Archives de catégorie : Conseil scientifique

Invitation à devenir marraine ou parrain d’un(e) jeune de nos Maisons

L’association “Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale” recherche des personnes désireuses de faire partager leur expérience professionnelle à un(e) jeune de notre institution.

Vous trouverez plus d’informations sur cette annonce  ci-après :

Parrainer un (e) jeune jusqu’au premier emploi

L’association de protection de l’enfance « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », sise à Saint-Martin Boulogne, Outreau et Wimille (62) crée un réseau de parrainage au service des jeunes dont elle a la responsabilité dans le cadre de l’Aide à l’Enfance.

Vous trouverez toutes informations à propos des Maisons en cliquant ici.

Nous recherchons des personnes prêtes à accompagner un des jeunes de plus de 15 ans de notre association jusqu’à son premier emploi.

Cette relation de parrainage ne se substitue pas au travail éducatif de nos équipes. Elle le complète en permettant à la filleule ou au filleul volontaire de prendre régulièrement conseil auprès de sa marraine ou de son parrain pour réussir au mieux son insertion professionnelle.

Cette politique de parrainage est coordonnée par le Conseil de la Culture d’entreprendre de notre association.

Vous trouverez plus d’informations sur cette instance, dédiée à l’apprentissage des savoir-faire, savoir-être, savoir avoir – c’est-à-dire la capacité par les enfants et les jeunes de notre association d’être davantage encore conscients de ce qui est acquis et ainsi d’enrichir et développer des compétences pour bâtir leurs parcours professionnels, en cliquant ici.

Pour toutes demandes d’informations complémentaires, vous pouvez écrire à :

Monsieur Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association et secrétaire du Conseil de la Culture d’entreprendre

Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

264, rue du Four à Chaux

62280 Saint-Martin Boulogne

Et par mail : e.paris@mecop.fr

Vous pouvez télécharger cette annonce pour la diffuser autour de vous en cliquant sur l’image ci-dessous (une fois que l’image apparaît sur votre écran, clique droit de la souris puis “enregistrer sous”) :

Compte-rendu de la réunion du 25 janvier 2019

Compte-rendu de la réunion du Conseil scientifique de l’association
« Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Présents :

Joseph Bako, chef de service de l’association

Claire Beugnet, directrice de l’association

Yannick Coppin, chef de service de l’association

Coralie Debaere, représentante des enfants et des jeunes de l’association

Eric Legros, président du Conseil scientifique de l’association

Christophe Lefèvre, chef de service de l’association

Sandrine Loggia, chef de service de l’association

Claire Oger, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Créteil

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association

Eric Parot, ingénieur physicien Schlumberger Ltd, précédent coordinateur France Fondation SEED

Noël Quéré, membre du Conseil d’administration de l’association

Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration de l’association

François Roy, artiste dramatique, metteur en scène

Anick Traguardi-Menet, représentante du personnel de l’association

Invités :

Amanda Crabtree, co-fondatrice de l’association « artconnexion », médiatrice du programme « Les Nouveaux commanditaires » pour la Fondation de France

Bruno Dupont, co-fondateur de l’association « artconnexion », médiateur du programme « Les Nouveaux commanditaires » pour la Fondation de France

Åbäke (collectif artiste européen dont Maki est membre), lauréat de la résidence art / science 2019

Excusés :

Emmanuelle Dehée, membre du Conseil d’administration de l’association

Jean-Paul Demoule, professeur des universités émérite en archéologie, Université Paris 1

Jean-Louis Etienne, membre du Conseil d’administration de l’association

Fleur Guy, docteure en géographie

Pierre Lemarquis, neurologue, attaché d’enseignement d’éthologie à l’université de Toulon-La Garde

Anastassia Makridou-Bretonneau, responsable de l’axe Art Citoyen, Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France

Olivier Martin, professeur des universités en sociologie, Université Paris Descartes

Patrick Miquel, précédent directeur de l’Enfance et de la Famille, Conseil départemental du Pas-de-Calais

Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration de l’association

Ouverture de la dix-huitième séance du Conseil scientifique par son président, Eric Legros.

I. Présentation de l’état d’avancement de la saison culturelle 2018-2019 :

Emmanuel Paris propose aux participants un rapide état des lieux des activités du programme culturel depuis la précédente réunion du Conseil, en octobre.

En raison de départs récents de nos effectifs d’enfants siégeant au Conseil de Vie Sociale, l’association organise des élections pour renouveler son collège « représentants des enfants et des jeunes de l’association ». Les enfants et les jeunes voteront pour leurs représentants le 6 février 2019, ce qui permettra au CVS de siéger en bonne et due forme durant l’année pour accompagner l’écriture du projet d’établissement de notre institution. Emmanuel Paris explique que ce document stratégique doit légalement être reformulé chaque cinq ans. Emmanuel Paris précise qu’un comité de pilotage constitué d’un représentant du Conseil d’administration, du comité de direction, de représentants du personnel et de représentants des enfants et des jeunes sera prochainement créé pour organiser l’écriture collective du projet d’établissement 2019-2024. Conseil de Vie Sociale, Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil scientifique et comités de pilotage thématiques du programme culturel seront sollicités d’ici la fin 2019 pour contribuer à l’enrichissement du texte.

Le Conseil d’administration a examiné en réunion le 24 janvier des documents de travail rédigés par le Conseil de la Culture d’entreprendre ; il s’agit de textes conçus pour formaliser une politique de parrainage des Maisons à l’attention des enfants et des jeunes de l’association. Francis Rembotte précise que ces documents ont été validés ; on trouvera leur contenu sur le site Internet ici.

Emmanuel Paris dit que le Conseil de la Culture d’entreprendre consacrera sa réunion, le 1er février, à l’examen des modalités d’une politique de communication pour valoriser cette initiative auprès de toutes personnes de la société civile désireuses d’accompagner un enfant sur la voie de son insertion professionnelle. Lors de cette réunion, le CCE inaugurera aussi la salle dédiée à devenir le FabLab des Maisons. Emmanuel Paris précise que le Conseil examinera une liste d’équipements ainsi que ses usages pédagogiques pour la communiquer à la Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France, qui a acceptée de financer l’acquisition de des machines numériques. On trouvera plus d’informations sur ce projet pluriannuel ici.

Emmanuel Paris informe les participants que l’association accueille ce premier semestre des étudiantes de Master première année intéressées par sa dynamique culturelle et désireuses d’en rendre compte dans le cadre de leurs écrits de formation. Il s’agit pour cette semaine du 21 au 25 janvier de Juliette Guidon et d’Elphège Amossé, étudiantes du Master 1 « Sociologie d’enquête » de l’Université Paris Descartes. Juliette et Elphège, dont le travail d’enquête est encadré par leurs professeurs Cécile Lefèvre et Carolina Sanchez Boe, rencontrent en entretiens et/ou en séances d’observation in situ tout au long de la semaine Emmanuel Paris, Nicolas Courquin (professeur des écoles du Centre de Jour), Joseph Bako, Åbäke, Romuald Pierru (professeur des ateliers de la Maison du Cirque), Matthieu Scarpa (professeur des ateliers de la Maison de la Musique) et Félicie Leborgne (éducatrice de la Maison de la Musique). On trouvera plus d’informations sur ce Master ici.

Claire Beugnet informe les participants que l’URIOPSS (Union Régionale Interfédérale des œuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux) met en place en lien avec le GESAD (Groupement d’Etablissements du Secteur Associatif du Pas de Calais mettant en œuvre des pratiques éducatives et sociales) et le Centre de Recherches « Individus, Épreuves, Sociétés » (CeRIES) de l’Université de Lille une recherche action/étude relative aux liens familiaux en protection de l’enfance. Cette action/recherche, précise Claire Beugnet, est supervisée par Vanessa Stettinger, maître de conférence en sociologie, spécialisée dans la sociologie de la pauvreté. Deux étudiantes du Département universitaire de Sociologie et développement social réaliseront une série d’entretiens avec les équipes éducatives des Maisons et des familles pour étudier les effets du placement ou du maintien à domicile dans la reconfiguration des liens entre parents et enfants. On trouvera plus d’informations sur Vanessa Stettinger ici.

A partir de la fin du mois de mai et jusqu’à la mi-juillet, Jeanne Briatte, étudiante de Bachelor première année à Sciences Po Paris, réalisera son stage d’études à portée civique et sociale au sein de notre association. Jeanne Briatte souhaite notamment consacrer son stage à l’examen des pratiques mises en place par la Maison de la Musique pour proposer aux enfants des apprentissages leur permettant de s’ouvrir à une pluralité d’instruments. On trouvera plus d’informations sur ce Bachelor ici.

Emmanuel Paris informe les participants que deux partenariats, l’un avec le FRAC Hauts-de-France, l’autre avec le Musée de Boulogne-sur-mer, vont nourrir le calendrier des actions culturelles ce premier semestre. Les enfants de l’association vont respectivement préparer une exposition autour du thème « Y’a d’la joie ! » qui sera inaugurée à Dunkerque en septembre (FRAC), et venir régulièrement avec Åbäke pour découvrir des œuvres créées par des civilisations à l’attention des générations futures (Musée de Boulogne-sur-mer).

II. Présentation par Åbäke, lauréat de la résidence art / science 2019, du projet final dans le cadre de l’action « Nouveaux commanditaires », pour la création de nouveaux rituels et œuvres célébrant jusqu’en 2050 le rassemblement annuel avec les anciennes et les anciens, ainsi que le site archéologique du « Petit déjeuner sous l’herbe » :

Emmanuel Paris propose à Bruno Dupont et Amanda Crabtree de présenter le programme « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France ; ce programme a en effet permis l’organisation de cette première phase de la résidence art / science, dédiée à l’identification de l’artiste le plus à même de répondre à la commande.

Amanda Crabtree explique que des réunions ont eu lieu durant la saison 2017-2018 avec l’association de médiation en art contemporain « artconnexion ». Ces réunions avec Emmanuelle Dehée, présidente de l’association « La Maison des Enfants de la Marine » propriétaire du site de la Ferme de Bertinghen, Jean-Paul Demoule, Claire Beugnet, Emmanuel Paris, les chefs de service des Maisons, et ont été organisées dans le cadre du programme de la Fondation de France « Les Nouveaux commanditaires ». Bruno Dupont explique que le cœur de la démarche réside pour toutes les commandes artistiques soutenues par ce programme dans la rédaction d’un cahier des charges permettant de formuler au plus juste la recherche d’une ou d’un artiste en art contemporain.

Åbäke demande comment des groupes humains peuvent-ils en venir à candidater pour qu’une intervention artistique en art contemporain puisse symboliser leur(s) raison(s) d’exister.

Bruno Dupont répond que ces collectifs ou ces personnes ont eu connaissance de l’existence du programme « Les nouveaux commanditaires » par des séances d’information organisées par les médiateurs du programme, ou par l’efficacité du « bouche à oreille ».

Amanda Crabtree précise que, s’agissant des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale, la mise en lien s’est opérée sur les conseils de la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France.

Bruno Dupont dit que l’esprit prévalant aux actions soutenus par le programme « Les Nouveaux commanditaires » relève de la démocratie d’initiative, plutôt que de la démocratie participative. Bruno Dupont explique qu’en effet les candidats à la formulation d’un cahier des charges pour qu’un artiste puisse créer une œuvre, sont des citoyens en tant qu’individus lambda, ou membres d’un collectif spécifiquement constitué à cette occasion. Les candidatures ne sont, autrement dit, pas générées par des élus locaux, lesquels demanderaient par suite aux habitants de leur collectivité de contribuer à la réalisation de l’intervention artistique.

Amanda Crabtree dit que le programme « Les Nouveaux commanditaires » existe depuis 1991 avec à ce jour près de 500 projets réalisés ou en cours en France et en Europe. Amanda Crabtree informe les participants qu’un site Internet dédié informe dans le détail la dynamique de ce programme ici.

Claire Oger demande la proportion de projets retoqués par rapport aux projets candidatant à ce programme.

Bruno Dupont répond que la proportion est très faible, car les médiateurs du programme accompagnent pendant une année la candidature afin de s’assurer de sa viabilité.

Emmanuel Paris propose à Maki Suzuki de présenter le projet final, et précise que le Conseil scientifique doit se prononcer ce jour pour dire s’il est adopté.

Åbäke présente le projet final. On trouvera son intervention sur notre site ici.

Eric Legros dit qu’il est ému par cette présentation et que cette émotion témoigne de la capacité du projet à transmettre de génération en génération la nature du message posé dans le sol le 2 juillet 2010 lors de l’opération du « Petit déjeuner sous l’herbe ».

Eric Legros conseille une modification ; sur les recommandations de Jean-Paul Demoule, il serait en effet préférable de ne pas organiser une fouille de la moitié de la surface du site le 2 juillet 2030, puis une fouille de la seconde moitié du site le 2 juillet 2050, mais d’opter pour des fouilles par tranche en 2030 et 2050, permettant d’organiser d’autres fouilles chaque 20 ans y compris au-delà de 2050.

Eric Legros explique que le « Petit déjeuner sous l’herbe » avait été conçu en 2010 pour permettre aux enfants, aux équipes de s’extraire du temps présent vécus par chacune et chacun, et que cet enjeu sera sans doute toujours d’actualité après 2050.

Eric Parot demande si, en 2010, il était prévu de réalimenter régulièrement en objets le site.

Eric Legros répond que cela n’était pas envisagé.

Noël Quéré demande si, par exemple, le robot cafard pourrait rejoindre à terme les objets enfouis dans le sol du site.

Eric Parot explique qu’en effet, dès 2014, le Conseil scientifique explorait la faisabilité d’un FabLab aux Maisons, avec pour projet notamment de fabriquer avec les enfants du Centre de Jour un robot biomécanique empruntant à la morphologie du cafard.

Noël Quéré demande d’explorer la possibilité d’associer plus encore Foyer Educatif de la Côte d’Opale, Maison des Enfants de la Marine et Maisons des Enfants de la Côte d’Opale dans ce projet rétro-futuriste commémorant le temps long de l’institution.

Emmanuel Paris répond qu’il serait possible, moyennant accord du Conseil d’administration du Foyer Educatif de la Côte d’Opale, de mettre en dialogue la capsule temporelle créée sur le site de la ferme de Bertinghen, avec celle créée en 2003 à l’occasion de l’inauguration des bâtiments du 130, boulevard Splingard. Emmanuel Paris signale en effet que quelques anciens lui ont raconté que dans la façade jouxtant la porte d’entrée du pôle administratif se trouve une brique en ciment derrière laquelle, dans la cloison, ont été déposé intentionnellement des objets dont ces personnes ne savent cependant pas la nature.

François Roy demande s’il serait possible de scanner le sous-sol du site grâce au soutien de la Fondation SEED, mobilisant les outils radars de leurs activités.

Eric Parot signale que les archéologues utilisent désormais des petits radars doppler pour radiographier le sol avant la fouille.

Åbäke explique aux participants que Suzanne est prénommée dans le texte de sa présentation afin de scander la relation de ce projet avec l’extérieur de l’espace associatif (Suzanne est relieuse de livres en basse-ville de Boulogne-sur-mer), mais qu’une multitude de personnes, non citées dans cet écrit, ont bel et bien collaboré à la réflexion amenant à la formulation du projet.

Eric Legros dit combien est important de symboliser la possibilité permanente d’un dialogue avec l’au-delà de l’espace associatif ; « Itinérance » fut pensé en tant qu’outil éducatif capable d’affirmer de manière éclatante le bienfait de ces pluralités d’espaces que l’enfant et l’éducateur mettent en lien pour réécrire le cours de la vie.

François Roy et Åbäke insistent aussi sur le marbre de la roche posée sur le site du Petit déjeuner en tant que matière apte à déplacer les personnes d’un temps à un autre. Une autre matière pourrait présenter l’inconvénient d’une moindre durabilité, et la force du message trans-générationnel s’étioler.

Brunot Dupont explique que le programme « Les Nouveaux commanditaires » intègre régulièrement la prise en compte de l’entretien d’une œuvre sur des échelles de temps long ; un budget spécifique sera sans doute à prévoir pour assurer la maintenance de l’œuvre.

Yannick Coppin informe les participants que sa lecture d’un ouvrage consacré aux lieux et lieux-dits du boulonnais mentionne la récurrence des carrières, exploitations de chaux, cimenteries dans le territoire, lesquelles ont souvent eues des généalogies communes. Yannick Coppin voit dans l’adresse de la Ferme de Bertinghen (130, rue du Four à chaux) un autre indice de la filiation avec l’exploitation du marbre de la carrière de Marquise.

Francis Rembotte demande quelle fut l’implication des enfants dans la réflexion collective amenant à la formulation de ce projet final.

Åbäke explique que des discussions collectives ont régulièrement été organisées suite au visionnage d’un film d’anticipation ou de science-fiction diffusé dans le cadre du ciné-club qu’Alicia Gignet, psychologue de l’association, a initié depuis juin 2018. On trouvera sur note site un article chroniquant l’un de ces visionnages ici.

Åbäke mentionne une deuxième action collective – celle-ci commençant le 26 janvier ; un groupe constitué d’enfant de chaque Maison de l’association l’accompagne à plusieurs reprises au Musée de Boulogne-sur-mer pour voir le design des objets créés par des civilisations en guise de messages d’éternité.

Åbäke cite un troisième exemple de cette participation ; le « pointeur » fixé sur le mat qui sera érigé sur le site du Petit déjeuner, sera conçu par un enfant dont par Åbäke a remarqué le talent en dessin et avec lequel il apprécie régulièrement dessiner.

François Roy observe que le principe de l’empilement des gobelets en plastique sur le bloc de marbre permettra de faire tourner chaque gobelet, de sorte que des combinaisons de mots nouveaux pourront régulièrement apparaître et ainsi constituer des « gobelets littéraires ».

François Roy valorise la capacité du design de l’œuvre posée sur le site du Petit-déjeuner dans sa capacité à faire dialoguer le dessous du sol et l’au-dessus du sol, la verticalité de l’œuvre et l’horizontalité de la surface d’enfouissement, le au-dedans de ce qui s’y trouve avec le haut-dehors rendu notamment possible par la relation partenariale avec Suzanne, la relieuse d’art.

Noël Quéré demande à quel point les enfants connaissent Åbäke.

Åbäke répond que si les enfants connaissent sa personne, ils ne connaissent pas le projet final de la résidence. Tout au plus savent-ils qu’Åbäke est présent pour réfléchir au Petit déjeuner sous l’herbe.

Amanda Crabtree précise que le protocole du programme « Les Nouveaux commanditaires » formule l’intervention de l’artiste comme une réponse personnelle du cahier des charges. Il s’agit autrement dit pour l’artiste de concevoir une œuvre tenant compte de rencontres avec le groupe humain qui formule le cahier des charges, mais qui reste à la discrétion de l’imaginaire de l’artiste.

Anick Traguardi-Menet observe que l’échéance 2050 est par trop abstraite pour les enfants.

Sandrine Loggia dit que dans la parole d’enfants collectée par Åbäke pour des formules à sérigraphier sur les gobelets à propos de 2050 inspire aux enfants aussi bien des fictions technologiques (« la voiture volante ») que des fictions de relations humaines (« en 2050, il n’y a plus de parents et tous les enfants sont dans la rue »).

Claire Oger demande si le texte lu par Åbäke ne peut trouver un usage complémentaire à celui du monument envisagé, pour expliquer la démarche aux enfants et leur rappeler le rendez-vous du 2 juillet (par exemple ce texte pourrait être distribué aux enfants qui quittent l’institution lorsqu’on leur indique qu’ils sont les bienvenus chaque 2 juillet).

Sur proposition d’Eric Legros, un vote est organisé pour l’approbation par le Conseil scientifique du projet final présenté par Åbäke.

Le Conseil scientifique vote à l’unanimité « pour ».

III. Organisation du colloque, partie prenante des Journées d’Enfance 2019 :

Emmanuel Paris rappelle aux participants la trame convenue pour l’organisation du colloque, le 5 juillet 2019.

On trouvera ici sa trame (cliquer sur la fenêtre dynamique dédiée).

Emmanuel Paris propose aux participants de réfléchir à des intervenants et des thèmes d’atelier, afin de pouvoir informer le Conseil lors de la réunion du 26 avril de sa composition définitive.

Emmanuel Paris précise que Pierre Lemarquis, dont les travaux ont notamment porté sur les effets physiologiques de la joie, ne pourra être disponible pour intervenir ce 5 juillet. Jean-Paul Demoule pourra par contre prendre la parole pour, inspiré malicieusement par le projet présenté par Åbäke – lequel questionne notamment la possibilité de la transmission intergénérationnelle, exposer quelques célèbres histoires de vrai / faux en archéologie, simulacres de fouilles ou de vestiges que les autorités compétentes ont pourtant considérées comme authentiques au point de cautionner des récits de civilisation erronés.

Claire Oger recommande deux associations (Asperger amitiés, et Astéréotypie) travaillant avec des enfants autistes. On trouvera plus d’informations sur les activités en théâtre et en musique aux adresses suivantes en cliquant ici et ici.

Claire Oger recommande aussi le « Festival du futur composé » et la personnalité de son fondateur : Gilles Roland Manuel, dont on trouvera un interview ici.

François Roy recommande de proposer à Gérard Tonnelet et Philippe Richard d’intervenir à propos de leur expérience clown dans le cadre de l’association Les ajusteurs du Pas-de-Côté.

Sandrine Loggia recommande la compagnie de l’Oiseau-Mouche, par sa capacité depuis des décennies à permettre à des personnes handicapées d’accéder au statut de comédiens professionnels.

S’agissant des trois ateliers de parole organisés le matin du colloque, François propose une lecture du verbatim réalisé au terme de ses rencontres avec les enfants pendant l’automne 2018 à propos du thème de notre saison culturelle. On trouvera le détail de ce verbatim ici.

Tenant compte des mots et idées clés revenant régulièrement dans ce recueil de paroles, les thèmes des trois ateliers sont les suivants :

  • Joseph Bako propose de co-animer un atelier ayant pour thème « joie et temps » ;
  • Sandrine Loggia propose de co-animer un atelier ayant pour thème « joie et éducation » ;
  • Christophe Lefèvre propose de co-animer un atelier ayant pour thème « joie et collectif ».

Emmanuel Paris remercie les membres du Conseil scientifique pour leur engagement dans l’animation de ces trois ateliers. Emmanuel Paris demande que d’ici la fin-février lui soit transmis pour chaque atelier un texte de quelques lignes qui sera diffusé auprès des Maisons, afin que des membres des équipes éducatives puissent candidater à leur co-animation, et aussi intégrer le document de communication qui présentera le colloque.

IV. Lecture commentée par Claire Oger du premier texte issu de l’étude sur les sentiments d’appartenance au territoire d’enfants de notre association :

Emmanuel Paris remercie Claire Oger pour avoir accepté de présenter le texte dont elle est auteure, et publié récemment par une maison d’édition dédiée aux textes d’études et de recherches.

Emmanuel Paris dit que cette première publication valorise l’activité du Conseil scientifique et l’engagement permanent de l’association pour développer avec les acteurs de la recherche publique et de la recherche privée des partenariats participant du grandissement des enfants et des jeunes de l’association. Emmanuel Paris mentionne le fait que, grâce à un don à l’association, l’étude dont fait part Claire Oger ainsi que celle réalisée par Elsa Ramos et Olivier Martin avec les anciennes et les anciens de l’institution, ont pu être appuyées sous forme de convention avec les laboratoires universitaires concernés.

Claire Oger présente l’article.

Il est intitulé « L’endroit et l’envers, le centre et la lisière : couture des trajectoires et socialisation dans les entretiens itinérants », et téléchargeable ici.

Claire Oger explique que ce texte a été présenté dans le cadre d’un colloque explorant notamment les façons dont une trajectoire biographique, son étude, peut produire des savoirs en Sciences Humaines et Sociales.

Claire Oger revient sur la méthodologie de l’enquête conçue avec Fleur Guy au préalable des entretiens avec les enfants (textes rédigés à l’attention des équipes pour présenter l’enquête, textes à l’attention des enfants pour leur proposer d’y candidater, etc.).

Claire Oger revient aussi sur la généalogie de cet outil de recherche mis en œuvre durant l’enquête et nommé « entretien itinérant ». Claire Oger avait éprouvé une première fois cet manière de dialoguer avec l’enquêté, lors de son étude auprès des élèves femmes de l’Ecole Saint-Cyr à Coëtquidan.

Claire Oger observe un concept commun aux deux études ; la « socialisation paradoxale », autrement dit le fait de devoir s’intégrer à un lieu de vie malgré soi. Claire Oger dit qu’un autre élément partagé par ces deux études fut la facilitation de la parole grâce au recours à l’entretien itinérant. A Coëtquidan comme aux Maisons, les enquêtés pouvaient en effet être réticents à s’exprimer au préalable de l’entretien tant l’exercice mener à se raconter soi. Troisième point commun aux deux études : les enquêtés ont nommé des lieux à soi, pour autant ceux de Coëtquidan et ceux des Maisons ne sont pas de même nature. Pour l’un, ces lieux où l’on aime à se retrouver seul pour méditer sont dans l’espace de l’institution, pour l’autre (aux Maisons), ils sont en-dehors. Quoi qu’il en soit, dans les deux études, les enquêtés ont dit de ces lieux combien ils avaient une puissance réconciliatrice ; dans ces moments vécus là, les personnes pouvaient renouer avec le fil de leur histoire, le sens du cours de leur vie.

Noël Quéré demande s’il est possible de généraliser les « lieux à soi ».

Claire Oger répond que cela est difficile, mais s’il est possible de constater une récurrence dans les deux enquêtes.

Francis Rembotte demande comment les enfants ont participés à cette enquête.

Claire Oger et Claire Beugnet reviennent sur la méthodologie employée pour susciter l’intérêt auprès des équipes, des enfants, et des familles et tuteurs légaux des enfants candidats à l’enquête. Claire Oger et Claire Beugnet insistent sur le fait que le groupe d’enquêtés a été constitué sur la base du volontariat.

Francis Rembotte observe que le groupe des enquêtés n’a pu, dès lors, être représentatif de l’ensemble des enfants et des jeunes de l’association. Francis Rembotte précise que des enfants et des jeunes ayant peut-être leurs lieux à soi n’ont pas désirés en parler – ce qui indiquerait qu’il faut une compétence spécifique ou une situation de stabilité émotionnelle pour confirmer l’existence de ces lieux.

Eric Legros dit que ces « lieux à soi » ont été désignés pour certains par des enfants alors en crise au moment de l’enquête. Eric Legros dit la grande importance de cet enseignement issu de l’étude : il y a une non adéquation entre la souffrance psychique et la capacité à penser par soi-même, sur soi-même.

V. Calendrier des prochaines réunions :

Les membres du Conseil scientifique fixent les dates des prochaines réunions de l’instance : le 26 avril 2019 de 10h à 13h ; le 4 juillet 2019 de 10h à 12h (assemblée plénière des Conseils et comités de pilotage) et le 5 juillet de 9h à 16h (colloque).

Eric Legros clôt la dix-huitième séance du Conseil scientifique.

Parution d’un premier texte présentant les résultats de l’étude sur les enfants des Maisons et leurs sentiments d’appartenance au territoire.

(Image illustrative : “ligne d’erre”, carte de trajets réalisée avec l’encouragement de Fernand Deligny, voir ici).

Après une première phase consacrée au mois de juillet 2015 par un premier groupe d’enfants à l’exploration des lieux d’attachement aux côtés de Claire Oger, Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication (Département de communication politique et publique, Université Paris Est-Créteil) et de Fleur Guy, docteure en géographie, un deuxième groupe s’est essayé en juillet 2016 avec Claire et Fleur à cet exercice. Un troisième groupe a itinéré lui aussi avec Claire et Fleur en juillet 2017.

A chaque fois, il s’agissait pour chaque enfant volontaire de rallier et de dire ses lieux d’attachement ou de détachement.

Pour plus d’informations sur cette étude, lire le chapitre “IV. Présentation d’actions/recherches organisées cette saison culturelle en nos Maisons”ici.

De cette étude pluriannuelle est paru en septembre 2018 un premier texte de Claire Oger, intitulé « L’endroit et l’envers, le centre et la lisière : couture des trajectoires et socialisation dans les entretiens itinérants ».

Découvrez la page de couverture de l’ouvrage dans lequel est publié ce texte :

couverture livre

Le texte, communiqué avec l’aimable autorisation de Claire Oger, est téléchargeable ici.

Évaluation du parcours des enfants et des jeunes depuis mai 2018

Ce mois de novembre 2018, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la troisième fois un outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  des Maisons :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune.

Les résultats, pour cette vague de novembre 2018, sont les suivants (71 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, les jeunes des studios et les jeunes du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 7.3.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 25.9.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 25,3.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 20.5.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 20,8.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (32,4).

“Le jeune et les liens familiaux” : La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant) (43.6).

“Le jeune et les soins” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (31).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante (28.1).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (56,3).

Nous mobiliserons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Publicisation des travaux des membres de nos Conseils (réactualisé au 23 octobre 2018)

Les travaux de Claire Oger (Sciences de l’Information et de la Communication), Patrick Bourdet (Parrain de notre association), Jean-Paul Demoule (Archéologie), Pierre Lemarquis (Neurologie), Olivier Martin (Sociologie), membres de notre Conseil de la Culture d’entreprendre ou de notre Conseil scientifique, sont valorisés par la communauté académique et les médias.

Nous réactualisons ce recensement au fil de la mise en ligne des communications permettant aux membres de nos Conseils d’exprimer leurs points de vue et analyses.

A propos de la façon dont les enfants de notre association se constituent des “lieux à soi” : Claire Oger, « L’endroit et l’envers, le centre et la lisière : couture des trajectoires et socialisation dans les entretiens itinérants » in Idelson, Bernard et Babou, Igor (dirs.), Lire des vies. L’approche biographique en lettres et en sciences humaines et sociales. Saint-Denis : Presses Universitaires Indiaocéaniques, 2018. Cliquez ici.

A propos d’être soi dans des mondes socioculturels dont on n’est pas issu : Patrick Bourdet, « Sortir du bois » in Jaquet, Chantal et Bras, Jacques (dirs.), La Fabrique des transclasses. Paris : Presses Universitaires de France, 2018. Cliquez ici.

A propos de la de l’état des savoirs sur le développement des civilisations : Demoule, Jean-Paul, Garcia, Dominique et Schnapp, Alain (dirs.) : Une histoire des civilisations, Paris : La Découverte. Cliquez ici.

A propos de la formulation des maladies mentales avant l’essor des sciences modernes : Pierre Lemarquis, in Cyrulnik, Boris et Lemoine, Patrick (dirs.), Histoire de la folie avant la psychiatrie. Paris : Odile Jacob, 2018. Cliquez ici.

A propos des liens sociaux numériques : Dagiral, Eric et Martin, Olivier, « Liens sociaux numériques », Sociologie, 1, vol. 8, 2017. Cliquez ici.

Compte-rendu de la réunion du 5 octobre 2018

Compte-rendu de la réunion du Conseil scientifique de l’association

« Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Boulogne-sur-mer

5 octobre 2018

Présents :

Claire Beugnet, directrice de l’association

Anthony, représentant des enfants et des jeunes de l’association

Eric Legros, président du Conseil scientifique de l’association

Olivier Martin, professeur des universités en sociologie, Université Paris Descartes

Patrick Miquel, précédent directeur de l’Enfance et de la Famille, Conseil départemental du Pas-de-Calais

Claire Oger, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Créteil

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association

Eric Parot, ingénieur physicien Schlumberger Ltd, précédent coordinateur France Fondation SEED

Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration de l’association

François Roy, artiste dramatique, metteur en scène

Anick Traguardi-Menet, représentante du personnel de l’association

Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration de l’association

Excusés :

Jean-Paul Demoule, professeur des universités émérite en archéologie, Université Paris 1

Jean-Louis Etienne, membre du Conseil d’administration de l’association

Fleur Guy, docteure en géographie

Pierre Lemarquis, neurologue, attaché d’enseignement d’éthologie à l’université de Toulon-La Garde

Invité :

Maki Suzuki, artiste designer

Maki Suzuki a dessiné les participants pendant cette réunion ; découvrez ces croquis :

Ouverture de la dix-septième séance du Conseil scientifique par Eric Legros, président du Conseil.

En raison de la longueur conséquente de ce compte-rendu, nous proposons pour chaque partie de cliquer sur des fenêtres dynamiques permettant de faciliter le trajet de lecture.

I. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes :

Emmanuel Paris présente les résultats du traitement statistique des réponses formulées par les enfants et les jeunes de l’association au questionnaire portant sur le programme culturel « L’aventure de la vie ».

II. Présentation de la saison culturelle 2018-2019 :

Les membres du Conseil analysent différentes actions culturelles programmées cette saison. On trouvera en particulier dans cette partie une présentation détaillée par Eric Legros d’une nouvelle exposition conçue à l’attention des enfants et des jeunes et portant sur l’apprentissage du droit.

III. Présentation de la résidence art / science 2019  :

Autre action culturelle programmée cette saison, la résidence art / science 2019 soutenue par le programme « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France et par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France sera réalisée par Maki Suzuki.

IV. Lecture commentée de l’article « Quand les liens familiaux s’appuient sur les médias socionumériques. Approche sociojuridique des relations familiales au sein de la protection de l’enfance » :

Olivier Martin présente le texte :

V. Lecture commentée de l’ouvrage « Le massacre des innocents. Les Oubliés de la République » :

Patrick Miquel présente le texte :

VI. Questions annexes :

Francis Rembotte informe les participants que la Fondation de France développe un nouvel outil de soutien appelé « Bourse aux associations », dont on trouvera le contenu ici.

Emmanuel Paris informe les participants que, dans le cadre de l’anniversaire des cinquante ans de la Fondation de France, l’association accueillera en octobre 2019 un concert piano de musique classique.

Les prochaines réunions du Conseil scientifique auront lieu les vendredi 25 janvier et 5 avril 2019, de 10h à 13h. L’assemblée plénière des Conseils et comités de pilotage aura lieu le jeudi 4 juillet 2019, de 10h à 12h. Le colloque aura lieu le vendredi 5 juillet 2019, de 9h à 16h.

Eric Legros clôt la dix-septième séance du Conseil scientifique.

Bilan de la saison 2017-2018 de notre programme culturel “L’aventure de la vie”

En raison de la longueur conséquente du rapport final, nous proposons un résumé des résultats du référentiel faisant bilan de la saison 2017-2018.

Bilan de la saison culturelle 2017-2018

(incluant celui des Journées d’Enfance 2018)

I. Evolution du contexte :

Les objectifs du programme « L’aventure de la vie » sont :

  1. Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis.
  2. Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire.
  3. Faire de l’enfance la question de tous.

