Archives de catégorie : Conseil scientifique

Conseil scientifique : compte-rendu de la réunion du 15 mars 2024

Présents :

Marie-Pierre Bouchaudy, précédemment cheffe de l’inspection de la création artistique à la direction générale de la création artistique, Ministère de la Culture

Eric Legros, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Olivier Martin, professeur des universités en sociologie, Université Paris Cité, président du Conseil scientifique

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Noel Quéré, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Philippe Richard, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Excusés :

Claire Beugnet, directrice de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Marie-Christine Briatte, responsable de service « Petite enfance », mairie de Brest

Patrick Girard, éducateur du service DMAD DARF, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Jean-Paul Demoule, professeur des universités émérite en archéologie, Université Paris 1

Pascal Joly, service « Petite enfance », mairie de Boulogne-sur-mer

Fleur Guy, responsable de formations supérieures et chargée de recherches Institut Ocellia site de Lyon, géographe

Jérémie Mattout, chargé de recherche, Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon – Inserm U1028 / CNRS UMR5292

Eric Parot, ingénieur physicien retraité Schlumberger Ltd, précédent coordinateur France Fondation SEED

Arthur Vuattoux, maître de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Bobigny), U.F.R. Santé, médecine, biologie humaine – Santé & protection sociale.

Ouverture de la trentième séance du Conseil scientifique par le président.

I. Point sur l’état d’avancement de la saison culturelle :

Emmanuel Paris informe les participants de la réalisation de la résidence « Utopia » permettant à l’artiste Rémy Boiron de créer avec les enfants un film qui sera diffusé dans sa version finale au café-théâtre le 26 mars. Ce film sera par ailleurs prochainement mis en ligne sur le site internet de l’association :

L’ensemble des modules constituant l’œuvre artistique praticable « Dunes magnétiques » créée par l’artiste Io Burgard lors de sa résidence au premier semestre 2023 sont à présents arrivés à la ferme de Bertinghen. Ils étaient exposés depuis le mois de juin 2023 au LAAC de Dunkerque dans le cadre de la triennale en art contemporain « Chaleurs humaines ». Les modules seront assemblés sur le site du « Jardin d’Elisabeth » ce printemps :

Le cycle d’ateliers musicaux au Centre de jour co-organisé avec les Jeunesses Musicales de France poursuit son cours pour la troisième année consécutive. Cette année, les ateliers sont réalisés par l’artiste Thomas Gourdin :

Les enfants du Centre de jour participeront à la résidence de la compagnie Irina Brook organisée par le château d’Hardelot ; aux côtés de collèges du territoire, il s’agira pour les enfants, leur professeur en théâtre Manuel Pacques et de Kevin Ferdjani, acteur de la compagnie Irina Brook, de créer des interprétations autour du texte « Le Roi Lear » de William Shakespeare :

En juin 2024, les enfants et les équipes construiront sur le site Splingard avec Viliina Koivisto et Mark Nixon ses concepteurs une version de la structure « Maison qui frissonne » actuellement visitable au Louvre-Lens. Cette version sera inaugurée lors du festival « Journées d’enfance 2024 » :

Les résidences de Rémy Boiron et de Io Burgard furent réalisées grâce au soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso. La « Maison qui frissonne » sera construite grâce au soutien de l’entreprise Inelys et de la Fondation Marc Rohrbach.

II. Finalisation de l’organisation du colloque « Utopia », 1er juillet 2024 :

Emmanuel Paris présente aux participants l’organisation du colloque « Utopia » le 1er juillet 2024 dans les locaux de l’Université Littoral Côte d’Opale de Boulogne-sur-mer, site Saint-Louis. Emmanuel Paris explique que bien des invitations lancées à la suite de la réunion du Conseil scientifique du 10 novembre 2023 sont restées lettres mortes, et propose par conséquent au Conseil de valider une mouture qui n’a pu être discutée précédemment.

9h : Accueil et discours de bienvenue de la part de M. Leduc, président de l’association et d’une personnalité du Conseil départemental du Pas-de-Calais ;

9h20 : Film réalisé le 19 avril permettant à des enfants de chaque maison de dialoguer avec M. Bourdet, parrain de notre association, autour du thème de la saison 2023-2024 « Utopia » et de celui de la saison 2024-2025 « Apogée » ;

9h50 : Présentation par Marie-Pierre Bouchaudy, membre du Conseil scientifique, de son travail avec Fabrice Lextrait à propos des nouveaux territoires de l’art. On trouvera ici plus d’informations sur cette analyse.

10h20 : Présentation par Maki Suzuki, artiste designer, de son travail en Europe pour créer avec les populations locales des espaces utopiques. On trouvera ci-après l’enregistrement de la conférence qu’avait accordée Maki Suzuki à la communauté le 4 octobre 2018 :

10h50-11h : Pause.

11h : Présentation par Christian Antonelli, artiste et dessinateur de presse, de son travail pour proposer aux lecteurs un regard décalé sur l’actualité. On trouvera ci-après l’enregistrement de la conférence qu’avait accordée Christian Antonelli à la communauté le 9 janvier 2017 :

11h30 : Présentation par Pascale Cornuel, historienne, de son travail à propos de Sœur Anne-Marie Javouhey et de sa création en Guyane, au cours des années 1830, du village de Mana. On trouvera ici plus d’informations à propos du travail de Pascale Cornuel.

12h-13h30 : Repas

13h30-14h45 : trois ateliers organisés dans trois salles du site universitaire : atelier 1 : Philippe Richard et Bruno Defachelle à propos des moments de rire dans le travail éducatif quotidien ; atelier 2 : Maki Suzuki et Lumina Henon à propos des mises en scène de soi dans les relations enfants / adultes des Maisons ; atelier 3 : Marie-Pierre Bouchaudy, Yannick Coppin et Christophe Lefèvre à propos des espaces et des moments de création dans le quotidien de notre vie associative.

14h45-15h : Pause.

15h-16h : Restitution collective des ateliers de l’après-midi, appuyée par les dessins de Christian Antonelli réalisés durant la journée du colloque.

Les participants agréent cette proposition ; la tonalité de la programmation du colloque explore les potentialités d’un monde à l’envers, soit le thème de la saison en cours.

Emmanuel Paris demande à Olivier Martin s’il constate lui aussi en ce moment difficulté à réaliser des manifestations telles colloque, journée d’études, invitant des personnalités ou collectifs extérieurs au laboratoire de recherche organisateur.

Olivier Martin confirme dit que cette difficulté est aussi constatée dans le champ de la recherche et de l’enseignement supérieur publics.

III. Présentation du Festival annuel « Journées d’enfance 2024 » :

Emmanuel Paris présente aux participants le calendrier du festival, validé la veille par le comité de direction.

Vendredi 28 juin 2024 de 18h à 20h sur le site olympique du « Boulogne Canoë Kayak » (rive de la Liane) : régate nautique inter-maisons. Le principe d’une course de caisses à savon est reconduit ;

Lundi 1er juillet 2024 de 9h à 16h dans les locaux de l’ULCO Boulogne-sur-mer, site Saint-Louis : colloque « Utopia » ;

Mardi 2 juillet 2024 :

De 11h à 11h30 : inauguration sur le site de l’association sis au 130, boulevard Raymond Splingard à Outreau de la structure « Maison qui frissonne » ;

De 12h à 15h sur le site de la ferme de Bertinghen : « grandes tables de la ferme », rassemblement annuel avec les anciennes et les anciens de l’institution.

Vendredi 5 juillet 2024 :

De 10h à 12h sur le site de la ferme de Bertinghen (café-théâtre Michel Lafont) : assemblée générale du programme artistique et culturel de l’association « L’aventure de la vie » ;

De 20h à 21h15 en salle « Le Phenix » d’Outreau : spectacle créé par les enfants avec leurs professeurs d’ateliers et leur metteur en scène, Romuald Pierru.

IV. Lectures commentées :

IV.A. Marie-Pierre Bouchaudy présente une lecture commentée de l’ouvrage « (Un) abécédaire des friches. Laboratoires – fabriques –squats – espaces intermédiaires –tiers-lieux culturels » paru en septembre 2023 aux Editions « SENS & TONKA & CIE » :

 « Quelques repères

La réappropriation par des groupes d’artistes ou des porteurs de projets culturels de bâtiments industriels délaissés, souvent situés en périphérie de centres urbains, est un phénomène initialement apparu dans les années 1970 dans le Nord de l’Europe, pour concerner la France surtout depuis le milieu des années 1980. Le terme générique le plus usité alors est « friche culturelle » renvoyant à la nature des espaces investis.

Dans les pays du Nord de l’Europe et toujours en lien avec le passé des espaces reconvertis, on trouve plutôt le terme de « fabrique » (factory, Fabrik) associé à art ou culture.

« Héritières des formes de contestation sociale et politique de ces années 1970 et influencées par les mouvements de contre-culture qui leur sont associés, les premières friches culturelles sont en tout cas exemplaires d’une volonté de se distinguer de la conception des pratiques artistiques qui domine à l’époque dans les équipements artistiques et les mondes institués de l’art. À une très forte centration sur l’originalité de l’œuvre d’art et l’autonomie de l’artiste professionnel, s’oppose ainsi une volonté de circulation plus affirmée et réciproque entre processus artistiques et autres dimensions de la vie sociale. » (Philippe Henry, 2010).

Rendu public, le 19 juin 2001, le rapport intitulé “Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires…Une nouvelle époque de l’action culturelle”, rédigé par Fabrice Lextrait, ancien administrateur de la friche marseillaise “La Belle de Mai”, suite à la commande de Michel Duffour, secrétaire d’Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle, pointe les fondements communs d’un échantillon de plus d’une trentaine d’espaces artistiques et culturels en France.

Le terme d’espace ou lieu intermédiaire y sera utilisé en référence à Peter Handke dans le sens d’espaces intersticiels dans lesquels l’expérimentation et l’inventivité sont possibles.

Ce rapport et les rencontres qui l’accompagneront marquent un tournant dans la manière d’envisager ces initiatives de la part des collectivités territoriales, des propriétaires fonciers et surtout de l’Etat. Une rencontre internationale, organisée par les ministères de la Culture, de la Ville et des affaires étrangères aura lieu en février 2002 à la Friche Belle de mai et réunira 1500 personnes. Le titre de ce colloque « Les nouveaux territoires de l’art » sera repris comme une facilité de nommer ensuite ces espaces culturels.

Il faudra attendre « Les Assises de la jeune création » en juin 2015 pour réaffirmer l’intérêt du ministère de la Culture pour ces espaces. Le terme de tiers-lieu apparaît alors dans la dixième mesure issue des assises qui entend « soutenir les tiers lieux et les lieux intermédiaires ».

Le tiers lieu ou troisième lieu, traduit de l’anglais the third place, est une notion forgée par Ray Oldenburg, professeur de sociologie urbaine à l’université de Pensacola en Floride (The great good place, 1989). C’est un espace dédié à la vie sociale, distinct du premier lieu, la maison, et du deuxième, l’espace professionnel, où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger de manière informelle.

Cette notion a été reprise par les bibliothèques troisième lieu qui proposent des espaces et des activités conviviales et rompent avec une vision légitimiste de la culture.Le tiers lieu est aussi très souvent un lieu souple de travail collaboratif, le co-working. Les Fablabs (laboratoires de fabrication) sont des lieux ouverts de création et de prototypage d’objets s’adressant à des larges publics qui proposent à leurs adhérents des machines à commande numérique. Ils peuvent être plutôt orientés informatique et technologie (les Hakerspaces), fabrication (les Makerspaces), réparation (les Repair Cafés). Cette typologie des tiers lieux n’est pas exhaustive et les notions de tiers lieux et d’espaces intermédiaires peuvent se recouvrir en totalité ou en partie dans certains projets.

Des fondements communs

Les fondements les plus importants de ces aventures reposent sur la volonté et le besoin de disposer d’espaces et de temporalités de travail non contraints (taille, horaires d’ouverture, réversibilité) et de pouvoir maîtriser l’ensemble de la chaîne de production des œuvres et des processus artistiques depuis leur conception jusqu’à leur rencontre avec des publics. L’artiste se retrouve alors au centre du processus avec une visibilité sociale renforcée.

C’est ainsi que ces équipes et projets tentent d’occuper autrement des espaces qui deviennent à la fois des espaces de travail, de production, de monstration et de relation renouvelée avec les habitants des territoires qu’ils habitent.

Ils interrogent à la fois les modes de production, les formes esthétiques de monstration et expérimentent des relations nouvelles entre l’artiste et la Cité en sortant des institutions ou des lieux de présentation marchande. C’est le statut de l’œuvre d’art et son « autonomie » qui sont remis en question.

L’inventivité se développe aussi au niveau des modes de gouvernance, collectifs et délibératifs, cherchant à renouveler des processus démocratiques aussi bien dans l’organisation interne que dans les relations avec les publics et les populations. Enfin, sont développées des approches pluri et transdisciplinaires dans une volonté de croiser disciplines, techniques et savoir-faire, experts artistiques et experts du quotidien, professionnels et amateurs, salariés et bénévoles, cette hybridation les transformant en espaces d’expérimentation sociale et de fabrication du commun.

L’inscription dans des réseaux internationaux est aussi à souligner et demanderait à elle seule une analyse plus précise. Dès 1983, les premières initiatives européennes se sont regroupées au sein du réseau et de la plate-forme Transeuropehalles qui regroupe aujourd’hui 90 lieux indépendants.

Un abécédaire en 2023 ?

Vingt ans après les Rencontres des nouveaux territoires de l’art à La Friche La Belle de Mai, les initiatives se sont multipliées et les formes sont toujours plus diverses. Si, dans les années 70 et 80, les friches industrielles étaient majoritairement utilisées, depuis, les bâtiments agricoles, gares, friches commerciales, bâtiments publics ont été investis. De nombreux appels d’offres lancés par des entreprises, des aménageurs, des promoteurs, des collectivités locales ont permis des expérimentations de durées variables, obligeant à des regroupements d’acteurs d’univers éloignés, regroupements qui se sont révélés très productifs.

Le mouvement ne s’est donc pas essoufflé, malgré sa précarité persistante. Au contraire, il s’est diversifié en mobilisant de nouveaux acteurs culturels s’inscrivant davantage dans les champs sociaux, éducatifs, alimentaires, économiques, écologiques. Il s’est ainsi enrichi des approches de nouvelles générations.

Devant une telle diversité d’acteurs et face à des confusions multiples entre enjeux économiques, politiques, culturels, sociaux ou artistiques, il a semblé nécessaire aux auteurs de revenir visiter cette histoire des trente dernières années. Pas de manière linéaire mais à travers les concepts, notions, constats, vocabulaire, récits… qui sont nés de cette histoire. Pas en rassemblant des travaux de recherche épars et nombreux, mais en demandant à leurs auteurs d’en extraire des « mots » qui leur paraissent importants.

(Un) abécédaire des friches, laboratoires, fabriques, squats, espaces intermédiaires, tiers-lieux culturels souhaite donc constituer une contribution plurielle à la réflexion sur l’histoire, le présent et l’avenir de ces expériences artistiques, culturelles, sociales, économiques et politiques et contribuer encore et toujours à rendre plus lisibles, à valoriser et légitimer ces expérimentations pour « faire autrement ».

La forme ouverte de l’abécédaire illustre une pensée plurielle et évolutive. Chaque entrée est conçue non pas comme une synthèse rétrospective mais comme une interrogation prospective. Ce format singulier permet de situer les friches culturelles au croisement des enjeux contemporains : l’écologie, les mutations urbaines, le renouvellement démocratique, le commun et le collectif…

30 philosophes, économistes, sociologues, architectes, paysagistes, nourrissent cet abécédaire de 120 mots, souvent à travers des approches hybrides, transversales, et tentent d’expliciter et préciser le vocabulaire et les concepts initiés ou développés par et autour de ces démarches singulières.

Lauren Andres, Hugues Bazin, Raphaël Besson, Patrick Bouchain, Bruno Caillet, Etienne Capron, Gilels Clément, Emmanuelle Gangloff ; Gwénaëlle Groussart, Gabrielle Halpern, Philippe Henry, Isabelle Horvath, Cassandra Jolivet, Luc de Larminat, Fabrice Lextrait, Alain Lipietz, Matina Magkou, Léa Massaré di Duca, Isabelle Mayaud, Pascal Nicolas-Le-Stratt, Cécile Offroy, Fabrice Raffin, Marta Rosenquist, Laurence Roulleau-Berger, Dominique Sagot-Duvouroux, Colette Tron, Emmanuel Vergés, Joëlle Zask ».

Les participants remercient Marie-Pierre Bouchaudy pour cette présentation.

Noel Quéré demande à Marie-Pierre Bouchaudy si ces nouveaux espaces seraient la marque d’un phénomène accéléré de gentrification des métropoles.

Marie-Pierre Bouchaudy confirme que le phénomène peut en relever, mais précise que des villages en zones rurales accueillent aussi désormais des tiers-lieux culturels.

Francis Rembotte observe l’apparition de « tiers lieux à vocation sociale » et cite l’exemple d’un site dans le bassin minier lensois.

Eric Legros constate que l’installation permanente d’espaces d’atelier, d’une scène de spectacle, dans les lieux de vie des Maisons de l’association permet de considérer celle-ci comme « tiers lieux culturel ». Eric Legros insiste sur l’importance de ces espaces intermédiaires dans la qualité de l’accompagnement des enfants.

IV.B. Olivier Martin recommande l’ouvrage « L’Attestation : Une expérience d’obéissance de masse, printemps 2020 » paru en septembre 2023 aux Editions Animosa :

« France culture », signale Olivier Martin, a consacré le 14 mars une émission à propos de cet ouvrage en présence d’un de ses auteurs. Olivier Martin observe que cet ouvrage ouvre un champ d’études et de recherches particulièrement intéressant ; les confinements mis en oeuvre pour contenir l’épidémie Covid-19 furent selon leurs modalités différents en France, en Europe du Nord, dans d’autres pays du monde, témoignant de la singularité des systèmes de valeur au fondement des politiques de soin et de santé.

Olivier Martin dit que le livre, bien que très complet, n’a pu malheureusement documenté les effets des restrictions sur le parcours des enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Emmanuel Paris dit que pour les équipes ayant vécu le confinement « dur » d’avril à juin 2020, les souvenirs sont à la fois négatifs (pas de possibilité d’aérer les enfants en sorties extérieures, plus d’école, plus de suivi médical hormis la venue aux urgences de l’hôpital en cas de nécessité, plus de rencontres familles, plus de suivi Aide Sociale à l’Enfance en présentiel) et positifs (les groupes, recroquevillés sur eux-mêmes, développaient une force de lien collectif comme rarement constaté).

Emmanuel Paris signale l’accueil d’enfants particulièrement peu âgés (à partir de six ans) depuis ce confinement et se demande s’il existe un lien de causalité.

Les participants remercient Olivier Martin pour cette recommandation d’ouvrage.

V. Questions annexes

Emmanuel Paris présente le thème de la saison 2024-2025 : « Apogée ». Ce thème a été choisi pour illustrer la dynamique des relations enfant / famille, mouvement cyclique fait d’éloignements (le point d’apogée de l’astre terrestre vis-à-vis du Soleil) et de rapprochements (le point de périgée). Emmanuel Paris précise par ailleurs que le sens commun, voulant l’idée selon laquelle les humains n’auraient qu’un point culminant dans leur vie, mérite d’être questionné avec l’enfant ; serait-il possible de constater ensemble que la vie peut être faite d’une succession de points culminants, ou à l’inverse d’une impossibilité de se dire en avoir vécu un ? Emmanuel Paris pour conclure cette présentation informe les participants qu’un partenariat aéronautique est en gestation, permettant aux enfants de pratiquer l’ULM avec l’association « Opale’R » : https://www.opalerformationulm.fr/

Emmanuel Paris informe les participants que, comme chaque cinq ans, les établissements sociaux et médico-sociaux répondent à une évaluation externe menée par un cabinet habilité pour renouveler leur agrément auprès du conseil départemental. Emmanuel Paris précise qu’un groupe de travail, constitué d’éducatrices / éducateurs et chefs de service travaille d’ores et déjà avec la direction pour préparer cette évaluation, qui aura lieu pour l’association à partir de septembre 2025. Emmanuel Paris demande au Conseil scientifique s’il serait d’accord pour aviser lors de sa réunion de rentrée les modalités de l’évaluation définies par la Haute Autorité de Santé. Cette analyse du Conseil scientifique, explique Emmanuel Paris, permettra de soutenir le groupe de travail dans la menée de ses activités.

Les participants agréent cette proposition.

La prochaine réunion du Conseil scientifique est programmée le 5 juillet 2024 de 10h à 12h (assemblée générale du programme culturel de l’association).

Olivier Martin clôt la trentième séance du Conseil.

Evaluation du parcours des enfants depuis juin 2023

Ce mois de décembre 2023, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la neuvième fois l’outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  du Centre de Jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison de la Musique, de la Maison du Sport, de la Maison Vive et des studios :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune des Maisons précitées.

Les résultats, pour cette vague de décembre 2023, sont les suivants (84 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 7.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 30.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 35,3.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 15,6.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 12.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois mais n’est pas encore satisfaisante. (40.5).

“Le jeune et les liens familiaux” :  La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction. (28.6).

“Le jeune et les soins” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois mais n’est pas encore satisfaisante.(33.3).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante. (32,1).

“Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (52,4).

Nous mobilisons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Conseil scientifique : compte-rendu de la réunion du 10 novembre 2023

Présents :

Marie-Christine Briatte, responsable de service « Petite enfance », mairie de Brest

Patrick Girard, éducateur du service DMAD DARF, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Olivier Martin, professeur des universités en sociologie, Université Paris Cité, président du Conseil scientifique

Jérémie Mattout, chargé de recherche, Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon – Inserm U1028 / CNRS UMR5292

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association

Eric Parot, ingénieur physicien retraité Schlumberger Ltd, précédent coordinateur France Fondation SEED

Arthur Vuattoux, maître de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Bobigny), U.F.R. Santé, médecine, biologie humaine – Santé & protection sociale.

Excusés :

Claire Beugnet, directrice de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Marie-Pierre Boucheaudy, précédemment cheffe de l’inspection de la création artistique à la direction générale de la création artistique, Ministère de la Culture

Jean-Paul Demoule, professeur des universités émérite en archéologie, Université Paris 1

Pascal Joly, service « Petite enfance », mairie de Boulogne-sur-mer

Fleur Guy, responsable de formations supérieures et chargée de recherches Institut Ocellia site de Lyon, géographe

Eric Legros, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Claire Oger, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Créteil

Francis Rembotte, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Philippe Richard, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Invités :

Rémy Boiron, artiste, intervenant de la résidence « Utopia » organisée par l’association

Chloé Colpé, maître de conférences invitée Ecole de communication, Université catholique de Louvain

Ouverture de la vingt-neuvième séance du Conseil scientifique par le président.

I. Renouvellement du collège extérieur du Conseil scientifique :

Emmanuel Paris informe les participants que Claire Oger, tenant compte de ses obligations professionnelles, a présenté sa démission du Conseil. Emmanuel Paris remercie Claire Oger pour sa contribution.

Emmanuel Paris remercie Jérémie Mattout et Pascal Joly, qui ont accepté d’intégrer le Conseil en qualité de membres. Emmanuel Paris rappelle l’intervention de Jérémy Mattout lors de la réunion du Conseil le 7 octobre 2022, et dont on trouvera le contenu ci-après (cf. « VII. Présentation par Jérémie Mattout des travaux de l’équipe Cophy du Centre de recherche en neurosciences de Lyon ») :

II. Préparation du colloque « Utopia », 1er juillet 2024 :

Emmanuel Paris informe les participants de l’état d’avancement des invitations à prendre la parole lors du colloque « Utopia », qui se tiendra dans les locaux du département des Sciences Humaines et Sociales de l’Université Littoral Côte d’Opale, site de Boulogne-sur-mer, le 1er juillet 2024.

Emmanuel Paris précise que ces invitations sont lancées sur la recommandation de membres des conseils du programme artistique et culturel de l’association :

  1. Marie-Pierre Boucheaudy présentera avec une ou un auteur l’ouvrage collectif « (Un) abécédaire des friches. Laboratoires – fabriques –squats – espaces intermédiaires –tiers-lieux culturels » paru en septembre 2023 aux Editions « SENS & TONKA & CIE » ;
  2. Brigitte Faugère, professeure des universités “Préhistoire, Archéologie précolombienne “, Université Paris 1, recommandée par Jean-Paul Demoule, n’a pas encore donné son accord pour intervenir à propos de la civilisation maya ;
  3. Dorothée Muñoz-Gestin, responsable de l’entreprise « TAME-WATER », recommandée par Patrick Bourdet notre parrain d’association, n’a pas encore donné son accord pour intervenir à propos des propriétés physiques et chimiques de l’eau ;
  4. L’association « Utopia 56 », recommandée par Francis Rembotte, n’a pas encore donné son accord pour présenter ce collectif œuvrant pour l’accompagnement des migrants sur le littoral.

Emmanuel Paris propose aux membres de lui recommander d’autres intervenantes, intervenants susceptibles de prendre la parole et d’étayer la réflexion collective à propos de l’idée d’utopie.

Eric Parot propose d’inviter l’ « Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine » : https://www.anpu.fr/

Olivier Martin propose d’inviter Laurent Jeanpierre et Haud Guéguen qui ont publié “La Perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver, et ce que nous pouvons faire” (La Découverte, 2022) ; Thomas Bouchet (qui a publié “Utopie” dans la collection « le Mot est faible »).

