Archives de catégorie : Conseil de la Vie Sociale

Note de rentrée saison culturelle 2020-2021

Le thème de la saison culturelle de cette année 2020-2021 est : « En vérités ».

Ce sont trois peintures, réalisées en 2015 par trois filles d’une même fratrie à l’attention de leurs éducateurs pour les remercier de la qualité de leur accompagnement. Trois maisons, chacune créée selon des couleurs, des traits, des espacements singuliers bien que le motif soit le même. Chaque enfant a choisi des chromatiques dont Pierre Lemarquis, membre de notre Conseil scientifique, détaille dans un livre prochainement à paraître les qualités respectives : « Le jaune solaire et chaleureux suscite la joie et l’optimisme, le bleu repose et convient aux sujets nerveusement épuisés, il calme et favorise la réflexion, le rouge revitalise et donne de l’énergie, il favorise l’action. »

Le dessin, la peinture sont autant de gestes artistiques spontanés dont sont coutumiers nos enfants, nos jeunes ; ils les réalisent souvent pour nouer un dialogue avec leurs éducateurs et éducatrices. Par ces graphismes, les enfants souhaitent nous exprimer quelque chose d’eux ; joie, énervement, inquiétude, aspiration à un monde idéal où il fait bon vivre, en sécurité. Ces motifs représentent souvent une maison ; il s’agit de savoir habiter, marquer sa présence et faire de l’espace et du temps des lieux et des moments à soi. Au-delà de la récurrence du thème de la domesticité, les esthétiques des dessins diffèrent d’un enfant à l’autre. L’expressivité, cette capacité à représenter le monde, et la singularité, celle de dire par ses choix de couleurs, de formes les traits distinctifs de son humeur, sont deux premières acceptions auxquelles nous pensons pour présenter « En vérités ».

Formuler ce que je suis (le « En » de notre thème), accueillir la diversité des manières d’être au monde (le pluriel du mot « vérités ») sont depuis 2011 et l’année de création de notre association deux valeurs cardinales du programme artistique et culturel « L’aventure de la vie ».

Faire part de son point de vue personnel, cette disposition à affirmer son être en société pour dire ce qui est vrai, fut au cœur des préoccupations du philosophe Michel Foucault (Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Editions Gallimard, 2001). Dans l’ouvrage précité, l’auteur réfléchit à ce qui nous constitue en tant qu’individu apte à se faire entendre, à se faire respecter, à s’épanouir dans de multiple systèmes régis par des contraintes, des obligations menant à l’autocensure – ce que Foucault a nommé dans ses travaux la tension problématique entre « le sujet et la vérité ». Pour être considérée dans sa prise de parole, pour être reconnue comme personne importante en tant que détentrice d’un savoir, d’une connaissance, d’une expérience vécue qu’il est nécessaire de prendre en compte nous dit le philosophe, il faut trouver des appuis, des alliés, des organisations humaines bienveillantes – ce que Foucault nomme les « régimes de véridiction ».

Comment ne pas penser à leur propos aux multiples réunions de nos équipes chaque semaine, aux réunions de concertation que nous organisons en présence des enfants, de leurs référents sociaux et de leur famille, aux audiences programmées par les Juges des Enfants ? Dans ces moments institutionnels réguliers où il s’agit de faire concorder les analyses, les points de vue des uns et des autres, se fabriquent collectivement des vérités, des énoncés normatifs, des manières de formuler la vie de l’enfant, ce à quoi il peut prétendre.

Expressivité, singularité ; la véridiction, cette fabrique collective du vrai, constitue une troisième acception de notre thème.

Savoir pouvoir s’appuyer sur des organisations humaines bienveillantes pour exprimer ce que l’on pense, ce que l’on souhaite, n’est pas suffisant. Toute personne, enfant, adulte, doit trouver en elle les ressources pour avoir le courage de dire sa vérité, car c’est au risque de ne pas être crue, d’être frustrée d’une décision insatisfaisante. Le philosophe Alain Badiou a réfléchi à cet effort que chacun doit consentir pour faire entendre sa vérité et à celui que la société doit accepter de réaliser pour garantir sa prise en compte. M. Badiou dit que ces efforts individuels, collectifs, sociétaux, sont considérables, rarement pérennes : l’avènement d’une vérité valable pour tous doit être considéré comme un « événement », c’est-à-dire un fait imprévisible, imprévu (L’Immanence des vérités. L’Être et l’Événement 3, Paris, Editions du Seuil, 1988). Il n’y a, autrement dit, pas de normalité, pas de facilité – bien au contraire, à ce qu’une prise de parole, à ce qu’un énoncé sur le monde, sur ce qu’il faudrait changer pour le rendre meilleur, soient considérés d’emblée comme vrai et valable pour tous. Etudiant l’Histoire au fil des siècles, M. Badiou conclut que l’acceptation durable par tous d’une prise de parole de quelqu’un se prétendant détenir la vérité absolue est au mieux un heureux hasard, au pire un accident qui aura de multiples conséquences douloureuses.

« En vérités », optant pour la mise au pluriel du mot vérité, et son articulation avec la préposition « En », valorise par conséquent cette idée d’une variété de paroles prétendant au vrai dont il faut faire l’analyse afin de convenir de la proposition la plus juste, la plus acceptable. Mener l’enquête sur sa vie, sur la vie : telle est l’une des conditions essentielles de l’épanouissement de nos enfants, telle est aussi la disposition requise pour une vie bonne en démocratie.

L’éthique professionnelle des métiers de l’éducation spécialisée nous semble de la sorte bien formulée par un chercheur anglo-saxon, John Dewey, qui n’avait pourtant jamais étudié notre champ professionnel : mener l’enquête, ce n’est pas faire l’éloge de la défiance, de la paranoïa, de l’incapacité à croire quiconque. Etre enquêteur de la vie, être méthodiquement en quête d’une vérité qui pourtant se dérobe, être curieux du moindre détail qui pourrait contredire ce qui est affirmé comme incontestable, c’est au contraire une disposition d’esprit permettant de bien vivre avec les autres, d’être en harmonie avec le monde (John Dewey (1993), Logique. La Théorie de l’enquête [1938], Paris, Presses Universitaires de France).

Permanence de l’encouragement à l’expressivité des enfants et des jeunes de notre association, prise en compte de leur singularité, acceptation d’une pluralité de point de vue y compris les plus différents, les plus éloignés de ce que l’on pense, quête du vrai vécue comme un travail quotidien, reconnaissance d’un accord valable pour tous fut-ce quand nous ne nous y attendons pas, quand nous ne nous y attendions plus : ce sont, en vérités, quelques idées clés auxquelles nous pensons pour inspirer cette année.

La vie de foyer !! Comment ça se passe depuis le confinement ? : annulation du Festival “Les Journées d’Enfance” (épisode 78)

Sur proposition de la direction tenant compte des directives gouvernementales en matière de gestes barrières, le Conseil d’administration de notre association a validé l’annulation de notre Festival annuel, qui devait avoir lieu du 28 juin au 3 juillet pour cette édition 2020.

Un grand merci à nos partenaires : BCK (organisation des joutes nautiques sur la Liane), Chant de rire et Instant théâtre (spectacle de fin d’année), équipe municipale de la ville d’Outreau (organisation du spectacle en la salle “Le Phenix”)… :

… intervenants de notre colloque, Lucie Legros (Chroniques de la saison culturelle), Maki Suzuki (supervision des rituels du 2 juillet à l’occasion du rassemblement annuel avec les anciennes et les anciens de l’institution), Patrick Bourdet (parrain de notre association), professeurs des ateliers des Maisons, ULCO (organisation du colloque sur le site universitaire de Boulogne-sur-mer) pour leur compréhension et leur message de soutien renouvelé.

