schéma-laurent-olivier

Passé-présent-futur

Schéma proposé par Laurent Olivier dans l’ouvrage Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, Paris, 2008.

Voici la lettre d’intention rédigée au terme d’une année de réunions tout au long de la saison 2017-2018 pour préciser la volonté  de l’association d’accueillir la résidence art / science 2019, soutenue par le programme Les Nouveaux commanditaires de la Fondation de France, et par la Fondation Daniel et Nina Carasso sous l’égide de la Fondation de France.

Cahier des charges de la résidence art / science 2019

Préambule :

L’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale » est créée en juin 2011. Elle est habilitée par le Conseil départemental du Pas-de-Calais dans le cadre de la protection de l’enfance et est reconnue d’utilité publique. Elle accueille des enfants à la suite d’une décision des services sociaux ou judiciaires. Ces placements se font pour cause de carence éducative du milieu d’origine, allant de problèmes de comportements aux troubles de la personnalité.
L’association reçoit ou accompagne chaque année près de 130 enfants de 6 à 21 ans, originaires de toute la Côte d’Opale (de Berck-sur-Mer à Calais), et dans une moindre mesure du bassin lensois, de l’arrageois, et d’autres pays. 70 salariés et 30 bénévoles vivent, pensent et agissent avec ces enfants.
La décision de mise en œuvre d’une mesure éducative au sein de notre association s’exerce soit en internat, dans les Maisons des Enfants de la Culture, soit en externat (via le Centre de Jour, la Maison Vive, ou les séjours “Itinérance”), soit par des interventions à domicile au cœur de l’environnement familial du jeune (service DMAD DARF).
Un programme d’éducation et de soin fondé sur l’action culturelle est mise en œuvre à destination de ces enfants et de ces jeunes par une communauté éducative pluridisciplinaire ; ils pratiquent toute l’année en arts, en lettres, en sciences, en sports, découvrent les nouvelles technologies, peuvent aller à la rencontre d’autres contrées lointaines, assistent à des spectacles professionnels, et sont acteurs culturels par l’organisation de manifestations dans l’espace public durant lesquelles ils présentent les créations issues de cette formation.

Les commanditaires :

Emmanuelle Dehée, président de l’association « La Maison des Enfants de la Marine »
Claire Beugnet, directrice de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »
Emmanuel Paris, directeur adjoint aux affaires culturelles de l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »
Joseph Bako, chef de service de la Maison de la Musique et du service « Itinérance » et des « Studios », association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale » ;
Yannick Coppin, chef de service du Centre de Jour et de la Maison Vive, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »
Pierre-Yves Maquinghen, chef de service de la Maison du Cirque et de la Maison du Sport, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »
Sandrine Loggia, chef de service de la Maison de la Danse et du Service de maintien à domicile, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »
Un enfant représentant les enfants et les jeunes, association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale »

Le contexte de la commande : S’inscrire dans le long terme pour desserrer l’étau du court terme.

L’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale » gère plusieurs sites de protection de l’enfance dans le boulonnais, accueillant en internat des enfants et jeunes adultes placés sur décision de justice ou venant dans les familles dans le cadre du maintien à domicile. Au-delà de la diversité des cas, un point commun caractérise les enfants ; une grande difficulté à se projeter dans une pensée de long terme, qu’il soit rétrospectif (se souvenir) ou prospectif (s’imaginer devenir autre).
Le temps moyen d’une mesure d’assistance éducative dans notre institution est de deux ans et demi. Cependant, près de la moitié des enfants arrivent au sein de nos Maisons avec des expériences traumatiques qui obèrent leurs visions de la vie à venir. Le travail des équipes éducatives est à ce moment-là de les aider à rouvrir le champ des possibles, de leur redonner confiance en eux et en les adultes, de reconstruire les schèmes du vivre et de l’agir ensemble dans les familles, dans le territoire.
L’enfant devenu adulte parvient ou ne parvient pas à devenir parent (ainsi du suicide de deux anciens quelques mois après la naissance de leur enfant) : le retour concret en famille n’est évidemment pas suffisant pour garantir à chacun sa place symbolique dans la filiation et les générations. Souvent bénéfique à court terme pour l’enfant, le jeune, cette intervention éducative ne porte cependant ses fruits (ou est tangible) que bien après le passage dans l’association, parfois vingt, trente ans plus tard, quand, devenu adulte, il parvient éventuellement à assumer sa biographie, et à enfanter ; éduquer son enfant, à son tour.