Arthur Vuattoux propose d’inviter Ugo Bellagamba dont je vous parlais : il s’agit d’un juriste, enseignant-chercheur en histoire du droit à l’université de Nice et il a notamment publié un article sur l’utopie et la justice dans la revue « Délibérée ». Son originalité, outre son objet d’étude directement lié à l’utopie, précise Arthur Vuattoux, est son activité parallèle d’auteur de science-fiction.

Les membres du conseil agréent ces propositions ; Emmanuel Paris va solliciter ces personnalités et espère pouvoir présenter le 15 mars, date de la prochaine réunion du conseil scientifique, une programmation finalisée.

III. Présentation du bilan chiffré de la saison culturelle 2022-2023 :

Emmanuel Paris présente les travaux évaluatifs réalisés durant l’Eté pour mesurer les effets du programme artistique et culturel de l’association durant la saison 2022-2023, la saison commençant troisième semaine de septembre 2022 et s’achevant au terme du Festival annuel « Journées d’enfance 2023 » le 7 juillet 2023.

Emmanuel Paris distribue aux participants deux ensembles de résultats, l’un consacré au bilan général, l’autre aux résultats du questionnaire de satisfaction proposé aux enfants.

On trouvera le contenu de ces rapports aux adresse suivantes :

S’agissant du bilan général, Emmanuel Paris valorise la dynamique du programme artistique et culturel ; deux résidences art/science furent la saison dernière organisées par l’association avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France et de la Fondation Marc Rohrbach sous l’égide de la Fondation de France.

Ces résidences ont permis d’une part de créer un nouvel espace d’apprentissages et de créations de près d’un hectare de superficie sur le site de la Ferme de Bertinghen, et d’autre part, au-dedans de ce nouvel espace, d’accueillir de manière permanente une création artistique. On trouvera ci-après la présentation de ces résidences :

Autre manifestation de la vitalité du programme artistique et culturel durant la saison 2022-2023, le spectacle clôturant le festival « Journées d’enfance 2023 » a été vu par 350 spectateurs ; familles, professionnels de l’Aide Sociale à l’Enfance ou de l’Education nationale ont applaudi les enfants de notre association ayant présenté sur scène leurs créations en arts, lettres, sports pendant une heure quinze et au fil d’une histoire inventée par leurs professeurs d’atelier et leur metteur en scène tout au long de l’année. La captation audiovisuelle de ce spectacle sera prochainement mise en ligne sur le site internet de notre association.

Emmanuel Paris commente les résultats du questionnaire de satisfaction proposé chaque année aux enfants depuis neuf ans.

Ce questionnaire est rempli sous le seau du volontariat (pas de caractère obligatoire), et proposé aux enfants ayant réalisé au moins trois mois d’ateliers durant la saison (pour ce questionnaire ; de la reprise des ateliers troisième semaine de septembre 2022 au spectacle de juillet 2023).

Deux nouveautés, proposées par le Conseil scientifique de l’association, organisent le questionnaire : un système de pictogramme permettant à l’enfant de mieux saisir les nuances entre les réponses possibles à apporter pour chaque question, et l’âge de l’enfant qui remplit la fiche.

Sur ce dernier point, cela a permis de réaliser un traitement statistique général des réponses, et un traitement par classes d’âge (“petits”, de 6 à 10 ans ; “moyens”, de 11 à 14 ans ; “grands”, de 15 à 18 ans).

La saison dernière, les “petits” représentaient 31 % des enfants suivant des ateliers pendant au moins 3 mois, les “moyens” 44,6% et les “grands” 24.3 %.

S’agissant des taux de participation, les résultats sont très bons : 71.6 % pour l’ensemble des enfants, 78.2 % pour les “petits”, 69,7 % pour les “moyens”, 61.1 % ^pour les “grands”.

Dans le détail des réponses, on observe des variations selon les classes d’âge : un système de couleur (jaune pour les taux de réponse supérieurs à 70 % ; vert pour les taux de réponse supérieurs à 80 % et bleu pour les taux de réponse supérieurs à 90%) permet de visualiser ces écarts.

Chez les “petits”, il y a 7 réponses positives couleur verte, 6 réponses positives couleur jaune. Les questions 1 à 7 (renforcement de la capabilité / de la confiance en soi) sont toutes colorées, les questions 15 à 19 (construction du collectif) aussi.

Chez les “moyens” : il y a 3 réponses positives couleur verte, 6 réponses positives couleur jaune. Les questions 1, 4 et 5 (renforcement de la capabilité / de la confiance en soi) sont toutes colorées, les questions 15,16, 18 et 19 (construction du collectif) aussi.

Chez les “grands”, il y a une couleur positive jaune (question 1, “renforcement de la capabilité/de la confiance en soi”), une couleur positive verte (question 5, “renforcement de la capabilité/de la confiance en soi”) , 1 couleur négative bleue (question 10, “ouverture culturelle”).

De manière générale les réponses positives sont très majoritaires, quand c’est négatif, c’est à chaque fois dans la rubrique “ouverture culturelle” (la difficulté à partager sa pratique autour de soi). Ce résultat est observé lors de chaque édition des résultats du questionnaires de fin de saison. Les “petits” sont convaincus qu’ils pourront continuer à pratiquer une fois sortis de nos effectifs, les “moyens” sont aussi optimistes. Les “grands” ne le pensent pas.

Olivier Martin demande s’il serait possible de comprendre les raisons pour lesquelles des enfants n’ont pas souhaité remplir le questionnaire.

Emmanuel Paris explique qu’il est difficile de questionner les enfants concernés car ce serait au risque de leur donner le sentiment d’une faute – ce qui n’est évidemment pas dans l’esprit de cette démarche de recueil de points de vue.

Patrick Girard et Emmanuel Paris explique que le suivi par les équipes éducatives de l’usage de ce questionnaire, une fois diffusé dans chaque unité, peut varier selon l’accumulation des tâches à réaliser pour chaque groupe.

Rémy Boiron observe que les repas du soir sont des moments privilégiés dans chaque Maison pour organiser des séances collectives mobilisant réflexion et action.

Jérémie Mattout relève une différence notable dans les réponses apportées par la catégorie « petits » et la catégorie « grands » à la question 10 : « J’ai envie de continuer à pratiquer [discipline pratiquée] après mon départ des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ? ». Les « petits » y répondent positivement (77,7 %), les « grands » négativement (90,9 %).

Marie-Christine Briatte et Emmanuel Paris observent que ce fort différentiel confirme la difficulté éprouvée par les collectivités territoriales d’accompagner les habitants dans une pratique artistique et culturelle tout au long de la vie. Marie-Christine Briatte précise que la lutte contre l’inégalité d’accès à la culture est un effort constant des politiques culturelles portées par les mairies, communautés de communes, conseils départementaux, conseils régionaux, ministères de l’éducation nationale et de la culture.

Rémy Boiron dit qu’il est souvent difficile pour les jeunes adultes d’identifier les ressources disponibles dans le territoire pour pratiquer en danse, musique, théâtre, etc.

VI. Présentation du thème de la saison 2023-2024 et de son programme :

Emmanuel Paris présente « Utopia », thème de la nouvelle saison :

Emmanuel Paris présente la programmation de « L’aventure de la vie » telle qu’elle est connue au moment de cette réunion (des actions artistiques et culturelles peuvent se greffer à mesure de l’avancement dans l’année 2023-2024).

Parmi les moments forts de cette programmation, Emmanuel Paris cite les résidences soutenues par fondations et dons d’entreprise (résidence « utopia » au second semestre 2023, résidence « maison qui frissonne » au deuxième trimestre 2024), ainsi que de nouveaux partenariats naissants, permettant par exemple à l’association de bénéficier de l’expertise du service municipal de Boulogne-sur-mer « Parcs et jardins » pour aider pendant trois années consécutives le grandissement des bébés arbres plantés dans le « jardin d’Elisabeth ». Emmanuel Paris cite par ailleurs le partenariat renouvelé avec le Fonds Régional d’Art Contemporain Grand Large Hauts-de-France, qui permettra cette année un prêt d’œuvres au premier trimestre 2024 de l’artiste Céline Ahond. Les enfants du Centre de jour et de la Maison Vive, explique Emmanuel Paris, créeront à leur tour lors de leurs ateliers en arts plastiques et avec le conseil des membres du FRAC des artefacts en carton des scènes de la vie quotidienne, pour par exemple pour jouer à faire comme s’ils étaient juge des enfants ou secrétaire de direction.

V. Présentation du film « Territoire(s) en protection de l’enfance » en présence de Chloé Colpé, chercheuse invitée qui a menée l’étude aux Maisons des Enfants de la Côte d’Opale :

Emmanuel Paris diffuse lors de cette réunion ce film en avant-première. Il a été réalisé dans le cadre des études et recherches menées par le Conseil scientifique de l’association. Ce film et le rapport écrit mettant en perspectives ces récits de vie d’enfants et de jeunes de trois MECS dont notre association a été remis pour validation au Conseil scientifique de l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance. On trouvera ci-après la présentation de cette étude :

Emmanuel Paris précise que ce film a été visionné par les membres du Conseil de Vie Sociale, le sera le 1er février 2024 par les équipes éducatives dans le cadre de la « Conférence du jeudi » conviant Chloé Colpé à rencontrer et dialoguer avec la communauté.

Les participants visionnent ce film d’une demi-heure :

Arthur Vuattoux valorise la qualité de ce documentaire qui sait ne pas écraser la parole des témoignages par une voix off envahissante. Athur Vuattoux dit que ce film permet d’avancer dans la compréhension de phénomènes peu connus à propos des nouvelles temporalités de la jeunesse, de la pression que l’accession au premier emploi met sur son appréhension de l’emploi du temps dans toutes ses dimensions sociales. Arthur Vuattoux relève par ailleurs la pertinence du film pour examiner aussi le sujet des modes d’appropriation par la jeunesse de ses espaces vécus, le documentaire soulignant que ces choix de lieux à vivre sont très différenciés selon les jeunes s’exprimant. Arthur Vuattoux relève que certains parcours individuels filmés manifestent une volonté de la personne de cloisonner, voire retreindre l’espace vécu.

Eric Parot dit que ce film permet d’étayer de riches réflexions sur la notion de « territoire », et particulièrement les raisons pour lesquelles chacune, chacun se construit de nouvelles excroissances ou décide de s’y refuser. Eric Parot observe que les lieux de savoir (musées, médiathèques, salles de spectacle, etc.) sont peu présents dans les lieux choisis par les participants pour être filmés et commentés.

Chloé Colpé dit que, s’agissant des jeunes de l’association, la notion de « paysage » est souvent revenue, incluant les lieux de pratiques artistiques et culturelles. Chloé Colpé précise que l’espace immatériel de la pratique de jeux vidéos a été aussi citée par certains jeunes ayant pour particularité de ne pas privilégier l’extérieur de la Maison d’enfants comme endroit vécu et pratiqué.

Patrick Girard dit que l’activité dans la nature est un outil éducatif régulier qu’il active dans son accompagnement des enfants. Le paysage a plusieurs utilités : il permet de multiplier les expériences, les découvertes vécues ensemble, étayant de la sorte une relation de confiance et de complicité. Patrick Girard explique aussi que randonner dans la nature permet à l’enfant d’apprécier le bienfait de ces moments non monétisés, de proposer dans son réseau amical ou familial des sorties collectives intéressant tous les âges.

Chloé Colpé observe que des jeunes de l’association ont pu valoriser des lieux payants d’accès à la culture, des lieux aussi de consommation tels le cinéma, l’aquarium « Nausicaa » ou les contres commerciaux.

Marie-Christine Briatte valorise la qualité de ce film documentaire et recommande sa diffusion dans l’espace public en dehors des seuls cercles du champ professionnel ou du monde de la recherche.

Jérémie Mattout dit que ce film est touchant, intéressant tant son propos est universel et apprécie la maturité des jeunes s’y exprimant.

Olivier Martin dit que ce film est émouvant, restitue avec force et intelligence la parole peu entendue des jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance et demande quel usage l’association pourrait en faire pour favoriser les échanges et réflexions. Olivier Martin observe la grande diversité des récits de vie filmés et dit que ce documentaire confirme une nouvelle fois l’importance de signaler aux autorités régissant le champ professionnel de ne pas écraser les singularités en uniformisant les recommandations de « bonnes pratiques professionnelles ».

Chloé Colpé dit que ce film est un bon vecteur de partage, mais qu’il faudra faire attention à ne pas forcer l’enfant le visionnant à s’exprimer pour dire ce qu’il en retient. Chloé Colpé précise que bien souvent, ces expressions se manifestent bien après le visionnage d’un film ; l’important est donc de se rendre disponible quand surgit cette envie de parler de ce qu’il a inspiré. S’agissant de la qualité des propos tenus par les enfants, les jeunes ayant participé à cette étude, Chloé Colpé précise que le cadre méthodologique fut un point d’appui important pour cette libération de la parole, les chercheuses rappelant systématiquement aux participants les attendus de l’enquête à chacune de ses étapes.