Rien n’est joué d’avance : rendez-vous en 2021.

La vie de foyer !! Comment ça se passe depuis le confinement ? : Deux nouvelles rubriques sur notre site (épisode 12)

Notre site Internet, accueillant les nombreux messages en ces périodes de confinement, a créé des nouvelles rubriques permanentes à l’attention des enfants et des jeunes de notre association :

Comment ça se passe depuis le confinement : Enfants, équipes, vous écrivent pour raconter leur quotidien ;

On rembobine l’aventure de la vie : En cette période de confinement, rien de mieux que de renouer avec notre Histoire, de 1835 à nos jours ;

Lettres de Shila : Itinérants, nous continuons à découvrir le monde, malgré tout ;

Dessins en soutien : Des familles, elles-mêmes confinées, nous envoient de belles créations à partager ;

Résidences à la Maison : les acteurs de notre programme artistique et culturel éveillent à la beauté du monde, malgré tout.

 

On rembobine l’aventure de la vie (des forces pour ces jours et à l’avenir)

En raison des mesures sanitaires, l’activité de notre programme artistique et culturel L’aventure de la vie est suspendue.

C’est le moment de nous remémorer des moments clés, témoignant de la vitalité de l’institution chaque jour passant depuis 1835 jusqu’à nos jours.

Inspirés de notre passé, agissant tous les jours et soucieux des devenirs, nous pensions ce qui a été, ce qui est et pourrait advenir.

Régulièrement sur cette page, nous publierons des articles nourris des récits en images et en paroles de notre communauté éducative, qui se souvient et agit chaque jour avec les enfants au temps présent pour des lendemains meilleurs.

Un grand merci à Paulo et au comité de pilotage patrimoine de notre association pour ce travail, ainsi qu’à Quentin, notre informaticien et Fabmanager de nos Maisons (pour découvrir l’activité des comités de pilotage ayant soutenu cette action culturelle, choisir la rubrique dédiée en cliquant sur le lien référencé ici).

Découvrez les articles, chroniquant la vie de l’institution du plus ancien moment au plus récent, en cliquant ici

Textes et images de l’intervention aux Journées d’études organisées par l’Association des Conservatoires de France

Vendredi 7 février, M. Le directeur adjoint aux affaires culturelles a présenté les outils évaluatifs du programme L’aventure de la vie lors des journées d’études Conservatoires et EAC : évaluer les dispositifs pour mieux construire les parcours organisées par l’Association des Conservatoires de France.

Ce séminaire était programmé à l’attention de l’ensemble des professionnels et usagers des Enseignements Artistiques et Culturels, intéressés par l’objectivation des effets de ces actions sur le grandissement et l’épanouissement des personnes.

Deux thèmes ont été travaillés par M. le directeur adjoint lors de sa prise de parole :  l’histoire et la genèse de l’évaluation des activités éducatives et culturelles au cœur de la politique d’établissement de notre association, la capitalisation et la valorisation de ces outils co-construits avec la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France à partir de 2015.

Découvrez le texte de la communication dite par M. le directeur adjoint :

Découvrez le document distribué à l’auditoire à l’appui de cette communication :

Les Maisons invitées aux journées d’études de l’Association des Conservatoires de France

Vendredi 7 février, M. Le directeur adjoint aux affaires culturelles présentera les outils évaluatifs du programme L’aventure de la vie lors des journées d’études Conservatoires et EAC : évaluer les dispositifs pour mieux construire les parcours organisées par l’Association des Conservatoires de France.

Ce séminaire est programmé à l’attention de l’ensemble des professionnels et usagers des Enseignements Artistiques et Culturels, intéressés par l’objectivation des effets de ces actions sur le grandissement et l’épanouissement des personnes.

Deux thèmes seront travaillés par M. le directeur adjoint lors de sa prise de parole :  l’histoire et la genèse de l’évaluation des activités éducatives et culturelles au cœur de la politique d’établissement de notre association, la capitalisation et la valorisation de ces outils co-construits avec la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France à partir de 2015.

Les Maisons invitées à la Journée territoriale sur la participation

Ce 11 décembre, les organisateurs des journées d’études consacrées à la démocratie participative ont conviées les Maisons à présenter leur programme éducatif et culturel L’aventure de la vie.

Monsieur le directeur adjoint aux affaires culturelles a décrit devant le public composé d’institutions agissant dans le champ de la santé et du handicap, ainsi que des élus départementaux et locaux, les outils d’évaluation développés pour apprécier et améliorer les modalités permettant aux enfants et aux jeunes de créer en Arts, Lettres, Sciences, Techniques, Technologies.

Évaluation du parcours des enfants et des jeunes depuis mai 2019

Ce mois de novembre 2019, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la cinquième fois l’outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  du Centre de Jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison du Sport et de la Maison Vive :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune des Maisons précitées.

Les résultats, pour cette vague de novembre 2019, sont les suivants (77 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, et les jeunes des studios et du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas systématiquement les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 17,1.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 22,8.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 25,2.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 14,5.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 20,2.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est dégradée depuis 6 mois (28,8).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (38,4).

“Le jeune et les soins” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant) (28,5).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (27,2).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (29,9).

Nous mobilisons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale du 17 septembre 2019

Compte-rendu de la réunion du Conseil de la Vie Sociale
17 septembre 2019

Présents :

Claire Beugnet, présidente du Conseil de la Vie Sociale
Sarah Couvelard, représentante titulaire du personnel
Steven Fourcroy, représentant suppléant des enfants et des jeunes
Julien François, représentant titulaire des enfants et des jeunes
Justine Lambert, représentante suppléante des enfants et des jeunes
Théo Molmy, représentant suppléant des enfants et des jeunes
Emmanuel Paris, secrétaire du Conseil de la Vie Sociale

Ordre du Jour :

1. Contribution des représentants des enfants et des jeunes à l’écriture du document « Projet d’établissement 2019-2024 » ;
2. Présentation du nouveau protocole de sanctions ;
3. Questions annexes.

Madame la présidente ouvre la séance du 17 septembre 2019.

I. Contribution des représentants des enfants et des jeunes à l’écriture du document « Projet d’établissement 2019-2024 » :

Monsieur le secrétaire réceptionne auprès des représentants élus des enfants et des jeunes les contributions écrites par leurs soins ainsi que de ceux d’enfants des Maisons qui les leur ont communiqués en prévision de cette réunion, conformément aux prérequis de l’écriture du projet d’établissement recommandés dans le document de la Haute Agence de Santé.

Les enfants se sont prononcés sur trois idées clés permettant d’agrémenter les parties III. (« Le public et son entourage ») et VII. (« Les objectifs d’évolution, de progression, et de développement »).
Madame la présidente lit à voix haute les contributions écrites :

« Je suis arrivée au Sport le 24 septembre 2018, j’ai intégré le Centre de Jour début octobre. Cela a été des débuts difficiles et au Centre de Jour, et au Sport. Après plusieurs mois, cela va beaucoup mieux malgré parfois le moral qui descend, mais aujourd’hui on peut dire que c’est beaucoup mieux. Au jour d’aujourd’hui, j’ai intégré le Lycée Cazin en CAP ATMFC. La relation avec les adultes s’est améliorée, auparavant je ne me confiais pas. Aujourd’hui je me confie plus facilement. Et pour plus tard, j’aimerais que les jeunes des Studios participent aux camps s’ils le souhaitent. »
(Coralie, 17 ans).

« Mon parcours au sein des Maisons depuis mon arrivée sont : Collège Pilâtre de Rozier (6ème, à la fin ; 5ème ; 4ème ;3ème (1er ou 2ème trimestre) ; Collège Auguste Angellier (3ème) ; Lycée des 2 Caps, Marquise (2nde). Ma relation avec les éducateurs : Tony : ça passe ; Olivier : ça passe ; Sarah : ça va ; Matthieu : je l’aime pas. Ma relation avec les jeunes : Alix : ça va, Justine : je l’aime ; Lukas : ça passe ; Clément : je l’aime pas ; Esteban : ça passe ; Laula : bof ; Quentin : ça passe ; Noah : ça passe ; Coralie : ça passe. Je voudrais : 1. Plus de spectacles, 2. Garder les téléphones la nuit ».
(Laure, 16 ans et demi).

« Je m’appelle Esteban, j’avais 7 ans quand je suis arrivé au foyer. Ça se passe bien. Je dors tout seul. Je suis au collège maintenant. Je fais du Basket. J’ai déjà fait des voyages. La relation avec les autres est correcte ; avant il y avait des vols mais plus maintenant. Je voudrais améliorer les spectacles et ne plus avoir de règlements ».
(Esteban, 12 ans).

« Mon arrivée à la Maison du Sport : j’avais 13 ans. J’ai été au Collège Pilâtre de Rozier à Wimille. Après, je suis parti à L’école des mousses au Portel. Ça ne va pas donc je décide de partir en chaudronnerie aux 2 Caps à Marquise et là, je fais ma deuxième année. Ça va plutôt bien et pour cette année, je fais du foot. Je me sens bien dans cette unité. Ma relation avec les éducs se passe bien et avec les jeunes aussi ».
(Alix, 16 ans).

« Je suis arrivée en 2016 dans les MECOP. J’ai commencé à aller à la Maison Vive. Les après-midi, comme j’avais l’école le matin pendant un an et demi, après j’ai fait ma demande pour aller au Centre de Jour. Donc, j’allais le lundi après-midi et le mardi après-midi pendant un an au Centre de Jour. Après je suis passée à la Maison du Sport il y a un an et demi déjà. Je continuais le Centre de Jour, la Maison Vive et le Collège. Après ma fin de 3ème, je suis passée au Lycée professionnel des 2 caps à temps plein. Ma relation avec les jeunes quand je suis arrivée à la Maison du Sport : j’avais avec quelques jeunes de bonnes relations, après ils sont partis. Il y a eu des nouveaux jeunes, je leur parle un peu mais depuis ce temps, j’ai plus d’échanges avec les éducateurs. Il y en a certains, il y a des hauts et des bas. Sinon, je trouve que ça va. J’aimerais partager plus d’activités sportives avec les autres groupes, faire une fête pour Noel avec tous les groupes ».
(Justine, 16 ans et demi).

« Lukas, Maison Vive = 4 ans, Maison du Sport, depuis que j’ai 9 ans. Itep, 4 ans, depuis que j’ai 12 ans, Collège Pilâtre de Rozier. J’aime tous les éducs. Enfants : pas terrible. Je voudrais faire du basket. Je souhaiterais choisir les éducs avec qui partir en camps, un grand repas avec toutes les Maisons pour Noel, du café au lait le matin ».
(Lukas, 12 ans)

« Je suis arrivé à la Maison de la Danse le 10 juillet 2017 et je n’ai toujours pas changé de groupe. Je me sens bien dans ce groupe même dans l’activité collective qui est le Hip Hop. En ce qui concerne la relation dans mon entourage, je m’entends bien avec les jeunes. J’ai plus de difficultés avec Dylan et les tous petits comme Inès, Nathan, Alicia. Avec les éducateurs, rien de plus meilleur que bien s’entendre avec eux. En ce qui concerne maintenant la prof de danse Marine : ce qui me rend content avec Marine, c’est qu’on peut faire une activité avec une super professeur. En ce qui concerne ce que je voudrais améliorer : je voudrais qu’on mette un terrain de foot, changer la déco, faire, faire plus d’activités avec les éducateurs ».
(Steven, 15 ans).

Madame la présidente observe que des écrits mentionnent la difficulté d’enfants âgés de 13 ans et plus, à vivre en communauté sur leur lieu de vie avec des enfants moins âgés.

Madame la présidente dit que si ces difficultés existent et sont travaillées par les équipes des Maisons afin de les solutionner, le principe de verticalité des âges dans les groupes (co-existence de différentes classes d’âges) ne peut être remis en question tant il participe de la politique d’établissement en matière de socialisation des enfants et des jeunes.

Madame la présidente observe qu’un écrit plaide pour la garde par les enfants du téléphone personnel, la nuit. Madame la présidente dit que cette demande ne peut être acceptée, tant les études à ce sujet indiquent que les effets de la consultation du téléphone peuvent avoir des effets nocifs sur le rythme biologique des enfants.

Madame la représentante du personnel observe la récurrence de la demande dans les écrits des enfants de l’organisation de rassemblements concernant toutes les Maisons de l’association, que ce soit à l’occasion de manifestations artistiques et culturelles, ou dans le cadre du calendrier (ex : fêtes de fin d’année).

Madame la présidente dit que cela est en effet d’ores et déjà une action pluriannuelle en cours (ex : manifestation sportive, concours culinaire). Madame la présidente précise que cette multiplication des rassemblements inter-Maisons est l’une des préoccupations du comité de direction. Madame la présidente précise qu’un rassemblement inter-Maisons à l’occasion des fêtes de fin d’année, s’il a pu exister par le passé, est devenu plus compliqué à mettre en œuvre ; des enfants de Maison, depuis, ont exprimé leur prédilection pour fêter la fin d’année au sein de leur Maison.

Madame la présidente dit qu’il serait envisageable d’instituer, outre la programmation mensuelle d’un spectacle au café-théâtre, la programmation au Café-théâtre de fêtes inter-Maisons.

Monsieur le secrétaire dit que, dans le cadre des actions entreprises sur conseil du Conseil de Vie Sociale, et celui de la rédaction du projet d’établissement, décision a été prise d’installer dans chaque Maison des cahiers de libre expression, permettant aux enfants d’y écrire tous messages qu’ils pensent utiles pour améliorer la qualité de service des lieux de vie.

II. Présentation du nouveau protocole de sanctions :

Madame la présidente présente la nouvelle mouture du protocole de sanctions. Madame lit à voix haute la version de travail, qui sera présentée en Assemblée Générale des personnels le 3 octobre :

« En préambule, nous rappellerons que l’éducation repose sur un système de règles qui doivent permettre à l’enfant de comprendre la différence entre ce qui est autorisé et ce qui est interdit afin qu’il intègre les limites qui favorisent le vivre ensemble.
Or, une règle n’en est une que si elle est assortie d’une sanction en cas de transgression.
Pour autant, nous devons toujours avoir à l’esprit que le cœur du métier éducatif est bien évidemment de privilégier l’accompagnement et le dialogue afin que l’enfant s’implique dans une démarche de responsabilité vis-à-vis de lui-même et d’autrui.
Si cet accompagnement ne suffit pas, seule la sanction peut alors permettre à l’enfant d’intégrer la règle.
La sanction doit toujours répondre à une logique éducative : ses modalités d’exécution doivent répondre au niveau de gravité des faits sanctionnés et être adaptées à la situation de la personne sanctionnée

Ainsi, nous pouvons distinguer 3 niveaux de sanction en fonction de la gravité des faits et dans le respect du principe de proportionnalité.

