Corinne, ex-Téléphone, répond toujours à l’appel des enfants

LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ

 En toute discrétion et en toute simplicité, Corinne, bassiste du groupe Téléphone, vient de passer deux jours à Outreau, au sein de la Maison des Enfants de la Côte d’Opale. Elle a répondu à l’invitation de Joseph Bako, chef de service éducatif, chargé de la maison de la musique.

Pour les enfants qu’elle accompagne depuis deux jours dans cette maison des enfants de la Côte d’Opale, Corinne est juste une professionnelle de la musique. Sans doute importante, pensent-ils, parce que les « grands » ont l’air sur un petit nuage depuis son arrivée… La bassiste qui travaille avec eux sur un projet de composition musicale est pourtant une star, elle a même fait rêver tout une génération à l’époque où le rock français se résumait au répertoire efficace de Téléphone. « Je ne crois pas que les enfants me connaissent, en tout cas, il n’y font pas référence du tout » explique Corinne qui, de toute façon, n’est pas venue passer le week-end à Outreau pour jouer les stars. « Je suis ici dans une structure d’aide sociale à l’enfance. Aide et enfance sont deux mots essentiels pour moi. Le projet de Joseph m’a plu : utiliser la musique pour guider ces enfants vers quelquechose de meilleur, j’adhère totalement à cela. Ce sont des enfants qui ont souffert. La démarche d’utiliser la culture, et en l’occurrence la musique, pour leur trouver un autre chemin, c’est une belle idée. » La musique, comment Corinne la vit-elle maintenant au quotidien ? « Professionnellement, évidemment, c’est moins visible pour moi. Il y a des choses qui me manquent : travailler en groupe, être sur scène, partager le résultat d’un travail… ».

Malgré ce manque, Corinne n’a pas pris le chemin que d’autres anciens du groupe ont pu suivre, comme Louis Bertignac avec la nouvelle émission star de TF1, « The Voice ». « Chacun fait comme il veut, mais pour parler de manière déontologique, ce sont des projets basés sur la compétition, le jugement et l’élimination, trois concepts qui m’ont gâché la vie quand j’étais enfant, et même après. Ce sont des concepts toxiques pour l’avenir et l’évolution de l’humanité. »A mille lieues de ces autres mondes dont elle ne rêve pas, Corinne ne se contente pas de respecter des principes forts, elle se les applique aussi. Ainsi, pour ce week-end de travail avec les enfants, elle n’a pas demandé un euro à ceux qui l’ont sollicitée…

Avant de rejoindre son groupe de petits musiciens, elle répond, sans doute pour la 673e fois ( !) à la fameuse question sur la reformation du groupe Telephone. « Je suis pour une reformation et farouchement contre une déformation du groupe ». Pour elle, remonter sur scène serait « une bonne manière de mettre un point final et de dire au revoir, parce qu’on n’a pas dit au revoir ! Toutes les rumeurs que l’on a pu entendre sur le sujet n’étaient pas fondées. Certains journalistes ont été complices des fausses informations qui ont circulé à une époque. Je n’ai pas du tout envie de faire un nouvel album mais j’aimerais bien faire une tournée d’adieu pour dire «voilà ce qu’était Téléphone».

PAR PATRICIA NOËL

 Visualiser cette article sur : La Voix du Nord

Plus de photos sur : Le Blog de la maison de la Musique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *