Images du spectacle “Cañonazos”

Ce mardi  9 avril au café-théâtre Michel Lafond, espace scénique de notre institution, Cañonazos a proposé aux enfants et aux équipes éducatives une première représentation de leur création éponyme.

Energisante exploration de la musique colombienne, Cañonazos a emmené les enfants et les adultes dans des contrées musicales et verbales chaloupées, jubilatoires, sensibles.

Le public a aimé danser et rythmer de ses mains les inspirations de  Cañonazos pour voguer sur les rives et les rivages de l’Amérique du Sud.

Fusionnées de genres musicaux autour de la cumbia, les créations de Cañonazos ont marié chanson hispanophone, électro-latino, reggae dans un étourdissant sentiment joyeux de liberté, d’amour de la vie.

Beaux furent les échanges, de ce qu’est être chanteuse, danseuse, musiciens, percussionnistes, de l’importance d’être complices pour atteindre un tel niveau d’harmonie entre les interprétants.

Ce 10 avril, Cañonazos a rencontré les enfants du Centre de Jour pour une master class :

Immersion dans la musique Colombienne.

Entre deux concerts donnés au café-théâtre, jeunes et adultes du Centre de Jour ont pu profiter le mercredi après-midi d’une plongée en Colombie et plus particulièrement dans sa musique.

Après avoir  donné quelques notions géographiques sur son pays, Maria, chanteuse colombienne, et les trois autres membres du groupe Cañonazos du collectif “La Cantina” ; Julien, Ludo et Marco nous ont initiée à une danse typique : “la cumbia”, en introduisant progressivement chant et percussion que nous avons tous pratiqués. 

L’atelier s’est achevé par un moment de musique collective dans une très bonne ambiance !

Un grand merci à eux pour cette intervention !

(Texte et images d’Olivier, membre de l’équipe éducative du Centre de jour) :

Cañonazos a proposé ensuite aux Maisons ce 10 avril une seconde représentation.

Découvrez les images réalisées lors de la première prestation sur scène ce 9 avril par Bruno, chef de service du DMAD DARF et de la Maison de la Danse avec l’aimable autorisation de Cañonazos :