Ces objectifs font réponse aux besoins identifiés ci-après par l’institution :

– Besoins partant de l’objectif assigné par la Nation à l’Aide Sociale à l’Enfance :

Il s’agit notamment d’aider les enfants et les jeunes à exercer pleinement, une fois devenus adultes majeurs, leurs droits et leurs devoirs de citoyens. Notre institution veut leur donner une identité culturelle, des compétences à revendiquer pour y parvenir ;

– Besoins partant des enfants et des jeunes de notre institution :

Leurs difficultés s’expliquent en partie par leur environnement culturel. Les jeunes de notre institution manquent de repères et de connaissances culturelles pour s’ouvrir au monde et trouver une place dans la société. Notre institution veut assumer ce travail éducatif ;

– Besoins partant du territoire dans lequel agit l’institution :

Le problème de l’environnement culturel est le même dans la majorité des familles boulonnaises, qui profitent peu de l’offre culturelle du territoire. Le programme « L’Aventure de la vie » vise à dynamiser l’accès à la culture dans le territoire, y compris au-delà de l’espace de l’institution.

La structuration du programme pluriannuel et pluridisciplinaire « L’aventure de la vie » est développée pour répondre aux objectifs précités.

Cette structuration est composée d’ateliers obligatoires bi-hebdomadaires pour chaque Maison de culture de notre institution ; de spectacles programmés mensuellement dans notre espace culturel : « Le café-théâtre Michel Lafond » ; de partenariats avec des opérateurs locaux et nationaux de l’action culturelle, de formations en interne destinées à cultiver la créativité, l’ingéniosité, la sociabilité ; de séjours immersifs de deux à trois mois à l’étranger ainsi que d’un festival de plusieurs jours dans le territoire, programmé chaque année aux alentours du 2 juillet, avec notamment l’organisation d’un colloque et d’un spectacle.

Le présent rapport narratif final concerne la période allant de septembre 2017 à juillet 2018.

Du point de vue de la gouvernance du programme « L’aventure de la vie », le Conseil de la Vie Sociale, le Conseil scientifique, le Conseil de la Culture d’entreprendre, les Comités de pilotage des partenariats culturels et les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène du spectacle et la direction sont des instances mises en place par l’institution depuis quatre ans pour accompagner et orienter sa mise en œuvre.

Ces instances associent systématiquement les enfants et les personnels aux activités et prises de décision : ils ont des représentants statutaires pour chaque instance, exceptées les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène et la direction. Les parents et tuteurs légaux sont représentés quant à eux par des membres élus dans le Conseil de la Vie Sociale. Les institutions culturelles partenaires du programme « L’aventure de la vie » participent aux réunions des comités de pilotage.

Cette volonté de renforcer les outils institutionnels pour piloter « L’aventure de la vie », en élargissant le périmètre des parties prenantes aux prises de décision et en augmentant la périodicité des réunions, a permis d’assurer la cohésion du dispositif en accord avec les trois objectifs précités en introduction.

Ainsi et à titre d’exemple, les enfants et les jeunes de notre institution ont-ils pu participer à peine deux semaines après la reprise de leurs ateliers bi-hebdomadaires, aux activités culturelles suivantes :

  • Accrochage des œuvres prêtées par le FRAC Grand Large Hauts-de-France au « pigeonnier » espace d’exposition de notre association le 27 septembre 2017 ;
  • Concerts du festival de musiques actuelles « Poulpaphone » organisé à Boulogne-sur-mer par la Communauté d’Agglomérations du Boulonnais (les 29 septembre et 30 septembre 2017) ;
  • Conférence du jeudi avec Bernardino Torres, philosophe, le 5 octobre 2017 ;
  • Atelier archéologique mensuel en partenariat avec l’INRAP et « Les Calchophore » le 11 octobre 2017 ;
  • Atelier physique / chimie en partenariat avec la Fondation SEED et l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de la Ville de Paris le 17 octobre 2017 ;
  • Spectacle « La Caribou volant » au Café-théâtre Michel Lafond, espace scénique de notre association (les 17 et 18 octobre 2017) ;

Les séquences janvier-mars 2018 et juin-juillet 2018 sont deux autres exemples remarquables de notre point de vue, illustrant cette capacité institutionnelle à intégrer les actions artistiques et culturelles dans un calendrier restreint. Nous ferons état dans le détail de ces activités dans la partie ci-après.

II. Analyse du public bénéficiaire de l’action :

Par public, nous comprenons toute personne ayant été en contact direct avec le programme « L’aventure de la vie ». Outre les enfants et les personnels de l’institution, nous incluons aussi et par conséquent les intervenants et organisateurs des manifestations, ou bien les passants dans l’espace public au sein duquel un événement est organisé, même ceux qui n’ont fait que regarder.

Cette approche est inspirée de la définition écomusée / musée de société Fédération française écomusées et musées de société :

« L’écomusée est un espace public, il réunit des hommes et des femmes autour de projets sociétaux pour le territoire et ses habitants. Cet espace ouvert et permanent ouvre au débat les questions liées aux projets et s’enrichit de toutes les expertises. Cet espace est investi par des publics : acteurs, agents, visiteurs, membres d’une communauté territoriale ou d’activité.

Les projets sociétaux sont construits et mis en œuvre par des agents (salariés) et des acteurs (philanthropes). Ces projets prennent appui sur les patrimoines naturels, culturels, matériels et immatériels pour développer le territoire et ses activités. Ces patrimoines s’épanouissent grâce aux activités de recherche et de médiation. Ces projets permettent de maintenir et de générer du lien entre les publics, mais aussi de collecter, de conserver et de partager les patrimoines. Ces projets requièrent des moyens humains, matériels et financiers. Leur concrétisation peut prendre des formes multiples allant d’outils de médiation, de communication ou de diffusion à des réalisations économiques. L’écomusée est un   processus ; les hommes et les projets peuvent changer en fonction des évolutions du territoire. »

(Proposition de définition d’un écomusée et musée de société, Fédération des écomusées et musées de société, 27-28-29 mars 2008, Marquèze).

Les termes soulignés montrent l’idée fondamentale des Maisons en tant qu’actrices publiques et citoyennes, espace d’expérimentations sociales et culturelles, qui mettent en œuvre des processus de recréation et de création nouvelle de filiations, qui permettent d’inscrire les futurs adultes de l’institution dans l’espace public, l’ordre social tels qu’ils sont, mais aussi dans des espaces publics, des ordres sociaux du territoire reformulés, réinventés.

Dans un décompte chiffré des actions réalisées entre septembre 2016 et juillet 2017, les résultats sont les suivants :

Actions culturelles programmées dans et hors l’institution :

Entre septembre 2017 et mai 2018, sept spectacles ont été organisés dons notre espace culturel, le « café-théâtre Michel Lafond », salle permettant l’accueil de 70 spectateurs. Chaque spectacle a été vu par les enfants et les personnels de l’institution, et à chaque venue de la compagnie professionnelle pour présenter son spectacle, le ou les artistes ont partagé pendant une heure le mercredi avec les enfants du Centre de Jour des savoirs, savoirs faire et savoirs être relavant de la création théâtrale, de l’art de jouer un autre que soi.

Programmation de ces spectacles, mois après mois (les chiffres sont ceux des participants en interne, et, si la manifestation s’y prête, les participants n’ayant pas de lien direct avec notre association) :

  • Mardi 17 et mercredi 18 octobre 2017 : « Le caribou volant », comédie musicale. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 21 et mercredi 22 novembre 2017 : « Si j’étais un arbre », comédie sociale. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 12 et mercredi 13 décembre 2017 : « Turista », comédie mime. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 23 et mercredi 24 janvier 2018 : « e-non-sens », danse contemporaine. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 7 et mercredi 8 février 2018 : « Oscar et la dame rose », tragédie. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 13 et mercredi 14 mars 2018 : « Des rêves dans le sable », pièce de théâtre mobilisant un système de vidéoprojection montrant en direct la création d’oeuvres. 80 enfants, 70 adultes.
  • Mardi 17 et mercredi 18 avril 2018 : « Francis Frantz », tragicomédie. 80 enfants, 70 adultes.

On trouvera le détail de cette programmation sur notre site Internet, ici.

Les manifestations culturelles organisées en dehors de notre espace associatif et auxquelles ont participées ou assistées des maisons de culture de notre institution sont, sans soucis d’exhaustivité et à titre d’exemples :

  • 29 et 30 septembre 2017 : concerts proposés dans le cadre du Festival de musiques actuelles « Le Poulpaphone » organisé par la Communauté d’Agglomérations du Boulonnais (CAB). 40 entrées gratuites ont été distribuées aux enfants et aux adultes dans le cadre d’un partenariat avec la CAB. 9000 spectateurs (chiffre communiqué par le service « Culture » de la CAB) ;
  • D’octobre à novembre 2017 : organisation d’un cycle d’ateliers d’écriture grâce au financement accordé par la DRAC Hauts-de-France : 13 enfants, un adulte (Bernard Sultan, écrivain) ;
  • 8 novembre 2017 : Animation de la « Journée territoriale des Droits de l’enfant » organisée par la MDS de Boulogne-sur-mer à « la Faïencerie », salle de spectacle de Boulogne-sur-mer (80 enfants, 50 adultes). 450 visiteurs (chiffre communiqué par le Conseil départemental du Pas-de-Calais) : 75 % sont des enfants des centres de loisir des communes du boulonnais ; 10% sont des moniteurs des centres de loisir ; 15 % sont des parents accompagnant leurs enfants ;
  • 9 novembre 2017 : pièce de théâtre « « L’Homme de Paille » de Feydeau et autres friandises… » programmée au RollMops Théâtre (commune de Boulogne-sur-mer) ; 15 enfants, 5 adultes.
  • 27 janvier 2018 : Vernissage de l’exposition « Trait d’union » et prestation des Maisons pour honorer cette inauguration (80 enfants, 20 adultes, représentants du Conseil d’administration du FRAC Grand-Large Hauts-de-France et de la direction de l’établissement culturel). Cette exposition, programmée jusqu’au 4 septembre 2018, a été visitée par 14 243 personnes (chiffre communiqué par la billetterie du FRAC) ;
  • 11 avril 2018 : Exposition des créations en arts plastiques de la Maison Vive et du Centre de Jour à partir des œuvres exposées au Musée de Boulogne-sur-mer et prestation des Maisons pour honorer cette installation expographique (80 enfants, 20 adultes, représentants de la direction de l’établissement culturel et visiteurs du Musée) ;
  • 14 avril 2018 : en présence de Madame et Monsieur Tuchbant, créateurs de la Fondation « Le Marchand de sable », de Madame Anne Bouvier, responsable des Fonds Individualisés et des Programmes Culture et Education de la Fondation de France, de cinquante-quatre habitants des quatre villages de la vallée (sur deux cents habitants recensés), les enfants et les jeunes du Centre de Jour ont présenté pendant 45 minutes l’invention de leur spectacle, intitulé « Les Ch’tis Cirque » (commune de Stazzona – La Forge, en Corse) ;
  • 29 mai 2018 : les enfants et les jeunes de la Maison de la Musique ont présenté aux enfants du Centre de loisirs de Forges-les-eaux, Normandie) leur créations musicales dans le cadre du festival permanent de Forges-les-eaux (7 enfants, deux encadrants adultes, représentant de la direction du festival et quarante enfants du centre de loisirs de Forges-les-eaux).

Ratio du nombre de projets institutionnels (insufflés par la direction) par rapport au nombre de projets proposés par les équipes éducatives des Maisons :

127 actions culturelles ont été recensées durant la saison 2017-2018. Ces actions culturelles comprennent y compris les réunions des Conseils de l’institution (Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique, Comités de pilotage thématiques) car elles y font participer directement les enfants et les jeunes, correspondant en cela à l’un des principes de notre politique de développement culturel.

Sur ces 127 actions, plus d’un tiers (49) a été porté par les Maisons, le reste (78) par la direction.

Cette comptabilisation est biaisée par le fait que seules les actions communiquées par les équipes pour mise en ligne sur le site Internet ont été prises en compte dans ce calcul ; des actions ont lieu mais ne sont pas relatées sur le site Internet. Le nombre d’actions culturelles portées par les Maisons est de ce fait supérieur au chiffre référence ; le ratio devrait dans l’absolu et par conséquent être proche de la parité.