Rémy Boiron valorise la maturité des propos tenus dans ce film, précisant qu’il a trouvé comme une « impudique pudeur » dans la façon de s’y exprimer. Rémy Boiron dit que ce film sera un bon vecteur de partage intergénérationnel, permettant aux enfants entre eux, et aux enfants vis-à-vis de leur famille de réfléchir ensemble à son parcours de vie.

VI. Questions annexes :

Emmanuel Paris propose aux membres des recommandations de lectures commentées ou d’invitations à lancer pour la prochaine réunion du conseil scientifique, le 15 mars. Emmanuel Paris précise que Marie-Pierre Boucheaudy présentera l’ouvrage collectif « (Un) abécédaire des friches. Laboratoires – fabriques –squats – espaces intermédiaires –tiers-lieux culturels » paru en septembre 2023 aux Editions « SENS & TONKA & CIE ».

Olivier Martin propose une lecture commentée de l’ouvrage « L’Attestation : Une expérience d’obéissance de masse, printemps 2020 » paru aux Editions Animosa.

Les participants agréent cette proposition.

Emmanuel Paris demande à Jérémie Mattout s’il pourrait convier une ou un chercheur à présenter un état de l’art en neurosciences à propos du fonctionnement du cerveau, tant ce thème est apprécié des équipes éducatives.

Jérémie Mattout dit qu’il va prospecter pour une recommandation d’ici le 15 mars.

La prochaine réunion du Conseil scientifique est programmée le 15 mars de 10h à 13h. Olivier Martin clôt la vingt-neuvième séance du Conseil.

Film et rapport de l’étude “Territoire(s) en protection de l’enfance”

Notre association a participé à une étude pour l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance, conçue par l’Institut de formation et de recherche en intervention sociale Ocellia, le Centre Max Weber (Université Lyon 2) et mobilisant trois institutions ; l’Association Acolea (territoire Métropole Est Lyon, 69), l’Association Les Ecureuils (territoire plateau haut-vivarais Lignon, 43) et notre institution.

On trouvera en consultation libre le rapport issu de l’étude sur le site de l’ONPE, ici.

Le film présentant les récits de vie de jeunes ayant candidaté pour cette enquête est visionnable ci-après :

Bilan de la saison 2022-2023 de notre programme culturel “L’aventure de la vie”

En raison de la longueur conséquente du rapport final, nous proposons un résumé des résultats du référentiel faisant bilan de la saison 2022-2023.

Cliquez sur la fenêtre ci-après pour visualiser les résultats du référentiel.

Bilan de la saison culturelle 2022-2023 (incluant celui des Journées d’Enfance 2023).

I. Evolution du contexte :

Les objectifs du programme « L’aventure de la vie » sont :

Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis.

Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire.

Faire de l’enfance la question de tous.

Ces objectifs font réponse aux besoins identifiés ci-après par l’institution :

– Besoins partant de l’objectif assigné par la Nation à l’Aide Sociale à l’Enfance :

Il s’agit notamment d’aider les enfants et les jeunes à exercer pleinement, une fois devenus adultes majeurs, leurs droits et leurs devoirs de citoyens. Notre institution veut leur donner une identité culturelle, des compétences à revendiquer pour y parvenir ;

– Besoins partant des enfants et des jeunes de notre institution :

Leurs difficultés s’expliquent en partie par leur environnement culturel. Les jeunes de notre institution manquent de repères et de connaissances culturelles pour s’ouvrir au monde et trouver une place dans la société. Notre institution veut assumer ce travail éducatif ;

– Besoins partant du territoire dans lequel agit l’institution :

Le problème de l’environnement culturel est le même dans la majorité des familles boulonnaises, qui profitent peu de l’offre culturelle du territoire. Le programme « L’Aventure de la vie » vise à dynamiser l’accès à la culture dans le territoire, y compris au-delà de l’espace de l’institution.

La structuration du programme pluriannuel et pluridisciplinaire « L’aventure de la vie » est développée pour répondre aux objectifs précités.

Cette structuration est composée d’ateliers obligatoires bi-hebdomadaires pour chaque Maison de culture de notre institution ; de spectacles programmés mensuellement dans notre espace culturel : « Le café-théâtre Michel Lafond » ; de partenariats avec des opérateurs locaux et nationaux de l’action culturelle, de formations en interne destinées à cultiver la créativité, l’ingéniosité, la sociabilité ; de séjours immersifs de deux à trois mois à l’étranger ainsi que d’un festival de plusieurs jours dans le territoire, programmé chaque année aux alentours du 2 juillet, avec notamment l’organisation d’un colloque et d’un spectacle.

Le présent rapport narratif final concerne la période allant de septembre 2022 à juillet 2023.

Du point de vue de la gouvernance du programme « L’aventure de la vie », le Conseil de la Vie Sociale, le Conseil scientifique, le Conseil de la Culture d’entreprendre, les Comités de pilotage des partenariats culturels et les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène du spectacle et la direction sont des instances mises en place par l’institution depuis quatre ans pour accompagner et orienter sa mise en œuvre.

Ces instances associent systématiquement les enfants et les personnels aux activités et prises de décision : ils ont des représentants statutaires pour chaque instance, exceptées les réunions mensuelles avec les professeurs d’atelier, le metteur en scène et la direction. Les parents et tuteurs légaux sont représentés quant à eux par des membres élus dans le Conseil de la Vie Sociale. Les institutions culturelles partenaires du programme « L’aventure de la vie » participent aux réunions des comités de pilotage.

Cette volonté de renforcer les outils institutionnels pour piloter « L’aventure de la vie », en élargissant le périmètre des parties prenantes aux prises de décision et en augmentant la périodicité des réunions, a permis d’assurer la cohésion du dispositif en accord avec les trois objectifs précités en introduction.

II. Analyse du public bénéficiaire de l’action :

Par public, nous comprenons toute personne ayant été en contact direct avec le programme « L’aventure de la vie ». Outre les enfants et les personnels de l’institution, nous incluons aussi et par conséquent les intervenants et organisateurs des manifestations, ou bien les passants dans l’espace public au sein duquel un événement est organisé, même ceux qui n’ont fait que regarder.

Cette approche est inspirée de la définition écomusée / musée de société Fédération française écomusées et musées de société :

« L’écomusée est un espace public, il réunit des hommes et des femmes autour de projets sociétaux pour le territoire et ses habitants. Cet espace ouvert et permanent ouvre au débat les questions liées aux projets et s’enrichit de toutes les expertises. Cet espace est investi par des publics : acteurs, agents, visiteurs, membres d’une communauté territoriale ou d’activité.

Les projets sociétaux sont construits et mis en œuvre par des agents (salariés) et des acteurs (philanthropes). Ces projets prennent appui sur les patrimoines naturels, culturels, matériels et immatériels pour développer le territoire et ses activités. Ces patrimoines s’épanouissent grâce aux activités de recherche et de médiation. Ces projets permettent de maintenir et de générer du lien entre les publics, mais aussi de collecter, de conserver et de partager les patrimoines. Ces projets requièrent des moyens humains, matériels et financiers. Leur concrétisation peut prendre des formes multiples allant d’outils de médiation, de communication ou de diffusion à des réalisations économiques. L’écomusée est un   processus ; les hommes et les projets peuvent changer en fonction des évolutions du territoire. »

(Proposition de définition d’un écomusée et musée de société, Fédération des écomusées et musées de société, 27-28-29 mars 2008, Marquèze).

Les termes montrent l’idée fondamentale des Maisons en tant qu’actrices publiques et citoyennes, espace d’expérimentations sociales et culturelles, qui mettent en œuvre des processus de recréation et de création nouvelle de filiations, qui permettent d’inscrire les futurs adultes de l’institution dans l’espace public, l’ordre social tels qu’ils sont, mais aussi dans des espaces publics, des ordres sociaux du territoire reformulés, réinventés.

La dimension participative des actions du programme artistique et culturel doit être soulignée, à l’image des expositions programmées d’année en année dans le cadre des partenariats avec les établissements muséaux.

Dans un décompte chiffré des actions réalisées entre septembre 2022 et juillet 2023, les résultats sont les suivants :

Actions culturelles programmées dans et hors l’institution :

Entre septembre 2022 et avril 2023, huit spectacles ont été organisés dons notre espace culturel, le « café-théâtre Michel Lafond », salle permettant l’accueil de 70 spectateurs. Chaque spectacle a été vu par les enfants et les personnels de l’institution, et à chaque venue de la compagnie professionnelle pour présenter son spectacle, le ou les artistes ont partagé pendant une heure le mercredi avec les enfants du Centre de Jour des savoirs, savoirs faire et savoirs être relevant de la création théâtrale, de l’art de jouer un autre que soi.

On trouvera le détail de cette programmation sur notre site Internet ici.

Ratio du nombre de projets institutionnels (insufflés par la direction) par rapport au nombre de projets proposés par les équipes éducatives des Maisons :

162 actions artistiques et culturelles ont été recensées durant la saison 2022-2023. Ces actions culturelles comprennent y compris les réunions des Conseils de l’institution (Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique, Comités de pilotage thématiques) car elles y font participer directement les enfants et les jeunes, correspondant en cela à l’un des principes de notre politique de développement culturel.

Sur ces 162 actions, plus d’un tiers (70) a été porté par les Maisons, le reste (92) par la direction.

Cette comptabilisation est biaisée par le fait que seules les actions communiquées par les équipes pour mise en ligne sur le site Internet ont été prises en compte dans ce calcul ; des actions ont lieu mais ne sont pas relatées sur le site Internet. Le nombre d’actions culturelles portées par les Maisons est de ce fait supérieur au chiffre référence ; le ratio devrait dans l’absolu et par conséquent être proche de la parité.

Ateliers bi-hebdomadaires :

Chaque Maison de culture de notre institution organise dans la semaine des ateliers artistiques et culturels. Les enfants sont âgés de 6 à 17 ans.

Centre de Jour (atelier le lundi, de 13h30 à 15h30 et le jeudi, de 9h30 à 12h30) : 16 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le lundi après-midi, activité théâtre sous l’égide de Manuel Paque, le mardi après-midi, activité arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre.

Maison de la Danse (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 13 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : danses, chorégraphies de groupe réalisées sous l’égide de Marine Vigneron.

Maison des Découvreurs (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 13 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le lundi, activités nautiques réalisées dans les locaux du Boulogne Canoë Kayak (BCK) de Boulogne-sur-mer dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association ; le jeudi, savate française dans les locaux du « Center training » de Boulogne-sur-mer sous l’égide de Jacques Demagny et de Yann Pochet dans le cadre d’une convention annuelle avec cette association.

Maison de la Musique (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 13 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : apprentissage du solfège, composition et interprétation de créations musicales sous l’égide de Matthieu Scarpa.

Maison du Sport du Bien-être (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 13 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), deux professeurs d’atelier en alternance. Contenu de l’atelier : le lundi activités sportives (sports collectifs) sous l’égide de l’équipe de la Maison (éducateurs sportifs), le jeudi atelier yoga sous l’égide de Carine Pochet.

Maison du Cirque (atelier le lundi et le jeudi, de 18h à 20h) : 13 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), un professeur d’atelier. Contenu de l’atelier : activités circassiennes (jonglerie, équilibrisme) sous l’égide de Romuald Pierru.

Maison Vive (le jeudi, de 17h à 19h et le vendredi, de 17h à 19h) : 4 enfants, 5 membres de l’équipe éducative présents en alternance selon les séances (1 adulte au minimum est présent à chaque séance), 2 professeurs d’ateliers présents en alternance selon les séances (un professeur au minimum est présent à chaque séance). Contenu de l’atelier : le jeudi en fin d’après-midi, atelier arts plastiques sous l’égide de Sylvie Mestre et le vendredi en fin d’après-midi, atelier viet vodao sous l’égide de Nicolas Berthélémy ;

Nombre de participants à ces ateliers :

En septembre 2022, 82 enfants et jeunes sont recensés dans les Maisons organisant au moins un atelier hebdomadaire en arts, lettres, sciences, sports tout au long de la saison culturelle (du mois de septembre au mois de juillet de l’année suivante).

Pourcentage de néophytes dans l’activité artistique proposée :

Sur ces 82 enfants et jeunes, 20 sont néophytes, soit 24,4 % de cet effectif. Par néophyte, on désigne le jeune qui n’a pas pratiqué le contenu d’atelier de la Maison lors de la saison culturelle précédente.

Degré de mixité des participants :

Sur ces 82 enfants et jeunes, 34 sont des filles, soit 41,5 % de cet effectif.

