IMG_20200515_081502

Lettre de Shila : “Le combat des femmes au Kerala”

A l’attention des enfants et des équipes de la part de M. Henri Villeneuve, membre de notre Conseil d’administration.

Henri voisine d’année en année non loin de chez Shila et lui a parlé de vous : Shila est très intéressée et souhaite converser avec vous, malgré sa timidité, tant elle vous apprécie d’ores et déjà selon les  dires élogieux d’Henri.

Etes-vous d’accord pour dialoguer avec cette créature de plusieurs tonnes ?

Henri et Emmanuel, directeur adjoint aux affaires culturelles de notre association, seront vos porte-parole.  Shila vous répondra sans fautes.

Bonjour les enfants,

J’espère que vous allez bien et que vous commencez à retrouver votre nouveau rythme, après un si long temps de confinement.
Pour moi, la reprise du travail devrait bientôt arriver, mais pas comme avant, car le virus est présent et nous devons prendre les précautions nécessaires.

Aujourd’hui, je veux vous parler du combat des femmes au Kerala.
Je vous ai dit que la tradition Nair, matriarcale, avait une belle influence sur le droit des femmes chez nous, plus que dans les 28 autres états indiens.

Malgré cette tradition, le droit des femmes n’est pas toujours reconnu.

Comme le combat des dalits, il y a un siècle à Vaikom, contre la discrimination qui les empêchait à emprunter les routes et à entrer dans les temples, les femmes poursuivent le même combat contre la discrimination aujourd’hui, qui leur interdit d’entrer dans le temple de Sabarimala.

En effet, le 1er janvier 2019, il y a un peu plus d’un an, la presse mondiale relatait la plus grande manifestation mondiale des femmes, qui se passait au Kerala.
Comme pour les dalits en 1924, à qui l’entrée d’un temple était interdite, en 2019, les femmes âgées de 10 à 50 ans sont empêchées d’entrer dans le fameux temple de Sabarimala, au Kerala, et ce malgré la décision de la Cour Suprême de l’Inde, prise en septembre 2018.

Mon voisin Henri m’a recommandé pour vous l’article suivant, très explicatif, très intéressant :

” La constitution indienne, depuis 1950, dit l’égalité hommes femmes :

Selon le droit constitutionnel, les citoyens indiens sont égaux en droit et les discriminations fondées sur le sexe d’un individu sont formellement prohibées. La constitution indienne garantit l’égalité hommes-femmes dans son article 14, prohibe les discriminations d’État à cet égard dans son article 15-1.”

Malgré tout cela, les deux femmes qui ont réussi à entrer dans le temple de Sabarimala en décembre 2018, soutenues par 5 millions de femmes et par le gouvernement du Kerala, ces deux femmes sont obligées de se protéger contre leur famille et les traditionalistes hindous.
Le combat est loin d’être gagné, mais 5 millions de femmes formant une chaîne de 620 kilomètres, du nord au sud du Kerala, c’est très beau et encourageant.

Je peux vous faire une confidence, moi, la belle éléphante, si gentille, je suis très fière de ma famille, chez nous c’est la mère éléphante qui commande, pas en dictatrice, bien sûr, mais en promouvant une société très démocratique.

Si je peux vous donner mon avis cependant, j’ai une immense admiration pour ces femmes, mes voisines, qui continuent leur combat pour leurs droits fondamentaux.

Je vous fais de gros gros bisous, et surtout n’oubliez pas que le virus est présent ; prenez bien soin de vous.

A vendredi,

Shila