Ateliers bi-hebdomadaires :

Chaque Maison de culture de notre institution organise dans la semaine des ateliers artistiques et culturels. Outre celle des professeurs d’atelier, la présence des enfants et de membres de l’équipe éducative y est obligatoire. Les enfants sont âgés de 6 à 18 ans.

  • Centre de Jour (atelier le lundi, de 13h30 à 15h30 et le jeudi, de 9h30 à 12h30) : 15 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le jeudi matin, activité théâtre sous l’égide de Frédérique Sauvage, le lundi après-midi, activité arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre.
  • Maison de la Danse (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : danses, chorégraphies de groupe réalisées sous l’égide de Marine Vigneron.
  • Maison des Découvreurs (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le lundi, activités nautiques, musculation réalisées dans les locaux du Boulogne Canoë Kayak (BCK) de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jérôme Hoyer dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association ; le jeudi, canne française dans les locaux du « Center training » de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jacques Demagny et de Yann Pochet dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association.
  • Maison de la Musique (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : apprentissage du solfège, composition et interprétation de créations musicales sous l’égide de Matthieu Scarpa.
  • Maison du Sport du Bien-être (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), deux professeurs d’atelier en alternance. Contenu de l’atelier : le lundi et le jeudi, activités sportives (sports collectifs) sous l’égide de l’équipe de la Maison (éducateurs sportifs).
  • Maison du Théâtre et du Cirque (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 12 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : activités circassiennes (jonglerie, équilibrisme) sous l’égide de Romuald Pierru.
  • Maison Vive (le mardi, de 17h à 19h et le mercredi, de 17h à 19h) : 4 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le mardi en fin d’après-midi, atelier sports sous l’égide de Jacques Dufrenne et le mercredi en fin d’après-midi, atelier arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre ;

Nombre de participants à ces ateliers :

En octobre 2017, 78 jeunes sont recensés dans les Maisons organisant au moins un atelier hebdomadaire obligatoire en arts, lettres, sciences, sports tout au long de la saison culturelle (du mois de septembre au mois de juillet de l’année suivante).

Pourcentage de néophytes dans l’activité artistique proposée :

Sur ces 78 jeunes, 15 sont néophytes, soit 19.2 % de cet effectif. Par néophyte, on désigne le jeune qui n’a pas pratiqué le contenu d’atelier de la Maison lors de la saison culturelle précédente.

Degré de mixité des participants :

Sur ces 78 jeunes, 25 sont des filles, soit 32.05 % de cet effectif.

  • Résidence art / science 2018 :

L’association a été sélectionnée par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France pour organiser en 2017, 2018 et 2019 une résidence croisée art / science. La deuxième édition de cette résidence a débuté le 8 janvier 2018 et s’est achevée le 18 mars 2018. L’artiste verrier Marion Fillancq et l’archéologue Vincent Lascour ont été sélectionnés. Les deux lauréats ont invité pour la réalisation de cette action culturelle Isabelle Berteletti, musicienne et Aurélie Legras, photographe.  L’ensemble des enfants ainsi que des personnels ont participé aux créations générées pendant cette résidence, c’est-à-dire 80 enfants et 70 adultes. On trouvera le détail des œuvres créées durant cette résidence ici.

  • Festival annuel « Journées d’Enfance » :

Notre décompte du public des « Journées d’Enfance 2018 » journée d’animation après journée d’animation est le suivant (On trouvera le contenu de notre festival (images, textes, pdf) sur notre site Internet, ici.

  1. Mercredi 27 janvier 2018 (manifestation publique) : vernissage de l’exposition « Trait d’union » au FRAC Grand Large Hauts-de-France à Dunkerque : 70 enfants, 20 adultes. Cette exposition a été ouverte au public jusqu’au 4 septembre 2018. Le FRAC nous a communiqué le chiffre de 14 243 visiteurs ;
  2. Vendredi 29 juin 2018 (manifestation publique) : organisation de la joute nautique sur les bords de la Liane, à Boulogne-sur-mer : 60 enfants, 40 adultes. Remise des médailles avec le soutien du service des sports du Conseil départemental ;
  3. Lundi 2 juillet 2018 (manifestation organisée en interne) : « Les grandes tables de la ferme », rassemblement de la communauté éducative et retrouvailles avec les anciennes et les anciens de l’institution : 75 enfants, 100 adultes ;
  4. Jeudi 5 juillet 2018 (manifestation organisée en interne) : réunion plénière du Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifi­que et comités de pilotage du programme culturel : 4 jeunes (représentant les enfants et les jeunes de l’institution dans les différentes instances), 30 adultes ; spectacle « L’enfant arc-en-ciel » : 90 enfants, 350 adultes : 25 % sont les parents des jeunes sur scène, accueillis par l’association, 50 % sont les membres du personnel de l’association, 20 % sont des amis de l’association (intervenants extérieurs, amis…), 5 % sont des membres du Conseil d’Administration de l’association, 5 % sont des représentants des services sociaux du département.
  5. Vendredi 6 juillet 2018 (manifestations publiques) : colloque « Trait d’union » : 120 adultes.  80 % sont les membres du personnel de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », 5 % sont des étudiants des instituts de formation locaux du champ professionnel, 5 % sont des représentants des Maisons des Solidarités du territoire, 10 % sont les intervenants du colloque ; « chroniques de nos maisons », film de la saison 2017-2018 réalisé par notre réalisatrice audiovisuelle et montrée aux enfants et aux équipes au café-théâtre Michel Lafond (70 enfants, 20 adultes).

III. Relations avec les partenaires du projet :

Durant la période couverte par ce rapport final, de septembre 2017 à juillet 2018, neuf partenariats avec des institutions culturelles sont en activité :

  • pour le pôle muséographique, trois partenariats (Fonds Régional d’Art Contemporain Grand Large Hauts-de-France, Musée du Louvre-Lens et Musée de Boulogne-sur-mer) ;
  • pour le pôle scientifique, quatre partenariats (pour l’archéologie : association d’archéologie expérimentale « Les Chalcophore », Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) ; pour la physique-chimie : Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielle de Paris et Fondation SEED (Schlumberger Excellence in Education Development)) ;
  • pour le pôle sportif, deux partenariats (le Boulogne Canoë Kayak (BCK) et le « Training Center »).

Durant la saison 2017-2018 16 réunions ont été organisées en présence des institutions culturelles partenaires de notre association.

Les comités de pilotage « international », « communication », « muséographie, « patrimoine » et « sciences » se sont réunis chacun à 3 reprises durant la saison culturelle 2017-2018. La réunion plénière, organisée le 5 juillet 2018, a rassemblé l’ensemble des partenaires de notre institution, ainsi que des invités d’institutions culturelles avec lesquelles nous développerons de nouveaux partenariats durant les saisons à venir.

S’agissant des budgets alloués par les institutions partenaires, nous pouvons faire part d’observations significatives à leur propos. Ainsi avons-nous constaté l’enrichissement de la convention triennale 2015-2018 avec l’INRAP d’un accord pour la mise en disponibilité de l’archéologue Vincent Lascour entre le 8 janvier et le 12 mars 2018 – permettant de la sorte sa participation pleine et entière à la réalisation de la résidence art / science 2018. Nous avons aussi pu bénéficier d’un planning soutenu d’ateliers proposés par les services des publics des institutions du pôle muséographique entre octobre 2017 et mai 2018, un doublement de la valeur des œuvres prêtées par le FRAC pour l’exposition permanente dans notre espace dédié, un triplement de la durée de l’exposition réalisée par les enfants et programmée dans l’espace d’exposition principal du FRAC (200 mètres carrés mis à disposition). La DRAC Hauts-de-France a par ailleurs permis l’organisation d’un cycle d’ateliers de 7 séances dédié d’octobre à novembre 2017 à l’apprentissage de l’écriture créative pour des enfants de chaque Maison.

Pourcentage de comités de pilotage dans lequel les enfants sont représentés :

On trouvera le contenu des comptes-rendus des réunions des comités de pilotage organisées durant la saison 2017-2018 ici.

Sur les 16 réunions organisées au total, 70 % ont parmi leurs participants des enfants et des jeunes de l’institution.

Notre objectif est d’atteindre le chiffre de 100 %, mais nous sommes dépendants de la disponibilité des enfants et des jeunes, dont l’emploi du temps scolaire n’est pas forcément compatible avec les horaires des réunions de comité de pilotage.

Pourcentage de partenaires prêts à reconduire le projet ou un autre projet avec le porteur de projet :

En comparant les relevés de présence des comptes-rendus des comités de pilotage de la saison culturelle 2017-2018 et ceux des comptes-rendus de la première réunion des comités de pilotage de la saison culturelle 2016-2017, 100 % de nos partenaires ont donc reconduit le projet avec notre institution.

Relations avec les Fondations :

Aux neuf partenariats existants s’ajoutent une relation privilégiée de soutien à la réalisation des actions culturelles de l’association de la part de trois fondations : la Fondation Auchan sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Sopra Steria / Institut de France.

Nous avons pu, avec leur soutien, activer le programme d’actions numériques pluriannuel intitulé « Fab Lab des Maisons », lequel sera inauguré au premier trimestre 2019.

IV. Analyse des conditions de mise en œuvre :

L’intensité des actions culturelles programmées durant la période couverte par ce rapport final est élevée. On trouvera sur notre site pour s’en rendre compte le détail de ce calendrier, mois après mois, ici.

Malgré cette fréquence des activités, bien qu’aussi parfois les demandes des partenaires présentèrent des jeux de contraintes inhabituels, nous n’avons pas constaté de difficultés particulières aussi bien en terme d’effectifs disponibles, de compétences à mettre en œuvre, de coordination dans le processus de conception et de réalisation, d’implication dans l’acte à accomplir, de moyens matériels à mobiliser ou de collaboration avec les partenaires concernés.

Nous analysons cette « routinisation » de l’activité culturelle par le développement et la sophistication des outils institutionnels mis en place pour piloter le programme « L’aventure de la  vie » (voir à ce sujet la description des instances explicitée dans la partie I. « Evolution du contexte »), ainsi que d’une expérience conséquente, acquise au fil de ses quatre années d’existence en tant que matrice stratégique de notre projet institutionnel.

Cette volonté d’améliorer régulièrement les moyens de l’analyse et de l’amélioration du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » explique une initiative prise à l’automne 2017.

Pour répondre à la demande du Conseil d’administration de notre association et du Conseil départemental, la prise en compte du point de vue des éducatrices et éducateurs à propos des interactions de l’activité culturelle avec d’autres registres de leur travail quotidien avec les enfants et les jeunes a été organisée par la réalisation d’un outil évaluatif spécifique. Un questionnaire à choix multiples a été expérimenté par les équipes éducatives en novembre 2017 lors des « Documents individuels de Prise en Charge » (DIPC, point à 6 mois réalisé par chaque Maison pour chaque enfant et jeune du lieu de vie), puis en mai 2018, lors du second DIPC de cette saison culturelle. L’outil sera utilisé à nouveau durant les DIPC de la saison culturelle 2018-2019. L’objectif est de formuler des informations statistiques affinant au cas par cas les relations entre scolarité, liens familiaux, soins, savoir-être dans et hors la Maison et activité culturelle.

On trouvera les résultats des vagues évaluatives de novembre 2017 et mai 2018 ici et ici.

V. Impacts et valorisation du projet :

S’agissant des indicateurs et outils formalisés au préalable de notre saison culturelle, notre évaluation est d’emblée positive.