Résidences art / science 2022-2023 :

L’association a été sélectionnée par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France pour organiser en 2021, 2022 et 2023 des résidences croisées art / science. On trouvera le détail des deux résidences organisées durant la saison 2022-2023 ici et ici. La résidence “Jardin d’Elisabeth” est par ailleurs soutenue par la Fondation Marc Rohrbach sous l’égide de la Fondation de France.

Festival annuel « Journées d’Enfance » :

Notre décompte du public des « Journées d’Enfance 2023 » journée d’animation après journée d’animation est le suivant (On trouvera le contenu de notre festival (images, textes, pdf) sur notre site Internet ici.

a. Vendredi 30 juin 2023 (manifestation publique) : organisation de la joute nautique sur les bords de la Liane, à Boulogne-sur-mer : 60 enfants, 40 adultes ;

b. Dimanche 2 juillet 2023 (manifestation organisée en interne) : « Les grandes tables de la ferme », rassemblement de la communauté éducative et retrouvailles avec les anciennes et les anciens de l’institution : 75 enfants, 200 adultes ;

c. Lundi 3 juillet 2023 (manifestation publique) : colloque « Energie(s) » : 120 adultes. 85 % sont les membres du personnel de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale », 5 % sont des représentants de fondation soutenant l’association, 10 % sont les intervenants du colloque ;

d. Vendredi 7 juillet 2023 (manifestation organisée en interne) : réunion plénière du Conseil de la Culture d’entreprendre, Conseil de la Vie Sociale, Conseil scientifique et comités de pilotage du programme culturel : 15 adultes (membres des Conseils et comités de pilotage du programme culturel et représentants d’établissements culturels et de formation professionnelle) ; spectacle « L’audace d’un excentrique » à 20h, salle “Le Phenix” d’Outreau. : 70 enfants, 350 adultes : 25 % sont les parents des jeunes sur scène, accueillis par l’association, 50 % sont les membres du personnel de l’association, 20 % sont des amis de l’association (intervenants extérieurs, amis…), 5 % sont des membres du Conseil d’Administration de l’association, 5 % sont des représentants des services sociaux du département.

III. Relations avec les partenaires du projet :

Durant la période couverte par ce rapport final, de septembre 2022 à juillet 2023, huit partenariats avec des institutions culturelles sont en activité :

• pour le pôle muséographique, un partenariat (Fonds Régional d’Art Contemporain Grand Large Hauts-de-France) ;

• pour le pôle scientifique, deux partenariats (Ocellia et Palais de L’Univers et des Sciences, Cappelle-la-Grande) ;

• pour le pôle sportif, deux partenariats (le Boulogne Canoë Kayak (BCK) et le « Training Center ») ;

• pour le pôle technique, deux partenariats (entreprise Enedis et lycée horticole de Coulogne).

Aux sept partenariats existants s’ajoutent une relation privilégiée de soutien à la réalisation des actions culturelles de l’association de la part de quatre fondations : la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France (organisation de la résidence art / science « Dunes magnétiques), la Fondation Marc Rohrbach sous l’égide de la Fondation de France (organisation de la résidence art / science « Jardin d’Elisabeth »), la Fondation Sopra Steria / Institut de France (activités du Fablab des Maisons), les Jeunesses Musicales de France (organisation d’un cycle d’ateliers de pratiques musicales au Centre de jour).

Durant la saison 2022-2023, 4 réunions ont été organisées en présence des institutions culturelles partenaires de notre association.

La réunion plénière, organisée le 7 juillet 2023, a invité l’ensemble des partenaires de notre institution, ainsi que des représentants d’institutions culturelles avec lesquelles nous développerons de nouveaux partenariats durant les saisons à venir.

On trouvera le contenu des comptes-rendus des réunions des comités de pilotage organisées durant la saison 2022-2023 ici.

Pourcentage de partenaires prêts à reconduire le projet ou un autre projet avec le porteur de projet :

En comparant les relevés de présence des comptes-rendus des comités de pilotage de la saison culturelle 2021-2022 et ceux des comptes-rendus de la première réunion des comités de pilotage de la saison culturelle 2022-2023, 80 % de nos partenaires ont donc reconduit le projet avec notre institution.

Relations avec les Fondations :

Nous avons pu avec le soutien de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe et les Jeunesses Musicales de France développer un cycle d’ateliers de pratiques musicales de 7 séances proposés aux enfants du Centre de jour. Ce cycle d’ateliers a permis la création de compositions originales dont on trouvera le contenu ici.

IV. Analyse des conditions de mise en œuvre :

L’intensité des actions culturelles programmées durant la période couverte par ce rapport final est élevée. On trouvera sur notre site pour s’en rendre compte le détail de ce calendrier, mois après mois, ici.

Malgré cette fréquence des activités, bien qu’aussi parfois les demandes des partenaires présentèrent des jeux de contraintes inhabituels, nous n’avons pas constaté de difficultés particulières aussi bien en terme d’effectifs disponibles, de compétences à mettre en œuvre, de coordination dans le processus de conception et de réalisation, d’implication dans l’acte à accomplir, de moyens matériels à mobiliser ou de collaboration avec les partenaires concernés.

Nous analysons cette « routinisation » de l’activité culturelle par le développement et la sophistication des outils institutionnels mis en place pour piloter le programme « L’aventure de la vie » ainsi que d’une expérience conséquente, acquise au fil de ses onze années d’existence en tant que matrice stratégique de notre projet institutionnel.

V. Impacts et valorisation du projet :

S’agissant des indicateurs et outils formalisés au préalable de notre saison culturelle, notre évaluation est d’emblée positive.

Pour l’objectif « Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis », les enfants et les jeunes de l’association s’exprimant à propos du programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » à l’occasion du questionnaire proposé pour la huitième année consécutive, ont systématiquement valorisé les effets positifs en terme de capabilité, d’estime de soi, d’intégration dans un collectif au service d’un projet commun. On trouvera les résultats du questionnaire 2022-2023 ici.

Pour l’objectif « Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire », la liste des projets culturels dont fait systématiquement part notre site Internet depuis le début de notre saison culturelle 2022-2023 indique l’intensité de la dynamique culturelle de notre institution en direction du territoire.

Pour l’objectif « Faire de l’enfance la question de tous », la liste des partenariats culturels explicitée dans la partie III. du présent rapport ainsi que les comptes-rendus des réunions systématiquement du Conseil de la Culture d’entreprendre, du Conseil scientifique et du Conseil de la Vie Sociale mis en ligne sur notre site Internet depuis le début de la saison culturelle 2022-2023, indiquent la grande diversité des parties prenantes intéressées aux thèmes et problématiques portées par le programme « L’aventure de la vie » et à sa mise en œuvre au quotidien par notre institution. On trouvera le détail de ces comptes-rendus ici.

Nombre de réunions organisées par des acteurs du champ (état, conseil général, ONG /associations) pour présenter la politique culturelle des MECOP :

Durant la saison 2022-2023, un film documentaire de 30 minutes a été réalisé dans le cadre de l’enquête « Le territoire est-il un vecteur de construction de lien ? Une approche sociogéographique des liens en protection de l’enfance » (partenariat avec Ocellia) pour le compte de l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance. Ce film sera à disposition des MECS et des instituts de formation du champ professionnel souhaitant thématiser l’influence du territoire sur le parcours des jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance.

VI. Continuité du projet :

Notre programme éducatif et culturel « L’aventure de la vie » est pluriannuel. Formulé en 2004, il constitue la matrice de notre projet d’établissement 2020-2025. Le Conseil départemental du Pas-de-Calais constitue le financeur de ce projet d’établissement et par conséquent est le financeur principal du programme éducatif et culturel.

Nous candidatons cependant régulièrement aux appels à projet thématisant la démocratisation culturelle, l’accès à la culture, de la part des collectivités territoriales (en 2013, appel à projets « Culture à partager 2014 » de la Région Nord Pas-de-calais ; en 2014, appel à projet « Culture à partager 2015 » de la Région Nord Pas-de-Calais) et de la part de fondations privées (en 2013, appel à projets « Enfance et Culture 2013 » de la Fondation de France ; en 2014, appel à projets « Enfance et Culture 2014 » et appel à projets « Arts et Territoire 2014 » de la Fondation Daniel et Nina  Carasso ; en 2016 : appel à projets « Fondation Auchan ensemble pour la jeunesse » et, pour la Fondation Daniel et Nina Carasso, présentation sur sa demande d’un programme d’actions triennal ; dotation accordée par la Fondation Sopra Steria / Institut de France pour le développement d’un Fab Lab, soutien de la Fondation de France dans le cadre du programme « Les nouveaux commanditaires » ; en 2019 : appel à projets “La musique, un vecteur d’épanouissement pour tous” de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe ; recommandation de notre institution par la Fondation de France auprès de la Fondation Marc Rohrbach). En 2021, dotation accordée par la Fondation Marc Rohrbach sous l’égide de la Fondation de France.

Nous considérons en effet que ces soutiens issus de collectivités territoriales tierces du Conseil départemental du Pas-de-Calais, et de fondations privées aux rayonnements national et international, participent de l’un des objectifs précité : « Faire de l’enfant la question de tous ».

Les documents demandés par ces prestataires d’appel à projets locaux, nationaux, et internationaux pour formaliser chaque année l’évaluation des actions entreprises dans le cadre de ces dotations, permettent par exemple à notre institution d’acquérir des compétences en matière d’intégration de la culture dans le champ de la protection de l’enfance.

Ces soutiens sont par ailleurs autant de marques de reconnaissance de la qualité de notre programme éducatif et culturel, marques de reconnaissance auxquelles sont sensibles en interne nos équipes éducatives, nos intervenants artistiques et culturels, les institutions culturelles partenaires, et en externe, notre financeur principal ; le Conseil départemental du Pas-de-Calais.

Nous continuerons par conséquent à rechercher le lien avec ces institutions tierces, productrices d’appels à projets, dans les années à venir.

VII. Valorisation du projet :

S’agissant de la valorisation de la saison culturelle 2022-2023 du programme « L’aventure de la vie » :

En interne :

L’association a créé au printemps 2014 une webradio, écoutable par chaque enfant et jeune de l’association sur une fréquence Internet dédiée. Cette webradio programme notamment des reportages réalisés par les enfants et les jeunes à propos des ateliers artistiques et culturels, ainsi que durant les événements (spectacles durant l’année, festival « Les Journées d’Enfance »).

Un papier à en-tête est utilisé par l’institution depuis plusieurs années dans ses interactions avec toutes parties prenantes. Ce document fait apparaître les logos de l’ensemble des soutiens et partenaires des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale.

En externe :

L’utilisation des NTIC et des réseaux sociaux est favorisée ; site Internet de l’association ; blogs des différentes maisons (sur la même adresse, cliquer sur les icônes correspondant à chaque maison des enfants de la culture). Des films sont systématiquement tournés sur la vie culturelle de l’association, puis mis en ligne. Les comptes-rendus des réunions du Conseil de la Vie Sociale, du Conseil scientifique et des comités de pilotage sont systématiquement publiés sur le site Internet.

La presse locale, les médias associatifs et les médias généralistes nationaux ont communiqué à plusieurs reprises à propos de notre programme éducatif et culturel, voir sur notre site Internet le recensement de ces articles ici.

Outils : site internet, réseaux sociaux, webradio, programme, dossier de presse, communiqués.

S’agissant de la capitalisation de la saison culturelle 2022-2023 du programme « L’aventure de la vie » :

L’ensemble des activités éducatives et culturelles de cette saison a été chroniqué mois après mois sur notre site Internet. Il est de même pour les saisons culturelles précédentes.

Une plaquette présentant dans le détail des activités de la vie quotidienne des Maisons en relation avec le programme « L’aventure de la vie » est remise à l’enfant dès la commission d’admission, c’est-à-dire la première fois que l’enfant découvre notre institution et, si le comité de direction la valide, l’intégrera peu après.

VIII. Suite du projet :

Trois axes de développement, sous-tendus par les trois objectifs énoncés dans le présent document, constitueront notre effort institutionnel afin de compléter notre offre éducative et culturelle en direction des enfants et des jeunes.

Premier axe (objectif : Favoriser le développement personnel des jeunes accueillis) : nous voulons développer le goût pour la composition auprès des jeunes de notre institution. Nous travaillons en ce sens à valoriser un résultat non prévu positif se manifestant lors de la saison 2022-2023. Les Jeunesses Musicales de France nous ont proposé de continuer le partenariat pluriannuel permettant aux enfants du Centre de jour de découvrir et de pratiquer des instruments dans le cadre de cadre de venues d’invités, experts dans leur pratique musicale. 10 séances d’une heure trente seront organisées pour l’année 3 de ce partenariat.

Deuxième axe (objectif : Instituer les jeunes en tant qu’acteurs culturels du territoire) : nous voulons élargir notre rayonnement culturel. Nous travaillons à valoriser en ce sens un résultat imprévu positif lors de la saison culturelle 2022-20213. L’entreprise Inedis nous a accordé un don permettant de lancer le projet de construire au premier semestre 2024 une œuvre Land art intitulée « La Maison qui frissonne ». La dotation accordée par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France permet de financer la réalisation d’une résidence d’écriture créative organisée par l’artiste Rémy Boiron au second semestre 2023. Notre partenariat avec le Fonds Régional en Art Contemporain Grand Large Hauts-de-France permettra en janvier 2024 l’inauguration de l’œuvre créée par l’artiste Io Burgard avec les enfants et les équipes durant sa résidence organisée au premier semestre 2023, et un prêt d’œuvre dans notre salle d’exposition associative intitulée « Le pigeonnier », sis au 264 rue du Four à chaux à Saint-Martin Boulogne. Ces œuvres, intitulées « Jouer à faire semblant » seront exposées au premier trimestre 2024 et permettront aux enfants du Centre de jour et de la Maison Vive de créer en arts plastiques avec leur professeure Sylvie Mestre et le service des publics du FRAC.

Troisième axe (objectif : Faire de l’enfance la question de tous) : notre association a signé avec le Tribunal Pour Enfants du Tribunal de Boulogne-sur-mer une convention trisannuelle permettant l’exposition permanente des œuvres en arts plastiques créées durant les années précédentes par les enfants du Centre de jour et de la Maison Vive avec leur professeure Sylvie Mestre. Un premier accrochage d’une trentaine d’œuvres a été organisé dans les locaux du TPE en juillet 2023, d’autres accrochages compléteront ce corpus. Le jury de l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance examinera par ailleurs le 19 septembre 2023 le rapport final et le film d’enquête réalisés par l’équipe scientifique d’Ocellia et du Centre Max Weber Université Lyon 2. Des jeunes de notre association ont participé à cette étude, aux côtés de jeunes d’une MECS d’Yssingeaux (43) et de Villeurbanne (69). Ces documents scientifiques, une fois validés, seront mis à disposition de toutes MECS et instituts de formation du champ professionnel intéressés par le rôle joué par le territoire dans le parcours des jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Etude statistique sur la sociabilité et la socialisation des enfants de notre institution générées par notre programme éducatif et culturel pour la saison 2022-2023

Le programme « L’aventure de la vie » organise l’activité des Maisons de culture de notre institution, chaque année de la troisième semaine de septembre à la mi-juillet de l’année suivante.

On trouvera sur notre site Internet un bilan narratif synthétique de cette saison 2022-2023 ici.

Dans le cadre du suivi de la dotation octroyée à notre institution par la Fondation Daniel et Nina Carasso à l’occasion de l’appel à projet « Art et territoire 2014 », le cabinet « Nuova Vista » a proposé aux lauréats de questionner les participants de leurs activités culturelles afin de formaliser les effets qu’ils déclarent leur imputer quant à leur sociabilité et leur socialisation (estime de soi, relations à autrui, adhésion au projet institutionnel portant les activités culturelles de l’institution, inscription dans la vie de la cité).

On trouvera ici le détail de la fabrication de cet outil évaluatif unique en France, ainsi que l’identité des acteurs ayant participé à ce travail.

Considérations méthodologiques :

Le questionnaire dans sa première version a été proposé aux enfants et aux jeunes de notre institution au terme de cette saison culturelle 2014-2015, à la mi-juillet 2014.

On trouvera les résultats de cette première vague évaluative ici.

Lors de la saison 2015-2016, constatant que certaines formulations de questions composant la fiche « participants enfants et jeunes » ont été incomprises à l’époque par les répondants, le Conseil scientifique de l’association a recommandé lors de sa réunion du 9 octobre 2015 que les enfants et les jeunes participent au développement d’une nouvelle grille, plus appropriable. On trouvera le détail des analyses du Conseil scientifique au sujet de l’expérimentation de cet outil évaluatif sur notre site Internet, à l’adresse suivante (voir la partie II : « Retour sur la saison culturelle 2014-2015 et présentation de la saison culturelle 2015-2016 », ici).

L’association a sollicité par conséquent le Conseil de la Vie Sociale, instance représentative de ses usagers, afin d’améliorer le questionnaire adressé aux enfants et aux jeunes pour cette seconde vague. Le Conseil de la Vie Sociale a proposé au terme de sa réunion du 1er juillet 2016 la nouvelle version. On trouvera à l’adresse suivante le compte-rendu de cette réunion (voir la partie II : « II. Amélioration du questionnaire proposé chaque fin de saison culturelle aux enfants et aux jeunes de l’institution pour objectiver les effets du programme « L’aventure de la vie » sur leur parcours de vie. », ici).

Renforcement de la capabilité / de la confiance en soi
1.     Je suis fier (fière) d’avoir participé aux différents projets culturels tout au long de l’année
2.     Le programme culturel est important pour moi
3.     Mon entourage s’est intéressé à ce que j’ai fait dans ce projet
4.     Je me suis investi(e) à fond dans ce projet
5.     Quand je fais quelque chose, je le fais bien
6.      J’ai réussi à dépasser mes difficultés
7.      Je me rends compte grâce à ce programme que je sais faire des choses aussi bien que la plupart des gens
Ouverture culturelle
8.      Je suis allé(e) voir une manifestation de [discipline pratiquée] depuis le début du projet ?
9.     J’ai prévu d’aller voir une manifestation de [discipline pratiquée] ?
10.   J’ai envie de continuer à pratiquer [discipline pratiquée] après mon départ des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ?
11.    Le projet m’a donné envie de pratiquer une /d’autre(s) discipline(s) artistique(s), scientifique(s) ou sportive(s) ?
12.   J’ai donné à mon entourage l’envie d’assister à des spectacles ou de pratiquer une discipline artistique, scientifique ou sportive ?
Apprentissage de la diversité
14.   Je me suis senti accepté par les autres grâce aux ateliers
13.   J’ai appris à connaitre toutes les personnes de ma Maison grâce aux ateliers
Construction du collectif
15.   J’ai aimé construire un projet en équipe
16.   Je me sens à l’aise avec mon groupe
17.   J’ai noué des liens avec des personnes de mon groupe
18.   Je me suis fait des amis dans mon groupe
19.   J’ai noué des liens avec des personnes de toutes les Maisons

Cette nouvelle version a été proposée aux enfants et aux jeunes participant aux ateliers du programme « L’aventure de la Vie » au terme de la saison 2015-2016 (voir les résultats ici), de la saison 2016-2017 (voir les résultats ici), de la saison 2017-2018 (voir les résultats ici), de la saison 2018-2019 (voir les résultats ici). Pendant deux années (saisons 2019-2020 et 2021-2022), le questionnaire n’a pas été proposé aux enfants tant le programme culturel ne pouvait donner sa pleine mesure en raison du Covid.

Présentation des résultats des réponses à propos de la saison 2022-2023 :

Le questionnaire a été proposé entre le 29 août et le 11 septembre 2023 aux enfants et aux jeunes du Centre de jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison de la Musique, de la Maison du Sport et de la Maison Vive. Les enfants sollicités sont celles et ceux ayant pratiqué un minimum de trois mois d’atelier artistique et culturel entre la troisième semaine de septembre 2022 et la fin du festival annuel “Les Journées d’enfance”, le 5 juillet 2023.

Sur les 74 enfants potentiellement répondant au questionnaire, 53 ont accepté de remplir cette fiche, soit un taux de réponse de 71.62 %.

Pour rappel, le taux de réponse de la vague 2021-2022 était de 53,75 %.

Analyse des réponses :

Chaque rubrique donnera lieu à une mise en perspective en réunions à la rentrée avec les équipes éducatives, les professeurs d’atelier, les Conseils et comités de pilotage du programme culturel.

Les résultats sont catégorisés de trois façons :

  1. “% de réponses négatives” : les répondants ont soit coché “Pas du tout d’accord”, soit coché “Pas d’accord” ;
  2. “% de réponses intermédiaires” : les répondants ont coché “Plutôt d’accord” ;
  3. “% de réponses positives” : les répondants ont soit coché “D’accord”, soit coché “Tout à fait d’accord”.

Thème 1 : Renforcement de la capabilité / de la confiance en soi

Réponse 1 (réponse à la question : « Je suis fier (fière) d’avoir participé aux différents projets culturels tout au long de l’année »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
1.820.777.3

Réponse 2 (réponse à la question : « Le programme culturel est important pour moi »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
7.537.754.7

Réponse 3 (réponse à la question : « Mon entourage s’est intéressé à ce que j’ai fait dans ce projet »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
20.71564.1

Réponse 4 (réponse à la question : « Je me suis investi(e) à fond dans ce projet »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
7.513.279.2

Réponse 5 (réponse à la question : « Quand je fais quelque chose, je le fais bien »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
3.713.283

Réponse 6 (réponse à la question « J’ai réussi à dépasser mes difficultés »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
20.79.469.8

Réponse 7 (réponse à la question « Je me rends compte grâce à ce programme que je sais faire des choses aussi bien que la plupart des gens »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
7.520.771.7

Thème 2 : Ouverture culturelle

Réponse 8 (réponse à la question « Je suis allé(e) voir une manifestation de [discipline pratiquée] depuis le début du projet ?»)

% de réponses positives% de réponses négatives
45.354.7

Réponse 9 (réponse à la question « J’ai prévu d’aller voir une manifestation de [discipline pratiquée] ?»)

% de réponses positives% de réponses négatives
43.456.6

Réponse 10 (réponse à la question « J’ai envie de continuer à pratiquer [discipline pratiquée] après mon départ des Maisons des Enfants de la Côte d’Opale ? »

% de réponses positives% de réponses négatives
4951

Réponse 11 (réponse à la question « Le projet m’a donné envie de pratiquer une /d’autre(s) discipline(s) artistique(s), scientifique(s) ou sportive(s) ? »)

% de réponses positives% de réponses négatives
71.728.3

Réponse 12 (réponse à la question « J’ai donné à mon entourage l’envie d’assister à des spectacles ou de pratiquer une discipline artistique, scientifique ou sportive ? »)

% de réponses positives% de réponses négatives
6644

Thème 3 : Apprentissage de la diversité

Réponse 13 (réponse à la question « J’ai appris à connaitre toutes les personnes de ma Maison grâce aux ateliers »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
22.620.756.6

Réponse 14 (réponse à la question « Je me suis senti accepté par les autres grâce aux ateliers »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
1533.947.1

Thème 4 : Construction du collectif

Réponse 15 (réponse à la question « J’ai aimé construire un projet en équipe »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
5.618.875.4

Réponse 16 (réponse à la question « Je me sens à l’aise avec mon groupe »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
13.29.477.3

Réponse 17 (réponse à la question « J’ai noué des liens avec des personnes de mon groupe »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
18.81566

Réponse 18 (réponse à la question « Je me suis fait des amis dans mon groupe »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
18.89.471.7

Réponse 19 (réponse à la question « J’ai noué des liens avec des personnes de toutes les Maisons »)

% de réponses négatives% de réponses intermédiaires% de réponses positives
11.31771.7

Sur proposition du Conseil scientifique lors de sa réunion du 7 octobre 2022, Les réponses au questionnaire sont aussi traitées selon trois classes d’âge (les “petits”, âgés de 6 à 10 ans ; les “moyens”, âgés de 11 à 14 ans et les “grands” âgés de 15 à 18 ans).

Ces résultats détaillés seront analysés lors de la réunion de rentrée avec nos professeurs d’atelier ainsi qu’avec les membres des conseils du programme artistique et culturel.

Note de rentrée saison culturelle 2023-2024

Le thème de la saison culturelle de cette année 2023-2024 est : « Utopia ».

« – Le rêve, le rêve du rêve du rêve. Le monde idéal pour toi ?

– Avoir tous les pouvoirs.

– Avoir tous les pouvoirs pour en faire quoi ?

– Je sais pas.

– Mais tu les aurais.

– Oui ».

À notre parrain d’association Patrick Bourdet qui lors de l’entretien annuel préparant notre colloque demandait aux enfants leur inspiration d’un monde idéal, Thiméo, enfant de la Maison du Cirque, témoigne dans sa réponse d’un processus de mentalisation aujourd’hui décrit par la pédopsychiatrie. Thiméo, comme d’autres enfants s’exprimant ce jour-là éprouve le réel en explorant les ressources offertes par la fiction.

Cette manière de penser n’est pas l’exclusive de l’enfance quand bien même elle la caractérise ; bien des langues intègrent de longue date dans la façon de verbaliser les rapports au monde cette capacité à créer de l’irréel pour mieux formuler l’existant, ses lois, ses règles. Ainsi par exemple notre grammaire propose-t-elle le mode « subjonctif » que l’on conjugue au passé, au présent et au futur quand le mode « indicatif » ne peut suffisamment dire l’idée de vivre dans un environnement incertain, suscitant en retour et pour soi-même doutes et questionnements.

