images

Lettre de Shila : “Les vaches sacrées”

A l’attention des enfants et des équipes de la part de M. Henri Villeneuve, membre de notre Conseil d’administration.

Henri voisine d’année en année non loin de chez Shila et lui a parlé de vous : Shila est très intéressée et souhaite converser avec vous, malgré sa timidité, tant elle vous apprécie d’ores et déjà selon les  dires élogieux d’Henri.

Etes-vous d’accord pour dialoguer avec cette créature de plusieurs tonnes ?

Henri et Emmanuel, directeur adjoint aux affaires culturelles de notre association, seront vos porte-parole.  Shila vous répondra sans fautes.

Bonjour chers enfants,

Comment allez-vous ? J’étais en train de brouter comme chaque matin mon petit-déjeuner quand me vint cette pensée que je rumine depuis ; Lilian me dit dans sa lettre combien les vaches de la Ferme de Bertinghen sont belles, et combien mon cher Lilian aime à les regarder chaque jour.

Emmanuel, l’ami de mon voisin Henri, les as prises en photo. Effectivement elles sont si jolies avec leur belle robe marron caramel, et leurs grands cils noirs.

Emmanuel m’a envoyées aussi des photos de vaches non loin de chez vous : à Tingry (robe blanche, un peu énervée pour l’une d’elle : huhuhu) ; sur le chemin entre Quehen et Herquelingue (je dirais que ce sont des vaches chanteuses) et enfin à partir des cabanes d’observation du Platier d’Oye (humm on dirait des vaches préhistoriques, avec leur fourrure abondante et leurs grandes cornes).

La question que je me pose, c’est pourquoi les vaches sont tellement aimées ?

Je pense que c’est parce que ces bestioles nous rappellent des souvenirs d’enfance, la lecture des 4 as et la vache sacrée ou de Tintin au Tibet avec le capitaine Haddock exaspéré par une vache sacrée qui ne veut pas bouger alors qu’il a un avion à prendre.

Voyez-vous, chers enfants, dans mon pays, en Inde, les vaches sont aussi adorées que chez vous.

Elles sont tellement aimées que les humains ont décidé il y a bien longtemps leur caractère sacré. C’est pourquoi il est interdit dans mon pays de manger la viande de vache, ou de déplacer une vache de force si elle ne le souhaite pas. Moi l’éléphante, je partage avec les vaches et quelques autres animaux ce statut sacré.

Emmanuel m’a envoyées pour vous quelques photos de vaches de mon pays, ornées des plus belles parures. C’est magnifique n’est-ce pas ?

Cela me rappelle les beaux costumes que les cornacs peuvent habiller sur certaines et certains de mes cousines et cousins œuvrant dans les temples ou à l’occasion de grandes fêtes.

Je pense que prêter si grande attention à des animaux qui n’ont rien à voir ou si peu avec vous autres, les humains, c’est se donner les moyens de savoir accepter de s’aimer quoi que nous sommes, et je trouve cela vraiment important pour vivre une vie bonne, que l’on soit animal ou que l’on soit humain.

Alors les enfants, cher Lilian, rien de mieux que de fêter cela en écoutant cette chanson célébrant les meuglements de mes copines.

Je vous embrasse très fort,

A demain,

Shila