  • Pour l’objectif « Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis », les enfants et les jeunes de l’association s’exprimant à propos du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » à l’occasion du questionnaire proposé pour la troisième année consécutive, ont systématiquement valorisé les effets positifs en terme de capabilité, d’estime de soi, d’intégration dans un collectif au service d’un projet commun. On trouvera les résultats du questionnaire 2017-2018 ici .
  • Pour l’objectif « Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire », la liste des projets culturels dont fait systématiquement part notre site Internet depuis le début de notre saison culturelle 2017-2018 indique l’intensité de la dynamique culturelle de notre institution en direction du territoire ;
  • Pour l’objectif « Faire de l’enfance la question de tous », la liste des partenariats culturels explicitée dans la partie III. du présent rapport ainsi que les comptes-rendus des réunions systématiquement du Conseil de la Culture d’entreprendre, du Conseil scientifique et du Conseil de la Vie Sociale mis en ligne sur notre site Internet depuis le début de la saison culturelle 2017-2018, indiquent la grande diversité des parties prenantes intéressées aux thèmes et problématiques portées par le programme « L’aventure de la vie » et à sa mise en œuvre au quotidien par notre institution. On trouvera le détail de ces comptes-rendus ici.

Nombre de réunions organisées par des acteurs du champ (état, conseil général, ONG /associations) pour présenter la politique culturelle des MECOP :

Durant la saison 2017-2018, une manifestation organisée par des acteurs du champ et hors champ ont permis à notre institution de présenter le programme « L’aventure de la vie ».

En janvier 2018, M. Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association, a participé au rassemblement national organisé par le secrétariat d’Etat à la culture numérique et par la Fondation Sopra Steria sous l’égide de l’Institut de France pour présenter le programme culturel et ses développements technologiques.

VI. Continuité du projet :

Notre programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » est pluriannuel. Formulé en 2004, il constitue la matrice de notre projet d’établissement 2014-2019. Le Conseil départemental du Pas-de-Calais constitue le financeur de ce projet d’établissement, et par conséquent est le financeur principal du programme éducatif et culturel.

Nous candidatons cependant régulièrement aux appels à projet thématisant la démocratisation culturelle, l’accès à la culture, de la part des collectivités territoriales (en 2013, appel à projets « Culture à partager 2014 » de la Région Nord Pas-de-calais ; en 2014, appel à projet « Culture à partager 2015 » de la Région Nord Pas-de-Calais) et de la part de fondations privées (en 2013, appel à projets « Enfance et Culture 2013 » de la Fondation de France ; en 2014, appel à projets « Enfance et Culture 2014 » et appel à projets « Arts et Territoire 2014 » de la Fondation Daniel et Nina  Carasso ; en 2016 : appel à projets « Fondation Auchan ensemble pour la jeunesse » et, pour la Fondation Daniel et Nina Carasso, présentation sur sa demande d’un programme d’actions triennal ; dotation accordée par la Fondation Sopra Steria / Institut de France pour le développement d’un Fab Lab, soutien de la Fondation de France dans le cadre du programme « Les nouveaux commanditaires »).

Nous considérons en effet que ces soutiens issus de collectivités territoriales tierces du Conseil départemental du Pas-de-Calais, et de fondations privées aux rayonnements national et international, participent de l’un des objectifs précité : « Faire de l’enfant la question de tous ».

Les documents demandés par ces prestataires d’appel à projets locaux, nationaux, et internationaux pour formaliser chaque année l’évaluation des actions entreprises dans le cadre de ces dotations, permettent par exemple à notre institution d’acquérir des compétences en matière d’intégration de la culture dans le champ de la protection de l’enfance.

Ces soutiens sont par ailleurs autant de marques de reconnaissance de la qualité de notre programme éducatif et culturel, marques de reconnaissance auxquelles sont sensibles en interne nos équipes éducatives, nos intervenants artistiques et culturels, les institutions culturelles partenaires, et en externe, notre financeur principal ; le Conseil départemental du Pas-de-Calais.

Nous continuerons par conséquent à rechercher le lien avec ces institutions tierces, productrices d’appels à projets, dans les années à venir.

VII. Valorisation du projet :

S’agissant de la valorisation de la saison culturelle 2017-2018 du programme « L’aventure de la vie » :

En interne :

L’association a créé au printemps 2014 une webradio, écoutable par chaque enfant et jeune de l’association sur une fréquence Internet dédiée. Cette webradio programme notamment des reportages réalisés par les enfants et les jeunes à propos des ateliers artistiques et culturels, ainsi que durant les événements (spectacles durant l’année, festival « Journées d’Enfance »).

Un papier à en-tête est utilisé par l’institution depuis deux ans dans ses interactions avec toutes parties prenantes. Ce document fait apparaître les logos de l’ensemble des soutiens et partenaires des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale.

Un autre outil communicationnel papier a été développé : une lettre d’information trimestrielle destinée aux parents et tuteurs légaux des enfants et des jeunes de l’institution. « Lettres de mes maisons » se présente sous la forme d’un feuillet de format A3, et sa mise en page privilégie l’image, avec une phrase la commentant. Cinq blocs image / texte constituent cette lettre ; ils informent les lecteurs d’actions culturelles réalisées par les enfants et les jeunes durant le trimestre écoulé. Ce document a pour objectif de routiniser le lien entre l’institution et les parents et tuteurs légaux sous un mode autre que la seule relation administrative ou éducative, et ainsi tenter d’augmenter les probabilités que les parents et tuteurs légaux se déplacent dans les nouveaux espaces culturels investis dorénavant par les enfants et les jeunes (les musées, les centres d’art contemporain, les places publiques des communes dans lesquelles existe l’institution).

En externe :

L’utilisation des NTIC et des réseaux sociaux est favorisée ; site Internet de l’association ; blogs des différentes maisons (sur la même adresse, cliquer sur les icônes correspondant à chaque maison des enfants de la culture). Des films sont systématiquement tournés sur la vie culturelle de l’association, puis mis en ligne. Les comptes-rendus des réunions du Conseil de la Vie Sociale, du Conseil scientifique et des comités de pilotage sont systématiquement publiés sur le site Internet.

Une newsletter électronique composée de la lettre de notre directeur – laquelle s’exprime bien souvent sur le programme éducatif et culturel, ainsi que les activités en cours de réalisation au sein des Maisons de culture de notre Institution, est adressée tous les trois mois à plus de six cents destinataires issus de différents mondes sociaux (services de l’Aide Sociale à l’Enfance ; institutions des arts, de la culture et du patrimoine ; universités, etc.).

La presse locale, les médias associatifs et les médias généralistes nationaux ont communiqué à plusieurs reprises à propos de notre programme éducatif et culturel, voir sur notre site Internet le recensement de ces articles ici.

Outils : site internet, réseaux sociaux, webradio, fanzine, programme, dossier de presse, communiqués, chroniques vidéo, communication de rue (la roulotte).

S’agissant de la capitalisation de la saison culturelle 2017/2018 du programme « L’aventure de la vie » :

L’ensemble des activités éducatives et culturelles de cette saison a été chroniqué mois après mois sur notre site Internet. Il est de même pour les saisons culturelles précédentes.

Une plaquette présentant dans le détail des activités de la vie quotidienne des Maisons en relation avec le programme « L’aventure de la vie » est remise à l’enfant dès la commission d’admission, c’est-à-dire la première fois que l’enfant découvre notre institution et, si le comité de direction la valide, l’intégrera peu après.

Le nouveau règlement de vie des Maisons de culture de notre institution, co-réalisé par la direction, les chefs de service et le Conseil de la Vie Sociale, a intégré durant le premier semestre 2015 la culture en tant que référence éducative incontournable. Les ateliers bi-hebdomadaires continueront d’être obligatoires pour tous les enfants et les jeunes de l’institution, et une absence intentionnelle et répétée à l’un des ateliers artistiques et culturels constatée par l’équipe éducative doit être signalée à la direction.

VIII. Suite du projet :

Trois axes de développement, sous-tendus par les trois objectifs énoncés dans le présent document, constitueront notre effort institutionnel afin de compléter notre offre éducative et culturelle en direction des enfants et des jeunes.

Premier axe (objectif : Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis) : nous voulons développer le goût pour la lecture, l’écriture auprès des jeunes de notre institution. Nous travaillons en ce sens à valoriser un résultat non prévu positif se manifestant lors de la saison 2017-2018. Madame Laurène Bricout, chargée de mission en action culturelle pour les territoires boulonnais et montreuillois du Conseil départemental, nous a proposé l’organisation d’un cycle d’ateliers à l’attention des enfants des Maisons, ainsi que de la programmation d’un spectacle théâtral, à propos de l’accueil des jeunes mineurs isolés étrangers. Un second développement en cours de réalisation consiste en la création d’un réseau de parrainage. Notre Conseil de la Culture d’entreprendre a formulé une première version, appelée à être enrichie, de la charte posant les cadres d’une politique de parrainage pour les enfants et les jeunes des Maisons :

  1. La personne ressource (la marraine ou le parrain) :

L’association n’attend pas d’elle qu’elle se substitue au travail des équipes éducatives de l’association, mais agisse en complément. Cette personne doit être disponible pour conseiller l’enfant, l’ouvrir à des horizons culturels et sociaux qu’il ne connaît pas et sont autant de points d’appui pour son grandissement, l’accompagner sur la voie de l’insertion professionnelle fort d’une qualité d’écoute pour l’éclairer sur les problématiques des métiers visés ;

  1. Pour qui ? (la filleule ou le filleul) :

Tout enfant âgé de quinze ans accueilli ou suivi par l’association et motivé pour être accompagné par une marraine ou un parrain jusqu’à son premier emploi. Cet engagement de l’enfant est basé sur le volontariat.

  1. Pourquoi ? :

La marraine ou le parrain accompagne d’année en année la filleule ou le filleul pour l’éveiller aux métiers qu’elle/il pourrait réaliser (rôle d’aiguillon pour mobiliser ou remobiliser l’enfant en terme d’ambition scolaire), l’aider dans les démarches d’orientation scolaire et professionnelle, l’accompagner dans la recherche d’un premier emploi.

Cette charte sera présentée en janvier 2019 au Conseil d’administration de l’association pour validation. Nous bénéficions du conseil de la Fondation « Un avenir ensemble », qui régit depuis plusieurs années une politique de parrainage portée par les récipiendaires de la Légion d’honneur, pour parfaire ce protocole.

Deuxième axe (objectif : Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire) : nous voulons élargir notre rayonnement culturel. Nous travaillons à valoriser en ce sens un résultat imprévu positif lors de la saison culturelle 2017-2018. La Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France nous a recommandé auprès d’un cabinet de médiation en art contemporain appelé « Art connexion », considérant les valeurs communes motivant les raisons d’agir de nos entités institutionnelles respectives.

Ce cabinet de médiation est par ailleurs mandé par la Fondation de France pour conseiller son programme pluriannuel appelé « Nouveaux commanditaires ». Le jury de ce programme a retenu le projet culturel co-rédigé avec « Art connexion », et portant sur l’édification d’une œuvre artistique monumentale sur le site du « Petit déjeuner sous l’herbe », action archéologique co-construite avec les enfants de l’association le 2 juillet 2010. Un artiste, Maki Suzuki, rencontre notre communauté éducative au deuxième semestre 2018 afin de nous formuler des propositions, avec l’objectif que cette œuvre artistique soit inaugurée le 2 juillet 2019.

Troisième axe (objectif : Faire de l’enfance la question de tous) : nous voulons nous enrichir des recherches sur la philosophie du droit en mobilisant pour cela les ressources mises à la disposition de la société française par le Défenseur des droits. Fort de l’inscription au réseau ressources « Educadroit », des ateliers de parole avec les enfants seront développés durant la saison 2018-2019 à l’attention de nos équipes éducatives, avec l’objectif d’une programmation pluriannuelle.

Note de rentrée Saison culturelle 2018-2019

Le thème de la saison culturelle de cette année 2018-2019 est : « Y’a d’la joie ! ».

Jeudi 5 juillet 2018. Des enfants et des jeunes de notre association ressortent de la salle de spectacle au terme d’une heure trente de prouesses et de beautés sur cette scène, espérant retrouver leur famille et constatent qu’elles ne sont pas venues.

