Lettre de Shila : “La vitesse de la vie”

Bonjour chers enfants, comment allez-vous ?

Avez-vous fêté un anniversaire ces derniers jours ?

Je sais par Emmanuel, l’ami de mon cher voisin Henri, que ce moment calendaire est régulièrement honoré par les enfants de votre Maison, par vos chères éducatrices et éducateurs, comme ce fut le cas dernièrement pour Inaya et Yanis :

Joyeux anniversaires chers enfants, quelle joie de vous dire combien vous nous êtes importants.

Mardi dernier, alors que je broutais mes pousses de bambous, j’ai entendu des éclats de rire, et vu des enfants galoper autour de la maison d’Henri.

Comme vous me connaissez – éléphante curieuse que je suis -, je me suis rapprochée.

Kuttan était en train d’apporter un délicieux Halwa avec des choses bizarres dessus, on aurait dit des petites flammes très gentilles :

Henri sortait du patio, il avait l’air un peu chiffonné.

Je l’ai salué en levant ma trompe et Henri m’a soufflée au creux de l’oreille que c’était son anniversaire.

Joyeux anniversaire Henri 🎂 🎂 🎂

Mais pourquoi Henri es-tu si renfrogné ? C’est vrai quoi, c’est chouette de te fêter.

Henri m’a expliquée que si cette journée lui fait beaucoup plaisir car tant de personnes lui expriment leur attachement, il trouve que cette date lui rappelle le temps qui passe un peu trop vite à son goût.

Intriguée, j’en ai parlé à mon cher Kuttan, qui m’a élevée depuis toutes ces années. Kuttan me dit que, peut-être, comme je n’ai pas connu mes parents et ne sait donc pas bien ma date de naissance, ces états d’âme me passent un peu par-dessus la tête.

D’après Kuttan, j’aurais quarante-cinq, quarante-six ans, et j’aurais donc dépassé allégrement la moitié de l’espérance de vie de nous autres, les éléphants d’Asie.

Ouais, bon. Je me sens aussi gaillarde qu’aux premiers jours.

Ah, mon cher Henri, profite de la vie comme moi : si tu regrettes un peu de constater que le temps passe, dis-toi – conseil d’éléphante philosophe, que c’est là un signe d’heureuse santé : tu aimes pleinement chaque seconde, chaque moment. Et puis tout cela, ce sont des calculs en moyenne ; je pense que toi et moi ferons bien plus que ce qui est estimé, c’est dans notre tempérament

Dois-je te rappeler, cher voisin, cette lettre qui raconte combien le temps est relatif ? :

On croit que le temps qui passe est une machine à perdre, mais pas du tout. Vivre la vie, c’est toujours un nouveau commencement pour qui sait remarquer comme nous les petits bonheurs du quotidien.

Nous aimons nous réjouir chaque jour de l’âge de notre planète, de plus de cinq milliards d’années, de celui du plus vieil arbre du monde, estimé par vous autres les humains à cinq mille ans, et même de celui des mouches qui vivent aux côtés de ces satanés moustiques de ma mare… :

… Et qui ne seront plus au bout de trois semaines d’existence.

Emmanuel, qui me téléphonait pour me passer le bonjour et faire un gros bisou à Henri pour son anniversaire, m’a expliquée que vous autres, les humains, aviez beaucoup réfléchi à cette question de savoir ralentir le temps qui passe, et aviez même inventé un mot très compliqué pour caractériser ce moment où vous décidez que celui d’après est aussi important que celui d’avant.

Ce mot s’appelle, si j’ai bien compris le « pénultième ».

Hummm, je comprends que ce moment d’avant la date cruciale est au moins aussi chouette à vivre que la date elle-même, et dont on dit pourtant que c’est un moment essentiel. En fait, quand j’y réfléchis, c’est la même chose pour le moment d’après l’événement prétendument décisif ; il nous faut lui prêter tout autant attention :

Ah mes chers enfants, que le temps est vivant.

Henri, permets-moi de souffler avec ma trompe tes drôles de choses à petites flammes sur ton gâteau d’anniversaire. Prépare toi à retrouver ton Halwa de l’autre côté du pré 😊.

Fêter son anniversaire,

C’est comme regarder le décollage d’une fusée (après des décennies de préparation pour qu’elle décolle à l’heure H) … :

… Ou faire un barbecue au pied d’un volcan en éruption (après des semaines pour organiser l’expédition)… :

… Ou comme rencontrer des animaux (après des heures de répétition en espérant que ce moment imaginé par le réalisateur du clip ne s’arrête jamais) :

Quelles belles histoires annonçant ces événements, quelles belles situations au moment de les vivre, quelles belles énergies pour désirer ce qui vient ensuite.

A lundi chers enfants,

J’espère que vous m’enverrez plein d’annonces d’anniversaire pour vous faire encore plus de bisous.

Je vous embrasse très fort,

Shila