I) Les sanctions pour les manquements mineurs aux règles du vivre ensemble

Ce premier niveau de sanction reste sous la responsabilité de l’adulte présent au moment de la transgression.
Il s’agit essentiellement d’un rappel oral de la règle et de sa finalité.

II) Les sanctions pour les manquements répétés aux règles du vivre ensemble et aux règles institutionnelles reprises dans le règlement de fonctionnement

Nous entendons ici par règles institutionnelles
– l’usage du téléphone portable
– l’interdiction du tabac pour les moins de 16 ans
– les sorties non autorisées
Ce deuxième niveau de sanction est sous la responsabilité de l’adulte présent au moment de la transgression et se traduit par l’écriture du règlement de fonctionnement (1 à 3 règlements en fonction de la transgression et de son contexte)
Cependant, un point sera fait chaque semaine lors de la réunion d’équipe sur les règlements donnés aux enfants et aux jeunes.
Cette étude hebdomadaire permettra de s’interroger sur les modalités de prise en charge notamment pour les situations où les transgressions sont récurrentes ou les situations de refus de la sanction.

III) Les sanctions pour les manquements graves

Nous entendons ici par manquements graves :
– les dégradations volontaires
– les insultes caractérisées et répétées
– les vols caractérisés
– l’introduction de produits interdits dans l’établissement
– les violences physiques
Dans ces différents cas, outre l’information transmise aux services des MDS et aux détenteurs de l’autorité parentale, voire le dépôt de plainte et les éventuelles mesures de protection immédiate, le jeune est informé que la sanction sera posée lors de la réunion d’équipe hebdomadaire et qu’il dispose de ce laps de temps pour faire valoir ses observations oralement ou par écrit au chef de service et/ou à son référent. »

Les membres du Conseil de Vie Sociale agréent ce nouveau dispositif.

III. Questions annexes :

Madame la présidente propose d’examiner la politique de l’association en matière de participation aux frais d’inscription des enfants dans les associations.

Madame la présidente précise que, dans certains cas, la règle actuelle (50 % du coût de la Licence pris en charge par l’association, 50 % prélevés sur l’argent de poche de l’enfant) peut en effet poser problème.

Madame la présidente explique que des enfants n’ont pas l’argent de poche suffisant pour permettre une participation financière rapide ; l’enfant doit rembourser sur plusieurs mois la quote-part dont il est responsable, et de facto commencer certains mois avec très peu d’argent de poche d’emblée disponible.

Monsieur le représentant des enfants et des jeunes confirme cette analyse. Monsieur le représentant des enfants et des jeunes explique qu’ainsi, lors des premiers mois de la saison culturelle 2016-2017, il a constaté à titre personnel n’avoir que très peu d’argent de poche disponible car il s’est inscrit à un club de basket local dont les frais d’inscription étaient conséquents.

Madame la représentante du personnel agrée cette analyse.

Madame la représentante du personnel cite l’exemple d’un enfant de sa Maison qui, lui aussi, n’avait que peu d’argent de poche disponible pendant trois à quatre mois car il devait participer au financement des frais d’inscription d’un autre club de basket local au sein duquel il était inscrit.

Madame la présidente dit qu’il ne faut pas revenir sur le principe de la participation financière des enfants aux frais d’inscription aux associations pour lesquelles ils candidatent, car cela participe de leur responsabilisation dans les décisions qu’ils prennent.

Les participants agréent cette analyse.

Madame la présidente propose qu’en pareils cas, un étalement plus long des prélèvements sur les argents de poche soit mis en œuvre, avec comme critère un seuil maximal de prélèvement mensuel permettant à l’enfant d’avoir à sa disposition de l’argent disponible sur son argent de poche.

Les participants agréent cette proposition.

Madame la représentante du personnel propose que, pour faciliter cette réforme, seuls soient concernés les enfants de l’association âgés de 4 à 14 ans puisque, en accord avec le document « Revalorisation des indemnités versées pour l’entretien et l’éducation des enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance », communiqué par le Conseil départemental du Pas-de-Calais le 24 janvier 2014, l’allocation mensuelle d’argent de poche se décompose de la façon suivante :

– Enfant de 4 à 10 ans : 9.15 €
– Enfant de 11 à 14 ans : 20.30 €
– Enfant de 15 à 17 ans : 34.15 €
– Enfant de 18 ans et plus : 59.35 €

Madame la représentante du personnel demande s’il est possible d’envisager un dispositif d’accompagnement pour les jeunes de l’association, sortis à l’âge de leur majorité ou de la fin de la mesure éducative.

Madame la présidente dit que c’est en effet un des axes de développement de la politique d’établissement. Madame la présidente cite deux exemples : l’atelier musique destiné aux anciennes et anciens de la Maison de la Musique (le financement est rendu possible par le soutien de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe) ; la politique de parrainage développé par le Conseil de la Culture d’entreprendre de notre association.

Monsieur le secrétaire informe les membres que, tenant compte des évolutions durant l’Eté des parcours et des desiderata des enfants et jeunes élus au titre de représentants au Conseil de Vie Sociale, et tenant compte aussi du résultat de l’élection organisée en février 2019, la composition du Conseil se présente de la façon suivante :

– collège “titulaires” : 1. Julien (Maison de la Musique), 2. Justine (Maison du Sport), 3. Steven (Maison de la Danse), 4. David (Maison de la Musique) ;
– collège “suppléants” : 1. Coralie (Maison du Sport), 2. Kenza (Maison des Découvreurs), 3. Clara (Maison de la Musique).

Monsieur le secrétaire informe les participants que la prochaine réunion du Conseil aura lieu le mardi 7 janvier 2020.

Madame la présidente clôt cette réunion.

Bilan de la saison 2018-2019 de notre programme culturel “L’aventure de la vie”

En raison de la longueur conséquente du rapport final, nous proposons un résumé des résultats du référentiel faisant bilan de la saison 2018-2019.

Bilan de la saison culturelle 2018-2019

(incluant celui des Journées d’Enfance 2019)

I. Evolution du contexte :

Les objectifs du programme « L’aventure de la vie » sont :

  1. Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis.
  2. Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire.
  3. Faire de l’enfance la question de tous.

Ces objectifs font réponse aux besoins identifiés ci-après par l’institution :

– Besoins partant de l’objectif assigné par la Nation à l’Aide Sociale à l’Enfance :

Il s’agit notamment d’aider les enfants et les jeunes à exercer pleinement, une fois devenus adultes majeurs, leurs droits et leurs devoirs de citoyens. Notre institution veut leur donner une identité culturelle, des compétences à revendiquer pour y parvenir ;

– Besoins partant des enfants et des jeunes de notre institution :

Leurs difficultés s’expliquent en partie par leur environnement culturel. Les jeunes de notre institution manquent de repères et de connaissances culturelles pour s’ouvrir au monde et trouver une place dans la société. Notre institution veut assumer ce travail éducatif ;

– Besoins partant du territoire dans lequel agit l’institution :

Le problème de l’environnement culturel est le même dans la majorité des familles boulonnaises, qui profitent peu de l’offre culturelle du territoire. Le programme « L’Aventure de la vie » vise à dynamiser l’accès à la culture dans le territoire, y compris au-delà de l’espace de l’institution.

La structuration du programme pluriannuel et pluridisciplinaire « L’aventure de la vie » est développée pour répondre aux objectifs précités.

Cette structuration est composée d’ateliers obligatoires bi-hebdomadaires pour chaque Maison de culture de notre institution ; de spectacles programmés mensuellement dans notre espace culturel : « Le café-théâtre Michel Lafond » ; de partenariats avec des opérateurs locaux et nationaux de l’action culturelle, de formations en interne destinées à cultiver la créativité, l’ingéniosité, la sociabilité ; de séjours immersifs de deux à trois mois à l’étranger ainsi que d’un festival de plusieurs jours dans le territoire, programmé chaque année aux alentours du 2 juillet, avec notamment l’organisation d’un colloque et d’un spectacle.

Le présent rapport narratif final concerne la période allant de septembre 2018 à juillet 2019.

Du point de vue de la gouvernance du programme « L’aventure de la vie », le Conseil de la Vie Sociale, le Conseil scientifique, le Conseil de la Culture d’entreprendre, les Comités de pilotage des partenariats culturels et les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène du spectacle et la direction sont des instances mises en place par l’institution depuis quatre ans pour accompagner et orienter sa mise en œuvre.

Ces instances associent systématiquement les enfants et les personnels aux activités et prises de décision : ils ont des représentants statutaires pour chaque instance, exceptées les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène et la direction. Les parents et tuteurs légaux sont représentés quant à eux par des membres élus dans le Conseil de la Vie Sociale. Les institutions culturelles partenaires du programme « L’aventure de la vie » participent aux réunions des comités de pilotage.

Cette volonté de renforcer les outils institutionnels pour piloter « L’aventure de la vie », en élargissant le périmètre des parties prenantes aux prises de décision et en augmentant la périodicité des réunions, a permis d’assurer la cohésion du dispositif en accord avec les trois objectifs précités en introduction.

Ainsi et à titre d’exemple, les enfants et les jeunes de notre institution ont-ils pu participer à peine deux semaines après la reprise de leurs ateliers bi-hebdomadaires, aux activités culturelles suivantes :

  • Concerts du festival de musiques actuelles « Poulpaphone » organisé à Boulogne-sur-mer par la Communauté d’Agglomérations du Boulonnais (les 28 septembre et 29 septembre 2018) ;
  • Spectacle « Le petit chaperon louche » au Café-théâtre Michel Lafond, espace scénique de notre association (les 3 et 4 octobre 2018) ;
  • Conférence du jeudi avec Maki Suzuki, artiste, le 5 octobre 2018 ;
  • Atelier physique / chimie en partenariat avec la Fondation SEED et l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de la Ville de Paris le 9 octobre 2018 ;
  • Venue du Centre de Jour et de la Maison Vive au Musée Louvre-Lens le 24 octobre 2018.

Les séquences janvier-mars 2018 et juin-juillet 2018 sont deux autres exemples remarquables de notre point de vue, illustrant cette capacité institutionnelle à intégrer les actions artistiques et culturelles dans un calendrier restreint. Nous ferons état dans le détail de ces activités dans la partie ci-après.

II. Analyse du public bénéficiaire de l’action :

Par public, nous comprenons toute personne ayant été en contact direct avec le programme « L’aventure de la vie ». Outre les enfants et les personnels de l’institution, nous incluons aussi et par conséquent les intervenants et organisateurs des manifestations, ou bien les passants dans l’espace public au sein duquel un événement est organisé, même ceux qui n’ont fait que regarder.

Cette approche est inspirée de la définition écomusée / musée de société Fédération française écomusées et musées de société :

« L’écomusée est un espace public, il réunit des hommes et des femmes autour de projets sociétaux pour le territoire et ses habitants. Cet espace ouvert et permanent ouvre au débat les questions liées aux projets et s’enrichit de toutes les expertises. Cet espace est investi par des publics : acteurs, agents, visiteurs, membres d’une communauté territoriale ou d’activité.

Les projets sociétaux sont construits et mis en œuvre par des agents (salariés) et des acteurs (philanthropes). Ces projets prennent appui sur les patrimoines naturels, culturels, matériels et immatériels pour développer le territoire et ses activités. Ces patrimoines s’épanouissent grâce aux activités de recherche et de médiation. Ces projets permettent de maintenir et de générer du lien entre les publics, mais aussi de collecter, de conserver et de partager les patrimoines. Ces projets requièrent des moyens humains, matériels et financiers. Leur concrétisation peut prendre des formes multiples allant d’outils de médiation, de communication ou de diffusion à des réalisations économiques. L’écomusée est un   processus ; les hommes et les projets peuvent changer en fonction des évolutions du territoire. »

(Proposition de définition d’un écomusée et musée de société, Fédération des écomusées et musées de société, 27-28-29 mars 2008, Marquèze).

Les termes soulignés montrent l’idée fondamentale des Maisons en tant qu’actrices publiques et citoyennes, espace d’expérimentations sociales et culturelles, qui mettent en œuvre des processus de recréation et de création nouvelle de filiations, qui permettent d’inscrire les futurs adultes de l’institution dans l’espace public, l’ordre social tels qu’ils sont, mais aussi dans des espaces publics, des ordres sociaux du territoire reformulés, réinventés.

Dans un décompte chiffré des actions réalisées entre septembre 2018 et juillet 2019, les résultats sont les suivants :

Actions culturelles programmées dans et hors l’institution :

Entre septembre 2018 et mai 2019, sept spectacles ont été organisés dons notre espace culturel, le « café-théâtre Michel Lafond », salle permettant l’accueil de 70 spectateurs. Chaque spectacle a été vu par les enfants et les personnels de l’institution, et à chaque venue de la compagnie professionnelle pour présenter son spectacle, le ou les artistes ont partagé pendant une heure le mercredi avec les enfants du Centre de Jour des savoirs, savoirs faire et savoirs être relavant de la création théâtrale, de l’art de jouer un autre que soi.

Programmation de ces spectacles, mois après mois (les chiffres sont ceux des participants en interne, et, si la manifestation s’y prête, les participants n’ayant pas de lien direct avec notre association) :

  • Mardi 3 et mercredi 4 octobre 2018 : « Le petit chaperon louche », comédie musicale. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 6 et mercredi 7 novembre 2018 : « Corne de brume », comédie sociale. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 4 et mercredi 5 décembre 2018 : « La sauvage », tragi-comédie. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 15 et mercredi 16 janvier 2018 : « Olé », danse contemporaine. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 5 et mercredi 6 mars 2019 : « Tant qu’il y aura des coquelicots dans un champ de blé », tragédie. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 2 et mercredi 3 avril 2019 : « Les gens d’ici », tragi-comédie. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 14 et mercredi 15 mai 2019 : « Nougaro tribute », musiques actuelles. 80 enfants, 70 adultes.

On trouvera le détail de cette programmation sur notre site Internet, ici.