Sentiment doux-amer : nous sommes joyeux, fiers de ces enfants présentant une année de travail à raison de deux séances par semaine d’ateliers en arts, en lettres, en sciences, en sports devant près de 350 personnes. Nous sommes tristes avec ces enfants, de les voir comprendre que celles et ceux pour lesquels ils ont consentis en premier lieu ces efforts, n’étaient pas là.

Qu’en penser ?

De la joie ou de la tristesse, nous choisissons tout bien pesé la joie.

Pour s’en convaincre, prenons au sérieux toutes celles et tous ceux qui, invités par notre institution à participer à son activité, sont étonnés de la qualité des regards et des paroles égayant les journées de notre association. Découvrant une Maison d’Enfants à Caractère Social, ils s’attendent en effet à y ressentir la chape oppressante de la tristesse.

Bien au contraire ; scène si concrète, si régulière dans le quotidien de nos Maisons, les enfants et les jeunes, les équipes, les intervenants artistiques et culturels jouent, blaguent, rient, sourient.

De fait, toujours en préambule des interactions et quel que soit l’âge, du plus jeune mineur au plus vieux majeur, les personnes avec lesquelles nous vivons recherchent les voies du jeu.

Tant et si bien qu’une des qualités professionnelles clés de nos métiers est sans doute d’être rusé : comprendre les codes du jeu que l’enfant, le jeune, le presqu’adulte, l’adulte souhaite établir avec nous – règles toujours changeantes selon la fantaisie de l’instant. Les accepter et réaliser ensemble cette manière de s’éduquer, c’est en effet aller au-delà de soi pour le meilleur de chacun et de tous.

Dans ces moments enjoués, tellement courants que nous n’y prêtons plus attention, il se trame pourtant quelque chose d’essentiel.

Réfléchissant aux principes du désir de vivre, un philosophe de la fin de la Renaissance a nommé ce je ne sais quoi pourtant si important pour le plaisir de se sentir vivant : la joie. Dans la lignée des stoïciens de la Rome antique, à la suite d’Hobbes et de Descartes, Spinoza a formulé l’essence du vivant en reprenant l’idée du Conatus (i.e « l’effort ») pour décrire l’universalité de ce phénomène. L’énergie vitale, c’est la capacité à persévérer dans son existence pour le meilleur de soi.

Et le penseur d’ajouter : tout ce que je puis faire pour m’améliorer dans ce que je suis génère en moi un sentiment de joie ; à l’inverse, mon impuissance à vivre provoque un sentiment de tristesse. Être de liberté doué de raison, c’est parce que je sais discerner le désir mien ou, a contrario, le désir qui m’est imposé, que je me donne la possibilité de tendre vers la joie.

« Tout ce que nous imaginons qui mène à la Joie, nous nous efforçons d’en procurer la venue ; tout ce que nous imaginons qui lui est contraire ou mène à la Tristesse, nous nous efforçons de l’écarter ou de le détruire. »
(Baruch Spinoza (1997), Traité théologico-politique. Œuvre 3 : Ethique [1670], Paris, Flammarion, proposition 28).

maxresdefault

« Il y a de la joie ! ». La première partie de cette exclamation, contractée en un « Y’a » par le poète chantant pour swinguer le refrain, retient notre attention.

C’est l’expression d’une observation précise, d’une qualité d’analyse ; au-dedans de tout ce que j’entends, de tout ce que je vois, de tout ce que je ressens, je repère quelque chose de remarquable que je dois retenir pour comprendre combien tout cela fait sens.

Les équipes éducatives de nos Maisons sont précisément à cet endroit de pensée privilégié à partir duquel, ni trop éloignées, ni trop proches ; à la juste distance, elles devinent l’effort ou le renoncement à vivre des enfants et des jeunes accueillis par notre association, parfois même sans que ceux-ci s’en aperçoivent.

Ces enfants et ces jeunes persévèrent cahin-caha dans le cours de leur vie, et ils aiment à jouer avec nous, même dans les moments les plus difficiles, pour tester les rouages de cette mécanique du mouvement, pour en être assurés.

Nous avions cette certitude au point d’organiser pendant plusieurs années un cycle de formations durant lequel il fut proposé d’être clowns, puis de s’amuser avec les savoirs, et enfin d’explorer les soubresauts de la joie et ses effervescences en arts, en lettres, en sciences, en sports et en technologie – soient les vecteurs de notre programme pluriannuel et pluridisciplinaire L’aventure de la vie.

Pour mieux vivre, les enfants aiment à jouer avec nous ; soucieux de leur épanouissement, nous aimons jouer avec les enfants.

Que cette joie soit notre demeure.

Etude statistique sur la sociabilité et la socialisation des enfants de notre institution générées par notre programme éducatif et culturel pour la saison 2017-2018

Questionnaire « Fin de saison 2017-2018 – participants enfants et jeunes de l’association »,

Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale

Introduction :

Le programme « L’aventure de la vie » organise l’activité des Maisons de culture de notre institution, chaque année de la troisième semaine de septembre à la mi-juillet de l’année suivante.

On trouvera sur notre site Internet un bilan narratif synthétique de cette saison 2017-2018 ici.

Dans le cadre du suivi de la dotation octroyée à notre institution par la Fondation Daniel et Nina Carasso à l’occasion de l’appel à projet « Art et territoire 2014 », le cabinet « Nuova Vista » a proposé aux lauréats de questionner les participants de leurs activités culturelles afin de formaliser les effets qu’ils déclarent leur imputer quant à leur sociabilité et leur socialisation (estime de soi, relations à autrui, adhésion au projet institutionnel portant les activités culturelles de l’institution, inscription dans la vie de la cité).

On trouvera ici le détail de la fabrication de cet outil évaluatif unique en France, ainsi que l’identité des acteurs ayant participé à ce travail.

Considérations méthodologiques :

Le questionnaire a été proposé aux enfants et aux jeunes de notre institution au terme de cette saison culturelle 2014-2015, à la mi-juillet 2014.

On trouvera les résultats de cette première vague évaluative ici.

Lors de la saison 2015-2016, constatant que certaines formulations de questions composant la fiche « participants enfants et jeunes » ont été incomprises à l’époque par les répondants, le Conseil scientifique de l’association a recommandé lors de sa réunion du 9 octobre 2015 que les enfants et les jeunes participent au développement d’une nouvelle grille, plus appropriable. On trouvera le détail des analyses du Conseil scientifique au sujet de l’expérimentation de cet outil évaluatif sur notre site Internet, à l’adresse suivante (voir la partie II : « Retour sur la saison culturelle 2014-2015 et présentation de la saison culturelle 2015-2016 », ici).

L’association a sollicité par conséquent le Conseil de la Vie Sociale, instance représentative de ses usagers, afin d’améliorer le questionnaire adressé aux enfants et aux jeunes pour cette seconde vague. Le Conseil de la Vie Sociale a proposé au terme de sa réunion du 1er juillet 2016 la nouvelle version. On trouvera à l’adresse suivante le compte-rendu de cette réunion (voir la partie II : « II. Amélioration du questionnaire proposé chaque fin de saison culturelle aux enfants et aux jeunes de l’institution pour objectiver les effets du programme « L’aventure de la vie » sur leur parcours de vie. », ici).

Renforcement de la capabilité / de la confiance en soi 1.     Je suis fier (fière) d’avoir participé aux différents projets culturels tout au long de l’année
2.     Le programme culturel est important pour moi
3.     Mon entourage s’est intéressé à ce que j’ai fait dans ce projet
4.     Je me suis investi(e) à fond dans ce projet
5.     Quand je fais quelque chose, je le fais bien
6.      J’ai réussi à dépasser mes difficultés
7.      Je me rends compte grâce à ce programme que je sais faire des choses aussi bien que la plupart des gens
Ouverture culturelle 8.      Je suis allé(e) voir une manifestation de [discipline pratiquée] depuis le début du projet ?
9.     J’ai prévu d’aller voir une manifestation de [discipline pratiquée] ?
10.   J’ai envie de continuer à pratiquer [discipline pratiquée] après mon départ des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ?
11.    Le projet m’a donné envie de pratiquer une /d’autre(s) discipline(s) artistique(s), scientifique(s) ou sportive(s) ?
12.   J’ai donné à mon entourage l’envie d’assister à des spectacles ou de pratiquer une discipline artistique, scientifique ou sportive ?
Apprentissage de la diversité 13.   J’ai appris à connaitre toutes les personnes de ma Maison grâce aux ateliers
14.   Je me suis senti accepté par les autres grâce aux ateliers
Construction du collectif 15.   J’ai aimé construire un projet en équipe
16.   Je me sens à l’aise avec mon groupe
17.   J’ai noué des liens avec des personnes de mon groupe
18.   Je me suis fait des amis dans mon groupe
19.   J’ai noué des liens avec des personnes de toutes les Maisons

Cette nouvelle version a été proposée aux enfants et aux jeunes participant aux ateliers du programme « L’aventure de la Vie » au terme de la saison 2015-2016 (voir les résultats ici).

Au terme de la saison 2016-2017, lors de l’assemblée plénière des conseils et comités conseillant l’association dans le développement de son programme culturel organisé le 6 juillet 2017, Madame Elisabeth Justome, chargée du développement culturel et communication région Nord Pas-de-Calais Picardie, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP), a demandé la possibilité que l’association puisse consulter les enfants et les jeunes sur la présence aussi grande de l’archéologie dans leur saison.

On trouvera le compte-rendu détaillé de cette réunion ici.

Trois questions supplémentaires ont été par conséquent incluses dans la mouture proposée aux enfants et aux jeunes pour qu’ils puissent exprimer leur point de vue sur la saison culturelle  écoulée.

Ces trois questions sont :

  • J’ai apprécié l’atelier archéologique mensuel (construction du travois de l’âge de bronze et de la charrette médiévale)
  • J’ai envie de venir archéologue plus tard
  • Ce que j’aime le plus dans l’atelier archéologique, c’est : a. l’ambiance b. construire des choses c. apprendre avec les archéologues

Nous avons proposé ce nouveau questionnaire aux enfants des Maisons de culture de l’institution au terme de la saison 2016-2017. On trouvera les résultats ici.

Présentation des résultats des réponses à propos de la saison 2017-2018 :

Le questionnaire a été proposé entre le 9 et le 13 juillet 2018 aux enfants et aux jeunes du Centre de Jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison de la Musique, de la Maison du Sport et de la Maison Vive.

Sur les 87 enfants potentiellement répondant au questionnaire, 47 ont accepté de remplir cette fiche, soit un taux de réponse de 54 %.

Pour rappel, le taux de réponse de la vague 2016-2017 était de 69,6 %.

Cet écart négatif entre le taux de participation cette saison, et celui de la vague précédente, peut s’expliquer par des droits d’hébergement accordés à des enfants et des jeunes des maisons dès la fin de l’année scolaire, le 7 juillet 2018 (retour en famille, en famille d’accueil ou dans une autre Maison d’enfants si le répondant est externe au Centre de Jour ou à la Maison Vive et accueilli par une autre institution que la nôtre).

Le taux de réponse reste cependant élevé ; il constitue de la sorte un corpus représentatif.

Analyse des réponses :

Chaque résultat donne lieu à une mise en perspective, reprenant les résultats de la saison précédente question par question. Les enseignements que les variations observées d’une saison sur l’autre peuvent formuler seront travaillés en réunions à la rentrée avec les équipes éducatives, les professeurs d’atelier et le Conseil scientifique. Le travail interprétatif de ces résultats tiendra compte des limites générées par le taux conséquent de renouvellement des effectifs potentiellement répondant au questionnaire de la saison précédente, puis à celui de cette année (28.7 %). A titre d’information, ce taux de renouvellement des répondants d’une saison sur l’autre était de 20 % il y a un an.