Se jouer de la réalité pour mieux la saisir : les équipes mettent en œuvre dans leur travail éducatif quotidien cette appétence pour le « comme si c’était vrai », ces façons ludiques de spéculer à la demande de l’enfant sur les conséquences concrètes des scénarii qu’il échafaude – souvent avec anxiété voire colère – pour imaginer son devenir ou les raisons pour lesquelles il s’est retrouvé « en foyer ». C’est l’une des qualités de nos métiers de l’éducation spécialisée que de savoir accueillir en permanence toutes fictions exprimées par les enfants afin de mieux les tester, les valider ou les infirmer ensemble.

Réunions d’équipe hebdomadaires, réunions de concertation avec les référents sociaux des enfants, des parents et tuteurs légaux, audiences devant le Juge des enfants, rédactions des Documents Individuels de Prise en Charge chaque six mois avec avis et consentement de l’enfant concerné : nombreux sont les moments durant lesquels les professionnels entendent la parole fictionnelle, subjonctive de l’enfant pour l’affiner, la reformuler avec lui afin qu’elle produise une avancée sur le chemin du retour en famille, de la réconciliation et de l’apaisement des relations.

Notre programme artistique et culturel a parmi ses principes fondateurs l’ambition de permettre aux enfants de s’inscrire par leurs créations en arts, en lettres, en sciences, en sports, en techniques et technologies dans le temps long de l’histoire de l’humanité. C’est pourquoi aussi choisir « Utopia » comme thème de cette nouvelle saison : l’utopie inspire tant de sociétés à bien des époques.

« Jouer à faire semblant » à l’occasion du prêt d’œuvres de l’artiste Céline Ahond au pigeonnier de la ferme de Bertinhen au premier trimestre 2024 sera ainsi pour eux l’occasion de fabriquer des objets symboliques des scènes sociales composant leur emploi du temps puis de les mettre en pratiques lors de saynètes théâtralisées. Ce faisant il s’agira de marcher dans les pas de la « Fictio legis », exercice de narration juridique inventé voici des millénaires par les romains et toujours en cours pour définir en droit les propriétés, les capacités du genre humain, des animaux et végétaux, des objets sans vie. Cette formule latine, nous la traduirons avec les enfants en inventant avec eux le décor du bureau du Juge des enfants, de la salle de réunion de la MDS, de la classe afin d’y pouvoir réaliser au moyen de jeux de rôles dialogues, interactions et ainsi mieux comprendre ensemble les attendus de ces lieux si importants.

« Construire la maison idéale » à l’occasion de la réalisation d’une structure Land art au deuxième trimestre 2024 sera une seconde opportunité pour les enfants, les équipes d’inventer à leur tour l’endroit où il fait bon vivre sur les pas du Facteur Cheval, de Messieurs Godin ou Disney.

Rendre concrètes ces rêveries d’un monde meilleur, inventer une utopie avec Rémy Boiron, écrivain en résidence dans nos Maisons au second semestre 2023 : notre saison culturelle invitera donc toutes et tous à repenser le quotidien, ses lieux et ses moments, par l’exploration de ce qui pourrait être et qui ne l’est pas, qui ne l’est plus, ou pas encore.

(https://www.jeffreyshawcompendium.com/portfolio/utopia-triumphans/).

Evaluation du parcours des enfants depuis novembre 2022

Ce mois de juin 2023, les équipes des Maisons ont travaillé comme chaque six mois à la rédaction d’un document clé de notre champ professionnel, appelé le “Document Individuel de Prise en Charge” (DIPC). Ce document permet de faire un point sur le parcours de l’enfant ou du jeune accueilli ; notre association a érigé pour règle d’associer celui-ci à ce bilan semestriel.

A cette occasion, et sur proposition du Conseil scientifique (voir sous-partie “II.B. Présentation des résultats statistiques du questionnaire proposé aux enfants et aux jeunes”), l’association a expérimenté pour la huitième fois l’outil évaluatif développé en interne, permettant de comparer chaque six mois les parcours des enfants et des jeunes selon les grandes rubriques organisant notre travail éducatif.

Une fiche a été distribuée aux équipes  du Centre de Jour, de la Maison du Cirque, de la Maison de la Danse, de la Maison des Découvreurs, de la Maison de la Musique, de la Maison du Sport, de la Maison Vive et des studios :

Cette fiche a été remplie pour chaque enfant et jeune des Maisons précitées.

Les résultats, pour cette vague de juin 2023, sont les suivants (69 fiches ont été traitées ; les enfants arrivés trop récemment dans nos effectifs, et les jeunes des studios et du service de maintien à domicile qui ne pratiquent pas systématiquement les activités culturelles de notre association, ne sont pas pris en compte).

I. Tendance générale ; les évaluations formulées par les équipes (en pourcentage) : 

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu).

“La situation s’est dégradée depuis 6 mois” : 6.4.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante” : 36.5.

“La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction” : 28.7.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (satisfaisant)” : 12.5.

“La situation n’a pas évolué depuis 6 mois (insatisfaisant)” : 17.1.

II. Au cas par cas ; les thèmes, avec le plus haut pourcentage obtenu pour chacun d’eux  :

(N.B : Nous surlignons le plus haut pourcentage obtenu pour l’ensemble des thèmes).

“Le jeune et l’école” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois mais n’est pas encore satisfaisante. (37.7).

“Le jeune et les liens familiaux” :  La situation s’est améliorée depuis 6 mois mais n’est pas encore satisfaisante et “Le jeune et l’activité culturelle” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois et donne satisfaction (49.3).

“Le jeune et les soins” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois mais n’est pas encore satisfaisante. (42).

“Le jeune et l’éducation” : La situation s’est améliorée depuis 6 mois, mais n’est pas encore satisfaisante. (37,7).

Nous mobilisons cette fiche chaque six mois, à l’occasion des DIPC, afin d’être en mesure de dégager des tendances quant à la qualité des parcours des enfants et des jeunes de notre association, ainsi que des corrélations statistiques entre les différents thèmes de notre travail au quotidien avec eux : école, liens familiaux, soins, éducation (au sens de l’apprentissage du comportement en société), activité culturelle.

Compte-rendu de l’assemblée générale du programme “L’aventure de la vie”, 7 juillet 2023.

Quatrième moment fort de notre festival annuel « Les Journées d’Enfance 2023 », les conseils et comités accompagnant notre association dans le développement de son programme artistique et culturel « L’aventure de la vie » se sont réunis le 7 juillet 2023 afin de dresser bilan de la saison 2022-2023 et préparer la saison à venir.

Présents :

Claire Beugnet, directrice de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Isabelle Bonne, secrétaire apprentissage – chargée de la communication, Centre de Formation des Produits de la Mer et de la Terre

Yannick Coppin, chef de service du Centre de jour et de la Maison Vive, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Dominique Couliou, représentant « Jeunesses Musicales de France », secteur Desvres Samer

Patrick Girard, éducateur du DMAD DARF, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Carine Guimbard, administratrice du Réseau des Musées Nationaux, sites de la Cathédrale d’Amiens, de la Colonne de la Grande Armée et de la Villa Cavrois

Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Henri Villeneuve, membre du Conseil d’administration association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Claire Beugnet présente l’ordre du jour de cette réunion, dont la composition est très liée à la présence de ces instances invitées. Il s’agit autrement dit, lors de cette réunion plénière, d’informer de la vitalité des liens que les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale entretiennent avec leur territoire culturel, grâce au financement du Conseil départemental du Pas-de-Calais et de Fondations et avec le support du Conseil de la Culture d’entreprendre, du Conseil scientifique, des comités de pilotage, et sur le plan de la démocratie des usagers, grâce au travail du Conseil de la Vie Sociale.

Claire Beugnet rappelle que le programme éducatif et culturel de l’institution, intitulé « L’aventure de la Vie », a été suivi tout au long de la saison culturelle par ces conseils ainsi que des comités de pilotage composés de membres du Conseil d’administration, de représentants des enfants et des jeunes, de représentants du personnel, d’experts membres des différents conseils, des professeurs des pratiques artistiques concernés ainsi que de représentants des établissements culturels dédiés.

Claire Beugnet remercie les participants de leur engagement dans la vie de notre institution.

Emmanuel Paris propose de revenir sur les actions réalisées durant cette saison en se référant à l’ordre alphabétique des différents axes de développement culturel portés par chaque instance. Emmanuel Paris précise que toutes les informations présentées ci-après sont consultables dans le détail sur le site internet de l’association.

I. Conseil de la Culture d’entreprendre :

Le Conseil a siégé pour la septième année consécutive. Il est constitué de deux chefs de service ; Emmanuel Paris, chef de service des « studios » et Yannick Coppin, chef de service du « Centre de Jour ». Sont aussi membres le Conseil d’administration de l’association ; la direction de l’association ; Ludovic Andrzejewki, président du Centre des Jeunes Dirigeants de la section Côte d’Opale ; Isabelle Bonne, chargée de la communication extérieure Centre de Formation Produits de la Mer et de la Terre ; Patrick Bourdet, Président du cabinet Oliviaie consulting et parrain de notre association ; Julien Da Costa, membre du Centre des Jeunes Dirigeants de la section Côte d’Opale, coordinateur national du Centre des Jeunes Dirigeants ; Ludivine Fourrier,  membre du Centre des Jeunes Dirigeants de la section Côte d’Opale ; Claude Jaouen, président du cabinet « Consulting4TOP » ; Laurence Lenfroit, psychologue clinicienne, psychologue de la santé et psychothérapeute.

Le développement des projets portés par le Centre des Jeunes Dirigeants de la section Côte d’Opale et le Centre de Formation Produits de la Mer et de la Terre.

Cette saison 2022-2023, le Conseil de la Culture d’entreprendre a finalisé les documents organisant la politique de partenariat avec le Centre des Jeunes Dirigeants de la section Côte d’Opale et le Centre de Formation Produits de la Mer et de la Terre.

S’agissant du Centre des Jeunes Dirigeants section côte d’Opale au Centre de jour durant le second semestre 2023 et les deux années suivantes, le programme d’activité sera :

– année 1 : trois séances au Centre de jour + 1 visite d’entreprise (voire deux si les enfants et l’équipe en font la demande) :

– année 2 : visites d’entreprise et séances au Centre de jour pour que les enfants puissent présenter à l’une des entreprises de leur choix un projet fictif qui pourrait à leurs yeux être réalisés ;

– année 3 : reconduction du principe de l’année 2.

Pour l’année 1 : le thème sera “le partage de services” (économie de la fonctionnalité et de la coopération). Ce thème permet de faire découvrir aux enfants ce mode économique émergent, où tel acteur économique réalise gratuitement auprès de tel autre un acte, et le bénéficiaire en fait ensuite de même avec ce partenaire dans l’échange. Les entreprises du réseau sont réparties entre Calais, Montreuil, Le Touquet. C’est l’entreprise d’une membre du Centre des Jeunes Dirigeants section côté d’Opale qui est pressentie ; cette entreprise produit de l’énergie à partir des gaz issus des animaux de la ferme d’exploitation. Une seconde visite d’entreprise est envisagée pour compléter ce thème de la biodiversité qui sera commun aux activités partenariales CFMPT et CJD avec les Maisons en 2023 ; la visite de l’entreprise « Les entrées de la mer ».

Parmi les outils pédagogiques à disposition pour étayer les séances : un jeu de carte intitulé “battle des préjugés”, où l’on apprend en jouant à se défaire des préjugés concernant tel ou tel acteur économique : un jeu de rôle au café-théâtre où l’on reprend le thème de ce jeu de cartes, mais cette foi-ci les participants incarnent tel ou tel acteur, des vidéos de témoignages d’entrepreneurs qui, comme Patrick Bourdet, sont partis de rien pour créer de la valeur.

S’agissant du CFPMT, Isabelle Bonne propose que les enfants du Centre de jour puissent avec l’équipe visiter les locaux du Centre de Formation aux Produits de la Mer et de la Terre, sis à Boulogne-sur-Mer. Une demi-journée (date à préciser) est recommandée, permettant la visite des cuisines, une dégustation, la rencontre d’apprentis pour que les enfants puissent comprendre les attendus de leur formation et échanger sur les métiers qu’ils préparent.

Les enfants des maisons d’internat de l’association pourront aussi réaliser des visites pédagogiques du CFMPT pendant les vacances scolaires de la Toussaint, accompagnés d’enfants d’autres MECS du territoire. Un groupe de quinze enfants par visite est le format idéal.

Claire Beugnet confirme que les Maisons d’Enfants à Caractère Social de Beaucerf (sis à Boulogne-sur-mer) et d’Hardinghen sont intéressés pour participer à ces visites pédagogiques.

Autre axe travaillé cette saison 2022-2023 par le Conseil de la Culture d’entreprendre ; le FabLab des Maisons sis au 130, boulevard Raymond Splingard à Outreau. Toutes les Maisons ont désormais leur atelier mensuel du mois d’octobre au mois de juin, permettant aux enfants de réaliser des projets collectifs et personnels mobilisant les machines numériques de cet atelier. Le Fablab est aussi mobilisé par les enfants, les équipes et les intervenants des résidences artistiques et scientifiques organisées par l’association. Emmanuel Paris remercie la Fondation Sopra Steria – Institut de France pour son soutien, permettant l’avènement du Fablab.

On trouvera ci-après le compte-rendu d’activités du Conseil de la Culture d’entreprendre :

II. Conseil de Vie Sociale :

Le Conseil de Vie Sociale a siégé pour la huitième année consécutive. Il est représenté aujourd’hui par les représentants élus des enfants de l’association : Louna de la Maison du Cirque, Laila de la Maison de la Danse, Alicia de la Maison des Découvreurs, Léa de la Maison de la Musique, Leila de la Maison du Sport, Karon de la Maison Vive et Nicolas des Studios. Sont aussi membres de ce Conseil Sarah Couvelard, représentante du personnel, Claire Beugnet, présidente du Conseil et Emmanuel Paris.

Cette saison, le Conseil de Vie Sociale a organisé la mise en place de réunions de consultation des enfants de chaque Maison au préalable des séances du Conseil, permettant aux élus de délibérer tenant compte des synthèses envoyées au secrétaire général.

Le Conseil de Vie Sociale a réfléchi aux protocoles de sanctions régissant la vie collective ainsi qu’aux attendus éprouvés par l’enfant à propos de son éducateur référent.

Pour la réunion de rentrée du Conseil, les élus souhaitent explorer les représentations qu’ont les enfants des Maisons d’internat de la vie en studio de semi-autonomie de l’association.

Des échanges avec le Conseil Municipal des Jeunes de la Mairie de Saint-Martin Boulogne ont permis de rencontrer ces jeunes élus lors de la campagne de plantation pour créer le « Jardin d’Elisabeth », et des réunions de travail communes sont envisagées pour croiser les regards sur la fabrique de la citoyenneté.

On trouvera ci-après le compte-rendu d’activités du Conseil de Vie Sociale :

http://www.lesmaisonsdesenfantsdelacotedopale.com/le-conseil-de-la-vie-sociale/

III. Conseil scientifique :

Le Conseil scientifique a siégé pour la dixième année consécutive. Il est composé des membres du Conseil d’administration, du comité de direction, de Marie-Pierre Bouchaudy, précédemment cheffe du service de l’inspection de la création artistique au Ministère de la Culture, de Jean-Paul Demoule, professeur des universités émérite en archéologie, Université Paris 1, de Patrick Girard, éducateur “Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale”, représentant du personnel, de Fleur Guy, docteure en géographie, responsable du pôle de la formation supérieure, institut Ocellia, de Pierre Lemarquis, neurologue, attaché d’enseignement d’éthologie à l’université de Toulon-La Garde, d’Olivier Martin, professeur des universités en sociologie, Université Paris Descartes, de Claire Oger, professeure des universités en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Créteil, d’Eric Parot, précédemment ingénieur physicien Schlumberger Ltd, d’Arthur Vuattoux, maître de conférences  en sociologie, Université Sorbonne Paris Nord.

Le Conseil scientifique a notamment travaillé sur la notion d’autorité, de référence, ainsi que sur celle d’habileté sociale. Des lectures commentées d’études et d’ouvrages scientifiques publiés par des membres ont permis d’étayer les analyses sur les notions pré-citées.

Le Conseil scientifique a préparé la programmation du colloque organisé ce 3 juillet. Il a aussi accompagné l’étude nationale répondant à l’appel à projets de l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance.

En 2021, l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance publie ses appels à projets annuels ; dans la catégorie « Appels à projets thématiques », l’un d’eux est consacré à la façon dont les enfants et les jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance peuvent recoudre les liens avec l’espace public après deux années de confinements en raison du COVID.

Notre association, ainsi que l’association Acolea (territoire Métropole Est Lyon, 69) et l’association Les Ecureuils (territoire plateau haut-vivarais Lignon, 43) participent au dossier de candidature réalisé par l’Institut de formation et de recherche en intervention sociale Ocellia et le Centre Max Weber (Université Lyon 2).

Cette candidature est sélectionnée par l’ONPE ; 5 mineurs de notre association, 5 mineurs d’Acolea, 5 mineurs des Ecureuils, âgés de 15 à 19 ans, filles ou garçons tous volontaires pour participer à cette étude avec l’accord de leurs parent ou tuteurs légaux, mènent à l’automne 2022 et au printemps 2023 des entretiens (ateliers de cartographie, entretiens biographiques, entretiens itinérants filmés) avec quatre chercheurs en sciences humaines et sociales (sociologues, vidéaste) pour présenter en juin 2023 à l’ONPE dans le rapport final leur rapport au territoire, la place qu’occupe la MECS, l’éducatrice/éducateur référent-e, l’ancienne famille d’accueil, la famille, le réseau d’amis ou les accompagnants scolaires ou du monde de l’entreprise dans leur émancipation.

Pour notre association, quatre enfants mineurs et un jeune âgé de plus de 18 ans ont participé à cette étude (une fille, quatre garçons).

On trouvera ci-après le compte-rendu d’activités du Conseil scientifique :

http://www.lesmaisonsdesenfantsdelacotedopale.com/le-conseil-scientifique/

IV. Les comités de pilotage (par ordre alphabétique) :

Communication :

S’agissant de l’alimentation du site de l’association, à ce jour quatorze pages Internet sont archivées dans la rubrique saison 2022-2023, soit cent soixante articles.

La Webradio compte trois nouveaux enregistrements audios dans sa rubrique saison 2022-2023 ; les audios des Conférences du jeudi durent en moyenne une heure.

Sur le compte Youtube de l’association, 191 vidéos sont en ligne depuis le 16 juillet 2014 avec au total 24365 vues ; elles sont aussi intégrées dans des articles sur le site Internet de l’association. Nous avons 116 abonnés à notre chaîne.

Les partenaires du programme culturel ont régulièrement communiqué sur les actions développées conjointement.

Exposition :

Pour la huitième année consécutive, le FRAC Grand Large – Hauts-de-France et notre institution ont réalisé une création dont les enfants et les équipes sont parties prenantes. Le 2 juillet a été inauguré le premier module d’une structure de jeux pour enfants conçue par l’artiste Io Burgard dans le cadre de la triennale en art contemporain « Chaleurs humaines », qui dans la région Hauts-de-France permet du 10 juin 2023 au 14 janvier 2024 de valoriser le thème des énergies auprès des habitants. Une quarantaine de participants (écoles d’arts, musées, collectivités territoriales, associations) animent cette triennale : notre association a été retenue pour être porteuse d’une action pour la Côte d’Opale. Les six autres modules de la structure de jeux sont actuellement exposés à Dunkerque, devant le FRAC, et rejoindront la ferme de Bertinghen pour une présence pérenne au terme de la triennale en janvier 2024. Un film documentaire a été réalisé pour capter pas à pas toutes les étapes de la réalisation de la structure de jeux ; ce film est diffusé sur le parcours d’exposition du FRAC.

L’association a signé une convention trisannuelle avec le tribunal de Boulogne-sur-Mer, permettant l’exposition permanente d’œuvres créées par les enfants dans le cadre de leurs ateliers en arts plastiques avec leur professeure Sylvie Mestre. Ces œuvres seront accrochées dans les locaux du Tribunal Pour Enfants.

International :

Les lettres de l’éléphante Shila, native du Kerala en Inde, continuent d’alimenter notre site Internet à l’attention des enfants et des équipes. A ce jour, cette aventure épistolaire en ligne a généré 340 articles.

Patrimoine :

Pour la sixième année consécutive, les enfants et les équipes ont continué à construire une reproduction à l’échelle 1 d’une charrette ayant circulé au XIVème siècle à quarante kilomètres au Nord-Ouest des Maisons pour rallier les négociations entre royaumes de France et d’Angleterre afin d’établir les conditions d’une paix durable. Six séances d’atelier pour construire cette charrette furent organisés par Christophe Lefevre, chef de service de la Maisons du Cirque et de la Maison du Sport.

Pour la quatrième édition consécutive, l’association tiendra un stand de présentation sur « Les Fêtes de la mer » du 13 au 16 juillet 2023 sur le port de Boulogne-sur-mer.

Emmanuel Paris propose à Carine Guimbard de présenter les raisons d’être et d’agir du Réseau des Monuments Nationaux région Hauts-de-France et les possibilités de programmer ensemble des actions avec les enfants et les équipes de notre association.

Carine Guimbard signale la date importante du 30 septembre : « Sur les pas de Napoléon », le matin une visite du palais impérial est prévue avec les services de la ville de Boulogne, puis ensuite accueil de la musique de l’infanterie (environ 35 musiciens) autour d’un programme libre.). Carine Guimbard cite un exemple d’une action menée avec le 43éme régiment d’infanterie, le musée de Dunkerque et une école de Roubaix :

Carine Gimbard et son équipe sont en charge de la circonscription nord des Hauts de France qui comprend la villa Cavrois, les Tours et le trésor de la cathédrale d’Amiens et la colonne de la Grande Armée. Des actions éducatives et culturelles à caractère contemporain sont développées au regard et en dialogue avec le patrimoine bâti. Carine Guimbard précise la volonté de l’équipe de construire des projets sur plusieurs années à partir d’intérêts communs, avec notamment notre association. Carine Guimbard précise quelques actions possibles outre celle du 30 septembre :

–          Rendez-vous aux jardins de « La Colonne de la Grande Armée » (un partenariat avec « La ligue de protection des oiseaux » à la Colonne).

–          Monuments jeux d’enfants

–          Contes et histoires

–          C’est mon patrimoine

Emmanuel Paris remercie Carine Guimbard ; une réunion le 29 septembre permettra de formaliser ce partenariat à naître.

Sciences :

Les enfants du Centre de jour ont visité à deux reprises au premier semestre 2023 le Palais de l’Univers et des Sciences, équipement culturel dédié à la vulgarisation des sciences et des techniques sis à Cappelle-la-Grande non loin de Dunkerque ; ils ont appris les astres lors d’une séance au planétarium et des forces magnétiques lors d’ateliers conçus par le PLUS à leur attention.

Douze sorties botaniques dans les forêts du boulonnais ont été organisées par Benoit Destiné, botaniste et intervenant de la résidence art / science « Jardin des Maisons ». Un herbier résultant de ces randonnées a été réalisé et présenté le 2 juillet lors du grand rassemblement annuel de notre association. Ce 2 juillet a été inaugurée une forêt de 1000 arbres constituées de 46 essences différentes, plantée par les enfants et les équipes cet automne-hiver 2022-2023 ; cette création est issue de la résidence « Jardin des Maisons » animée par Juliette Duchange, Marion Ponsard, architectes-paysagistes et Benoit Destiné, botaniste.

V. Informations annexes :

Pour la deuxième année consécutive, en partenariat avec les Jeunesses Musicales de France, l’association a organisé pour les enfants du Centre de jour un cycle d’ateliers leur permettant d’explorer la pratique musicale en compagnie d’invités de qualité. Cette saison 2022-2023, les enfants ont créé lors de sept séances avec Johan Prigent, intervenant de cet atelier, des compositions originales.

Comme chaque saison du programme « L’aventure de la vie », sept spectacles furent organisés au Café-théâtre Michel Lafond de notre association, proposés aux équipes et aux enfants par des compagnies professionnelles en théâtre, danse, musique.

Le Centre de jour a découvert par ailleurs des créations sur scène programmées par les établissements culturels du territoire.

VI. Thème de la saison 2023-2024, programmation des prochaines réunions des Conseils :

L’association propose « Utopia » pour inspirer la saison culturelle à venir, commençant en septembre et se terminant en juillet 2024.

Cela parlera de la façon dont les enfants aiment s’exprimer/imaginer leur devenir au subjonctif (le “comme si c’était vrai”), des scénarii éducatifs échafaudés par les équipes (idée de la fiction – le retour en famille, le plus vite possible si les conditions sont réunies – qui doit s’accomplir pour créer de la réalité), et de la quête de notre programme artistique et culturel (installer les espaces de créativité dans les lieux de vie pour générer l’idée de “cité idéale”).

Une résidence de l’écrivain et acteur de théâtre Rémy Boiron à l’automne 2023 permettra notamment d’étayer ce thème.

Dates des prochaines réunions :

Conseil de la Vie Sociale : mardi 19 septembre 2023, de 18h à 20h. Conseil de la Culture d’entreprendre : le 13 octobre 2023, de 10h à 13h. Conseil scientifique : le 10 novembre 2023, de 10h à 13h.

Claire Beugnet remercie les participants de cette réunion et clôt l’assemblée plénière des Conseils.