre 2020.

I. Réactualisation des thèmes de travail du Conseil :

Monsieur le secrétaire rappelle aux participants qu’en raison de la longue période de confinement au premier semestre, le Conseil de Vie Sociale n’a pu réaliser qu’une seule réunion lors de la saison 2019-2020, le 17 septembre 2019.

Monsieur le secrétaire reprend l’ordre du jour de cette réunion ; le 17 septembre 2019, le Conseil avait contribué à la rédaction du « Projet d’établissement 2019-2024 » et validé la refonte du protocole de sanctions des Maisons. On trouvera ci-après le compte-rendu de cette réunion :

S’agissant du document « Projet d’établissement », Madame la présidente informe les participants qu’il est encore en cours d’écriture, le processus rédactionnel étant ralenti par le confinement. Ce document sera remis à la fin de cette année, et pourra être présenté lors de la prochaine réunion du Conseil.

Monsieur le secrétaire rappelle les axes de travail formulés par les membres du Conseil lors de la réunion du 12 mars 2019, dont on trouvera ci-après le compte-rendu :

A l’époque, le Conseil avait défini les lignes directrices suivantes :

Thèmes travaillés par le Conseil de la Vie Sociale :

  1. Augmentation de l’organisation de manifestations inter-Maisons durant la saison culturelle ;
  2. Usages des téléphones et de l’Internet par les enfants et les jeunes dans leur Maison ;
  3. Examen de la faisabilité d’un cahier de liaison et de libre-expression dans chaque Maison, ainsi que d’un livre d’or lors du spectacle de fin de saison ;
  4. Examen des modalités d’un dispositif de soutien scolaire pour l’ensemble des Maisons à l’attention d’enfants et de jeunes en difficulté dans certaines matières.

Contribution du Conseil de la Vie Sociale à l’écriture du projet d’établissement 2019-2024 :

  1. Mise en place d’un cahier de liaison et de libre-expression dans chaque Maison à l’attention des enfants et des jeunes du lieu de vie ;
  2. Ecrits des représentants des enfants et des jeunes pour agrémenter notamment le chapitre consacré aux « objectifs d’évolution, de progression, de développement » ;
  3. Réflexion sur la réforme des modalités d’organisation de la pré-admission.

Madame la présidente demande aux participants si, parmi ces axes de travail, certains méritent d’être priorisés lors des prochaines réunions, observant que certains autres ( usages des téléphones et de l’Internet, écrits des enfants pour intégration dans l’écriture du « projet d’établissement ») n’ont plus lieu d’être, puisque d’ores et déjà réalisés.

Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes et Madame la représentante titulaire du personnel confirment la pertinence toujours d’actualité de l’organisation de manifestations inter-Maisons durant la saison culturelle.

Madame la présidente observe que ces manifestations ont essentiellement lieu à la belle saison, au retour des vacances de Pâques, car souvent en extérieur.

Madame la représentante du personnel propose que chaque Maison soit porteuse de l’organisation d’une manifestation, qui thématisant le sport, qui thématisant la musique, qui la danse, etc.

Monsieur le secrétaire observe que ce principe a présidé à l’organisation par le Centre de Jour d’une manifestation sur la plage d’Hardelot en partenariat avec la base nautique de Neufchâtel-Hardelot dernière semaine d’Août.

La proposition de Madame la représentante du personnel est validée.

II. Evaluation des mesures sanitaires mises en place en réponse à l’épidémie Covid – 19 :

Madame la présidente demande aux représentants des enfants et des jeunes si les mesures mises en place par l’association depuis mars 2020 satisfont en pratique aux exigences des gestes barrière.

Les représentants des enfants et des jeunes indiquent que masques et gel hydro-alcoolique sont suffisants pour que chaque Maison puisse mettre en œuvre au quotidien ces attendus.

Monsieur le représentant suppléant des enfants et des jeunes demandent si les enfants doivent porter le masque, y compris de retour de l’école et jusqu’au coucher.

Madame la présidente convient que cette question est importante. Madame la présidente, Madame la représentante du personnel, Monsieur le secrétaire observent que les autorités considèrent les Maisons d’enfants tels des lieux de vie familiaux où les obligations ne sont pas les mêmes qu’à l’Ecole ou tout autre lieu public composant l’emploi du temps de l’enfant (cabinets médicaux, cinéma, musée).

Madame la présidente et Madame la représentante du personnel en appellent à la responsabilité des enfants ; dans l’hypothèse où un doute peut naître à propos de la possibilité d’une contamination, l’enfant et l’équipe veillent à ce que les gestes barrière soient respectés, et la mesure de mise en quatorzaine – si l’avis médical formulé par le docteur le demandait, strictement respectée.

Madame la présidente explique que les études épidémiologiques montrent que ce virus est particulièrement dangereux pour les adultes, avec en particulier une mortalité accrue pour les personnes âgées de 65 ans et plus.

Madame la présidente observe dès lors que les mesures de protection concernent avant tout les adultes des équipes.

Monsieur le représentant suppléant des enfants et des jeunes dit s’inquiéter pour son père, d’un certain âge, et qu’il rencontre régulièrement à l’occasion des droits d’hébergement.

Madame la présidente et Madame la représentante du personnel encourage Monsieur le représentant à en parler avec son père ; si Monsieur le représentant se sent plus rassurer de porter le masque au domicile paternel, il ne faut pas hésiter à lui en faire part.

Monsieur le représentant dit qu’il hésite à dire son ressenti à son père, de peur de gâcher l’ambiance conviviale de ces réunions familiales.

Monsieur le secrétaire convient que ces questions sont anxiogènes pour les enfants, et observent qu’une campagne de communication de l’Etat à ce sujet met en scène un enfant seul, sans ses parents, lors d’une rencontre avec sa grand-mère.

Les participants conviennent que l’important, dans cette période difficile, est de pouvoir continuer à vivre une vie bonne. Il s’agit de savoir trouver l’équilibre entre le respect des consignes sanitaires et la convivialité qui est au cœur des relations humaines.

Madame la présidente dit aux participants que, régulièrement, des notes de service continueront à actualiser ces consignes, tenant compte des directives communiquées par les autorités.

III. Questions annexes :

Madame la présidente et Madame la représentante du personnel observent que le Conseil de Vie Sociale se prononce régulièrement sur des règles de vie telles l’usage du téléphone et de l’Internet, ou la prise en charge des budgets afférents à l’inscription dans des associations, des clubs sportifs par les enfants.

Madame la présidente et Madame la représentante du personnel concluent de ces répétitions depuis la création du Conseil, que les comptes-rendus ne sont pas assez lus dans les Maisons si bien que les recommandations et décisions du comité de direction ne sont pas mémorisées par les enfants.

S’agissant de l’usage du téléphone et de l’Internet, les réunions du Conseil organisées au premier semestre 2016 s’étaient prononcées, et ces recommandations avaient intégré le nouveau règlement de vie des Maisons : « le téléphone est autorisé pour les jeunes de plus de 12 ans. Son usage est strictement interdit pendant les repas et les activités collectives. Le téléphone portable doit être donné à l’éducateur du centre de jour le matin et sera récupéré le soir ; pour les maisons, il est rendu à l’éducateur présent au moment du coucher. ». Pour l’accès à l’Internet, un système de filtrage limitant l’accès à partir des ordinateurs fixes des Maisons en semaine a été décidé pour la tranche horaire de soirée, ce système pouvant être assoupli sur décision de l’éducateur de service en particulier le week-end.

On trouvera le détail de ces décisions ci-après :

S’agissant de la participation des enfants au coût des licences annuelles demandées par les clubs sportifs et associations auxquels ils souhaitent s’inscrire, un étalement des contributions des enfants pour la tranche d’âge 4-14 ans a été retenu, considérant la limitation de l’argent de poche mensuel alloué conformément à la Loi. On trouvera le détail de ces décisions ici :

Madame la présidente propose qu’afin de garantir la bonne connaissance des travaux du Conseil, et que des thèmes déjà travaillés ne soient pas remis à l’ordre du jour d’une réunion par méconnaissance de ce qui a été fait, chaque équipe de Maison nomme un référent « Conseil de Vie Sociale ». Son travail sera de mobiliser les enfants sur des questions qu’ils peuvent se poser et pour lesquelles le Conseil a pu statuer, ou pour collecter des questions qu’il transmettra à Monsieur le secrétaire en prévision de la prochaine réunion du Conseil.

Les participants agréent cette décision ; Madame la présidente annonce l’envoi prochaine d’une note de service pour l’officialiser auprès des employés.

La prochaine réunion trimestrielle du Conseil aura lieu le mardi 12 janvier de 18h à 20h. A l’ordre du Jour de cette réunion : la planification des manifestations inter-Maisons durant le premier semestre 2021.

Madame la présidente clôt la séance.