Agir au temps présent, en sachant que les résultats se révéleront dans un futur hors de portée pour les membres de l’association : cette interrogation sur ce que deviendra l’enfant devenu adulte, a inspiré un programme éducatif et culturel pluriannuel : L’aventure de la vie. Celui-ci est fondé sur le principe de rencontres avec des personnes issues des mondes des arts, d’autres pays, des lettres, de l’entreprise, des sciences, des sports et des techniques, considérant que ces moments partagés pour créer réaffirment à l’enfant son inscription dans le temps long de l’aventure humaine. Ce questionnement sur le devenir des êtres a aussi inspiré l’opération d’archéologie prospective intitulée Le petit déjeuner sous l’herbe.

Le 2 juillet 2010 a eu lieu au lieu-dit « La Ferme de Bertinghen », 264, rue du Four à Chaux 62 280 Saint-Martin-Boulogne « Le petit déjeuner sous l’herbe ». L’opération mobilisait les ressources de l’archéologie, en proposant aux enfants et adultes d’enfouir dans une fosse spécialement créée à cette occasion dans le jardin de l’internat, des objets personnels qu’ils confient aux scientifiques des décennies futures.
La démarche est double : mettre en scène une rencontre avec des chercheurs certes fictifs (ils n’étaient pas présents le 2 juillet 2010) mais dont on prépare, par la contractualisation avec des institutions de cette discipline, la venue vingt ans puis quarante ans plus tard sur le lieu du petit déjeuner (les fouilles archéologiques programmées les 2 juillet 2030 et 2050).

Descriptif de la commande :

Afin de maximiser les probabilités que les fouilles archéologiques aient effectivement lieu les 2 juillet 2030 puis 2 juillet 2050, nous demandons sur le site du « petit déjeuner sous l’herbe » la création d’une œuvre monumentale, verticale et faite de matériaux particulièrement pérennes (capables de résister à l’usure du temps et aux dégradations de la part des résidents de la ferme de Bertinghen et alentours). L’œuvre doit apparaître dans le paysage visuel du site, afin que le lieu archéologique ait son pendant hors-sol. Tenant compte des enfants habitant le site, et compte-tenu de nos responsabilités, l’œuvre doit être sans dangers (matières arrachées susceptibles d’être utilisées pour des actes inconvenants, escalades non-autorisées mettant en péril la santé de l’enfant, etc.)
L’œuvre doit être conçue de façon à durer jusqu’au 2 juillet 2050. Sur ce dernier point, et dans l’hypothèse où l’œuvre monumentale serait associée à un rite, nous pensons à une œuvre susceptible de reprendre et de s’approprier les principes du sanctuaire d’Ise au Japon – déconstruit/reconstruit à l’identique chaque vingt ans depuis près de 1200 ans. Cette seconde proposition suppose donc la formulation d’un rituel, permettant aux résidents de l’association de refaire régulièrement sur le site du « petit déjeuner sous l’herbe » et d’ici 2050 l’œuvre créée. L’œuvre serait donc aussi un cérémoniel, toujours rendant visible à travers les âges l’importance du site archéologique.
A ce sujet, un rassemblement est d’ores et déjà organisé chaque 2 juillet depuis l’année 2011, dédiée à fêter les retrouvailles avec les anciennes et les anciens de l’institution (certaines et certains âgés de cinquante, soixante ans).

Objectifs de la commande :

L’objectif, à court terme est de créer une œuvre, figure médiatrice entre la famille de l’enfant et la société (la justice qui a décidé du placement de l’enfant, l’association qui en conséquence accueille l’enfant, etc.). Il s’agit aussi de créer une figure médiatrice capable d’émanciper l’enfant de la relation qu’il s’interdisait jusque-là de dire quant au passé (voici ce que j’ai vécu) et au futur (voici ce à quoi j’aspire devenir).

Dans un moyen terme, l’opération vise quatre objectifs :

– tester la solidité des formes classiques de l’institutionnalisation (contractualiser aujourd’hui des actions à mener dans vingt et quarante ans avec des acteurs institutionnels dont on ne sait pas s’ils existeront encore à ces échéances, quelle sera leur identité, etc.) ;
– comparer l’efficacité des protocoles de développement éducatif et culturel (partenariats avec des acteurs et institutions hors de notre champ professionnel ; travail de communication d’année en année pour faire évoluer l’image de la protection de l’enfance auprès de l’opinion publique) ;
– analyser en 2030 puis 2050 l’usure du temps sur la mémoire des objets et des participants (de quoi les personnes se souviennent-elles, avec quel degré de précision ? À quel point le sol a-t-il détérioré les objets placés là ?) ;
– permettre de retrouver les enfants, devenus adultes en 2030 et 2050, savoir ce qu’ils sont devenus.

Les enjeux de la commande :

Trois cadrages théoriques fondent cette proposition d’élever à partir du sol une œuvre sur le site du « petit déjeuner sous l’herbe ».
Inspirée de « l’enterrement du tableau piège » de l’artiste Daniel Spoerri, en 1983 dans le parc du campus HEC de Jouy-en-Josas, l’expérience « Le Petit Déjeuner sous l’herbe » considère le temps passé non pas dans un sens cumulatif, historicisé (le temps passé serait perdu une fois qu’il a eu lieu, pour laisser sa place aux temps présent et futur ; le temps passé doit être passé sous silence), mais dans un sens itératif, qui est celui du temps de la remémoration, de la mise en partage (le temps passé – celui incorporé dans les objets placés dans la fosse, serait à venir : il sera défini lors de rencontres ultérieures (lors des fouilles archéologiques), et pour garantir qu’il soit correctement interprété, les enfants doivent expliciter ce passé, décrire à celui rencontré vingt et quarante ans après cet acte ce en quoi il fait sens).
C’est aussi une scénographie permettant de questionner la notion de « filiation », sa plasticité, laquelle est certes rompue ou abîmée par les traumas infligés aux enfants, mais peut être revitalisée y compris en de pareilles circonstances.
Le « Petit déjeuner sous l’herbe » tente de recomposer la chaîne filiale, en rendant à nouveau possible l’association entre temps passé (celui du vestige, de l’objet personnel déposé dans la fosse) et monde adulte, devenu bienveillant (monde adulte incarné par les archéologues, qui chercheront à savoir l’histoire de ces vestiges pour dire au mieux ce qu’ont vécu leurs propriétaires).
Troisième et dernier cadre théorique : les catégories de témoins matériels de cette opération et de son rapport au temps ; vestiges dans le sol, archives numériques et papiers, traces écrites et sculptées produites chaque année pour commémorer « Le petit déjeuner », explorent l’affirmation formulée par Sigmund Freud, selon laquelle, pour reprendre les termes de sa lettre écrite en 1896 à Wilhelm Fliess, les mécanismes psychiques se forment tels le processus de stratification du sol : la mémoire n’est pas présente à l’esprit une mais plusieurs fois, et elle est déposée en différentes espèces de signes, au fur et à mesure de rencontres.

Trois cadrages théoriques, mais une hypothèse générale ; l’émancipation des enfants de leurs expériences traumatiques originelles, la mise en mouvements de leur mémoire, peut trouver son ancrage dans la fosse du « Petit déjeuner », car l’opération établit une scène sur laquelle, de manière réactualisée du 2 juillet 2010 aux 2 juillet 2030 et 2050, ils peuvent répartir avec les personnes qu’ils rencontreront ce qu’ils veulent enfouir et ce qu’ils veulent préserver, ce qu’ils veulent oublier et ce qu’ils veulent reconnaître, ce dont ils veulent être conscients et ce qu’ils préfèrent laisser à l’état de non-dit.

Mots clés :

Verticalité de l’œuvre surface du sol – hors sol / Création hybridée (Art/Science/Technique) / Mémoires individuelles mises en mouvement / Histoire collective ritualisée / Transmission intergénérationnelle / Protection de l’enfance / Patrimoine matériel (idée du mémorial existant de manière permanente pendant 30 ans) vs. Patrimoine immatériel (idée des actes mémoriels reproduits chaque année pendant 30 ans).

Calendrier :

L’œuvre doit être inaugurée le 2 juillet 2019.