Les manifestations culturelles organisées en dehors de notre espace associatif et auxquelles ont participées ou assistées des maisons de culture de notre institution sont, sans soucis d’exhaustivité et à titre d’exemples :

  • 28 et 29 septembre 2018 : Concerts du festival de musiques actuelles « Poulpaphone » organisé à Boulogne-sur-mer par la Communauté d’Agglomérations du Boulonnais (9000 spectateurs, chiffre communiqué par la CAB) ;
  • 13 novembre 2018 : pièce de théâtre « « L’Homme de Paille » de Feydeau et autres friandises… » programmée au RollMops Théâtre (commune de Boulogne-sur-mer) ; 15 enfants, 5 adultes ;
  • 21 novembre 2018 : Animation de la « Journée territoriale des Droits de l’enfant » organisée par la MDS de Boulogne-sur-mer à « la Faïencerie », salle de spectacle de Boulogne-sur-mer (80 enfants, 50 adultes). 450 visiteurs (chiffre communiqué par le Conseil départemental du Pas-de-Calais) : 75 % sont des enfants des centres de loisir des communes du boulonnais ; 10% sont des moniteurs des centres de loisir ; 15 % sont des parents accompagnant leurs enfants ;
  • 2 juillet 2019 : inauguration des oeuvres immatérielles et matérielles créées par Maki Suzuki lors de la résidence art / science 2019 des Maisons sur le site de la Ferme de Bertinghen (75 enfants, 150 adultes) ;
  • 11-14 juillet 2019 : Participation de l’association aux “Fêtes de la mer” organisées par la ville de Boulogne-sur-mer sur le port de Boulogne-sur-mer (350 000 spectateurs, chiffre communiqué par la ville de Boulogne-sur-mer).

Ratio du nombre de projets institutionnels (insufflés par la direction) par rapport au nombre de projets proposés par les équipes éducatives des Maisons :

158 actions culturelles ont été recensées durant la saison 2018-2019. Ces actions culturelles comprennent y compris les réunions des Conseils de l’institution (Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique, Comités de pilotage thématiques) car elles y font participer directement les enfants et les jeunes, correspondant en cela à l’un des principes de notre politique de développement culturel.

Sur ces 158 actions, plus d’un tiers (62) a été porté par les Maisons, le reste (96) par la direction.

Cette comptabilisation est biaisée par le fait que seules les actions communiquées par les équipes pour mise en ligne sur le site Internet ont été prises en compte dans ce calcul ; des actions ont lieu mais ne sont pas relatées sur le site Internet. Le nombre d’actions culturelles portées par les Maisons est de ce fait supérieur au chiffre référence ; le ratio devrait dans l’absolu et par conséquent être proche de la parité.

Ateliers bi-hebdomadaires :

Chaque Maison de culture de notre institution organise dans la semaine des ateliers artistiques et culturels. Les enfants sont âgés de 6 à 18 ans.

  • Centre de Jour (atelier le lundi, de 13h30 à 15h30 et le jeudi, de 9h30 à 12h30) : 15 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le jeudi matin, activité théâtre sous l’égide de Manuel Paque, le lundi après-midi, activité arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre.
  • Maison de la Danse (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : danses, chorégraphies de groupe réalisées sous l’égide de Marine Vigneron.
  • Maison des Découvreurs (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le lundi, activités nautiques, musculation réalisées dans les locaux du Boulogne Canoë Kayak (BCK) de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jérôme Hoyer dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association ; le jeudi, canne française dans les locaux du « Center training » de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jacques Demagny et de Yann Pochet dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association.
  • Maison de la Musique (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : apprentissage du solfège, composition et interprétation de créations musicales sous l’égide de Matthieu Scarpa.
  • Maison du Sport du Bien-être (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), deux professeurs d’atelier en alternance. Contenu de l’atelier : le lundi et le jeudi, activités sportives (sports collectifs) sous l’égide de l’équipe de la Maison (éducateurs sportifs).
  • Maison du Cirque (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : activités circassiennes (jonglerie, équilibrisme) sous l’égide de Romuald Pierru.
  • Maison Vive (le mardi, de 17h à 19h et le mercredi, de 17h à 19h) : 4 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le mardi en fin d’après-midi, atelier sports sous l’égide de Jonathan Dufour et le mercredi en fin d’après-midi, atelier arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre ;

Nombre de participants à ces ateliers :

En septembre 2018, 69 enfants et jeunes sont recensés dans les Maisons organisant au moins un atelier hebdomadaire en arts, lettres, sciences, sports tout au long de la saison culturelle (du mois de septembre au mois de juillet de l’année suivante).

Pourcentage de néophytes dans l’activité artistique proposée :

Sur ces 69 enfants et jeunes, 21 sont néophytes, soit 30.4 % de cet effectif. Par néophyte, on désigne le jeune qui n’a pas pratiqué le contenu d’atelier de la Maison lors de la saison culturelle précédente.

Degré de mixité des participants :

Sur ces 69 enfants et jeunes, 23 sont des filles, soit 33.3 % de cet effectif.

  • Résidence art / science 2019 :

L’association a été sélectionnée par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France pour organiser en 2017, 2018 et 2019 une résidence croisée art / science. La troisième édition de cette résidence a débuté en octobre 2018 et s’est achevée en juillet 2019. Le format exceptionnel de cette résidence doit au fait d’un partenariat croisé Fondation de France (Programme “Les nouveaux commanditaires”) et Fondation Daniel et Nina Carasso. L’artiste designer Åbäke fut le lauréat de cette résidence.  L’ensemble des enfants ainsi que des personnels ont participé aux créations générées pendant cette résidence, c’est-à-dire 80 enfants et 70 adultes. des artisans et entreprises locales ont été aussi sollicitées pour la réalisation des œuvres. On trouvera le détail des œuvres créées durant cette résidence ici.

  • Festival annuel « Journées d’Enfance » :

Notre décompte du public des « Journées d’Enfance 2019 » journée d’animation après journée d’animation est le suivant (On trouvera le contenu de notre festival (images, textes, pdf) sur notre site Internet, ici.

a. Mercredi 26 juin 2019 (manifestation organisée en interne) : « chroniques de nos maisons », film de la saison 2018-2019 réalisé par notre réalisatrice audiovisuelle et montrée aux enfants et aux équipes au café-théâtre Michel Lafond (70 enfants, 20 adultes)  ;(manifestation publique) : organisation de la joute nautique sur les bords de la Liane, à Boulogne-sur-mer : 60 enfants, 40 adultes. Remise des médailles avec le soutien du service des sports du Conseil départemental ;

b. Mardi 2 juillet 2019 (manifestation organisée en interne) : « Les grandes tables de la ferme », rassemblement de la communauté éducative et retrouvailles avec les anciennes et les anciens de l’institution : 75 enfants, 150 adultes ;

c. Jeudi 4 juillet 2019 (manifestation organisée en interne) : réunion plénière du Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique et comités de pilotage du programme culturel : 4 jeunes (représentant les enfants et les jeunes de l’institution dans les différentes instances), 30 adultes (membres des Conseils et comités de pilotage du programme culturel) ;

d. Vendredi 5 juillet 2019 (manifestation publique) : colloque « Y’a d’la joie » : 120 adultes. 80 % sont les membres du personnel de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », 5 % sont des étudiants des instituts de formation locaux du champ professionnel, 5 % sont des représentants des Maisons des Solidarités du territoire, 10 % sont les intervenants du colloque ; (manifestation publique) : spectacle « Notre joie demeure » : 90 enfants, 350 adultes : 25 % sont les parents des jeunes sur scène, accueillis par l’association, 50 % sont les membres du personnel de l’association, 20 % sont des amis de l’association (intervenants extérieurs, amis…), 5 % sont des membres du Conseil d’Administration de l’association, 5 % sont des représentants des services sociaux du département.

