La Maison des enfants encourage les jeunes à se mettre en valeur

Cet article est une source de la Voix du Nord disponible sur ce lien

MECOP Cirque La Maison des enfants de la Côte d’Opale est une institution d’aide sociale à l’enfance,encourageant des jeunes en situation difficile à « aller au-delà de leurs capacités », comme dit Éric Legros, directeur. « Tous transmetteurs », une formation mise en place par et pour la Maison des enfants de la Côte d’Opale, est arrivée à son terme mercredi, après trois modules bien spécifiques. Destinée au personnel de la structure ainsi qu’aux jeunes (appelés « futurs adultes ») pris en charge par l’institution, cette formation se veut scientifique dans sa démarche, mais les enfants ont pu en apprécier la philosophie.

Valoriser les « futurs adultes »
La formation s’est décomposée en trois temps. D’abord une partie sciences, résumée ainsi : « trouver notre place dans le monde ». « L’idée, explique le maître de conférence Emmanuel Paris, c’est que le futur adulte s’approprie l’univers, l’infiniment grand et l’infiniment petit ». Un atelier, par exemple, consistait à retrouver, proportionnellement, la distance entre le soleil et la Terre avec une orange et un grain de riz. Une métaphore parmi d’autres pour leur faire prendre conscience qu’ils sont plus importants qu’ils ne l’imaginent. Le deuxième module comprenait des animations dans l’objectif : « prendre une décision simplifie la vie ». Enfin, le dernier module était la revendication.
Ainsi mercredi, chaque jeune a remis un CV (« le Cours de ma Vie »), représenté par un résumé de ce qu’il a accompli au cours de la formation.

Revendiquer son parcours.

Les jeunes accueillis dans la Maison des enfants, qui ont généralement une mauvaise estime d’eux-mêmes en arrivant, ont ainsi été encouragés à faire des choses de leurs mains, et surtout à le revendiquer. Certains ont aussi, implicitement, appris ce qu’est le respect mutuel. C’est le but de l’institution, qui met en place tout au long de l’année des ateliers (archéologie, championnat de sport, spectacles, cirque,…), en partenariat avec des professionnels et d’autres structures. Le directeur Éric Legros constate qu’« en général, on parle plus des traumas que des capacités des jeunes » dans les structures d’aide sociale. Revenant sur cette dernière journée, il commente : « En quittant les lieux, les jeunes peuvent dire “j’ai fait la Maison des enfants de la Côte d’Opale”. C’est quelque chose dont on peut se réclamer devant un futur recruteur. » •

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *