Archives de catégorie : Conseil de la Vie Sociale

Tout en mesure

L’aventure de la vie est la matrice de notre association ; elle rythme l’emploi du temps des enfants et des jeunes de notre institution quand ils reviennent de l’école, ou dans le cadre  de l’accueil de jour et de l’accueil spécialisé en journée.

“L’aventure de la vie” est financée par le Conseil départemental du Pas-de-Calais, notre partenaire institutionnel, et est aussi soutenue dans le développement de ses projets pilotes par cinq fondations (Ateliers physique / chimie du Centre de Jour : Fondation SEED ; FabLab des Maisons : en 2018, Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France, en 2018 et 2019 : Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France ; Résidence Art / science 2019 : programme Nouveaux commanditaires de la Fondation de France et Fondation Carasso sous l’égide de la Fondation de France).

Soucieuse du bien-être des enfants et des jeunes accueillis en nos Maisons, l’association développe ces nouveaux services, travaille continuellement à l’amélioration de l’existant. Pour ce faire, l’institution produit des études portées par nos Conseils et comités de pilotage, validées par ces instances ainsi que par nos partenaires et soutiens.

Ces études et recherches sont en ligne sur notre site chaque saison. S’agissant de la saison 2018-2019 :

  • La première publication d’une des deux études qualitatives est consultable ici ;
  • Les résultats des études quantitatives sont ici, ici et ici.

Ce jeudi 4 avril, notre association a présenté à plus de trente fondations ces outils et les instances permettant de les mobiliser d’année en année lors des journées d’étude organisées par l’ESSEC Business School, le Cercle Français des Fonds et Fondations et la Fondation Carasso sous l’égide de la Fondation de France.

Le contenu détaillé de ces journées permettant de réfléchir aux façons d’accompagner au plus près le développement d’initiatives au service de l’intérêt général et du bien commun est ici.

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale du 12 mars 2019

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale
12 mars 2019

Présents :

Claire Beugnet, présidente du Conseil de la Vie Sociale
Sarah Couvelard, représentante titulaire du personnel
Enzo Davril, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Julien François, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Justine Lambert, représentante suppléante des enfants et des jeunes
Lindsay Norel, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Emmanuel Paris, secrétaire du Conseil de la Vie Sociale

Ordre du Jour :

1. Inauguration par sa présidente du Conseil de la Vie Sociale dans sa nouvelle organisation ;
2. Définition des thèmes travaillés par le Conseil de la Vie Sociale durant l’année civile 2019 ;
3. Contribution du Conseil de la Vie Sociale à l’écriture du projet d’établissement 2019-2024.

I. Inauguration par sa présidente du Conseil de la Vie Sociale dans sa nouvelle organisation :

Madame la présidente ouvre la séance du 12 mars 2019.

Madame la présidente remercie les participants à cette réunion au nom de l’association. Le Conseil de la Vie Sociale peut en effet de nouveau siéger grâce à leur engagement – réitéré s’agissant de Madame la représentante du personnel, et consenti à l’occasion de la campagne électorale organisée durant le mois de février 2019 s’agissant des représentants des enfants et des jeunes.

On trouvera les articles en ligne sur notre site Internet présentant cette campagne électorale ici, ici et ici.

Madame la présidente dit la fierté de l’institution d’avoir pu organiser dans les meilleures conditions cet exercice démocratique permettant aux enfants et aux jeunes d’élire leurs représentants. Ce fut, dit Madame la présidente, un beau moment de citoyenneté, aussi bien pour les électrices et les électeurs que pour les candidates et candidats. Madame la présidente s’adresse aux représentants des enfants et des jeunes pour les remercier du courage d’avoir candidaté, c’est-à-dire de présenter en public ses idées au risque de ne pas être élu.

En se référant au texte juridique relatif au Conseil de la Vie Sociale et aux autres formes de participation institués par l’article D311-3 du Code de l’action sociale et des familles, Madame la présidente présente aux représentants des enfants et des jeunes l’organisation du Conseil de la Vie Sociale, ses raisons d’être et d’agir.

Le Conseil de la Vie Social se réunit quatre fois dans l’année, en se basant sur le rythme de l’année scolaire : une réunion en octobre, une réunion en janvier, une réunion en avril, une réunion plénière en juin/juillet, lors du festival annuel « Les Journées d’Enfance ».

Les convocations à la prochaine réunion sont envoyées aux membres titulaires du Conseil de la Vie Sociale 15 jours avant la date de la réunion.

Si un ou des membres titulaires du Conseil de la Vie Sociale ne peuvent assister à la réunion pour raisons personnelles, un ou des membres suppléants du collège concerné sont contactés pour participer à la réunion.

Le Conseil délibère sur les questions figurant à l’ordre du jour, à la majorité des membres présents.

Les avis ne sont valablement émis que si le nombre des représentants des enfants et des jeunes est supérieur à la moitié des membres présents.

Dans le cas contraire, l’examen de la question est inscrit à l’ordre du jour de la réunion ultérieure. Si, lors de cette réunion, ce nombre n’est pas atteint, la délibération est prise à la majorité des membres présents.

Monsieur le secrétaire du Conseil de la Vie Sociale rédige les compte-rendu de réunion de chaque séance.

Le Conseil de la Vie sociale anonyme les retranscriptions des délibérations dans le cadre de ses réunions.

Le compte-rendu est envoyé aux membres présents puis mis en ligne pour archivage sur le site Internet de l’institution.

Ces compte-rendu sont aussi diffusés sous forme papier auprès des chefs de service des Maisons de l’association ; ils intègrent alors le cahier du Conseil de la Vie Sociale de chaque unité, permettant aux enfants et aux jeunes de prendre connaissance des recommandations du Conseil.

Les avis du Conseil de la Vie Sociale n’ont pas force de décision ; ils sont pris en compte par la direction et les chefs de service qui, en dernière instance, formalisent en réunion de direction toutes mesures permettant l’amélioration de la vie quotidienne des Maisons.

II. Définition des thèmes travaillés par le Conseil de la Vie Sociale durant l’année civile 2019 :

Monsieur le secrétaire explique aux participants qu’à partir de cette réunion, la réunion de rentrée du Conseil de la Vie Sociale, en octobre, pourra examiner des thèmes proposés par ses membres, la réunion plénière du mois de juillet étant consacrée à la valorisation des travaux effectués durant la saison écoulée.

Monsieur le secrétaire propose aux membres de dire les thèmes dont le Conseil de la Vie Sociale pourrait se saisir lors de la réunion de rentrée.

Monsieur le représentant des enfants et des jeunes propose de réfléchir à l’augmentation des programmations de manifestations inter-Maisons durant la saison culturelle. Monsieur le représentant des enfants et des jeunes explique que ces rassemblements culturels, tels les spectacles mensuels au Café-théâtre, le festival de fin de saison ou l’organisation de tournois de football, permettent en effet aux enfants et aux jeunes de se rencontrer et de fraterniser.

Madame la présidente agrée cette proposition.

Monsieur le représentant des enfants et des jeunes propose aussi d’examiner les modalités du service minimum en matière de composition des repas. Monsieur le représentant des enfants et des jeunes explique que le si le principe ne pose pas de problèmes, la conception des repas en service minimum pourrait être le sujet d’une réflexion collective permettant l’harmonisation des pratiques dans l’ensemble des Maisons.

Madame la présidente agrée cette proposition.

Les représentants des enfants et des jeunes proposent avec Madame la représentante du personnel de mettre à l’ordre du jour un état des lieux de l’existant en matière d’usages des téléphones personnels dans les Maisons.

Madame la présidente signale que le Conseil de la Vie Sociale s’est régulièrement prononcé sur ce thème, et informe les participants du compte-rendu de la première réunion dédiée à ce sujet en 2014 – soit quelques semaines après la création du Conseil. On trouvera le détail de ce compte-rendu ici.

Les représentants des enfants et des jeunes demandent la possibilité d’évaluer la faisabilité d’une garde du téléphone personnel y compris après le coucher, ou du moins une discussion portant sur son heure de remise ; à ce jour, les téléphones sont remis par les enfants et les jeunes aux équipes éducatives de leur Maison à l’heure fixée par les adultes.

Madame la représentante des enfants et des jeunes observe que ce thème a été l’une des propositions électorales de la campagne précédente, et dit qu’il est toujours d’actualité pour les électrices et électeurs.

Madame la représentante des enfants et des jeunes ajoute à ce thème celui des horaires d’accès à l’Internet dans les Maisons.

Madame la présidente signale que le Conseil de la Vie Sociale s’est aussi régulièrement prononcé sur ce thème et informe les participants du compte-rendu de la réunion du 4 avril 2017 par exemple organisée à ce sujet. On trouvera le détail de ce compte-rendu ici.

Madame la présidente agrée la proposition de consacrer une réunion du Conseil sur ces deux sujets (téléphone et Internet), mais précise que les décisions prises en dernier ressort par le comité de direction.

Les représentants des enfants et des jeunes proposent que soit aussi examinée la possibilité d’installer dans chaque Maison un cahier de libre-expression à l’attention des enfants et des jeunes, leur permettant de les informer des thèmes qu’ils désirent voir travailler par le Conseil.

Madame la représentante des enfants et des jeunes précise que, de même qu’il existe un journal de bord utilisé par les équipes éducatives des Maisons, ce document constituerait celui des enfants et des jeunes du lieu de vie.

Les représentants des enfants et des jeunes disent qu’un tel cahier de satisfaction pourrait aussi être proposé lors du spectacle de fin de saison culturelle, à l’attention des spectatrices et spectateurs. Ces écrits permettraient aux enfants et aux jeunes sur scène de prendre la mesure de l’appréciation exprimée par le public, au terme d’une année de travail en ateliers bi-hebdomadaires.

Madame la présidente agrée la proposition et rappelle qu’un cahier existait par le passé dans chaque Maison, permettant au chef de service d’être informé en temps réel des doléances des enfants et des jeunes de son unité.

Madame la représentante des enfants et des jeunes propose de consacrer une réunion du Conseil à l’examen de la faisabilité d’un dispositif de soutien scolaire valable pour l’ensemble des Maisons, permettant aux enfants ou aux jeunes en difficulté dans certaines matières de leur formation, de pouvoir bénéficier de séances hors temps scolaire réalisées par des personnes qualifiées. Madame la représentante des enfants et des jeunes observe que ce thème a été l’une des propositions électorales de la campagne précédente, et dit qu’il est toujours d’actualité pour les électrices et électeurs.

Madame la présidente agrée la proposition.

Monsieur le secrétaire résume les thèmes choisis par le Conseil de la Vie Sociale pour l’organisation de ses réunions en 2019, en précisant que leur nombre nécessitera de mobiliser aussi les réunions de l’année 2020 :

• Augmentation de l’organisation de manifestations inter-Maisons durant la saison culturelle ;
• Examen des modalités du service minimum en matière de composition des repas ;
• Usages des téléphones et de l’Internet par les enfants et les jeunes dans leur Maison ;
• Examen de la faisabilité d’un cahier de liaison et de libre-expression dans chaque Maison, ainsi que d’un livre d’or lors du spectacle de fin de saison ;
• Examen des modalités d’un dispositif de soutien scolaire pour l’ensemble des Maisons à l’attention d’enfants et de jeunes en difficulté dans certaines matières.

Monsieur le secrétaire propose aux représentants des enfants et des jeunes d’organiser une réunion technique en dehors du calendrier des réunions du Conseil de la Vie Sociale, afin de réfléchir avec eux aux moyens techniques leur permettant de dialoguer avec l’ensemble de leurs électrices et électeurs. Ceci, ajoute Monsieur le secrétaire, permettrait aussi de faciliter la contribution du Conseil de la Vie Sociale à l’écriture du projet d’établissement 2019-2024.

Les représentants des enfants et des jeunes agréent cette proposition.

III. Contribution du Conseil de la Vie Sociale à l’écriture du projet d’établissement 2019-2024 :

Monsieur le secrétaire décrit les tenants et aboutissants du document stratégique appelé « Projet d’établissement » ; le Conseil de la Vie Sociale participera en effet à son écriture, particulièrement quant au chapitre consacré aux « objectifs d’évolution, de progression, de développement ». On trouvera ici les prérequis d’un projet d’établissement, tant dans son contenu que de l’organisation de sa rédaction (ces recommandations sont formulées par la Haute Autorité de Santé, agence d’Etat notamment compétente pour les Maisons d’Enfants à Caractère Social).

Madame la présidente relève, parmi les items composant les « objectifs d’évolution, de progression, de développement », celui du « possible accueil vers d’autres publics » (document de synthèse de l’Anesm intitulé Elaboration, rédaction et animation du projet d’établissement ou de service, p. 4).

Madame la présidente ouvre la possibilité d’une réflexion sur des dispositifs et actions permettant le développement d’un axe du programme culturel dédié aux liens et échanges inter-générationnels. Madame la présidente ajoute qu’une même réflexion en direction de l’enfance handicapée pourrait intégrer la rédaction du projet d’établissement.

Madame la représentante du personnel demande comment la rédaction de ce document va s’organiser.

Monsieur le secrétaire répond qu’un comité de pilotage va être prochainement nommé, composé du comité de direction, d’un représentant du Conseil d’administration et de Madame la psychologue de notre association. Ce comité de pilotage coordonnera les travaux rédactionnels en fonction des thèmes régissant le document « projet d’établissement ».

Madame la présidente précise que chaque Maison contribuera aussi à l’écriture de ce texte ; les lieux de vie décriront pour chacun d’eux leurs spécificités. Madame la présidente donne en exemple les relations étroites nouées par la Maison du Sport et la commune de Wimille, c’est-à-dire sa ville d’implantation.

Monsieur le représentant des enfants et des jeunes propose de réfléchir aux modalités d’accueil des nouvelles et nouveaux entrants. Monsieur le représentant des enfants et des jeunes explique que les premiers jours d’intégration d’un enfant ou d’un jeune dans une Maison peuvent en effet être délicats.

Madame la représentante du personnel dit que cette question pose aussi celle de l’organisation des pré-admissions, c’est-à-dire ces moments initiaux d’échanges, de présentation et d’orientation entre un enfant dont le Tribunal Pour Enfants a décidé une mesure éducative en Maison d’Enfants, sa ou son référent de l’Aide Sociale à l’Enfance, ses parents ou tuteurs légaux et l’association.

Madame la représentante du personnel demande si la présence d’un éducateur, membre de l’équipe de la Maison choisie pour accueillir ce nouvel enfant, pourrait être systématisée lors de ces pré-admissions.

Madame la présidente dit que ces modalités d’organisation sont particulièrement difficiles à mettre en place, tant la situation actuelle de l’Aide Sociale à l’Enfance est tendue ; les places disponibles sont rares et les demandes importantes. Madame la présidente explique que bien souvent désormais, l’accueil d’un enfant dans une Maison ne se fait pas par choix en raison d’une pratique culturelle, mais en terme de gestion des places libres.

Madame la présidente observe cependant que l’évaluation externe, réalisée en 2018, recommande d’améliorer le processus de pré-admission / installation dans une Maison, en organisant plusieurs rendez-vous (une seconde réunion sur le lieu de vie lui-même permettant d’améliorer l’information de l’enfant quant à la Maison qui l’accueille).

Madame la représentante des enfants et des jeunes dit que souvent, les nouvelles ou nouveaux entrants ont un a priori négatif car ils considèrent avant tout la honte d’être placés en foyer. Madame la représentante des enfants et des jeunes observe que, cependant, ce préjugé est erroné ; la qualité de relations humaines dans une Maison d’enfants permet de disposer d’un environnement bienveillant, à l’écoute, de bon conseil.

Les représentants des enfants et des jeunes agréent cette analyse et disent qu’une Maison d’enfants est à l’image d’une famille recomposée, offrant bien des opportunités de grandir et de s’épanouir.

Madame la représentante du personnel demande si dans le cadre du projet d’établissement peuvent être discutées les modalités d’organisation du spectacle de fin de saison. Madame la représentante du personnel explique que les Maisons ayant l’activité sportive comme contenu d’ateliers bi-hebdomadaires présentent structurellement plus de difficultés pour élaborer des prestations sur scène.

Madame la présidente convient de cette difficulté, partagée par plusieurs Maisons. Madame la présidente dit cependant l’importance d’une prestation de l’ensemble des Maisons sur scène à l’occasion du spectacle de fin de saison.

Monsieur le secrétaire présente la prochaine date réunissant les membres du Conseil de la Vie Sociale, ainsi que l’ensemble des instances conseillant l’association dans son développement : le Conseil de la Culture d’entreprendre, le Conseil de la Vie Sociale, le Conseil scientifique et les comités de pilotage thématiques du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie ».

Cette réunion, appelée « assemblée plénière », aura lieu le jeudi 4 juillet, de 10h à midi, sur le site de la Ferme de Bertinghen ; elle permettra aux membres des instances respectives de se rencontrer, et de partager autour des activités menées dans leur périmètre d’actions. L’assemblée plénière sera l’une des animations du festival annuel « Journées d’enfance 2019 » ; elle symbolisera l’achèvement de la saison culturelle 2018-2019 et annoncera le lancement de la saison culturelle 2019-2020.

Madame la présidente clôt cette réunion.

Invitation à devenir marraine ou parrain d’un(e) jeune de nos Maisons

L’association “Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale” recherche des personnes désireuses de faire partager leur expérience professionnelle à un(e) jeune de notre institution.

Vous trouverez plus d’informations sur cette annonce  ci-après :

Parrainer un (e) jeune jusqu’au premier emploi

L’association de protection de l’enfance « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », sise à Saint-Martin Boulogne, Outreau et Wimille (62) crée un réseau de parrainage au service des jeunes dont elle a la responsabilité dans le cadre de l’Aide à l’Enfance.

Vous trouverez toutes informations à propos des Maisons en cliquant ici.

Nous recherchons des personnes prêtes à accompagner un des jeunes de plus de 15 ans de notre association jusqu’à son premier emploi.

Cette relation de parrainage ne se substitue pas au travail éducatif de nos équipes. Elle le complète en permettant à la filleule ou au filleul volontaire de prendre régulièrement conseil auprès de sa marraine ou de son parrain pour réussir au mieux son insertion professionnelle.

Cette politique de parrainage est coordonnée par le Conseil de la Culture d’entreprendre de notre association.

Vous trouverez plus d’informations sur cette instance, dédiée à l’apprentissage des savoir-faire, savoir-être, savoir avoir – c’est-à-dire la capacité par les enfants et les jeunes de notre association d’être davantage encore conscients de ce qui est acquis et ainsi d’enrichir et développer des compétences pour bâtir leurs parcours professionnels, en cliquant ici.

Pour toutes demandes d’informations complémentaires, vous pouvez écrire à :

Monsieur Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association et secrétaire du Conseil de la Culture d’entreprendre

Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

264, rue du Four à Chaux

62280 Saint-Martin Boulogne

Et par mail : e.paris@mecop.fr

Vous pouvez télécharger cette annonce pour la diffuser autour de vous en cliquant sur l’image ci-dessous (une fois que l’image apparaît sur votre écran, clique droit de la souris puis “enregistrer sous”) :

Résultats des élections pour le renouvellement du collège “représentants des enfants et des jeunes” de notre Conseil de Vie Sociale

Le comité de direction a dépouillé ce jeudi 8 février 2019 les bulletins de vote des enfants et des jeunes, dans le cadre de l’élection de leurs représentantes et représentants au Conseil de Vie Sociale.

Voici les résultats :

Le scrutin était uninominal à un tour.

Il y a eu 59 votants, 2 votes nuls (deux électrices ou électeurs ont placé plusieurs bulletins dans leur enveloppe).

Le taux de participation est de 69,4 % (ce taux était de 64 % lors de la précédente élection).

Quatre places de titulaires et quatre places de suppléant-e-s étaient mis au vote. Treize candidat-e-s avaient candidaté pour un poste de titulaire.

Titulaires :

  1. Julien (Maison de la Musique), 9 voix, 15,2 % des suffrages exprimés ;
  2. Enzo (Maison du Cirque), 8 voix, 13,5 % des suffrages exprimés ;
  3. Justine (Maison du Sport, 7 voix, 11,9 % des suffrages exprimés) ;
  4. Lindsay (Maison du Cirque), 6 voix, 10,1 % des suffrages exprimés.

Suppléants :

  1. A égalité : Crystal (Maison des Découvreurs), 5 voix, 8,5 % des suffrages exprimés et Théo (Maison de la Danse), 5 voix, 8,5 % des suffrages exprimés  ;
  2. Steven (Maison de la Danse), 4 voix, 6,8 % des suffrages exprimés ;
  3. David (Maison Vive), 3 voix, 5 % des suffrages exprimés. David est élu par tirage au sort car il y avait égalité de voix avec Coralie (Maison du Sport / Centre de Jour).

Journée électorale aux Maisons : les enfants et les jeunes de notre association votent pour leurs représentants

Ce mercredi 6 février, les Maisons ont organisé à bulletin secret le vote pour que les enfants et les jeunes de l’association puissent renouveler leurs représentants au collège “Enfants et jeunes de l’association du Conseil de Vie Sociale de notre institution.

Neuf des treize candidat-e-s à cette élection ont rédigé à l’attention de leurs électrices et électeurs une lettre d’intention.

Huit places sont sujettes à cette élection : quatre places pour siéger en tant que titulaire, quatre place en tant que suppléant.

Les bulletins seront dépouillés lors de la réunion de direction jeudi, et les résultats proclamés vendredi.

Professions de foi des enfants et des jeunes pour représenter leurs électrices et électeurs au Conseil de la Vie Sociale

Veuillez trouver ci-dessous les professions de foi des candidates et candidats aux postes de titulaire et de suppléant pour représenter les enfants et les jeunes de l’association au sein du Conseil de Vie Sociale. Quatre candidats ne nous ont pas communiqué leur profession de foi.

L’élection a lieu mercredi 6 février 2019, les résultats seront proclamés après dépouillement vendredi 8 février 2019.

Évaluation du parcours des enfants et des jeunes depuis mai 2018

Ce mois de novembre 2018, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la troisième fois un outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  des Maisons :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune.

Les résultats, pour cette vague de novembre 2018, sont les suivants (71 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, les jeunes des studios et les jeunes du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 7.3.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 25.9.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 25,3.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 20.5.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 20,8.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (32,4).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (43.6).

“Le jeune et les soins” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (31).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (28.1).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (56,3).

Nous mobiliserons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Bilan de la saison 2017-2018 de notre programme culturel “L’aventure de la vie”

En raison de la longueur conséquente du rapport final, nous proposons un résumé des résultats du référentiel faisant bilan de la saison 2017-2018.

Bilan de la saison culturelle 2017-2018

(incluant celui des Journées d’Enfance 2018)

I. Evolution du contexte :

Les objectifs du programme « L’aventure de la vie » sont :

  1. Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis.
  2. Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire.
  3. Faire de l’enfance la question de tous.

Ces objectifs font réponse aux besoins identifiés ci-après par l’institution :

– Besoins partant de l’objectif assigné par la Nation à l’Aide Sociale à l’Enfance :

Il s’agit notamment d’aider les enfants et les jeunes à exercer pleinement, une fois devenus adultes majeurs, leurs droits et leurs devoirs de citoyens. Notre institution veut leur donner une identité culturelle, des compétences à revendiquer pour y parvenir ;

– Besoins partant des enfants et des jeunes de notre institution :

Leurs difficultés s’expliquent en partie par leur environnement culturel. Les jeunes de notre institution manquent de repères et de connaissances culturelles pour s’ouvrir au monde et trouver une place dans la société. Notre institution veut assumer ce travail éducatif ;

– Besoins partant du territoire dans lequel agit l’institution :

Le problème de l’environnement culturel est le même dans la majorité des familles boulonnaises, qui profitent peu de l’offre culturelle du territoire. Le programme « L’Aventure de la vie » vise à dynamiser l’accès à la culture dans le territoire, y compris au-delà de l’espace de l’institution.

La structuration du programme pluriannuel et pluridisciplinaire « L’aventure de la vie » est développée pour répondre aux objectifs précités.

Cette structuration est composée d’ateliers obligatoires bi-hebdomadaires pour chaque Maison de culture de notre institution ; de spectacles programmés mensuellement dans notre espace culturel : « Le café-théâtre Michel Lafond » ; de partenariats avec des opérateurs locaux et nationaux de l’action culturelle, de formations en interne destinées à cultiver la créativité, l’ingéniosité, la sociabilité ; de séjours immersifs de deux à trois mois à l’étranger ainsi que d’un festival de plusieurs jours dans le territoire, programmé chaque année aux alentours du 2 juillet, avec notamment l’organisation d’un colloque et d’un spectacle.

Le présent rapport narratif final concerne la période allant de septembre 2017 à juillet 2018.

Du point de vue de la gouvernance du programme « L’aventure de la vie », le Conseil de la Vie Sociale, le Conseil scientifique, le Conseil de la Culture d’entreprendre, les Comités de pilotage des partenariats culturels et les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène du spectacle et la direction sont des instances mises en place par l’institution depuis quatre ans pour accompagner et orienter sa mise en œuvre.

Ces instances associent systématiquement les enfants et les personnels aux activités et prises de décision : ils ont des représentants statutaires pour chaque instance, exceptées les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène et la direction. Les parents et tuteurs légaux sont représentés quant à eux par des membres élus dans le Conseil de la Vie Sociale. Les institutions culturelles partenaires du programme « L’aventure de la vie » participent aux réunions des comités de pilotage.

Cette volonté de renforcer les outils institutionnels pour piloter « L’aventure de la vie », en élargissant le périmètre des parties prenantes aux prises de décision et en augmentant la périodicité des réunions, a permis d’assurer la cohésion du dispositif en accord avec les trois objectifs précités en introduction.

Ainsi et à titre d’exemple, les enfants et les jeunes de notre institution ont-ils pu participer à peine deux semaines après la reprise de leurs ateliers bi-hebdomadaires, aux activités culturelles suivantes :

  • Accrochage des œuvres prêtées par le FRAC Grand Large Hauts-de-France au « pigeonnier » espace d’exposition de notre association le 27 septembre 2017 ;
  • Concerts du festival de musiques actuelles « Poulpaphone » organisé à Boulogne-sur-mer par la Communauté d’Agglomérations du Boulonnais (les 29 septembre et 30 septembre 2017) ;
  • Conférence du jeudi avec Bernardino Torres, philosophe, le 5 octobre 2017 ;
  • Atelier archéologique mensuel en partenariat avec l’INRAP et « Les Calchophore » le 11 octobre 2017 ;
  • Atelier physique / chimie en partenariat avec la Fondation SEED et l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de la Ville de Paris le 17 octobre 2017 ;
  • Spectacle « La Caribou volant » au Café-théâtre Michel Lafond, espace scénique de notre association (les 17 et 18 octobre 2017) ;

Les séquences janvier-mars 2018 et juin-juillet 2018 sont deux autres exemples remarquables de notre point de vue, illustrant cette capacité institutionnelle à intégrer les actions artistiques et culturelles dans un calendrier restreint. Nous ferons état dans le détail de ces activités dans la partie ci-après.

II. Analyse du public bénéficiaire de l’action :

Par public, nous comprenons toute personne ayant été en contact direct avec le programme « L’aventure de la vie ». Outre les enfants et les personnels de l’institution, nous incluons aussi et par conséquent les intervenants et organisateurs des manifestations, ou bien les passants dans l’espace public au sein duquel un événement est organisé, même ceux qui n’ont fait que regarder.

Cette approche est inspirée de la définition écomusée / musée de société Fédération française écomusées et musées de société :

« L’écomusée est un espace public, il réunit des hommes et des femmes autour de projets sociétaux pour le territoire et ses habitants. Cet espace ouvert et permanent ouvre au débat les questions liées aux projets et s’enrichit de toutes les expertises. Cet espace est investi par des publics : acteurs, agents, visiteurs, membres d’une communauté territoriale ou d’activité.

Les projets sociétaux sont construits et mis en œuvre par des agents (salariés) et des acteurs (philanthropes). Ces projets prennent appui sur les patrimoines naturels, culturels, matériels et immatériels pour développer le territoire et ses activités. Ces patrimoines s’épanouissent grâce aux activités de recherche et de médiation. Ces projets permettent de maintenir et de générer du lien entre les publics, mais aussi de collecter, de conserver et de partager les patrimoines. Ces projets requièrent des moyens humains, matériels et financiers. Leur concrétisation peut prendre des formes multiples allant d’outils de médiation, de communication ou de diffusion à des réalisations économiques. L’écomusée est un   processus ; les hommes et les projets peuvent changer en fonction des évolutions du territoire. »

(Proposition de définition d’un écomusée et musée de société, Fédération des écomusées et musées de société, 27-28-29 mars 2008, Marquèze).

Les termes soulignés montrent l’idée fondamentale des Maisons en tant qu’actrices publiques et citoyennes, espace d’expérimentations sociales et culturelles, qui mettent en œuvre des processus de recréation et de création nouvelle de filiations, qui permettent d’inscrire les futurs adultes de l’institution dans l’espace public, l’ordre social tels qu’ils sont, mais aussi dans des espaces publics, des ordres sociaux du territoire reformulés, réinventés.

Dans un décompte chiffré des actions réalisées entre septembre 2016 et juillet 2017, les résultats sont les suivants :

Actions culturelles programmées dans et hors l’institution :

Entre septembre 2017 et mai 2018, sept spectacles ont été organisés dons notre espace culturel, le « café-théâtre Michel Lafond », salle permettant l’accueil de 70 spectateurs. Chaque spectacle a été vu par les enfants et les personnels de l’institution, et à chaque venue de la compagnie professionnelle pour présenter son spectacle, le ou les artistes ont partagé pendant une heure le mercredi avec les enfants du Centre de Jour des savoirs, savoirs faire et savoirs être relavant de la création théâtrale, de l’art de jouer un autre que soi.

Programmation de ces spectacles, mois après mois (les chiffres sont ceux des participants en interne, et, si la manifestation s’y prête, les participants n’ayant pas de lien direct avec notre association) :

  • Mardi 17 et mercredi 18 octobre 2017 : « Le caribou volant », comédie musicale. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 21 et mercredi 22 novembre 2017 : « Si j’étais un arbre », comédie sociale. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 12 et mercredi 13 décembre 2017 : « Turista », comédie mime. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 23 et mercredi 24 janvier 2018 : « e-non-sens », danse contemporaine. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 7 et mercredi 8 février 2018 : « Oscar et la dame rose », tragédie. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 13 et mercredi 14 mars 2018 : « Des rêves dans le sable », pièce de théâtre mobilisant un système de vidéoprojection montrant en direct la création d’oeuvres. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 17 et mercredi 18 avril 2018 : « Francis Frantz », tragicomédie. 80 enfants, 70 adultes.

On trouvera le détail de cette programmation sur notre site Internet, ici.

Les manifestations culturelles organisées en dehors de notre espace associatif et auxquelles ont participées ou assistées des maisons de culture de notre institution sont, sans soucis d’exhaustivité et à titre d’exemples :

  • 29 et 30 septembre 2017 : concerts proposés dans le cadre du Festival de musiques actuelles « Le Poulpaphone » organisé par la Communauté d’Agglomérations du Boulonnais (CAB). 40 entrées gratuites ont été distribuées aux enfants et aux adultes dans le cadre d’un partenariat avec la CAB. 9000 spectateurs (chiffre communiqué par le service « Culture » de la CAB) ;
  • D’octobre à novembre 2017 : organisation d’un cycle d’ateliers d’écriture grâce au financement accordé par la DRAC Hauts-de-France : 13 enfants, un adulte (Bernard Sultan, écrivain) ;
  • 8 novembre 2017 : Animation de la « Journée territoriale des Droits de l’enfant » organisée par la MDS de Boulogne-sur-mer à « la Faïencerie », salle de spectacle de Boulogne-sur-mer (80 enfants, 50 adultes). 450 visiteurs (chiffre communiqué par le Conseil départemental du Pas-de-Calais) : 75 % sont des enfants des centres de loisir des communes du boulonnais ; 10% sont des moniteurs des centres de loisir ; 15 % sont des parents accompagnant leurs enfants ;
  • 9 novembre 2017 : pièce de théâtre « « L’Homme de Paille » de Feydeau et autres friandises… » programmée au RollMops Théâtre (commune de Boulogne-sur-mer) ; 15 enfants, 5 adultes.
  • 27 janvier 2018 : Vernissage de l’exposition « Trait d’union » et prestation des Maisons pour honorer cette inauguration (80 enfants, 20 adultes, représentants du Conseil d’administration du FRAC Grand-Large Hauts-de-France et de la direction de l’établissement culturel). Cette exposition, programmée jusqu’au 4 septembre 2018, a été visitée par 14 243 personnes (chiffre communiqué par la billetterie du FRAC) ;
  • 11 avril 2018 : Exposition des créations en arts plastiques de la Maison Vive et du Centre de Jour à partir des œuvres exposées au Musée de Boulogne-sur-mer et prestation des Maisons pour honorer cette installation expographique (80 enfants, 20 adultes, représentants de la direction de l’établissement culturel et visiteurs du Musée) ;
  • 14 avril 2018 : en présence de Madame et Monsieur Tuchbant, créateurs de la Fondation « Le Marchand de sable », de Madame Anne Bouvier, responsable des Fonds Individualisés et des Programmes Culture et Education de la Fondation de France, de cinquante-quatre habitants des quatre villages de la vallée (sur deux cents habitants recensés), les enfants et les jeunes du Centre de Jour ont présenté pendant 45 minutes l’invention de leur spectacle, intitulé « Les Ch’tis Cirque » (commune de Stazzona – La Forge, en Corse) ;
  • 29 mai 2018 : les enfants et les jeunes de la Maison de la Musique ont présenté aux enfants du Centre de loisirs de Forges-les-eaux, Normandie) leur créations musicales dans le cadre du festival permanent de Forges-les-eaux (7 enfants, deux encadrants adultes, représentant de la direction du festival et quarante enfants du centre de loisirs de Forges-les-eaux).

Ratio du nombre de projets institutionnels (insufflés par la direction) par rapport au nombre de projets proposés par les équipes éducatives des Maisons :

127 actions culturelles ont été recensées durant la saison 2017-2018. Ces actions culturelles comprennent y compris les réunions des Conseils de l’institution (Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique, Comités de pilotage thématiques) car elles y font participer directement les enfants et les jeunes, correspondant en cela à l’un des principes de notre politique de développement culturel.

Sur ces 127 actions, plus d’un tiers (49) a été porté par les Maisons, le reste (78) par la direction.

Cette comptabilisation est biaisée par le fait que seules les actions communiquées par les équipes pour mise en ligne sur le site Internet ont été prises en compte dans ce calcul ; des actions ont lieu mais ne sont pas relatées sur le site Internet. Le nombre d’actions culturelles portées par les Maisons est de ce fait supérieur au chiffre référence ; le ratio devrait dans l’absolu et par conséquent être proche de la parité.

Ateliers bi-hebdomadaires :

Chaque Maison de culture de notre institution organise dans la semaine des ateliers artistiques et culturels. Outre celle des professeurs d’atelier, la présence des enfants et de membres de l’équipe éducative y est obligatoire. Les enfants sont âgés de 6 à 18 ans.

  • Centre de Jour (atelier le lundi, de 13h30 à 15h30 et le jeudi, de 9h30 à 12h30) : 15 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le jeudi matin, activité théâtre sous l’égide de Frédérique Sauvage, le lundi après-midi, activité arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre.
  • Maison de la Danse (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : danses, chorégraphies de groupe réalisées sous l’égide de Marine Vigneron.
  • Maison des Découvreurs (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le lundi, activités nautiques, musculation réalisées dans les locaux du Boulogne Canoë Kayak (BCK) de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jérôme Hoyer dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association ; le jeudi, canne française dans les locaux du « Center training » de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jacques Demagny et de Yann Pochet dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association.
  • Maison de la Musique (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : apprentissage du solfège, composition et interprétation de créations musicales sous l’égide de Matthieu Scarpa.
  • Maison du Sport du Bien-être (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), deux professeurs d’atelier en alternance. Contenu de l’atelier : le lundi et le jeudi, activités sportives (sports collectifs) sous l’égide de l’équipe de la Maison (éducateurs sportifs).
  • Maison du Théâtre et du Cirque (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : activités circassiennes (jonglerie, équilibrisme) sous l’égide de Romuald Pierru.
  • Maison Vive (le mardi, de 17h à 19h et le mercredi, de 17h à 19h) : 4 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le mardi en fin d’après-midi, atelier sports sous l’égide de Jacques Dufrenne et le mercredi en fin d’après-midi, atelier arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre ;

Nombre de participants à ces ateliers :

En octobre 2017, 78 jeunes sont recensés dans les Maisons organisant au moins un atelier hebdomadaire obligatoire en arts, lettres, sciences, sports tout au long de la saison culturelle (du mois de septembre au mois de juillet de l’année suivante).

Pourcentage de néophytes dans l’activité artistique proposée :

Sur ces 78 jeunes, 15 sont néophytes, soit 19.2 % de cet effectif. Par néophyte, on désigne le jeune qui n’a pas pratiqué le contenu d’atelier de la Maison lors de la saison culturelle précédente.

Degré de mixité des participants :

Sur ces 78 jeunes, 25 sont des filles, soit 32.05 % de cet effectif.

  • Résidence art / science 2018 :

L’association a été sélectionnée par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France pour organiser en 2017, 2018 et 2019 une résidence croisée art / science. La deuxième édition de cette résidence a débuté le 8 janvier 2018 et s’est achevée le 18 mars 2018. L’artiste verrier Marion Fillancq et l’archéologue Vincent Lascour ont été sélectionnés. Les deux lauréats ont invité pour la réalisation de cette action culturelle Isabelle Berteletti, musicienne et Aurélie Legras, photographe.  L’ensemble des enfants ainsi que des personnels ont participé aux créations générées pendant cette résidence, c’est-à-dire 80 enfants et 70 adultes. On trouvera le détail des œuvres créées durant cette résidence ici.

  • Festival annuel « Journées d’Enfance » :

Notre décompte du public des « Journées d’Enfance 2018 » journée d’animation après journée d’animation est le suivant (On trouvera le contenu de notre festival (images, textes, pdf) sur notre site Internet, ici.

  1. Mercredi 27 janvier 2018 (manifestation publique) : vernissage de l’exposition « Trait d’union » au FRAC Grand Large Hauts-de-France à Dunkerque : 70 enfants, 20 adultes. Cette exposition a été ouverte au public jusqu’au 4 septembre 2018. Le FRAC nous a communiqué le chiffre de 14 243 visiteurs ;
  2. Vendredi 29 juin 2018 (manifestation publique) : organisation de la joute nautique sur les bords de la Liane, à Boulogne-sur-mer : 60 enfants, 40 adultes. Remise des médailles avec le soutien du service des sports du Conseil départemental ;
  3. Lundi 2 juillet 2018 (manifestation organisée en interne) : « Les grandes tables de la ferme », rassemblement de la communauté éducative et retrouvailles avec les anciennes et les anciens de l’institution : 75 enfants, 100 adultes ;
  4. Jeudi 5 juillet 2018 (manifestation organisée en interne) : réunion plénière du Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifi­que et comités de pilotage du programme culturel : 4 jeunes (représentant les enfants et les jeunes de l’institution dans les différentes instances), 30 adultes ; spectacle « L’enfant arc-en-ciel » : 90 enfants, 350 adultes : 25 % sont les parents des jeunes sur scène, accueillis par l’association, 50 % sont les membres du personnel de l’association, 20 % sont des amis de l’association (intervenants extérieurs, amis…), 5 % sont des membres du Conseil d’Administration de l’association, 5 % sont des représentants des services sociaux du département.
  5. Vendredi 6 juillet 2018 (manifestations publiques) : colloque « Trait d’union » : 120 adultes.  80 % sont les membres du personnel de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », 5 % sont des étudiants des instituts de formation locaux du champ professionnel, 5 % sont des représentants des Maisons des Solidarités du territoire, 10 % sont les intervenants du colloque ; « chroniques de nos maisons », film de la saison 2017-2018 réalisé par notre réalisatrice audiovisuelle et montrée aux enfants et aux équipes au café-théâtre Michel Lafond (70 enfants, 20 adultes).

III. Relations avec les partenaires du projet :

Durant la période couverte par ce rapport final, de septembre 2017 à juillet 2018, neuf partenariats avec des institutions culturelles sont en activité :

  • pour le pôle muséographique, trois partenariats (Fonds Régional d’Art Contemporain Grand Large Hauts-de-France, Musée du Louvre-Lens et Musée de Boulogne-sur-mer) ;
  • pour le pôle scientifique, quatre partenariats (pour l’archéologie : association d’archéologie expérimentale « Les Chalcophore », Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) ; pour la physique-chimie : Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielle de Paris et Fondation SEED (Schlumberger Excellence in Education Development)) ;
  • pour le pôle sportif, deux partenariats (le Boulogne Canoë Kayak (BCK) et le « Training Center »).

Durant la saison 2017-2018 16 réunions ont été organisées en présence des institutions culturelles partenaires de notre association.

Les comités de pilotage « international », « communication », « muséographie, « patrimoine » et « sciences » se sont réunis chacun à 3 reprises durant la saison culturelle 2017-2018. La réunion plénière, organisée le 5 juillet 2018, a rassemblé l’ensemble des partenaires de notre institution, ainsi que des invités d’institutions culturelles avec lesquelles nous développerons de nouveaux partenariats durant les saisons à venir.

S’agissant des budgets alloués par les institutions partenaires, nous pouvons faire part d’observations significatives à leur propos. Ainsi avons-nous constaté l’enrichissement de la convention triennale 2015-2018 avec l’INRAP d’un accord pour la mise en disponibilité de l’archéologue Vincent Lascour entre le 8 janvier et le 12 mars 2018 – permettant de la sorte sa participation pleine et entière à la réalisation de la résidence art / science 2018. Nous avons aussi pu bénéficier d’un planning soutenu d’ateliers proposés par les services des publics des institutions du pôle muséographique entre octobre 2017 et mai 2018, un doublement de la valeur des œuvres prêtées par le FRAC pour l’exposition permanente dans notre espace dédié, un triplement de la durée de l’exposition réalisée par les enfants et programmée dans l’espace d’exposition principal du FRAC (200 mètres carrés mis à disposition). La DRAC Hauts-de-France a par ailleurs permis l’organisation d’un cycle d’ateliers de 7 séances dédié d’octobre à novembre 2017 à l’apprentissage de l’écriture créative pour des enfants de chaque Maison.

Pourcentage de comités de pilotage dans lequel les enfants sont représentés :

On trouvera le contenu des comptes-rendus des réunions des comités de pilotage organisées durant la saison 2017-2018 ici.

Sur les 16 réunions organisées au total, 70 % ont parmi leurs participants des enfants et des jeunes de l’institution.

Notre objectif est d’atteindre le chiffre de 100 %, mais nous sommes dépendants de la disponibilité des enfants et des jeunes, dont l’emploi du temps scolaire n’est pas forcément compatible avec les horaires des réunions de comité de pilotage.

Pourcentage de partenaires prêts à reconduire le projet ou un autre projet avec le porteur de projet :

En comparant les relevés de présence des comptes-rendus des comités de pilotage de la saison culturelle 2017-2018 et ceux des comptes-rendus de la première réunion des comités de pilotage de la saison culturelle 2016-2017, 100 % de nos partenaires ont donc reconduit le projet avec notre institution.

Relations avec les Fondations :

Aux neuf partenariats existants s’ajoutent une relation privilégiée de soutien à la réalisation des actions culturelles de l’association de la part de trois fondations : la Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Sopra Steria / Institut de France.

Nous avons pu, avec leur soutien, activer le programme d’actions numériques pluriannuel intitulé « Fab Lab des Maisons », lequel sera inauguré au premier trimestre 2019.

IV. Analyse des conditions de mise en œuvre :

L’intensité des actions culturelles programmées durant la période couverte par ce rapport final est élevée. On trouvera sur notre site pour s’en rendre compte le détail de ce calendrier, mois après mois, ici.

Malgré cette fréquence des activités, bien qu’aussi parfois les demandes des partenaires présentèrent des jeux de contraintes inhabituels, nous n’avons pas constaté de difficultés particulières aussi bien en terme d’effectifs disponibles, de compétences à mettre en œuvre, de coordination dans le processus de conception et de réalisation, d’implication dans l’acte à accomplir, de moyens matériels à mobiliser ou de collaboration avec les partenaires concernés.

Nous analysons cette « routinisation » de l’activité culturelle par le développement et la sophistication des outils institutionnels mis en place pour piloter le programme « L’aventure de la  vie » (voir à ce sujet la description des instances explicitée dans la partie I. « Evolution du contexte »), ainsi que d’une expérience conséquente, acquise au fil de ses quatre années d’existence en tant que matrice stratégique de notre projet institutionnel.

Cette volonté d’améliorer régulièrement les moyens de l’analyse et de l’amélioration du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » explique une initiative prise à l’automne 2017.

Pour répondre à la demande du Conseil d’administration de notre association et du Conseil départemental, la prise en compte du point de vue des éducatrices et éducateurs à propos des interactions de l’activité culturelle avec d’autres registres de leur travail quotidien avec les enfants et les jeunes a été organisée par la réalisation d’un outil évaluatif spécifique. Un questionnaire à choix multiples a été expérimenté par les équipes éducatives en novembre 2017 lors des « Documents individuels de Prise en Charge » (DIPC, point à 6 mois réalisé par chaque Maison pour chaque enfant et jeune du lieu de vie), puis en mai 2018, lors du second DIPC de cette saison culturelle. L’outil sera utilisé à nouveau durant les DIPC de la saison culturelle 2018-2019. L’objectif est de formuler des informations statistiques affinant au cas par cas les relations entre scolarité, liens familiaux, soins, savoir-être dans et hors la Maison et activité culturelle.

On trouvera les résultats des vagues évaluatives de novembre 2017 et mai 2018 ici et ici.

V. Impacts et valorisation du projet :

S’agissant des indicateurs et outils formalisés au préalable de notre saison culturelle, notre évaluation est d’emblée positive.

  • Pour l’objectif « Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis », les enfants et les jeunes de l’association s’exprimant à propos du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » à l’occasion du questionnaire proposé pour la troisième année consécutive, ont systématiquement valorisé les effets positifs en terme de capabilité, d’estime de soi, d’intégration dans un collectif au service d’un projet commun. On trouvera les résultats du questionnaire 2017-2018 ici .
  • Pour l’objectif « Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire », la liste des projets culturels dont fait systématiquement part notre site Internet depuis le début de notre saison culturelle 2017-2018 indique l’intensité de la dynamique culturelle de notre institution en direction du territoire ;
  • Pour l’objectif « Faire de l’enfance la question de tous », la liste des partenariats culturels explicitée dans la partie III. du présent rapport ainsi que les comptes-rendus des réunions systématiquement du Conseil de la Culture d’entreprendre, du Conseil scientifique et du Conseil de la Vie Sociale mis en ligne sur notre site Internet depuis le début de la saison culturelle 2017-2018, indiquent la grande diversité des parties prenantes intéressées aux thèmes et problématiques portées par le programme « L’aventure de la vie » et à sa mise en œuvre au quotidien par notre institution. On trouvera le détail de ces comptes-rendus ici.

Nombre de réunions organisées par des acteurs du champ (état, conseil général, ONG /associations) pour présenter la politique culturelle des MECOP :

Durant la saison 2017-2018, une manifestation organisée par des acteurs du champ et hors champ ont permis à notre institution de présenter le programme « L’aventure de la vie ».

En janvier 2018, M. Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association, a participé au rassemblement national organisé par le secrétariat d’Etat à la culture numérique et par la Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France pour présenter le programme culturel et ses développements technologiques.

VI. Continuité du projet :

Notre programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » est pluriannuel. Formulé en 2004, il constitue la matrice de notre projet d’établissement 2014-2019. Le Conseil départemental du Pas-de-Calais constitue le financeur de ce projet d’établissement, et par conséquent est le financeur principal du programme éducatif et culturel.

Nous candidatons cependant régulièrement aux appels à projet thématisant la démocratisation culturelle, l’accès à la culture, de la part des collectivités territoriales (en 2013, appel à projets « Culture à partager 2014 » de la Région Nord Pas-de-calais ; en 2014, appel à projet « Culture à partager 2015 » de la Région Nord Pas-de-Calais) et de la part de fondations privées (en 2013, appel à projets « Enfance et Culture 2013 » de la Fondation de France ; en 2014, appel à projets « Enfance et Culture 2014 » et appel à projets « Arts et Territoire 2014 » de la Fondation Daniel et Nina  Carasso ; en 2016 : appel à projets « Fondation Auchan ensemble pour la jeunesse » et, pour la Fondation Daniel et Nina Carasso, présentation sur sa demande d’un programme d’actions triennal ; dotation accordée par la Fondation Sopra Steria / Institut de France pour le développement d’un Fab Lab, soutien de la Fondation de France dans le cadre du programme « Les nouveaux commanditaires »).

Nous considérons en effet que ces soutiens issus de collectivités territoriales tierces du Conseil départemental du Pas-de-Calais, et de fondations privées aux rayonnements national et international, participent de l’un des objectifs précité : « Faire de l’enfant la question de tous ».

Les documents demandés par ces prestataires d’appel à projets locaux, nationaux, et internationaux pour formaliser chaque année l’évaluation des actions entreprises dans le cadre de ces dotations, permettent par exemple à notre institution d’acquérir des compétences en matière d’intégration de la culture dans le champ de la protection de l’enfance.

Ces soutiens sont par ailleurs autant de marques de reconnaissance de la qualité de notre programme éducatif et culturel, marques de reconnaissance auxquelles sont sensibles en interne nos équipes éducatives, nos intervenants artistiques et culturels, les institutions culturelles partenaires, et en externe, notre financeur principal ; le Conseil départemental du Pas-de-Calais.

Nous continuerons par conséquent à rechercher le lien avec ces institutions tierces, productrices d’appels à projets, dans les années à venir.

VII. Valorisation du projet :

S’agissant de la valorisation de la saison culturelle 2017-2018 du programme « L’aventure de la vie » :

En interne :

L’association a créé au printemps 2014 une webradio, écoutable par chaque enfant et jeune de l’association sur une fréquence Internet dédiée. Cette webradio programme notamment des reportages réalisés par les enfants et les jeunes à propos des ateliers artistiques et culturels, ainsi que durant les événements (spectacles durant l’année, festival « Journées d’Enfance »).

Un papier à en-tête est utilisé par l’institution depuis deux ans dans ses interactions avec toutes parties prenantes. Ce document fait apparaître les logos de l’ensemble des soutiens et partenaires des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale.

Un autre outil communicationnel papier a été développé : une lettre d’information trimestrielle destinée aux parents et tuteurs légaux des enfants et des jeunes de l’institution. « Lettres de mes maisons » se présente sous la forme d’un feuillet de format A3, et sa mise en page privilégie l’image, avec une phrase la commentant. Cinq blocs image / texte constituent cette lettre ; ils informent les lecteurs d’actions culturelles réalisées par les enfants et les jeunes durant le trimestre écoulé. Ce document a pour objectif de routiniser le lien entre l’institution et les parents et tuteurs légaux sous un mode autre que la seule relation administrative ou éducative, et ainsi tenter d’augmenter les probabilités que les parents et tuteurs légaux se déplacent dans les nouveaux espaces culturels investis dorénavant par les enfants et les jeunes (les musées, les centres d’art contemporain, les places publiques des communes dans lesquelles existe l’institution).

En externe :

L’utilisation des NTIC et des réseaux sociaux est favorisée ; site Internet de l’association ; blogs des différentes maisons (sur la même adresse, cliquer sur les icônes correspondant à chaque maison des enfants de la culture). Des films sont systématiquement tournés sur la vie culturelle de l’association, puis mis en ligne. Les comptes-rendus des réunions du Conseil de la Vie Sociale, du Conseil scientifique et des comités de pilotage sont systématiquement publiés sur le site Internet.

Une newsletter électronique composée de la lettre de notre directeur – laquelle s’exprime bien souvent sur le programme éducatif et culturel, ainsi que les activités en cours de réalisation au sein des Maisons de culture de notre Institution, est adressée tous les trois mois à plus de six cents destinataires issus de différents mondes sociaux (services de l’Aide Sociale à l’Enfance ; institutions des arts, de la culture et du patrimoine ; universités, etc.).

La presse locale, les médias associatifs et les médias généralistes nationaux ont communiqué à plusieurs reprises à propos de notre programme éducatif et culturel, voir sur notre site Internet le recensement de ces articles ici.

Outils : site internet, réseaux sociaux, webradio, fanzine, programme, dossier de presse, communiqués, chroniques vidéo, communication de rue (la roulotte).

S’agissant de la capitalisation de la saison culturelle 2017/2018 du programme « L’aventure de la vie » :

L’ensemble des activités éducatives et culturelles de cette saison a été chroniqué mois après mois sur notre site Internet. Il est de même pour les saisons culturelles précédentes.

Une plaquette présentant dans le détail des activités de la vie quotidienne des Maisons en relation avec le programme « L’aventure de la vie » est remise à l’enfant dès la commission d’admission, c’est-à-dire la première fois que l’enfant découvre notre institution et, si le comité de direction la valide, l’intégrera peu après.

Le nouveau règlement de vie des Maisons de culture de notre institution, co-réalisé par la direction, les chefs de service et le Conseil de la Vie Sociale, a intégré durant le premier semestre 2015 la culture en tant que référence éducative incontournable. Les ateliers bi-hebdomadaires continueront d’être obligatoires pour tous les enfants et les jeunes de l’institution, et une absence intentionnelle et répétée à l’un des ateliers artistiques et culturels constatée par l’équipe éducative doit être signalée à la direction.

VIII. Suite du projet :

Trois axes de développement, sous-tendus par les trois objectifs énoncés dans le présent document, constitueront notre effort institutionnel afin de compléter notre offre éducative et culturelle en direction des enfants et des jeunes.

Premier axe (objectif : Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis) : nous voulons développer le goût pour la lecture, l’écriture auprès des jeunes de notre institution. Nous travaillons en ce sens à valoriser un résultat non prévu positif se manifestant lors de la saison 2017-2018. Madame Laurène Bricout, chargée de mission en action culturelle pour les territoires boulonnais et montreuillois du Conseil départemental, nous a proposé l’organisation d’un cycle d’ateliers à l’attention des enfants des Maisons, ainsi que de la programmation d’un spectacle théâtral, à propos de l’accueil des jeunes mineurs isolés étrangers. Un second développement en cours de réalisation consiste en la création d’un réseau de parrainage. Notre Conseil de la Culture d’entreprendre a formulé une première version, appelée à être enrichie, de la charte posant les cadres d’une politique de parrainage pour les enfants et les jeunes des Maisons :

  1. La personne ressource (la marraine ou le parrain) :

L’association n’attend pas d’elle qu’elle se substitue au travail des équipes éducatives de l’association, mais agisse en complément. Cette personne doit être disponible pour conseiller l’enfant, l’ouvrir à des horizons culturels et sociaux qu’il ne connaît pas et sont autant de points d’appui pour son grandissement, l’accompagner sur la voie de l’insertion professionnelle fort d’une qualité d’écoute pour l’éclairer sur les problématiques des métiers visés ;

  1. Pour qui ? (la filleule ou le filleul) :

Tout enfant âgé de quinze ans accueilli ou suivi par l’association et motivé pour être accompagné par une marraine ou un parrain jusqu’à son premier emploi. Cet engagement de l’enfant est basé sur le volontariat.

  1. Pourquoi ? :

La marraine ou le parrain accompagne d’année en année la filleule ou le filleul pour l’éveiller aux métiers qu’elle/il pourrait réaliser (rôle d’aiguillon pour mobiliser ou remobiliser l’enfant en terme d’ambition scolaire), l’aider dans les démarches d’orientation scolaire et professionnelle, l’accompagner dans la recherche d’un premier emploi.

Cette charte sera présentée en janvier 2019 au Conseil d’administration de l’association pour validation. Nous bénéficions du conseil de la Fondation « Un avenir ensemble », qui régit depuis plusieurs années une politique de parrainage portée par les récipiendaires de la Légion d’honneur, pour parfaire ce protocole.

Deuxième axe (objectif : Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire) : nous voulons élargir notre rayonnement culturel. Nous travaillons à valoriser en ce sens un résultat imprévu positif lors de la saison culturelle 2017-2018. La Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France nous a recommandé auprès d’un cabinet de médiation en art contemporain appelé « Art connexion », considérant les valeurs communes motivant les raisons d’agir de nos entités institutionnelles respectives.

Ce cabinet de médiation est par ailleurs mandé par la Fondation de France pour conseiller son programme pluriannuel appelé « Nouveaux commanditaires ». Le jury de ce programme a retenu le projet culturel co-rédigé avec « Art connexion », et portant sur l’édification d’une œuvre artistique monumentale sur le site du « Petit déjeuner sous l’herbe », action archéologique co-construite avec les enfants de l’association le 2 juillet 2010. Un artiste, Maki Suzuki, rencontre notre communauté éducative au deuxième semestre 2018 afin de nous formuler des propositions, avec l’objectif que cette œuvre artistique soit inaugurée le 2 juillet 2019.

Troisième axe (objectif : Faire de l’enfance la question de tous) : nous voulons nous enrichir des recherches sur la philosophie du droit en mobilisant pour cela les ressources mises à la disposition de la société française par le Défenseur des droits. Fort de l’inscription au réseau ressources « Educadroit », des ateliers de parole avec les enfants seront développés durant la saison 2018-2019 à l’attention de nos équipes éducatives, avec l’objectif d’une programmation pluriannuelle.

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale du 18 septembre 2018

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale
18 septembre 2018

Présents :

Souleymane Bayoko, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Claire Beugnet, présidente du Conseil de la Vie Sociale
Sarah Couvelard, représentante titulaire du personnel
Mattéo Davril, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Hylan Dutriau, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Emmanuel Paris, secrétaire du Conseil de la Vie Sociale
Laure Vanden Bil, représentante suppléante des enfants et des jeunes

Absent excusé :
Corentin Dalibon, représentant titulaire des enfants et des jeunes

Ordre du Jour :

I. Informations à propos de la rentrée ;
II. Evaluations des modalités d’une politique en matière de valorisation des parcours d’enfants et de jeunes de notre association particulièrement méritants ;
III. Présentation de l’implication du Conseil dans la rédaction du projet d’établissement 2019-2024.

Madame la présidente ouvre la séance du 18 septembre 2018.

I. Informations à propos de la rentrée :

Monsieur le secrétaire distribue aux membres deux documents réalisés à l’occasion de cette rentrée. Le premier document publie les résultats du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes de l’association pour leur permettre d’exprimer leur point de vue sur la saison culturelle écoulée. On trouvera le contenu de cette étude, réalisée pour la quatrième année consécutive, ici.

Le deuxième document est le texte présentant le thème de la nouvelle saison culturelle de l’association, que l’on peut consulter sur notre site Internet ici.

II. Evaluations des modalités d’une politique en matière de valorisation des parcours d’enfants et de jeunes de notre association particulièrement méritants :

Monsieur le secrétaire informe les participants que Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes a sollicité le Conseil pour statuer sur ce thème, à l’occasion de la préparation de la réunion des Conseils et des comités de pilotage du programme culturel organisé le 5 juillet 2018. On trouvera ici le compte-rendu de cette réunion.

Monsieur le secrétaire précise que Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes avait fait mention de ce thème dans sa profession de foi, à l’occasion de la campagne électorale organisée auprès des enfants et des jeunes de l’association en décembre 2016 pour le renouvellement du collège de leurs représentants au Conseil.

Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes salue le Conseil et l’association, et présente sa réflexion à propos de cette proposition.

Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes dit que, de même qu’il existe un service minimum parmi les outils éducatifs de notre institution, il serait intéressant de mettre en place un service maximum. Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes précise qu’il s’agirait de récompenser les enfants et les jeunes de l’association au comportement le plus méritant. Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes cite quelques critères permettant aux équipes éducatives de définir ce mérite : respect des règles de vie, esprit de camaraderie, parcours scolaire exprimant des efforts soutenus. Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes propose que la récompense puisse consister au permis accordé par l’équipe de la Maison dans laquelle vit l’enfant ou le jeune honoré, de garder son téléphone tout le week-end, y compris dans la nuit du samedi au dimanche.

Madame la représentante du personnel demande à Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes s’il est convaincu que cette récompense puisse motiver les enfants et les jeunes.

Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes dit que ce serait le cas ; des électeurs et électrices lui avaient confirmé lors de la campagne électorale le bien-fondé d’une telle proposition, et dernièrement encore des enfants et des jeunes l’ont encouragé à formuler cette idée.

Madame la présidente explique aux membres du Conseil qu’une des deux associations fondatrices de notre institution : « La Maison des Enfants de la Marine », avait créé un dispositif récompensant les enfants et les jeunes les plus méritants, cérémoniel appelé « Les ancres d’or ». Madame la présidente précise les critères mobilisés à l’époque : respect des règles, esprit de bonne camaraderie. Madame la présidente dit que ce protocole était annualisé ; c’était an terme d’une saison, au mois de juillet, que cette cérémonie était organisée. La récompense consistait à proposer à l’enfant ou le jeune honoré, de passer une journée de son choix avec une personne de l’association de son choix. Madame la présidente relève que ce mode de distinction ne relève pas du même registre que celui proposé par Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes.

Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes convient que l’accord donné par une équipe pour que l’enfant ou le jeune particulièrement méritant puisse garder son téléphone tout le week-end est plus modeste. Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes précise que c’est le mode de distinction qui a été le plus mis en avant par les électeurs et électrices qu’il a pu consultés à ce sujet.

Madame la représentante du personnel confirme que c’est aussi la proposition le plus récurrente faite par les enfants et les jeunes de la Maison dans laquelle elle exerce.

Monsieur le deuxième représentant titulaire des enfants et des jeunes dit préférer le cérémoniel des ancres d’or inventé par la Maison des Enfants de la Marine ; Monsieur le deuxième représentant titulaire des enfants et des jeunes dit qu’un accord pour conserver le téléphone le week-end cantonne chacun dans son coin.

Madame la représentante suppléante des enfants et des jeunes dit qu’elle préfère l’option de la conservation du téléphone le week-end.

Monsieur le troisième représentant titulaire des enfants et des jeunes dit qu’il trouve l’idée de proposer une journée de son choix avec une personne de son choix particulièrement intéressante.

Madame la représentante du personnel dit que la philosophie de cette démarche est d’honorer un parcours méritant et dépasse la seule question de la conservation du téléphone le week-end, matérialisation qui lui paraît anecdotique.

Madame la présidente se demande à partir de quel effort l’on devient méritant. Madame la présidente dit qu’elle présentera en réunion de direction auprès des chefs de service cette question, et à propos de la conservation du téléphone accordée par une équipe à l’enfant ou au jeune un week-end, quelle tranche d’âge concerner.
Monsieur le secrétaire dit que les chefs de service ont donné une première fois leur avis lors de la réunion de direction précédant cette réunion du Conseil. Monsieur le secrétaire précise que les chefs de service sont sceptiques sur le bienfait d’un tel dispositif, remarquant que lorsque « Les ancres d’or » étaient en activité, soit les discussions pour convenir du degré méritant de l’enfant ou du jeune prenaient plus de temps que de raison, soit les enfants et les jeunes récompensés se comportaient ensuite de manière problématique, soit les autres enfants et jeunes pouvaient nourrir de la jalousie à l’endroit des récompensés – ce qui pouvait dégrader la qualité du vivre-ensemble dans les unités.

Madame la présidente dit que les débats des équipes pour nominer les enfants ou les jeunes les plus méritants de leur point de vue s’annoncent compliqués, ne serait-ce que par l’incertitude sur les critères à mobiliser pour formuler le caractère remarquable du parcours.

Madame la représentante du personnel dit que la notion de « progression » d’un enfant ou d’un jeune peut être en effet relative.

Madame la présidente recommande qu’une règle claire pour tout le monde, enfants comme équipes, soit prononcée afin de dépasser ces possibles confusions.

Madame la représentante du personnel dit qu’une grille distribuée aux équipes pourrait faciliter cette activité. Madame la représentante du personnel donne pour exemple de critère mobilisé dans la grille le fait de ne pas avoir eu de règlements à copier durant le mois écoulé.

Madame la représentante suppléante des enfants et des jeunes dit que la récompense d’un enfant ou jeune du groupe pourrait être vécue comme injuste par les autres résidents de la Maison.

Madame la représentante du personnel se demande s’il faut finalement institutionnaliser le thème du mérite.

Monsieur le représentant titulaire des enfants et des jeunes cite d’autres exemples possibles de récompenses ; achats de livres permettant d’accompagner sa scolarité, organisation de séances de soutien scolaire si l’enfant ou le jeune a des défaillances dans telles ou telles matières.

Madame la présidente observe que l’association met en place d’ores et déjà des séances de soutien scolaire, moyennant financement ad hoc consenti par la direction.

Monsieur le secrétaire informe les participants qu’il a mené une recherche sur Internet au préalable de cette réunion pour voir si des Maisons d’Enfants faisaient part de l’existence de telles dispositifs de reconnaissance de parcours les plus méritants en leur sein.

Monsieur le secrétaire précise qu’il n’a repéré aucun site Internet en faisant mention. Monsieur le secrétaire dit que seuls quelques établissements scolaires publicisent l’existence de ce qui est appelé « parcours d’excellence », mais que cela relève de l’Education nationale.

Monsieur le secrétaire observe que la sociologie politique a beaucoup étudié les dispositifs de mise en visibilité des parcours dits exemplaires ; ces études montrent que cette politique génère quasi systématiquement des polémiques sur la légitimité de la personne, de la valeur ou de la chose mise en avant. Monsieur le secrétaire nomme « discrédit » le phénomène polémique associé étroitement à cette politique de l’exemplarité ; les personnes, valeurs ou choses mise en avant pour servir d’exemples à suivre tant elles manifestent l’idée d’intérêt général ou de bien commun, sont rapidement dénoncés comme illégitimes par l’opinion publique.

Madame la présidente observe que si le dépassement illicite des règles est souvent sanctionné par la Loi, il n’est pas prévu à l’inverse de récompenser leur respect.

Madame la présidente dit par ailleurs qu’il faut à veiller à ne pas culpabiliser par défaut l’enfant ou le jeune qui va mal, et dont le comportement ne sied pas aux règles de vie énoncées. La réussite récompensée par l’institution d’un enfant ou d’un jeune peut en effet renvoyer celui ou celle qui va mal à ses propres incapacités, aggravant le mal-être de la personne. Madame la présidente conclue que rarement les raisons du mal-être de l’enfant ou du jeune lui sont propres ; c’est un ensemble de causes dont l’enfant n’est pas responsable en totalité qui génère son mal-être.

Monsieur le secrétaire explique que dans la société, les politiques méritocratiques existent bel et bien ; existence de bourses octroyées par des Fondations pour reconnaître le parcours méritant d’un jeune, ordres républicains honorant les citoyens exemplaires (ex : la « légion d’honneur »), privilèges salariaux accordés par un employeur à ses salariés les plus productifs.

Madame la présidente dit que cette politique de la reconnaissance du mérite doit être prise au sérieux ; cette réunion témoignant de l’intérêt de l’institution pour une telle question, mais qu’en aucun cas cela doit introduire un esprit de compétition dans les Maisons.