Les résultats sont catégorisés de trois façons :

  • “% de réponses négatives” : les répondants ont soit coché “Pas du tout d’accord”, soit coché “Pas d’accord” ;
  • “% de réponses intermédiaires” : les répondants ont coché “Plutôt d’accord” ;
  • “% de réponses positives” : les répondants ont soit coché “D’accord”, soit coché “Tout à fait d’accord”.
  • Thème 1 : Renforcement de la capabilité / de la confiance en soi

Réponse 1 (réponse à la question : « Je suis fier (fière) d’avoir participé aux différents projets culturels tout au long de l’année »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
6.4 21.3 72.3

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives a baissé de près de 8 %, avec un taux de réponses intermédiaires qui a plus que doublé ; les taux de satisfaction exprimés les trois années précédentes, déjà élevés, se maintiennent.

Réponse 2 (réponse à la question : « Le programme culturel est important pour moi »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
25.5 29.8 44.7

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives a baissé de 10 %, le taux de réponses intermédiaires est quasiment stable, le taux de réponses négatives a augmenté de 9 %.

Réponse 3 (réponse à la question : « Mon entourage s’est intéressé à ce que j’ai fait dans ce projet »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
36.2 14.9 48.9

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives a baissé de près de 10 %, le taux de réponses intermédiaires a baissé de près de 2 %, le taux de réponses négatives a augmenté de 11 %.

Réponse 4 (réponse à la question : « Je me suis investi(e) à fond dans ce projet »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
14.9 19.1 65.9

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives a baissé de 5 %, le taux de réponses intermédiaires a augmenté d’1 %, le taux de réponses négatives a augmenté près de 5 %.

Réponse 5 (réponse à la question : « Quand je fais quelque chose, je le fais bien »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
6.4 36.2 57.4

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives a baissé de 8 %, le taux de réponses intermédiaires a augmenté de près de 5 %, le taux de réponses négatives a baissé de près de 3 %.

Réponse 6 (réponse à la question « J’ai réussi à dépasser mes difficultés »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
9.5 30.9 59.5

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives baisse de près d’1 %, le taux de réponses intermédiaires augmente de près de 2 % et le taux de réponses positives augmente de près de 2 %.

Réponse 7 (réponse à la question « Je me rends compte grâce à ce programme que je sais faire des choses aussi bien que la plupart des gens »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
17 21.3 61.7

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives baisse de près de 6 %, le taux de réponses intermédiaires augmente de près de 3 %, le taux de réponses négatives augmente de près de 2 %.

Commentaire général du thème 1 : les taux de réponses positives restent, pour la quatrième édition de cette vague évaluative, significativement élevés. Le programme “L’aventure de la vie” contribue à l’épanouissement des enfants et des jeunes de notre association.

  • Thème 2 : Ouverture culturelle

Réponse 8 (réponse à la question « Je suis allé(e) voir une manifestation de [discipline pratiquée] depuis le début du projet ?»)

% de réponses positives % de réponses négatives
48.9 51.1

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives baisse de 16 %, le taux de réponses positives augmente de 34 %. Ces variations remarquables valorisent la politique de sorties culturelles organisées par chaque Maison.

Réponse 9 (réponse à la question « J’ai prévu d’aller voir une manifestation de [discipline pratiquée] ?»)

% de réponses positives % de réponses négatives
29.8 70.2

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives augmente de près d’1 %, le taux de réponses positives baisse de près d’1 %.

Réponse 10 (réponse à la question « J’ai envie de continuer à pratiquer [discipline pratiquée] après mon départ des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ? »

% de réponses positives % de réponses négatives
57.4 42.6

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives baisse de près de 15 %, le taux de réponses négatives augmente de près de 15 %. Ces variations remarquables questionnent la politique de l’association sur la possibilité d’une poursuite de la pratique culturelle une fois l’enfant ou le jeune sorti de ses effectifs.

Réponse 11 (réponse à la question « Le projet m’a donné envie de pratiquer une /d’autre(s) discipline(s) artistique(s), scientifique(s) ou sportive(s) ? »)

% de réponses positives % de réponses négatives
53.2 46.8

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives augmente de près de 16 %, le taux de réponses positives baisse de près de 16 %. Ces variations remarquables confirment l’observation formulée à propos de la réponse 10.

Réponse 12 (réponse à la question « J’ai donné à mon entourage l’envie d’assister à des spectacles ou de pratiquer une discipline artistique, scientifique ou sportive ? »)

% de réponses positives % de réponses négatives
55.3 44.7

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives augmente de près de 3 %, le taux de réponses positives baisse de près de 3 %.

Commentaire général du thème 2 : les taux de réponses négatives restent, pour la quatrième édition de cette vague évaluative, significativement élevés. Le programme “L’aventure de la vie” doit poursuivre son effort pour accompagner les enfants et les jeunes dans la valorisation des savoirs, savoirs faire et savoirs être auprès de leur entourage, et après la fin de leur mesure éducative.

  • Thème 3 : Apprentissage de la diversité

Réponse 13 (réponse à la question « J’ai appris à connaitre toutes les personnes de ma Maison grâce aux ateliers »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
29.8 14.9 55.3

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives augmente de près de 19 %, le taux de réponses intermédiaires baisse de près de 8 % et le taux de réponses positives baisse de près de 6 %. Ces variations significatives d’une année sur l’autre doivent notamment être interprétées au regard du fort taux de renouvellement du groupe des répondants durant la saison 2017-2018 (28.7 % si l’on se réfère aux cohortes répondant au questionnaire d’une année sur l’autre).

Réponse 14 (réponse à la question « Je me suis senti accepté par les autres grâce aux ateliers »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
27.6 14.9 48.9

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives augmente de près de 9 %, le taux de réponses intermédiaires baisse de près de 6 % et le taux de réponses positives baisse de près de 9 %. Ces variations confirment l’observation formulée à propos de la réponse 13.

  • Thème 4 : Construction du collectif

Réponse 15 (réponse à la question « J’ai aimé construire un projet en équipe »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
2.1 29.8 68

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives baisse de près de 9 %, le taux de réponses intermédiaires augmente de près de 9 % et le taux de réponses positives reste pratiquement inchangé. Ces variations sont à interprétées au regard des réponses 13 et 14 ; si la composition des groupes d’atelier fut cette saison particulièrement changeante, la force de la politique institutionnelle a néanmoins réussi à dynamiser les liens entre enfants et jeunes pour réaliser ensemble des actions culturelles.

Réponse 16 (réponse à la question « Je me sens à l’aise avec mon groupe »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
10.6 21.2 68

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives reste pratiquement inchangé, le taux de réponses intermédiaires augmente de 8 % et le taux de réponses positives augmente de 2 %. Ces variations confirment l’observation formulée à propos de la réponse 15.

Réponse 17 (réponse à la question « J’ai noué des liens avec des personnes de mon groupe »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
8.5 23.4 68

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives baisse de 8 %, le taux de réponses intermédiaires augmente de près de 9 % et le taux de réponses positives baisse de 10 %.

Réponse 18 (réponse à la question « Je me suis fait des amis dans mon groupe »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
12.7 14.9 72.3

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives baisse de près de 2 %, le taux de réponses intermédiaires augmente de près de 2 % et le taux de réponses positives reste pratiquement inchangé.

Réponse 19 (réponse à la question « J’ai noué des liens avec des personnes de toutes les Maisons »)

% de réponses négatives % de réponses intermédiaires % de réponses positives
6.4 29.8 63.8

Commentaire : en se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses négatives baisse de près de 8 %, le taux de réponses intermédiaires augmente de près de 8 % et le taux de réponses positives baisse de près de 5 %.

Commentaire général au sujet des thème 3 et 4 : les taux de réponses positives restent, pour la quatrième édition de cette vague évaluative proposée aux enfants et aux jeunes de notre association, significativement élevés s’agissant du thème 4 et au regard des réponses plus mitigées du thème 3. Le programme éducatif et culturel “L’aventure de la vie” présente une forte capacité à lier les enfants et les jeunes au service d’actions communes, quand bien même les groupes sont renouvelés à près d’un tiers des effectifs d’une année sur l’autre.

  • Thème 5 : l’archéologie :

Réponse 20 (réponse à la question « J’ai apprécié l’atelier archéologie mensuel (construction du travois de l’âge de bronze et de la charrette médiévale »)

% de réponses positives % de réponses négatives
60 40

Commentaires : 7 enfants n’ont pas répondu à la question (14.9 % des répondants, soit 4 % de plus que la saison précédente). Les enfants n’ayant pas répondu ont signalé sur leur fiche qu’ils n’avaient pu participer à l’atelier. En se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives baisse de près de 11 %, le taux de réponses négatives augmente de près de 11 %. Ces variations peuvent s’expliquer par le fait que l’atelier a reconduit pour la deuxième année la fabrique des véhicules, au risque de lasser les enfants et les jeunes.

Réponse 21 (réponse à la question « J’ai envie de devenir archéologue plus tard »)

% de réponses positives % de réponses négatives
12.5 87.5

Commentaires : 7 enfants n’ont pas répondu à la question (14.9 % des répondants). En se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, le taux de réponses positives baisse de près de 8 %, le taux de réponses négatives augmente de près de 8 %.

Réponse 22 (réponse à la question « Ce que j’aime le plus dans l’atelier archéologue, c’est a. l’ambiance b. construire des choses c. apprendre avec les archéologues »)

L’ambiance (en %) Construire des choses (en %) Apprendre avec les archéologues (en %)
32.5 30 22.5

Commentaires : 7 enfants n’ont pas répondu à la question (14.9 % des répondants). En se référant aux résultats de la précédente saison culturelle, la catégorie “ambiance” augmente de près de 10 %,  la catégorie “construire” baisse de 4 %, la catégorie “apprendre” baisse de près de 21 %. Deux enfants ont coché les trois réponses. Trois enfants ont coché deux réponses (« construire » + « apprendre »).

Commentaire général au sujet du thème 5 :

Si les résultats sont cette année mitigés, nous poursuivrons l’organisation d’actions culturelles mettant en scène l’archéologie ; sel de ce corps de métiers, la conscience et la fabrique du temps long (existences par la passé – ce qui a eu lieu, existences à venir – ce en quoi cela nous prépare) sont en effet autant de paramètres cruciaux pour le grandissement des enfants et des jeunes de notre association.

Vivre ici et sur ses côtés

(Image illustrative : “ligne d’erre”, carte de trajets réalisée avec l’encouragement de Fernand Deligny, voir ici).

Le Conseil scientifique de notre association soutient deux études, l’une consacrée aux parcours de vie des anciennes et anciens de notre institution, l’autre à propos des enfants vivant dans nos Maisons, et la façon dont ils ressentent et s’approprient ce qui est à l’extérieur des Maisons.

Après une première phase consacrée au mois de juillet 2015 par un premier groupe d’enfants à l’exploration des lieux d’attachement aux côtés de Claire Oger, Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication (Département de communication politique et publique, Université Paris Est-Créteil) et de Fleur Guy, docteure en géographie, un deuxième groupe s’est essayé en juillet 2016 avec Claire et Fleur à cet exercice. Un troisième groupe a itinéré lui aussi avec Claire et Fleur en juillet 2017. A chaque fois, il s’agissait pour chaque enfant volontaire de rallier et de dire ses lieux d’attachement ou de détachement.

Pour plus d’informations sur cette étude, lire le chapitre “IV. Présentation d’actions/recherches organisées cette saison culturelle en nos Maisons”ici.

De cette étude pluriannuelle paraît en septembre un premier texte de Claire Oger, intitulé « L’endroit et l’envers, le centre et la lisière : couture des trajectoires et socialisation dans les entretiens itinérants ».

Découvrez la page de couverture de l’ouvrage dans lequel sera publié ce texte :

couverture livre

Claire Oger a organisé dernièrement une journée d’études consacrée aux personnes qui ne peuvent ou si peu faire savoir dans l’espace médiatique leur vie vécue. On trouvera le programme de cette manifestation scientifique ici. On trouvera  plus d’informations documentaires sur les participants et leurs raisons d’être et d’agir ici.