III. Relations avec les partenaires du projet :

Durant la période couverte par ce rapport final, de septembre 2018 à juillet 2019, huit partenariats avec des institutions culturelles sont en activité :

• pour le pôle muséographique, quatre partenariats (Château d’Hardelot Centre Culturel de l’Entente Cordiale ; Fonds Régional d’Art Contemporain Grand Large Hauts-de-France, Musée du Louvre-Lens et Musée de Boulogne-sur-mer) ;
• pour le pôle scientifique, deux partenariats ; pour la physique-chimie (ateliers du Centre de Jour) : Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielle de Paris et Fondation SEED (Schlumberger Excellence in Education Development) ;
• pour le pôle sportif, deux partenariats (le Boulogne Canoë Kayak (BCK) et le « Training Center ».
Aux huit partenariats existants s’ajoutent une relation privilégiée de soutien à la réalisation des actions culturelles de l’association de la part de quatre fondations : la Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Sopra Steria / Institut de France (Création du FabLab des Maisons pour la Fondation Auchan et la Fondation Sopra Steria ; organisation de la résidence art / science 2019 pour la Fondation de France (programme “Les nouveaux commanditaires”) et la Fondation Daniel et Nina Carasso). Outre les actions menées avec le Château d’Hardelot, la direction culturelle du Conseil départemental du Pas-de-Calais a aussi rendu possible la réalisation d’un cycle d’ateliers avec la compagnie générale d’imaginaire autour de la pièce de théâtre : “Les gens d’ici”.

Durant la saison 2017-2018, 16 réunions ont été organisées en présence des institutions culturelles partenaires de notre association.

Les comités de pilotage « international », « communication », « muséographie, « patrimoine » et « sciences » se sont réunis chacun à 3 reprises durant la saison culturelle 2018-2019. La réunion plénière, organisée le 4 juillet 2019, a rassemblé l’ensemble des partenaires de notre institution, ainsi que des invités d’institutions culturelles avec lesquelles nous développerons de nouveaux partenariats durant les saisons à venir.

S’agissant des budgets alloués par les institutions partenaires, nous pouvons faire part d’observations significatives à leur propos. Ainsi avons-nous constaté l’enrichissement de l’organisation de la résidence art / science 2019 grâce au soutien du programme “Les nouveaux commanditaires” de la Fondation de France. La Direction des affaires culturelles du Conseil départemental du Pas-de-Calais a par ailleurs permis l’organisation d’un cycle d’ateliers de 7 séances dédié de mars à avril 2019 à la réflexion sur le parcours des personnes migrantes.

Pourcentage de comités de pilotage dans lequel les enfants sont représentés :

On trouvera le contenu des comptes-rendus des réunions des comités de pilotage organisées durant la saison 2018-2019 ici.

Sur les 16 réunions organisées au total, 70 % ont parmi leurs participants des enfants et des jeunes de l’institution.

Notre objectif est d’atteindre le chiffre de 100 %, mais nous sommes dépendants de la disponibilité des enfants et des jeunes, dont l’emploi du temps scolaire n’est pas forcément compatible avec les horaires des réunions de comité de pilotage.

Pourcentage de partenaires prêts à reconduire le projet ou un autre projet avec le porteur de projet :

En comparant les relevés de présence des comptes-rendus des comités de pilotage de la saison culturelle 2018-2019 et ceux des comptes-rendus de la première réunion des comités de pilotage de la saison culturelle 2017-2018, 80 % de nos partenaires ont donc reconduit le projet avec notre institution.

La baisse de 20 % par rapport au bilan final de la saison 2018-2019 s’explique par l’arrêt de deux partenariats en septembre 2018 , l’Institut National de Recherches en Archéologie Préventive (INRAP) et l’association d’archéologie Expérimentale “Les Chalcophores” n’ont pu renouveler leur engagement pour permettre la présence d’archéologues aux séances mensuelles permettant la construction de véhicules historiques hippotractés.

Relations avec les Fondations :

Aux huit partenariats existants s’ajoutent une relation privilégiée de soutien à la réalisation des actions culturelles de l’association de la part de cinq fondations : la Fondation de France (programme “Les nouveaux commanditaires”), la Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe, la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Sopra Steria / Institut de France.

Nous avons pu, avec le soutien de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe, développer un cycle d’ateliers annuel proposés aux anciennes et aux anciens de la Maison de la Musique ; ce cycle d’atelier débute ce mois de septembre 2019.

IV. Analyse des conditions de mise en œuvre :

L’intensité des actions culturelles programmées durant la période couverte par ce rapport final est élevée. On trouvera sur notre site pour s’en rendre compte le détail de ce calendrier, mois après mois, ici.

Malgré cette fréquence des activités, bien qu’aussi parfois les demandes des partenaires présentèrent des jeux de contraintes inhabituels, nous n’avons pas constaté de difficultés particulières aussi bien en terme d’effectifs disponibles, de compétences à mettre en œuvre, de coordination dans le processus de conception et de réalisation, d’implication dans l’acte à accomplir, de moyens matériels à mobiliser ou de collaboration avec les partenaires concernés.

Nous analysons cette « routinisation » de l’activité culturelle par le développement et la sophistication des outils institutionnels mis en place pour piloter le programme « L’aventure de la  vie » ainsi que d’une expérience conséquente, acquise au fil de ses sept années d’existence en tant que matrice stratégique de notre projet institutionnel.

V. Impacts et valorisation du projet :

S’agissant des indicateurs et outils formalisés au préalable de notre saison culturelle, notre évaluation est d’emblée positive.

  • Pour l’objectif « Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis », les enfants et les jeunes de l’association s’exprimant à propos du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » à l’occasion du questionnaire proposé pour la cinquième année consécutive, ont systématiquement valorisé les effets positifs en terme de capabilité, d’estime de soi, d’intégration dans un collectif au service d’un projet commun. On trouvera les résultats du questionnaire 2018-2019 ici.
  • Pour l’objectif « Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire », la liste des projets culturels dont fait systématiquement part notre site Internet depuis le début de notre saison culturelle 2018-2019 indique l’intensité de la dynamique culturelle de notre institution en direction du territoire ;
  • Pour l’objectif « Faire de l’enfance la question de tous », la liste des partenariats culturels explicitée dans la partie III. du présent rapport ainsi que les comptes-rendus des réunions systématiquement du Conseil de la Culture d’entreprendre, du Conseil scientifique et du Conseil de la Vie Sociale mis en ligne sur notre site Internet depuis le début de la saison culturelle 2018-2019, indiquent la grande diversité des parties prenantes intéressées aux thèmes et problématiques portées par le programme « L’aventure de la vie » et à sa mise en œuvre au quotidien par notre institution. On trouvera le détail de ces comptes-rendus ici.

Nombre de réunions organisées par des acteurs du champ (état, conseil général, ONG /associations) pour présenter la politique culturelle des MECOP :

Durant la saison 2018-2019, une manifestation organisée par des acteurs du champ et hors champ a permis à notre institution de présenter le programme « L’aventure de la vie ».

En avril 2019, M. Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association, a participé à Paris au séminaire international organisé par l’ESSEC Business School, le Cercle Français des Fonds et Fondations et la Fondation Carasso sous l’égide de la Fondation de France au sujet de l’évaluation de l’impact sociale des actions culturelles.

VI. Continuité du projet :

Notre programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » est pluriannuel. Formulé en 2004, il constitue la matrice de notre projet d’établissement 2014-2019. Le Conseil départemental du Pas-de-Calais constitue le financeur de ce projet d’établissement, et par conséquent est le financeur principal du programme éducatif et culturel.