Madame la présidente rappelle que l’une des valeurs premières de l’association est en effet l’action solidaire, ce qui suppose le lien inaltérable de tous avec tous, sans jugement quant à la qualité de la personne avec laquelle on interagit.

Madame la représentante du personnel signale que, pour les mêmes raisons, le Foyer Educatif de la Côte d’Opale, l’une des deux associations fondatrices de notre institution, a renoncé à la mise en place d’une politique récompensant les parcours les plus méritants. Madame la représentante du personnel observe que si les enfants et les jeunes de l’association peuvent dans le quotidien nourrir jalousie entre eux et se désolidariser les uns des autres, le programme culturel parvient cependant à créer les conditions pratiques pour que toutes et tous se retrouvent autour de projets communs qui montrent au public le meilleur de chacun. Madame la représentante du personnel valorise par ailleurs les tournois inter-Maisons organisés chaque saison (Tournoi nautique durant le festival annuel « Les Journées d’Enfance » ou, comme dernièrement, tournoi de football sur la plage de Boulogne-sur-mer). Madame la représentante du personnel observe qu’à ces occasions, quand bien même l’esprit de compétition préside, les enfants et les jeunes des Maisons se mobilisent pour que le groupe puisse donner le meilleur de lui-même.

Reprenant l’ensemble de ces analyses et discussions, Madame la présidente informe les participants qu’elle décide qu’aucun cérémoniel dédié à la valorisation des enfants ou jeunes particulièrement méritants ne sera organisé par l’institution.
S’agissant de l’autorisation donnée par l’équipe d’une Maison à l’enfant ou au jeune de garder son téléphone le week-end tant son comportement a été, de leur point de vue, significativement positive, et après nouvelle concertation avec les chefs de services lors de la réunion de direction du 21 septembre 2018, décision est de ne pas donner suite à cette proposition. Les risques que cela puisse susciter de la jalousie dans le groupe, la possible mise en difficulté des veilleuses et veilleurs de nuit pour contenir d’éventuels débordements nocturnes dus à l’utilisation du téléphone, la mission de garantir la bonne santé des enfants et des jeunes (dormir est oh combien important) motivent cette décision.

Les actions honorifiques déjà existantes dans les Maisons : accorder à l’enfant ou au jeune la possibilité d’inviter à goûter une ou un ami ; accepter de financer des voyages scolaires au coût hors-norme, autoriser une sortie au-delà de l’heure réglementaire, autoriser des sorties libres en journée en accord avec l’emploi du temps scolaire, continueront évidemment à exister pour récompenser les comportements les plus satisfaisants.

III. Présentation de l’implication du Conseil dans la rédaction du projet d’établissement 2019-2024 :

Madame la présidente informe les participants que l’article L311-8 du Code de l’Action Sociale et des Familles, qui encadre légalement la certification des Maisons d’enfants, prévoit que, pour chaque établissement ou service social ou médico-social, il est élaboré un projet d’établissement ou de service, qui définit ses objectifs notamment en matière de coordination, de coopération et d’évaluation des activités et de la qualité des prestations, ainsi que ses modalités d’organisation et de fonctionnement. Madame la président explique que ce projet est établi pour une durée maximale de cinq ans après consultation du Conseil de Vie Sociale.

Madame la présidente dit que le projet d’établissement actuel a été rédigé en 2014 et qu’il faudra le réécrire en 2019 en respectant les préconisations issues de l’évaluation externe réalisée au premier semestre 2018.

Madame la présidente rappelle aux membres que la validation du projet d’établissement fut la première action du Conseil, lors de sa réunion inaugurale en juin 2014. On trouvera le compte-rendu de cette réunion sur notre site Internet ici.

Monsieur le secrétaire propose aux membres le calendrier de travail suivant : lors de la prochaine réunion du Conseil en Janvier 2019, examen des rubriques organisant un projet d’établissement en vue de repérer les contenus pour lesquels le Conseil pourrait interagir avec le comité de pilotage chargé de coordonner cette écriture ; lors de la réunion d’Avril 2019, enrichissement des parties repérées en Janvier de rédactions proposées par les membres du Conseil pour dire le quotidien des Maisons, et ce en quoi telles ou telles actions pourraient être entreprises entre 2019 et 2024 pour l’améliorer.
Madame la présidente explique aux membres du Conseil que ces rédactions peuvent n’être que de quelques lignes, mais qu’elles seront très importantes au nom du souci que porte l’institution à toutes les personnes qui la font vivre.

Les membres du Conseil agréent le calendrier de travail proposé.

Monsieur le secrétaire informe les participants des prochaines dates de réunion du Conseil : le mardi 8 janvier 2019 de 18h30 à 20h30, le 2 avril 2019 de 18h30 à 20h30 et le 4 juillet 2019 de 10h à 12h (assemblée plénière des Conseils et comités de pilotage du programme culturel).

Madame la présidente clôt cette réunion.

Note de rentrée Saison culturelle 2018-2019

Le thème de la saison culturelle de cette année 2018-2019 est : « Y’a d’la joie ! ».

Jeudi 5 juillet 2018. Des enfants et des jeunes de notre association ressortent de la salle de spectacle au terme d’une heure trente de prouesses et de beautés sur cette scène, espérant retrouver leur famille et constatent qu’elles ne sont pas venues.

Sentiment doux-amer : nous sommes joyeux, fiers de ces enfants présentant une année de travail à raison de deux séances par semaine d’ateliers en arts, en lettres, en sciences, en sports devant près de 350 personnes. Nous sommes tristes avec ces enfants, de les voir comprendre que celles et ceux pour lesquels ils ont consentis en premier lieu ces efforts, n’étaient pas là.

Qu’en penser ?

De la joie ou de la tristesse, nous choisissons tout bien pesé la joie.

Pour s’en convaincre, prenons au sérieux toutes celles et tous ceux qui, invités par notre institution à participer à son activité, sont étonnés de la qualité des regards et des paroles égayant les journées de notre association. Découvrant une Maison d’Enfants à Caractère Social, ils s’attendent en effet à y ressentir la chape oppressante de la tristesse.

Bien au contraire ; scène si concrète, si régulière dans le quotidien de nos Maisons, les enfants et les jeunes, les équipes, les intervenants artistiques et culturels jouent, blaguent, rient, sourient.

De fait, toujours en préambule des interactions et quel que soit l’âge, du plus jeune mineur au plus vieux majeur, les personnes avec lesquelles nous vivons recherchent les voies du jeu.

Tant et si bien qu’une des qualités professionnelles clés de nos métiers est sans doute d’être rusé : comprendre les codes du jeu que l’enfant, le jeune, le presqu’adulte, l’adulte souhaite établir avec nous – règles toujours changeantes selon la fantaisie de l’instant. Les accepter et réaliser ensemble cette manière de s’éduquer, c’est en effet aller au-delà de soi pour le meilleur de chacun et de tous.

Dans ces moments enjoués, tellement courants que nous n’y prêtons plus attention, il se trame pourtant quelque chose d’essentiel.

Réfléchissant aux principes du désir de vivre, un philosophe de la fin de la Renaissance a nommé ce je ne sais quoi pourtant si important pour le plaisir de se sentir vivant : la joie. Dans la lignée des stoïciens de la Rome antique, à la suite d’Hobbes et de Descartes, Spinoza a formulé l’essence du vivant en reprenant l’idée du Conatus (i.e « l’effort ») pour décrire l’universalité de ce phénomène. L’énergie vitale, c’est la capacité à persévérer dans son existence pour le meilleur de soi.

Et le penseur d’ajouter : tout ce que je puis faire pour m’améliorer dans ce que je suis génère en moi un sentiment de joie ; à l’inverse, mon impuissance à vivre provoque un sentiment de tristesse. Être de liberté doué de raison, c’est parce que je sais discerner le désir mien ou, a contrario, le désir qui m’est imposé, que je me donne la possibilité de tendre vers la joie.

« Tout ce que nous imaginons qui mène à la Joie, nous nous efforçons d’en procurer la venue ; tout ce que nous imaginons qui lui est contraire ou mène à la Tristesse, nous nous efforçons de l’écarter ou de le détruire. »
(Baruch Spinoza (1997), Traité théologico-politique. Œuvre 3 : Ethique [1670], Paris, Flammarion, proposition 28).

maxresdefault

« Il y a de la joie ! ». La première partie de cette exclamation, contractée en un « Y’a » par le poète chantant pour swinguer le refrain, retient notre attention.

C’est l’expression d’une observation précise, d’une qualité d’analyse ; au-dedans de tout ce que j’entends, de tout ce que je vois, de tout ce que je ressens, je repère quelque chose de remarquable que je dois retenir pour comprendre combien tout cela fait sens.

Les équipes éducatives de nos Maisons sont précisément à cet endroit de pensée privilégié à partir duquel, ni trop éloignées, ni trop proches ; à la juste distance, elles devinent l’effort ou le renoncement à vivre des enfants et des jeunes accueillis par notre association, parfois même sans que ceux-ci s’en aperçoivent.

Ces enfants et ces jeunes persévèrent cahin-caha dans le cours de leur vie, et ils aiment à jouer avec nous, même dans les moments les plus difficiles, pour tester les rouages de cette mécanique du mouvement, pour en être assurés.

Nous avions cette certitude au point d’organiser pendant plusieurs années un cycle de formations durant lequel il fut proposé d’être clowns, puis de s’amuser avec les savoirs, et enfin d’explorer les soubresauts de la joie et ses effervescences en arts, en lettres, en sciences, en sports et en technologie – soient les vecteurs de notre programme pluriannuel et pluridisciplinaire L’aventure de la vie.

Pour mieux vivre, les enfants aiment à jouer avec nous ; soucieux de leur épanouissement, nous aimons jouer avec les enfants.

Que cette joie soit notre demeure.