Nous candidatons cependant régulièrement aux appels à projet thématisant la démocratisation culturelle, l’accès à la culture, de la part des collectivités territoriales (en 2013, appel à projets « Culture à partager 2014 » de la Région Nord Pas-de-calais ; en 2014, appel à projet « Culture à partager 2015 » de la Région Nord Pas-de-Calais) et de la part de fondations privées (en 2013, appel à projets « Enfance et Culture 2013 » de la Fondation de France ; en 2014, appel à projets « Enfance et Culture 2014 » et appel à projets « Arts et Territoire 2014 » de la Fondation Daniel et Nina  Carasso ; en 2016 : appel à projets « Fondation Auchan ensemble pour la jeunesse » et, pour la Fondation Daniel et Nina Carasso, présentation sur sa demande d’un programme d’actions triennal ; dotation accordée par la Fondation Sopra Steria / Institut de France pour le développement d’un Fab Lab, soutien de la Fondation de France dans le cadre du programme « Les nouveaux commanditaires » ; en 2019 : appel à projets “La musique, un vecteur d’épanouissement pour tous” de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe).

Nous considérons en effet que ces soutiens issus de collectivités territoriales tierces du Conseil départemental du Pas-de-Calais, et de fondations privées aux rayonnements national et international, participent de l’un des objectifs précité : « Faire de l’enfant la question de tous ».

Les documents demandés par ces prestataires d’appel à projets locaux, nationaux, et internationaux pour formaliser chaque année l’évaluation des actions entreprises dans le cadre de ces dotations, permettent par exemple à notre institution d’acquérir des compétences en matière d’intégration de la culture dans le champ de la protection de l’enfance.

Ces soutiens sont par ailleurs autant de marques de reconnaissance de la qualité de notre programme éducatif et culturel, marques de reconnaissance auxquelles sont sensibles en interne nos équipes éducatives, nos intervenants artistiques et culturels, les institutions culturelles partenaires, et en externe, notre financeur principal ; le Conseil départemental du Pas-de-Calais.

Nous continuerons par conséquent à rechercher le lien avec ces institutions tierces, productrices d’appels à projets, dans les années à venir.

VII. Valorisation du projet :

S’agissant de la valorisation de la saison culturelle 2018-2019 du programme « L’aventure de la vie » :

En interne :

L’association a créé au printemps 2014 une webradio, écoutable par chaque enfant et jeune de l’association sur une fréquence Internet dédiée. Cette webradio programme notamment des reportages réalisés par les enfants et les jeunes à propos des ateliers artistiques et culturels, ainsi que durant les événements (spectacles durant l’année, festival « Journées d’Enfance »).

Un papier à en-tête est utilisé par l’institution depuis deux ans dans ses interactions avec toutes parties prenantes. Ce document fait apparaître les logos de l’ensemble des soutiens et partenaires des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale.

Un autre outil communicationnel papier a été développé : une lettre d’information trimestrielle destinée aux parents et tuteurs légaux des enfants et des jeunes de l’institution. « Lettres de mes maisons » se présente sous la forme d’un feuillet de format A3, et sa mise en page privilégie l’image, avec une phrase la commentant. Cinq blocs image / texte constituent cette lettre ; ils informent les lecteurs d’actions culturelles réalisées par les enfants et les jeunes durant le trimestre écoulé. Ce document a pour objectif de routiniser le lien entre l’institution et les parents et tuteurs légaux sous un mode autre que la seule relation administrative ou éducative, et ainsi tenter d’augmenter les probabilités que les parents et tuteurs légaux se déplacent dans les nouveaux espaces culturels investis dorénavant par les enfants et les jeunes (les musées, les centres d’art contemporain, les places publiques des communes dans lesquelles existe l’institution).

En externe :

L’utilisation des NTIC et des réseaux sociaux est favorisée ; site Internet de l’association ; blogs des différentes maisons (sur la même adresse, cliquer sur les icônes correspondant à chaque maison des enfants de la culture). Des films sont systématiquement tournés sur la vie culturelle de l’association, puis mis en ligne. Les comptes-rendus des réunions du Conseil de la Vie Sociale, du Conseil scientifique et des comités de pilotage sont systématiquement publiés sur le site Internet.

Une newsletter électronique composée de la lettre de notre directeur – laquelle s’exprime bien souvent sur le programme éducatif et culturel, ainsi que les activités en cours de réalisation au sein des Maisons de culture de notre Institution, est adressée tous les trois mois à plus de six cents destinataires issus de différents mondes sociaux (services de l’Aide Sociale à l’Enfance ; institutions des arts, de la culture et du patrimoine ; universités, etc.).

La presse locale, les médias associatifs et les médias généralistes nationaux ont communiqué à plusieurs reprises à propos de notre programme éducatif et culturel, voir sur notre site Internet le recensement de ces articles ici.

Outils : site internet, réseaux sociaux, webradio, fanzine, programme, dossier de presse, communiqués, chroniques vidéo, communication de rue (la roulotte).

S’agissant de la capitalisation de la saison culturelle 2018/2019 du programme « L’aventure de la vie » :

L’ensemble des activités éducatives et culturelles de cette saison a été chroniqué mois après mois sur notre site Internet. Il est de même pour les saisons culturelles précédentes.

Une plaquette présentant dans le détail des activités de la vie quotidienne des Maisons en relation avec le programme « L’aventure de la vie » est remise à l’enfant dès la commission d’admission, c’est-à-dire la première fois que l’enfant découvre notre institution et, si le comité de direction la valide, l’intégrera peu après.

VIII. Suite du projet :

Trois axes de développement, sous-tendus par les trois objectifs énoncés dans le présent document, constitueront notre effort institutionnel afin de compléter notre offre éducative et culturelle en direction des enfants et des jeunes.

Premier axe (objectif : Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis) : nous voulons développer le goût pour la composition auprès des jeunes de notre institution. Nous travaillons en ce sens à valoriser un résultat non prévu positif se manifestant lors de la saison 2018-2019. Madame Hélène Hanon, chargée des relations publiques du Château d’Hardelot, nous a proposé l’organisation d’un cycle d’ateliers à l’attention des enfants des Maisons, ainsi que de la programmation d’un spectacle musical, avec la compagnie “Le Concert d’Astrée” et à partir de l’oeuvre de Vivaldi : “Les 4 saisons”.

Deuxième axe (objectif : Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire) : nous voulons élargir notre rayonnement culturel. Nous travaillons à valoriser en ce sens un résultat imprévu positif lors de la saison culturelle 2018-2019. La Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France a sélectionné le projet “La couleur de l’eau”, porté par le cabinet de médiation en art contemporain appelé « Art connexion », pour lequel nous nous sommes associés.

Enfants et jeunes réaliseront lors des ateliers de Sylvie Mestre, professeur en arts plastiques du Centre de Jour et de la Maison Vive, avec Nicolas Floc’h, artiste, des œuvres en photographie ou en 3 D inspirés des savoirs explicités par Hubert Loisel, océanographe de la base marine de Wimereux, à propos de la couleur de l’eau, autrement dit l’expression visuelle des relations chimiques entre le plancton et l’eau de mer.

Troisième axe (objectif : Faire de l’enfance la question de tous) : un résultat non prévu positif se manifestant lors de la saison 2018-2019 – l’obtention d’une dotation de la part de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe, permet à l’association de financer un cycle d’ateliers à l’attention des anciennes et des anciens de la Maison de la Musique. L’objectif est de produire un CD créé par ce collectif artiste, pour une commercialisation au terme de la saison culturelle 2019-2020.